Licence CC 0

Vous avez dit « hypersensible » ?

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 6 minutes

En règle générale, je n’aime pas parler de moi. Étaler mes états d’âme me paraît aussi indécent et désagréable que de se balader nu en rue (si vous trouver cela décent et/ou agréable, grand bien vous en fasse :-° ). Toutefois, aujourd’hui, j’ai eu envie de faire exception à cette règle en vous faisant part d’un court témoignage, celui d’une personne « hypersensible ».

Alors, je vous arrête tout de suite : ceci n’est que mon humble ressenti et témoignage. Le terme que j’emploie ici est certes basé sur ce que l'on peut en lire ici et là, mais il n’est pas issu d’un diagnostic « officiel ». Je l’emprunte parce qu’il décrit à mon sens correctement ce que j’éprouve.

Qu’est-ce que j’entends par « hypersensible » ? Eh bien, je dirai avant tout deux choses :

  1. Une réaction au-delà de la normale face à des émotions, à tout le moins à partir d’un certain stade ;
  2. Une forte empathie qui dépasse les limites du « soi » et de l’« autre ».

Intensité

À la lecture de la phrase « une réaction au-delà de la normale face à des émotions », je suis persuadé que vous avez visualisé une personne pleurant à chaude larme devant un film émouvant ou s’extasiant devant un parc de cerisiers en fleur. Et, foncièrement, vous avez raison, être hypersensible c’est avant tout être « un peu trop » sensible comparé aux autres, c’est-à-dire s’émouvoir facilement.

Toutefois, c’est également un peu plus que ça. En effet, l’hypersensibilité n’est pas simplement synonyme d’émotivité, mais est aussi (et à mon sens surtout) une question d'intensité. Les émotions ne vous traversent pas seulement, elles s’installent, résonnent en vous et bouleversent vos sens ainsi que votre être, souvent au point où leur gestion devient tout simplement impossible. C’est difficile à exprimer clairement, mais littéralement vous êtes « envahi » et « débordez » d’émotions.

Cela étant dit et heureusement, n’allez pas croire que je m’effondre en larme et de douleurs pour un oui ou pour un non (si c’était le cas j’aurai consulté depuis longtemps :-° ), le phénomène respecte plutôt un effet de seuil. C’est-à-dire que jusqu’à un certain stade, j’ai une réaction équivalente à une personne « normale », mais dès que le seuil est atteint, ça commence à méchamment diverger.

Empathie

La deuxième chose caractéristique à mes yeux de cette hypersensibilité est une forte empathie. Toute personne est normalement douée d’empathie et est donc capable de percevoir et ressentir les émotions chez autrui. Un hypersensible ne fait pas exception à cette règle, la nuance, c’est qu’une personne « normale » est capable de distinguer ses émotions de celles des autres. Or, pour moi, en revanche, cette distinction n’a rien de naturel ou d’évident.

On peut dire que « je fais mienne » les émotions des autres, comme si ces dernières provenaient d’une situation que j’ai personnellement vécue. Ce sentiment de propriété est, je pense, sans aucun doute lié à l’intensité trop importante que je peux subir. En effet, il est difficile de prendre du recul ou de se distancer d’émotions quand elles vous submergent ou vous bouleversent.

C’est particulièrement frappant quand je suis en présence d’une autre personne souffrante, anxieuse, triste ou en colère. Il m’est parfaitement impossible de l’ignorer. Je ne pourrais retrouver mon propre calme intérieur que si elle retrouve le sien ou que je m’éloigne d’elle.

Et au jour le jour, ça donne quoi ?

Eh bien, ça donne des situations complexes, pénibles ou agréables, ça dépend. ^^"

De manière générale, je pense que notre société n’est pas spécialement adaptée pour des personnes aux émotions parfois intenses et un peu trop encline à se mêler des états d’âme des autres. Il est en effet mal vu de « mal gérer ses émotions », comprendre : les exprimer quand cela ne paraît pas approprié, ne pas savoir fonctionner convenablement en situation de stress, se soucier des autres alors que « ça ne nous regarde pas », etc.

En bref, socialement ce n’est pas toujours évident et dans mon cas cela se traduit par une vie sociale « en retrait », d’une part pour éviter au mieux un dépassement de mon seuil de tolérance (ce qui est une expérience particulièrement désagréable pour moi) et d’autre part pour me ressourcer au calme, loin de l’agitation extérieure.

Ce n’est toutefois pas que des aspects négatifs (et heureusement), pouvoir « sentir » et « ressentir » facilement les émotions est indéniablement un avantage pour dialoguer et partager avec les autres. C’est également une source potentielement inépuisable d’énergie et d’inspiration. Étant particulièrement réceptif à la musique, je m’en sers par exemple abondament pour me « charger » d’émotions (si je puis dire) et ainsi retrouver du courage pour avancer.


Voilà voilà, ce petit billet touche à sa fin.
Je suis heureux d’avoir pu traduire en partie mon ressenti par écrit, ce ne fut pas chose aisée (mettre des mots sur des sensations parfois difficiles à appréhender soi-même, c’est enrichissant, mais pas évident), mais je suis assez satisfait du résultat. ^^

16 commentaires

Super interessant ! J’aurais une question : Est-ce que, bien que tu soit émotif, tu peux en avoir marre de ressentir ces choses par rapport aux autres ? Ou tu es tellement absorbé que ça ne te viens pas à l’idée ? :p

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+0 -0

Salut,

J’aurais une question : Est-ce que, bien que tu soit émotif, tu peux en avoir marre de ressentir ces choses par rapport aux autres ? Ou tu es tellement absorbé que ça ne te viens pas à l’idée ? :p

Blackline

Bonne question. ^^
Je n’ai pas de réponse absolue, parce que cela dépend de la situation, mais oui, j’en ai parfois « assez », dans le sens où j’aimerai avoir un interrupteur « off » pour quelques heures. ^^"

#JeSuisArius

+2 -0

D’où l’envie de te ressourcer seul. Je comprend mieux ^^

Du coups le fait d’être hypersensible et d’être empathique n’amène pas forcément à l’altruisme ou autre ?

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+0 -0

Du coups le fait d’être hypersensible et d’être empathique n’amène pas forcément à l’altruisme ou autre ?

Blackline

Mmm… Pas forcément. Je dirai que je suis effectivement enclin à l’altruisme, voire à l’abnégation, étant donné que j’accorde une importance similaire aux états d’âmes des autres qu’aux miens. Toutefois, en un sens c’est aussi une forme d’égoïsme : est-ce que j’aide pour aider ou est-ce que j’aide pour m’apaiser moi-même, dans le sens où une émotion me dérange ?

Aussi, l’hypersensibilité ne signifie pas que je ressens forcément les émotions d’autrui (je ne suis pas omniscient et peut donc parfaitement passer à côté ou tout simplement me tromper) ni que j’ai forcément envie de m’en mêler (je peux parfaitement fuir sans demander mon reste).

Du coup, oui, je suis « naturellement » tourné vers les autres, mais non, je n’ai pas forcément des comportements altruistes. ;)

Édité par Taurre

#JeSuisArius

+1 -0

Personnellement c’est le contraire, je manque cruellement de sensibilité et d’empathie. Autant je trouve cela globalement avantageux pour ma personne, autant cela pose quelques soucis au niveau de la sociabilité.

Je ne me rends pas forcément compte de la violence de certains de mes propos par exemple, comme personnellement j’encaisse dans l’indifférence (disons que je manque de tact, avec un poil trop de franchise), et je comprends assez rarement l’état sentimental des gens (je comprends que la personne est en colère, heureuse ou triste, mais je n’ai aucune idée de comment réagir, et je ne comprends pas pourquoi elle l’est (ou qu’elle le soit autant, avec le temps j’ai compris ce qui peut attrister ou énerver les gens, quand bien même ces raisons ne me touchent pas plus que ça)).

Et je ne m’attache pas aux personnes. Autant je trouve que faire partie d’un groupe (potes, collègues…) est plutôt cool, autant si un membre du groupe coupe les ponts du jour au lendemain, ça ne fais pas grand-chose…

Du coup si vous êtes dépressif évitez les conversations avec moi, y’a déjà eu des ratés dans ce genre de situation :D

Édité par Breizh

Breizh eo ma bro, hag ihuel eo ma c’halon geti. Da viken. — L’oiseau imaginaire : ZzxŷxzZ

+4 -0

[…] je comprends assez rarement l’état sentimental des gens (je comprends que la personne est en colère, heureuse ou triste, mais je n’ai aucune idée de comment réagir, et je ne comprends pas pourquoi elle l’est (ou qu’elle le soit autant, avec le temps j’ai compris ce qui peut attrister ou énerver les gens, quand bien même ces raisons ne me touchent pas plus que ça)).

Breizh

Mmm… Foncièrement, être hypersensible n’implique pas de « comprendre » les sentiments éprouvés par une autre personne. Je veux dire, je reconnais et surtout ressent l’émotion qui la traverse, mais cela ne signifie pas que j’en comprends l’origine. Pour ça, il faudra nécessairement dialoguer avec sauf si la cause est évidente ou m’est déjà connue.

Par ailleurs, ça ne suppose pas non plus que je sache réagir, ni que je réagisse bien. Si je ne sais par exemple pas gérer l’émotion qui me traverse, il va m’être difficile d’aller vers cette personne.

#JeSuisArius

+0 -0

Humm,

Je me permet une question du coup. C’est valide également pour des émotions positives comme une joie/bonheur intense ?

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0

Je me permet une question du coup. C’est valide également pour des émotions positives comme une joie/bonheur intense ?

ache

Yep, il n’y a pas de discrimination à ce niveau, toute émotion peut faire péter le plafond. ^^

#JeSuisArius

+0 -0

C’est marrant comme on devient curieux suite a ce genre de billet oùles gens s’ouvrent. On aborde des choses pas forcément evidente et tout. C’est cool que les auteurs (dont Taurre) jouent le jeu de répondre aux interrogations :)

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+1 -0

Personnellement, je suis content de voir que cela attise la curiosité. C’est intéressant pour moi de voir les questions que cela suscite, cela me permet d’interroger mon ressenti par la même occasion.

Édité par Taurre

#JeSuisArius

+0 -0

Articles et commentaires très intéressant ! Merci beaucoup pour ce partage :D

Certaines questions me viennent :

Comment tu as appris ou compris que tu es hypersensible ? Comment est-ce qu’on peut savoir, déterminer si nous sommes hypersensibles ?

+0 -0

Merci pour ce billet Taurre ! J’imagine que ça doit pas être facile d’étaler sur le net quelque chose d’aussi personnel. Plusieurs fois j’ai été confronté à des personnes se disant hypersensible et j’ai toujours eu du mal à comprendre ce que ça cachait. Maintenant j’arrive un peu plus facilement à comprendre et mettre des mots derrière, merci pour ton témoignage.

De mon côté je me retrouve bien dans ce que dis Breizh :

Personnellement c’est le contraire, je manque cruellement de sensibilité et d’empathie. […] Je ne me rends pas forcément compte de la violence de certains de mes propos par exemple, comme personnellement j’encaisse dans l’indifférence.

Pour reprendre ton expression de seuil, j’ai l’impression qu’à partir d’un certain stade je commence à avoir des émotions d’une personne "normale". L’avantage est bien sûr de subir beaucoup moins les émotions que je trouve désagréables mais en contrepartie j’apprécie moins que d’autres les petits moments de joies.

Du coup si vous êtes dépressif évitez les conversations avec moi, y’a déjà eu des ratés dans ce genre de situation :D

Je plussoie à 100 % :D

Zeste de Savoir - Dark Mode | (∩`-´)⊃━☆゚.*・。

+2 -0

Certaines questions me viennent :

Comment tu as appris ou compris que tu es hypersensible ? Comment est-ce qu’on peut savoir, déterminer si nous sommes hypersensibles ?

ShiiFu

Oups ! Désolé du retard de ma réponse, je n’ai pas vu ton commentaire. >_<
Comme je le disais, j’emploie le terme « hypersensible », mais il n’est pas le résultat d’un diagnostic, je n’ai donc pas consulté un professionnel à ce sujet. Je l’ai « compris » par expérience et en me renseignant sur le sujet, en tatonant. ^^"

Quant à savoir si on l’est ou non, j’ai envie de dire que dans le fond « on le sait ». Je veux dire, par expérience tu peux déterminer toi-même si oui ou non des émotions ont tendance à te boulverser, si elles « passent » simplement ou si elles « s’installent » durablement et profondément.

J’imagine qu’on pleure plus souvent devant Bambi :-°

Blackline

Mauvaise langue ! :p

Édité par Taurre

#JeSuisArius

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte