Licence CC BY

[Chroniques de l'Est] Le roumain, langue latine de l'est

Ou comment une langue latine a été influencée par toutes les langues slaves environnantes.

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Je ne suis ni linguiste ni professeur de langue, seulement un passionné qui aime apprendre et partager. Mes propos n’ont aucune valeur d’autorité ou de vérité absolue.

Quand on parle des langues latines les plus connues, s’il est fréquent de citer le français, l’espagnol, le portugais et l’italien, beaucoup oublient de parler du roumain. Pourtant, celle-ci est la langue officielle de la Roumanie et de la Moldavie, ainsi que de nombreux locuteurs répartis en Europe et dans l’ex-Union Soviétique, notamment en Ukraine. Je vous propose de nous attarder un peu sur cette langue méconnue.

Une langue latine…

Et qui dit langue latine, ou langue romane, dit descendante du latin. Ainsi, le roumain partage de nombreuses caractéristiques avec les autres langues latines. Citons ce lien affirmant que la similarité lexicale du roumain est de 77% avec l’italien, 75% avec le français, 72% avec le portugais et 71% avec l’espagnol.

On peut citer, comme exemple, la présence des temps comme le passé simple, le passé composé, l’imparfait et le plus-que-parfait qu’on retrouve en français ou en espagnol, entre autre. Prenons l’exemple du verbe écrire.

Espagnol Roumain Italien Portugais
(yo) escribía (eu) scriam (io) scrivevo (eu) escrevia
(tú) escribías (tu) scriai (tu) scrivevi (tu) escrevias
(él) escribía (el/ea) scria (egli/ella) scriveva (ele/ela) escrevia
(nosotros) escribíamos (noi) scriam (noi) scrivevamo (nós) escrevíamos
(vosotros) escribíais (voi) scriați (voi) scrivevate (vós) escrevíeis
(ellos) escribían (ei/ele) scriau (essi/esse) scrivevano (eles/elas) escreviam

Comme en espagnol, portugais et italien, les pronoms personnels sont facultatifs en roumain. Et on remarque une certaine ressemblance entres les langues. D’ailleurs, la langue la plus proche du roumain est, semble t-il, l’italien.

Sur d’autres points, le roumain est encore plus proche du latin que ses sœurs puisqu’elle a gardé les déclinaisons. Ainsi, « Îl cunosc pe Bogdan » se traduit par « Je connais Bogdan » avec un COD visible en roumain, contrairement au français. Les déclinaisons sont néanmoins bien moins complexes qu’elles ne peuvent l’être en allemand ou en russe.

Également, le roumain a conservé l’article enclitique, accolant les articles définis à la fin du mot par exemple : le loup se dit lupul en roumain.

Enfin, au XIXème siècle, le roumain a importé beaucoup de mots français (jusqu’à 22% du vocabulaire selon des estimations dans les années 1980) qui, bien qu’écrit en respectant la phonétique roumaine, sont assez clairs : mersi (merci), şef (chef), pardon (pardon), dentist (dentiste), acvatic (aquatique), egale (égal), etc.

…mais entourée de langues slaves

À l’exception de la Hongrie, qui constitue un groupe linguistique bien à part, et la Moldavie roumanophone, la Roumanie est entourée de pays slaves : Ukraine, Bulgarie, Serbie. Le vocabulaire roumain contient donc un certain nombres de mots tirés, directement ou indirectement, des langues voisines. Examinons donc quelques exemples (d’autres disponibles ici).

Langues slaves Roumain Français Langues latines Remarques
надежда - nadiejda (russe) nădejde espoir esperanza (espagnol), esperança (portugais),  sperare (italien)
слово - slova (russe) slovă lettre (de l’alphabet) letra (espagnol, portugais), lettera (italien) Le mot russe correspondant vraiment à lettre est буква. Le mot слово veut dire « mot », mais son influence est notable.
слава - slava (russe, bulgare, ukrainien) slavă gloire gloria (espagnol, italien), glória (portugais) L’influence du russe est encore plus visible car les deux mots ont le même sens dans les deux langues.
служиторы - sloujitory (russe) slujitorul serviteur servo (portugais), sirviente (espagnol), servitore (italien)
граница - granitsa (russe, bulgare) graniță frontière confine (italien), frontera (espagnol), fronteira (portugais)
градина - gradina (bulgare) grădină jardin giardino (italien), jardín (espagnol), jardim (portugais) Bien que les termes russes et ukrainien ne ressemblent pas, ce mot roumain est étrangement semblable à son équivalent bulgare.
љубав (serbe), любовь - lioubov (russe), любов (ukrainien) iubire amour amor (espagnol, portugais), amore (italien) L’influence slave est manifestement plus forte que l’influence latine pour ce mot, bien qu’il ne ressemble parfaitement à aucun des mots donnés en exemple.
князь - kniaz (russe), кнез (serbe), княз (bulgare) cneaz prince principe (italien), príncipe (portugais, espagnol)

Un autre aspect typique du roumain qui le rapproche des langues slaves : les lettres â et î (prononciation identique), qui se prononcent exactement comme la lettre russe ы (on peut écouter ce son en russe ici). On ne retrouve cette voyelle fermée centrale non arrondie nul part dans les autres langues latines, alors qu’on le trouve en russe et en ukrainien (représenté par la lettre И).

Le cas du moldave

Le débat portant sur la distinction entre la langue parlée en Roumanie et celle parlée en Moldavie est épineux et sujets à bien des controverses dans les dits pays. En effet, se déclarer comme parlant roumain ou moldave peut être vu comme un façon d’affirmer ses positions politiques : plutôt pro-roumain et pro-européen dans le premier cas, plutôt pro-russe dans le deuxième cas.

Ce sont les soviétiques qui, après l’annexion de la Moldavie à l’URSS au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, qui ont insisté sur la distinction des deux langues. Depuis, le sujet reste à débat. Pour l’anecdote, sachez que la constitution de l’état de Moldavie déclare que la langue officielle est le moldave, alors que la langue officielle déclarée lors de l’indépendance du pays en 1991 est le roumain.

D’un point de vue linguistique, le moldave peut plutôt être vu comme un patois roumain, sans aucun rabaissement. En effet, après plus de 50 ans de domination soviétique, avec le russe comme langue officielle et toujours très bien parlée aujourd’hui, il est fréquent d’entendre des moldaves parler avec des termes russes (ainsi, pour dire « Allez, salut, bonne nuit », on peut entendre un moldave dire « Noapte bună, давай пока (davaï paka). » là où un roumain aurait utilisé le terme « Noapte bună, haide, la revedere »). Ce cas n’est cependant pas propre à la Moldavie, mais est fréquent dans les zones multilingues où la population maitrise parfaitement plusieurs langues.

Mais les deux langues restent extrêmement proches et sont mutuellement compréhensibles, avec quelques petits soucis peut-être pour un roumain écoutant un moldave qui ne ferait pas l’effort d’utiliser le « roumain standard ». On est loin de parler de différences du niveau équivalent à celles entre le portugais européen et le portugais brésilien.



7 commentaires

Comment dire à quel point j’apprécie ces chroniques de l’Est :D ? C’est clair, simple et fichtrement intéressant

Édité par Dwayn

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte