Licence CC 0

La face cachée des énergies vertes

Et si l'on ne faisait que déplacer le problème de la pollution ?

Il y a un mois environ, la chaîne ARTE a diffusé un reportage sur les énergies vertes. Ces énergies semblent prometteuses pour l’avenir : moins de rejets polluants dans l’air, peu de risque de pénurie sur les ressources (vent, soleil…), utilisation des installations moins risquée en pratique… les arguments en faveur de ces énergies sont nombreux, le vert est à la mode !

Pourtant, la mise en place de ces solutions renouvelables a un coût : les métaux rares. Ce sont des métaux indispensables lorsqu’on veut fabriquer des éoliennes, des cellules photovoltaïques pour les panneaux solaires ou encore des batteries de voitures électriques. Notre société va-t-elle remplacer la dépendance actuelle au pétrole et au nucléaire par celle aux métaux rares ?

Le point faible des métaux rares : il faut les extraire, dans de bonnes conditions. Or, actuellement, ceux-ci sont extraits dans des conditions épouvantables, à la fois pour l’environnement que pour la santé des travailleurs. Le reportage s’intéresse en particulier au cas de la mine Chuquicamata, au Chili, décrite comme la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert au monde.

Ce reportage est disponible jusqu’au 22 janvier 2021 sur le site arte.tv :

Le reportage dure environ 1h30.


L’avis de Green

J’ai beaucoup aimé ce reportage un tantinet alarmant. Il fait réfléchir sur la force de persuasion du marketing à nous vendre des produits verts, comme les voitures électriques. Du vert, oui, mais à quel prix ? N’oublions pas que l’avenir de la planète et celle des générations futures est entre nos mains.

Je vous remercie d’avoir lu mon premier billet signet1, je reste ouvert à toute suggestion constructive dans les commentaires. L’illustration de ce billet est sous la licence CC BY-SA 4.0 et peut être retrouvée en version originale sur cette page.


  1. Peut-être un peu trop long pour ce format ? :-°


8 commentaires

Intéressant mais un peu long. J’ai l’impression que c’était pour rentrer dans le format 1h30.

Mais sinon c’était très intéressant.

+1 -0

Intéressant mais un peu long. J’ai l’impression que c’était pour rentrer dans le format 1h30.

ache

Même impression, pourtant je n’ai pas encore fini de regarder le film. Certains passages me paraissent superflu, voire inutiles pour soutenir la thèse générale du film.

Je trouve que cette video est confuse. La confusion commence avec un vocabulaire incorrect : en français, on ne dit pas "métaux rares" mais "terres rares". Quand au graphite, ce n’est certainement pas un "métal rare", qui ne fait pas l’objet d’un "raffinage". Le lien avec les énergies vertes n’est pas explicité. Les impacts environnementaux pourraient être mieux montrés.
On nous explique aussi que ce serait bien de recycler les pales des éoliennes, et de dépendre moins de la Chine pour les panneaux solaires ou le magnésium entre autres. On est bien loin du sujet …
La disponibilité intermittente des énergies vertes n’est pas citée, ni les problèmes qui y sont liés.
Au final, on a une collection de griefs hétéroclites d’où aucun message clair n’émerge.

+1 -0
Banni

en effet, les éoliennes ne sont pas écolo du tout avec les utilisations massives de métaux rares, et il y a aussi le problème du recyclage de l’énorme socle en béton et de ces pales monstrueuses en composites lors du démantèlement futur de l’éolienne

EDIT : retrait spam

+0 -0

en effet, les éoliennes ne sont pas écolo du tout avec les utilisations massives de métaux rares, et il y a aussi le problème du recyclage de l’énorme socle en béton et de ces pales monstrueuses en composites lors du démantèlement futur de l’éolienne

Certes, le cycle de vie des composites présente des risques professionnels, mais ce qui est évoqué dans le reportage, c’est la question du recyclage. J’ai fait une recherche sur "recyclage éolienne", il s’avère que nous avons des textes légaux et réglementaires à ce sujet.
Concernant les terres rares, le site Éolien : démontage, recyclage et terres rares indique :

les machines utilisant les aimants permanents contiennent des terres rares ce qui représente un peu moins de 10% du parc Français

et ajoute que les dites terres rares sont intégralement recyclées.

Concernant les pales, il semble qu’aux USA certaines seraient enfouies, mais

Il n’est en aucun cas possible de mettre en décharge les pales des éoliennes dans un pays de l’UE.

Du coup, je me dit qu’au sujet des éoliennes, le reportage ne donne pas une information complète.

J’aurais préféré qu’il évoque la question de la disponibilité des énergies vertes, ce qui reste une question encore très problématique. En effet, les éoliennes ont besoin de vent pour produire et les panneaux solaires ont besoin de soleil. Il est couramment admis qu’il faut avoir un parc à énergie thermique et démarrage rapide pour prendre le relai lors des périodes de carence éolienne et solaire.

+0 -0

Le documentaire montre un des sujets préoccupants de notre époque, et malheureusement un grand nombre de personnes n’en sont pas encore conscientes.

C’est vrai que la durée du reportage pourrait être plus courte. J’ai trouvé intéressant le passage au Chili où on voit bien tout ce qu’implique la terrible mine de cuivre.

Et en fin de compte, ça parait difficile d’imaginer une solution à la problématique … à part diminuer notre consommation.

+1 -0

Et en fin de compte, ça parait difficile d’imaginer une solution à la problématique … à part diminuer notre consommation.

Jojoes

En effet, un moment donné dans le reportage, il est mentionné que « Pour faire du propre, il faut toujours faire du sale. ». De ce que j’ai compris, l’activité humaine polluera toujours l’environnement. L’idéal serait de réduire au maximum cette pollution afin qu’elle n’impacte pas significativement l’environnement, ou au moins, en lui laissant le temps de se régénérer.

J’ai une vision plutôt pessimiste pour l’avenir de la planète, qui s’est renforcée après avoir vu ce reportage.

quand il n’y a pas de solutions c’est qu’il n’y a pas de problème.

comme il y en a un il y a une solution.. il y a des gens pour aider les travailleurs des mines et des gens pour faire des moyens de transport écologique pour ces premiers

:)

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte