Licence CC BY-SA

Quelques conseils pour mieux vivre la canicule

Car c'est un sujet… Chaud !

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 10 minutes

Bien le bonjour !

Si êtes en ce moment en Europe de l’Ouest, vous avez sûrement remarqué la forte chaleur qui y règne en ce moment, la température atteignant fréquemment les 35°C. Dans ce court billet, je partagerais donc avec vous quelques astuces pour mieux vivre la canicule et pour gérer les quelques problèmes d’ordre médicaux qu’elle peut poser.

Section unique

Dans sa maison

Le premier grand principe consiste à bien utiliser les fenêtres et les volets. La nuit, on ouvre tout pour faire circuler l’air et laisser l’intérieur refroidir (ou à minima, rester à la température de l’extérieur). Le jour, on ferme les fenêtres pour empêcher l’air chaud de rentrer, et les volets pour empêcher les rayons du soleil de chauffer l’intérieur. Pour éviter d’allumer les lampes, ou peut ne fermer que les volets exposés directement au soleil afin d’avoir des entrées de lumière.

S’il y a du vent, on peut aussi l’utiliser pour refroidir l’air intérieur en mouillant de grandes serviettes que l’on étendra devant des fenêtres ouvertes. Quand le vent passera au travers, l’eau s’évaporera et emmagasinera ainsi la chaleur de l’air, reproduisant alors le principe de la transpiration. C’est pour cela que vous avez aussi froid quand vous transpirez et qu’il y a subitement un grand coup de vent.

C’est aussi sur ce principe que repose le frigo du désert, une astuce qui nous vient d’Afrique et qui permet de tenir au frais des aliments. Il faut pour cela deux pots en terre cuite posés l’un dans l’autre. On met ce que l’on désire conserver dans le plus petit, et on met de l’eau dans le plus grand, puis on recouvre le tout d’une serviette. L’eau s’évaporera et refroidira le contenu du petit pot à l’intérieur.

Toujours en suivant ce principe, on peut refroidir une bouteille d’eau avec presque rien en l’emmitouflant dans une serviette mouillée. On l’attache à une branche d’arbre à l’aide d’une corde et on la fait se balancer. Ce mouvement de balancier créera un vent artificiel qui refroidira l’eau de la bouteille.

Sur soi

Tout d’abord, et bien que ça puisse paraitre contre-intuitif, il est conseillé de porter un vêtement léger plutôt que d’être torse-nu. En effet, un vêtement fin absorbera la transpiration, qui pourra alors agir comme une interface de transfert de chaleur entre votre peau et l’air extérieur, car l’eau est un bien meilleur conducteur thermique que l’air. La transpiration agit donc comme la pâte thermique que l’on dispose entre un processeur et un ventirad. Pour maximiser cet effet, on utilisera un vêtement en coton, car ce tissu a la propriété de mettre du temps à sécher et de bien évacuer la chaleur. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est particulièrement déconseillé en randonnée, car il a tendance à provoquer ou à aggraver des hypothermies1. En été, vous pouvez donc porter une chemise ou un tee-shirt afin d’utiliser cet effet bien pratique en été et très dangereux en hiver.

Évitez évidemment de sortir ou de faire des activités physiques, mais si vous y êtes contraints, réservez-les aux heures les moins chaudes de la journée, c’est à dire très tôt le matin (au lever du soleil ou avant) ou tard le soir (vers le coucher du soleil). En effet, si l’intensité des rayons solaires baisse considérablement en fin d’après-midi, la température continue tout de même à monter jusqu’au coucher du soleil. On sortira donc après dans la mesure du possible.

Vous pouvez également prendre des douches fraiches, mais évitez de trop forcer sur l’eau froide afin d’écarter tout risque de choc thermique. Cela est d’autant plus vrai pour les personnes âgées et les enfants, pour lesquelles on recommande de ne pas s’écarter de plus de deux degrés de leur température corporelle2.

Enfin et bien évidemment, pensez à boire beaucoup d’eau afin de compenser les pertes dues à la transpiration. Attention toutefois, si vous êtes dégoutés par l’eau, ne vous forcez pas car il peut s’agir d’une hyponatrémie, c’est-à-dire une carence en sodium. Dans ce cas, mangez un morceau et attendez un moment. Une tomate ou un morceau de melon sont idéaux car ils sont goûtus, ils se trouvent facilement en été, ils apportent des nutriments et sont rafraichissants. Vous pouvez bien sur manger tout ce que vous voulez, mais évitez les plats riches en graisses car leur digestion demande beaucoup d’eau et d’énergie.

Hyperthermies et déshydratations

Parlons tout d’abord de l’hyperthermie. Celle-ci se définit ainsi (merci Wikipédia) : « L’hyperthermie est l’élévation locale ou générale de la température du corps au-dessus de la valeur normale (37 à 37,5 °C chez l’humain), en raison de l’accumulation de chaleur exogène. ». En clair : c’est quand on a trop chaud parce que l’air ambiant est trop chaud (à l’opposé de la fièvre où c’est notre propre corps qui chauffe trop).

Elle se caractérise par des étourdissements, des nausées, une forte transpiration, des maux de tête et de la fatigue. Si ces symptômes sont intenses ou qu’ils surviennent chez un enfant, je ne saurais que trop vous conseiller de demander un avis médical à votre médecin traitant, voire aux services de secours (112 en Europe, 911 en Amérique du Nord).

Le traitement consiste principalement à laisser au repos, au frais et à l’ombre la personne atteinte, en surveillant attentivement son niveau d’hydratation.

Concernant la déshydratation, celle-ci se remarque tout d’abord par une sensation de soif (jusque là, ça parait logique), suivie ensuite de fatigues, de maux de têtes et de nausées. L’urine devient peu abondante et de couleur jaune foncée voire marron. La peau est sèche et plissée.

Si vous êtes confrontés à une situation de déshydratation, je vous invite à consulter la procédure de réhydratation décrite dans ce tuto : Les soins non urgents.

Enfin, concernant les rayons du soleil, il n’y a pas grand chose d’autre à faire que d’éviter de s’y exposer. L’ombre est, de loin, la meilleure prévention des coups de soleil. Pensez également à sortir vos lunettes de soleil si vous devez sortir, ce qui permettra de diminuer votre fatigue oculaire en plus de protéger vos yeux.


  1. Source : Le coton tue en randonnée

  2. Source. Document à considérer avec précaution toutefois, car traitant d’avantage de la fièvre que de l’hyperthermie. 


Conclusion

Merci de m’avoir lu ! Si vous avez la moindre question ou remarque, n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires de ce billet. Prenez soin de vous, et à la prochaine ! ;)

Licence

Ce billet est publié sous la licence « Creative Commons By-SA 4.0 rezemika ». Son logo provient quant à lui de Pixabay et est placé sous la licence « Creative Commons Zéro dimitrisvetsikas1969 ».

Sources

11 commentaires

S’il y a du vent, on peut aussi l’utiliser pour refroidir l’air intérieur en mouillant de grandes serviettes que l’on étendra devant des fenêtres ouvertes. En passant au travers, l’eau emmagasinera la chaleur de l’air, reproduisant alors le principe de la transpiration.

En fait, c’est l’évaporation de l’eau qui consomme de la chaleur, pas l’eau elle-même. La circulation d’air facilitant le processus en apportant de la chaleur par advection.

C’était l’instant physique. :p

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+4 -0

Sinon le ventilo, ca marche impect !

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

La transpiration agit donc comme la pâte thermique que l’on dispose entre un processeur et un ventirad.

Très bonne comparaison, qui m’en a fait apprendre un peu plus sur ce qu’il y a sous le capot de mon ordi xD !

Merci :D !

+0 -0

Merci pour vos retours ! Content que ça puisse vous être utile. :)

Je viens de mettre à jour le billet, j’en ai profité pour ajouter une petite note et une source dans la conclusion que j’avais honteusement oublié.

Et ça n’empêche pas trop le courant d’air, d’avoir des grandes serviettes qui bloquent les entrées d’air ?

C’est vrai que ça peut être un peu épais. Si ça bloque le vent, on peut essayer avec des draps ou des tissus plus fins. De la même manière, on peut mettre un foulard humide sur sa tête ou sa nuque pour les mêmes raisons. Je suis désolé, j’ai oublié de le rajouter dans le billet.

La transpiration agit donc comme la pâte thermique que l’on dispose entre un processeur et un ventirad.

Et après on dit que c’est pas un site d’informatique. :p

Lucas-84

J’avoue, j’ai pas pu m’en empêcher. Pour le sous-titre du billet, j’ai même failli mettre un "Yeaaaah !". :D

Édité par rezemika

"Les accidents dans un système doivent se produire, mais il n’est pas obligatoire qu’ils produisent pour vous et moi." Laurence Gonzales - Deep Survival

+0 -0

Deux trucs :

  • Un truc que j’ai appris en bossant un été sur un chantier : si ça doit vous arriver :
    1. Boire beaucoup
    2. de l’eau à température ambiante, et pas glacée
    3. et légèrement salée.
      C’est pas bon, mais c’est efficace pour tenir le coup et éviter l’hyponatrémie mentionnée plus haut (on perds beaucoup de sel en suant).
  • S’il fait vraiment chaud et sec, se coller dans le souffle du ventilo est le meilleur moyen de faire un malaise et/ou une déshydratation tant l’évaporation est intense.

Avec ça, une chaleur intense mais sèche se supporte très bien tant qu’on a assez de flotte (5 litres / jour, ça devient normal). On pourrait aborder le cas des deux couches de vêtement etc. mais tant qu’on est pas dans le désert, ça n’a pas grand intérêt.

Édité par SpaceFox

Pour le sel, mangez un morceau de fromage :-)

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte