Licence CC BY

La flûte à bec

Un instrument malheureusement méconnu

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 7 minutes

Si y’a bien un instrument que j’adore, c’est bien la flûte à bec. Normal, j’en joue depuis que je suis petit. Bien-aimée ou mal aimée, elle ne laisse pas indifférente. J’aimerais vous présenter un peu cet instrument, pour mieux la connaître.

La flûte, en tant que tel, est un instrument ancien. En effet, on peut retrouver dans des sites archéologiques datant de la préhistoire des flûtes en os ! La flûte moderne, tel que l’on la connaît, existe depuis le XVe siècle. Elle est en bois, et de nos jours, peut être aussi en plastique. Si vous prenez votre flûte en plastique chez un marchand d’instruments, elle sera de bonne facture, le plastique ne veut pas forcément dire produit cheap ! Yamaha produisent de bonnes flûtes en plastique par exemple.

Présentation

On parle de flûte à bec, mais on devrait dire les flûtes à bec. En effet, il en existe plusieurs.

Tout d’abord, il existe une différence entre les flûtes à bec dites baroques et celles allemands. Les trous baroques auront un petit 4e trou et un grand 5e trou, et les doigtés allemands, c’est l’inverse. Les doigtés seront différents, la version allemande sonnera moins juste. Ainsi, il faudra choisir d’apprendre les doigtés baroques.

Mais les doigtés vont aussi varier entre les flûtes d’une même famille. Ainsi, certaines flûtes seront en Do et d’autres en Fa. Il y aura un décalage d’une quarte. Ainsi, un doigté de sol dans une flûte en Do donnera un Do dans une flûte en Fa. Rien de plus simple. C’est un peu perturbant quand vous changez de flûte, mais bon ça se fait.

Donc, dans la famille flûte, il existe une dizaine de flûtes, à la taille variable. Les plus connus sont la soprano (en do), qui correspond au modèle « classique » tel que l’on voit à l’école, et l’alto, en fa (un peu plus grande).

Comment en jouer ?

Il suffit de souffler et de bouger mes doigts, vous me direz. Oui, mais c’est un plus complexe que cela, et requière un peu de technique.

Par exemple, pour les sons graves, il faut souffler un son « chaud », c’est-à-dire beaucoup d’air, mais doucement, tandis que pour les sons aigus, il faut souffler rapidement peu d’air.

Pour les trous, c’est pareil : mal bouché, ça coince direct. Certains trous doivent être bouché à moitié, et à quelques millimètres, il en ressort un son venant des enfers ! De même, cela demande une relative agilité pour jouer certains morceaux (je pense à certains morceaux baroques, où ça bouge dans tout les sens). Bref, ça demande rigueur et pratique pour maîtriser la bête, et c’est plus difficile que ça en a l’air.

Et si je veux m'y mettre ?

Vous voulez vous y mettre ? Très bien :D Voici quelques conseils.

Mon premier conseil, c’est d’apprendre les bases du solfège, au moins savoir lire les notes. Mais pas de panique, il existe des ouvrages pour le faire. Je peux vous recommander quelques ouvrages qui ont deux intérêts :

  • Ils vous apprennent progressivement les notes, en les associant avec un doigté. On apprend progressivement ;
  • Ils ont un CD, permettant d’écouter le morceau avec une flûte et s’entraîner à jouer avec un accompagnement ;

Voici les deux ouvrages que je conseille, car je les connais, mais il en existe d’autres : la série Margo, pour soprano et alto. Je recommande aussi la série flûtissimo.

Grosso-modo, la méthode, c’est d’abord avec la main gauche (sol-la-si-do-ré), puis main droite (fa-mi-ré-do), puis les altérations (fa#, sib…), après on monte d’une gamme (où on bouche à moitié le trou). C’est progressif : on commence avec des mélodies de deux, trois notes et ça se complexifie. Il y a des exercices pour s’entraîner, avec des gammes, puis un morceau pour voir la note apprise…

Le second conseil, c’est de commencer avec un professeur de musique, qui pourra rectifier et empêcher que vous prenez de mauvaises habitudes.

Vous pouvez aussi apprendre sur Internet, comme avec ce site. Mais bon, comme je vous redis, rien de mieux que l’humain pour commencer et éviter de prendre de mauvaises habitudes.

Il existe de nombreux sites pour les partitions : Recorder music sheet, partitions bretonnes, FluteTunes… Généralement, on trouve en cherchant en anglais. Les mots clés « [votre morceau] music sheet recorder » peut vous aider.

Et l'entretien ?

Une flûte demande de l’entretien. Ainsi, il faut régulièrement graisser les joints pour éviter l’usure et que des morceaux tombent pendant un concert. Il faut aussi nettoyer le pavillon de la flûte avec un écouvillon, pour enlever les saletés et les résidus de bave. Quand il y a trop de condensation, ça sonne faux. Généralement, je bouche le biseau et souffle bien fort, mais il faut nettoyer quand c’est trop bouché.


J’ai du répondre à la majorité des questions pour ceux qui veulent commencer. N’hésitez pas à m’en poser d’autres pour que je complète :-)

5 commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte