Licence CC BY-ND

Préserver notre santé avec une meilleure qualité de l’air intérieur

Comment améliorer la qualité de l'air de nos logements et de nos bureaux ?

Nous passons 80 à 90 % de notre vie dans un espace clos, à savoir notre logement ou notre lieux de travail/ de formation. Et la qualité de l’air intérieur affecte énormément notre santé physique et mentale. Un intérieur bien conçu et entretenu est synonyme d’une de vie saine et sécuritaire.

Les études ont montré que l’air des habitations et des espaces clos est largement plus pollué que l’air extérieur, et ce même en ville. En effet composés organiques volatils, les particules, les moisissures, et les acariens, qui peuvent composer cet air, ont des impacts sanitaires de degrés variés, qui peuvent aller jusqu’à développer des allergies ou de l’asthme. Comment donc optimiser la qualité d’air à l’intérieur ?

La qualité de l’air intérieur

Il est important de prendre conscience qu’en si matière de pollution l’effet dose qui dangereux (utiliser de temps en de l’eau de javel ne vous tuera pas), l’effet cocktail l’est également, c’est-à-dire l’exposition à différentes substances toxiques qui rassemblés donnent un effet néfaste.

Renouveler et purifier l’air intérieur :

Pour minimiser la présence des polluants dans l’air intérieur, de bons réflexes d’hygiéniques s’imposent : limiter l’utilisation de bougies, fumer dehors, et aérer régulièrement (surtout lors d’activités émettrices de polluants, principalement le bricolage, cuisine et ménage. Il convient d’ouvrir les fenêtres en grand pendant dix à quinze minutes au minimum, deux fois par jours ; ceci permet d’évacuer la poussière et les autres composantes allergènes qui pourraient s’infiltrer chez vous. Ce point est vital pour les personnes asthmatiques (comme moi), ou atteintes d’allergies ou d’autres maladies respiratoires.

Une bonne ventilation consiste à :

  • évacuer les polluants (poussière, allergène, composés organiques volatils (COV), monoxyde de carbone, fumée, etc), et au renouvellement d’air.
  • Évacuer l’humidité et préserver votre logement des moisissures. A ce titre il convient de bien faire la différence entre, l’humidimètre qui sert à mesurer le pourcentage d’eau dans une substance ou un matériau (comme le bois par exemple), un thermomètre vous permet de mesure la température, et l’hygrométre, qui mesure le taux d’humidité dans les gaz, notamment l’air ambiant, et peut être un bon moniteur pour l’utilisation d’un déshumidificateur. La plage recommandée (pour éviter de sérieux problèmes de santé) est de 45 et 55 %.
Aérez au moment de cuisiner

La cuisson des aliments peut provoquer l’émission de composés organiques volatils (COV), et les huiles de cuisson émettraient des polluants potentiellement cancérigènes, et que le simple geste d’ouvrir grand les fenêtres permet d’évacuer. Vous pouvez également opter pour une hotte (reliée à l’extérieur ou équipée d’un filtre à charbon pour être efficace)

Évitez les fumées en tous genres particulièrement la Tabac

Les combustions génèrent des COV et des particules. Ces substances -que nous respirons- peuvent rester présentes plusieurs années dans votre habitation. Une étude a montré que l’on pouvait retrouver les composés volatils de la fumée d’une cigarette 20 ans après l’avoir grillée !

Utiliser des produits d’entretien naturels

Pour fabriquer les produits d’entretien les industriels utilisent des produits chimiques et substances toxiques qui libèrent des composés organiques volatils (COV). Il convient donc d’éviter les produits nocifs et d’utiliser au maximum des produits traditionnels, comme le vinaigre blanc, le citron, le savon noir ou le savon de Marseille.

Assainir l’air intérieur avec les plantes dépolluantes

Les plantes d’intérieur ne servent pas uniquement pour la décoration, certaines ont des vertus dépolluantes et purificatrices qu’il convient d’exploiter. Notez que deux ou trois plantes dépolluantes suffiront pour une pièce de 20 m².

Les plantes dépolluantes :

Ces plantes absorbent certaines substances nocives.

  • L’araignée ( Le chlorophytum) : ll est efficace contre le monoxyde de carbone échappé de la gazinière ou du chauffe-eau, le toluène et le benzène. Son emplacement idéal est la salle de bain.
  • La fleur de lune (spathiphyllum) posséde un peu près les mêmes propriétés notamment l’absorption du trichloréthylène, du benzène, de l’ammoniac, du xylène et du formaldéhyde émanant des peintures et des colles. Notez qu’elle est cependant toxique aux animaux domestiques!
Les plantes purificatrices de l’air :
  • La langue de belle-mère (sansevieria) : D’entretien simple, elle élimine les toxines telles que le formaldéhyde et le benzène, et elle dégage de l’oxygène la nuit, ce qui aide au sommeil. Elle conviendra donc parfaitement à votre chambre à coucher.
  • L’Aloe Vera : C’est est une pharmacie à elle toute seule. Coté air elle détruit le formaldéhyde présent dans l’air. Elle est aussi recommandée contre les acariens, et contre les ondes électromagnétiques (portable, pc et télévision).
  • Les dragonniers (la plante anti-tabac) : Elle est conseillée contre les composés organiques volatils, la fumée de cigarette, peinture, l’encre et les parfums d’ambiance, et le chauffe-eau.

Acquérir les bons réflexes contre les ondes électromagnétiques

Aujourd’hui, et grâce à la technologie, nous baignons dans un champ électromagnétique permanent, qui interfère et agit sur notre champ magnétique naturel, générant de plus en plus de syndromes de mal de vivre. Nous constatons cela par le simple fait de passer une journée dehors, hors connexion par exemple. Des appareils peuvent donner une mesure exacte de ces indicateurs. Le plus important est de se protéger la nuit –moment de grande vulnérabilité- et d’adopter certaines règles :

  • Éteignez tous les appareils électriques au moment de vous coucher, ou si vous en avez les moyens, investissez dans un bio rupteur (un appareil qui met tous le système électrique hors tension, et rétablit le courant dès la première demande de courant°.
  • Libérez votre chambre à coucher des appareils électriques
  • Éteignez votre portable et posez-le à une bonne distance

En plus des éléments qui précèdent, la lumière (confort visuel et luminosité) et l’acoustique impactent également nos cycles biologiques et la qualité de notre sommeil, et ils convient de les harmoniser. Et dans l’idéal il faut réfléchir au même de la construction ou du choix du domicile d’autres critères comme la zone d’emplacement, l’orientation par rapport au soleil…etc.

Compléments d’information :

https://www.qualitel.org/experts/qualite-air-materiaux-pollutions-impacts-logement-sante/

https://www.consoglobe.com/pg-guide-plantes-interieur-depolluantes

https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/publications/2655_logement_qualite.pdf

16 commentaires

Je suis étonné de lire qu’une plante (sansevieria) pourrait contrer les effets des ondes électromagnétiques. D’autant plus que les scientifiques ont le plus grand mal à mettre en évidence des effets biologiques chez l’Homme dans les conditions d’utilisation courantes.

+8 -0

Ce qui est sure, est que les laboratoires qui financeront pareilles études -qui n’aboutiront pas à un brevet- sont quasi inexistants à mon humble connaissance.

la recherche publique finance beaucoup de recherche. Et justement, on a tenté de voir les éventuelles possibilités d’imaginer des potentielles trace d’effets des ondes sur les êtres humains et… on n’a pas réussi malgré des essais nombreux et de part le monde.

Quant à l’effet d’un végétal sur les ondes ça semble être le même que n’importe quel objet : si l’onde le traverse il sert juste à amortir et à réfracter, sinon il la stoppe.

qui interfère et agit sur notre champ magnétique naturel

là on est dans une affirmation assez forte quand même, pas de doute mais pas non plus de description des effets qui sont annoncés. Ah et pas non plus d’expression des effets que ça aurait de changer notre champ magnétique naturel. Me laver réduit le taux de matière grasse naturelle au dessus de ma peau. Quels sont les effets négatifs de ça? Si je récure trop, une peau sèche qui sera "soignée" avec une pommade des moins naturelles. Mais à part ça?

nous baignons dans un champ électromagnétique permanent

Effectivement. D’ailleurs, c’est quelque chose que de plus en plus de personnes manque, ce qui peut amener une carence en vitamine D1. Votre recommandation de limiter l’exposition aux champs électromagnétique me semble assez contre-productif à ce niveau là.

Berdes

Le rayonnement solaire est effectivement électromagnétique. Pour autant, il n’est pas permanent à cause de l’alternance jour-nuit. Par contre on peut considérer que le champ magnétique terrestre est quasi permanent à l’échelle de l’existence humaine.

+0 -0

Pour information, le conseil d’ouvrir les fenêtres 2 fois par jour date d’il y a un moment. Actuellement, ça ne concerne que les logements anciens, non rénovés ou dont la rénovation n’a pas permis l’installation d’une VMC correctement dimensionnée. Le logement neuf, théoriquement, a déjà des débits d’air suffisant pour que ce ne soit pas nécessaire :)

On recommandera cependant d’aérer quand même après une douche ou une cuisson à l’eau bouillante, ce qui évacuera plus rapidement l’humidité et diminuera d’autant les risques de moisissure. Certaines VMC disposent également d’un mode de forçage pour en augmenter le débit. Ou alors, et on devrait mettre ça partout, elles sont hygroréglables et l’humidité entraîne mécaniquement une augmentation du débit. Mais faut que la VMC soit entretenue, pour que le mécanisme fonctionne toujours.

(Et sinon, je plussoie ce qui a été dit sur les ondes électromagnétiques, beaucoup de désinformation là-dessus).

Il y a aussi une autre pollution, qui est plus ou moins connue selon là d’où l’on vient. C’est la pollution radioactive, due à la présence de radon. C’est un gaz naturel, radioactif, que l’on trouve dans le sous-sol et qui s’échappe par le sol. Il y a des cartes interactives pour vérifier la présence de radon ou non chez soi. Si c’est le cas, ça nécessite un vide sanitaire ou un sous-sol bien ventilé pour l’évacuer.

Ah, et il faut arrêter aussi avec la notion de produits ménagers naturels, ça ne veut rien dire ^^ Dans tous les cas, les produits nettoyants sont des produits chimiques, et sont obtenus par chimie. Le savon de Marseille / le savon noir, c’est fait à partir d’hydoxyde de sodium (soude caustique) ou d’hydroxyde de potassium (potasse caustique), et ils ne sont plus du tout synthétisés naturellement. Par contre, c’est bien de chercher les produits les plus simples possibles, hypoallergéniques, et sans parfums :) (En passant, consoglobe n’est pas du tout une source fiable)

+6 -0

Il y a aussi une autre pollution, qui est plus ou moins connue selon là d’où l’on vient. C’est la pollution radioactive, due à la présence de radon. C’est un gaz naturel, radioactif, que l’on trouve dans le sous-sol et qui s’échappe par le sol. Il y a des cartes interactives pour vérifier la présence de radon ou non chez soi. Si c’est le cas, ça nécessite un vide sanitaire ou un sous-sol bien ventilé pour l’évacuer.

D’ailleurs il y a un site officiel en Belgique pour traiter de la question : https://afcn.fgov.be/fr/dossiers/radon-et-radioactivite-dans-votre-habitation/radon/quel-est-le-risque-pour-votre-sante

C’est intéressant même pour les non belges. D’ailleurs dans le cadre de mes rénovations j’ai du faire une évaluation du radon, on pose un petit tube sur un meuble sans le bouger pendant 3 mois en hiver puis on renvoie par la poste. Cela coûte une trentaine d’euros (soit rien).

Mon résultat était d’ailleurs moyen, la mise en œuvre d’une ventilation mécanique permettra de rendre le seuil plus convenable. Pour d’autres bâtiments ajouter une couche imperméable dans la cave ou le sous sol peut être la solution.

+2 -0

D’ailleurs dans le cadre de mes rénovations j’ai du faire une évaluation du radon, on pose un petit tube sur un meuble sans le bouger pendant 3 mois en hiver puis on renvoie par la poste. Cela coûte une trentaine d’euros (soit rien).

Ne serait-il pas possible d’utiliser un compteur Geiger quelques minutes pour faire l’évaluation en temps réel (quitte à acheter le dispositif à un prix dépassant largement les 30 €) ?

D’ailleurs dans le cadre de mes rénovations j’ai du faire une évaluation du radon, on pose un petit tube sur un meuble sans le bouger pendant 3 mois en hiver puis on renvoie par la poste. Cela coûte une trentaine d’euros (soit rien).

Ne serait-il pas possible d’utiliser un compteur Geiger quelques minutes pour faire l’évaluation en temps réel (quitte à acheter le dispositif à un prix dépassant largement les 30 €) ?

sgble

Non, pour la même raison que l’évaluation se fait sur trois mois l’hiver : le radon n’a pas un flux fixe dans un logement.

Le but est de mesurer le risque d’exposition dans le logement. Donc il est bon de faire une mesure sur la durée. C’est effectué en hiver car c’est la saison où l’aération est moins bonne car comme il fait plus froid, on laisse moi les fenêtres ou portes ouvertes.

L’aération est très efficace pour se débarrasser du radon, même si pas toujours suffisant suivant les cas.

Cela permet d’évaluer proprement le risque associé à cette exposition. Chose que tu serais incapable de faire avec un compteur Geiger. De plus je soupçonne que le radon n’est pas assez concentré dans l’espace et le temps pour que le compteur Geiger puisse mesurer quelque chose de manière assez précise et pertinente.

+1 -0

Je dois pousser la recherche documentaire (ex.https://link.springer.com/article/10.1007/s10265–005–0246-y). Ce qui est sure, est que les laboratoires qui financeront pareilles études -qui n’aboutiront pas à un brevet- sont quasi inexistants à mon humble connaissance.

Terrien

Il y a une grosse différence entre ce que l’article que tu cites explique (je l’ai lu en diagonale), à savoir que les plantes réagissent au champ électromagnétique (mais bon, les oiseaux migrateurs aussi, sans que ça ne pose de problème particulier) et une plante qui … Quoi, en fait ? Deux hypothèses:

  • La plante ferrait une sorte de "bouclier". En fait, la seule protection efficace, c’est une cage de Faraday: autrement dit, c’est s’entourer d’un matériel conducteur qui dévie ou absorbe les ondes. Dit encore autrement, c’est vivre dans une antenne.1 Je ne suis pas sûr que ce que tu proposes est de tapisser ces murs de plantes ;)
  • La plante "attirerait" les ondes, qui n’iraient plus ailleurs. Non, malheureusement, c’est comme la lumière (d’ailleurs, la lumière est une onde électromagnétique et on le vit assez bien): un matériau y est plus ou moins perméable, et il n’y a pas moyen "d’attirer" la lumière en un point précis (à moins d’utiliser des miroirs, et encore, c’est juste en modifier le trajet). Partant de ce principe, je ne vois pas ce qu’une plante ferrait de particulier.

Ce qui est sure, est que les laboratoires qui financeront pareilles études -qui n’aboutiront pas à un brevet- sont quasi inexistants à mon humble connaissance.

Je ne suis pas économiste, mais en surfant sur la vague "verte" de ces dernières décénies, je pense au contraire que si une telle chose était possible, il y aurait beaucoup d’argent à se faire. Les fameux arguments à base de "il y a des choses qu’on nous cache pour nous maintenir dans un système économique dominé par bigpharma/les GAFAMs/l’industrie pétrolière/Joe Biden" ne tient pas 2 minutes face au système économique libéral à base de libre concurence.

La fleur de lune (spathiphyllum) possède un peu près les mêmes propriétés notamment l’absorption du trichloréthylène, du benzène, de l’ammoniac, du xylène et du formaldéhyde émanant des peintures et des colles.

Imaginons qu’en brassant l’air (vu qu’une plante, d’une manière ou d’une autre, "respire"2), la plante capte effectivement de manière efficace (plus efficaces que d’autres) de tels composés. De deux choses l’une:

  1. Soit la plante stocke simplement de tels composés. Autrement dit, elle s’empoisonne gentiment et ça va mal finir.
  2. Soit la plante possède effectivement un mécanisme de dégradation de tels composés. Il se trouve que ça m’étonnerai : d’un point de vue chimique, le problème est semblable à celui de la dégradation du plastique (à moindre échelle3), ce qui est quelque chose que les êtres vivants de manière générale ont du mal à faire.

Soit dit au passage, je pense qu’un être humain brasse plus d’air qu’une plante.


  1. Amis physiciens, je simplifie, ne hurlez pas :p
  2. La photosynthèse est l’inverse de la respiration, mais il y a également des échanges gazeux.
  3. Faut briser des liaisons carbone-carbone dans une chaine alkyle, quoi.
+1 -0

@pierre_24 : il me semble quand même qu’un certain nombre de plantes sont dépolluantes, et permettent de stocker certains produits qui ne leur sont pas nocifs. C’est le cas de l’aloe vera qui stocke certains composés dans l’écorce (faut pas la manger du coup), des arbres également, ou encore du chanvre qui retire les métaux lourds du sol, je crois.

+1 -0

Les études ont montré que l’air des habitations et des espaces clos est largement plus pollué que l’air extérieur, et ce même en ville.

C’est pas d’ailleurs surtout en ville ? La concentration de véhicules et le manque d’espace vert doit pas mal jouer, et ce n’est pas pour rien que les villes (à commencer par Paris) prennent des mesures de plus en plus sévères pour cela.

Bon après évidemment si, hors ville, tu vis au bord d’un champs arrosé de pesticides ou d’une porcherie, ça doit pas être fou non plus…

Sinon pour la VMC, aérer régulièrement (et couper la VMC) consomme moins d’énergie, du moins hors hiver, non ?

Pour ceux qui ont des pompes à chaleur air-air, en général les machines intérieures proposent un filtrage (comme elles aspirent l’air ambiant puis le souffle chauffé ou refroidi, au passage elles le filtre, et il faut nettoyer les filtres régulièrement). C’est un bon moyen d’économiser sur le chauffage (par rapport à des radiateurs électriques, principalement, les chauffages centraux étant souvent remplacés par du air-eau en cas de remplacement par une PAC) tout en assainissant un peu l’air (évidemment ça ne remplace pas un renouvellement par VMC et/ou aération).

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte