Licence CC BY-ND

Cinq bonnes raisons pour l’éveil musical de votre enfant

Comment la musique contribue au developpement de l'enfant sur le plan cognitif, psychologique et social

Les recherches en neurosciences ne cessent de mettre en évidence les apports positifs de la pratique musicale, non seulement sur l’intelligence musicale de l’enfant, mais surtout sur le plan du développement tout entier.

En effet l’apprentissage précoce de la musique (avant l’âge de sept ans), la durée de cet apprentissage, l’instrument pratiqué, le type de pratique et surtout la qualité de l’enseignement sont autant de facteurs qui influencent les résultats obtenus.

Le sujet est donc vaste, et dans cet article j’aborde d’une manière synthétique, une partie des bienfaits de la musique sur le développement de l’enfant sur le plan cognitif, psychologique et social.

L’amélioration de la capacité d’apprentissage de votre bébé

Les sons sont capables d’activer et de stimuler l’ensemble des zones cérébrales. En écoutant une musique pour bébé, l’enfant apprend à distinguer les sons, le rythme, les mots et les syllabes. Au fur et à mesure, il sera capable de les mémoriser pour les reproduire à son tour et à sa manière. Une activité qui le prépare déjà à aller à l’école et à suivre plus facilement d’autres apprentissages.

Les chansons et comptines développent le langage chez l’enfant

Le cerveau traite la musique de la même manière qu’il traite le langage, parce que les deux possèdent les mêmes caractéristiques : le timbre, la durée et la hauteur, ce qui permet à l’enfant d’apprendre précocement à analyser ce qu’il entend et à l’assimiler. Sans oublier qu’en écoutant de la musique, l’enfant n’écoute pas que les sons, mais également les mots et les paroles des comptines et des chansons. Et c’est là l’opportunité pour lui de développer son langage. La musique stimule tout, sa mémoire, sa perception auditive et bien sûr sa capacité à articuler et à parler. Le rythme aidant, l’enfant apprendra plus de mots et s’exercera à construire des phrases, et pourquoi pas à écrire à son tour ses propres phrases et ses propres chansons.

La musique rend l’enfant plus créatif

Motivé et stimulé par une musique qui lui plait, ou par un instrument musical qui attise sa curiosité, l’enfant devient plus créatif : il va pouvoir développer son imagination et sa créativité. Inconsciemment, il pourra inventer ses propres chansonnettes, ses propres rythmes et même le geste corporel qui les accompagne. Et qui sait, peut-être dévoiler de vrais talents artistiques!, Picasso l’a bien exprimé « Tout enfant est un artiste. La difficulté est de rester un artiste une fois adulte ». Quoi qu’il aurait peut être signifié plutôt les arts plastiques.

La musique calme l’esprit et développe la sérénité de l’enfant

Si on dit que la musique adoucit les mœurs, c’est parce qu’écouter une mélodie, fredonner quelques airs ou même jouer d’un instrument de musique active et stimule les hormones du bonheur et du plaisir, qui diffusent chez votre enfant des émotions et des sensations très agréables. Et d’ailleurs çà ne se limite pas aux enfants. La musique participe ainsi à rendre l’enfant plus calme et plus serein et l’aide à mieux gérer ses émotions. D’ailleurs à ce sujet, une étude menée par des chercheurs de l’Université de Montréal a montré qu’un bébé devient plus calme et bien plus longtemps quand il entend de la musique que quand il entend une personne parler.

La musique un jeu social pour l’enfant

Un adulte peut chanter seul, sous sa douche, en faisant sa toilette ou en sirotant une boisson fraîche. Mais un enfant chante généralement avec d’autres enfants. Il partage alors avec ses petits copains le rythme, la mélodie, les paroles et même la danse. Autant d’activités qui le poussent inconsciemment vers les autres enfants, et lui apprend à les écouter, à attendre son tour pour chanter ou danser, à partager avec eux une chanson, une danse ou un instrument, à les aider si besoin est, à se rappeler certaines choses, en cas d’oubli, etc. tout ce qu’il faut pour construire un enfant plus social, plus ouvert au contact et au partage.


Cette liste sur l’influence positive de la musique sur le développement de l’enfant n’est pas exhaustive, elle est juste à titre introductif. Ci-dessous quelques ressources pour avoir une idée plus globale.

7 commentaires

Les sons sont capables d’activer et de stimuler l’ensemble des sphères cérébrales.
Peux-tu fournir une référence .

En fait, je ne sais pas trop ce qu’est une "sphère cérébrale". Par contre, je sais que la musique ce n’est pas uniquement des sons.

En écoutant une musique pour bébé

De la musique pour bébé ??? çan existe , des choses comme cela ???? Moi, bêtement, je leur fonne à entendre de l’opéra, du Chopin, du Beethoven, du Pierre Henry, du Bach, du Lulli etc.
Gros succès avec Carmen et la 9ième, ainsi que Psychérock, le 4 saisons, les concertos brandebourgeois. Comme par hasard, les "tubes" classiques.

+0 -0

Les sons sont capables d’activer et de stimuler l’ensemble des sphères cérébrales.
Peux-tu fournir une référence .

En fait, je ne sais pas trop ce qu’est une "sphère cérébrale". Par contre, je sais que la musique ce n’est pas uniquement des sons.

En écoutant une musique pour bébé

De la musique pour bébé ??? çan existe , des choses comme cela ???? Moi, bêtement, je leur fonne à entendre de l’opéra, du Chopin, du Beethoven, du Pierre Henry, du Bach, du Lulli etc.
Gros succès avec Carmen et la 9ième, ainsi que Psychérock, le 4 saisons, les concertos brandebourgeois. Comme par hasard, les "tubes" classiques.

etherpin

Pour la sphère, j’ai voulu dire "zone", et c’est rectifié. Merci pour la remarque.

Je pense qu’on peut faire écouter ce qu’on vent à un bébé, mais vous reconnaitrez facilement la musique qu’il aime à l’expression de son visage. Après, Un bébé n’a pas les mêmes capacités d’écoute ni d’appréciation musicale qu’un adulte, d’où l’on parle d' "éveil musical" (comme on apprend pas un Hugo à un enfant, c’est pareil pour la musique). Sachant que les grandes pièces classiques sont souvent d’une structure basique: ex. Le boléro de Ravel. C’est un peu çà le génie.

+1 -0

De la musique pour bébé ??? Ça existe , des choses comme cela ????

Bien sûr, c’est le cas de toutes les berceuses et comptines possibles et imaginables. De fais dodo Colas mon petit frère à Ah vous dirais-je maman.

Même si je pense qu’il est important de faire écouter toute sorte de musique aux enfants dans l’absolu (et pas seulement du classique… j’y reviens juste après), il est encore plus important de les exposer particulièrement à toutes ces comptines, parce qu’elles sont faites pour ça.

Ici, "faites pour ça" signifie que les comptines sont construites pour imprégner l’oreille des enfants des principaux mécanismes du système tonal : les mélodies sont courtes, construites de façon triviale (= "facile à comprendre", sans l’ambiguïté que l’on apprend à apprécier plus tard) autour des 3 degrés les plus importants de la gamme majeure (fondamentale, tierce et quinte), donc elles insistent particulièrement sur leur fonction, et leur appropriation permet par la suite de comprendre "couramment" ce système, par imprégnation, de la même manière que pour l’apprentissage du langage.

Par contre, là où j’ai envie d’insister, c’est sur le fait que la musique classique n’a pas de super-pouvoirs, elle n’est pas supérieure aux autres, et donc elle n’a pas de rôle particulier à jouer : il ne faut surtout pas souscrire au mythe qui voudrait qu’écouter la musique de Mozart en particulier serait meilleur pour un enfant que le reste. Ce n’est que de la musique. Le fait que l’on se limite un peu trop volontiers au classique peut d’ailleurs expliquer notre plus gros défaut en tant qu’européens et francophones : notre sens du rythme, à l’image de notre tradition rythmique, est globalement au ras des pâquerettes. :D

Bref, il faut leur faire écouter de la musique, il faut leur faire écouter de tout, et il ne faut pas hésiter au départ à les mettre beaucoup en contact avec les comptines qui sont là pour leur apprendre à comprendre une grande partie de la musique occidentale.

+4 -0

De la musique pour bébé ??? Ça existe , des choses comme cela ????

Bien sûr, c’est le cas de toutes les berceuses et comptines possibles et imaginables. De fais dodo Colas mon petit frère à Ah vous dirais-je maman.

Même si je pense qu’il est important de faire écouter toute sorte de musique aux enfants dans l’absolu (et pas seulement du classique… j’y reviens juste après), il est encore plus important de les exposer particulièrement à toutes ces comptines, parce qu’elles sont faites pour ça.

Ici, "faites pour ça" signifie que les comptines sont construites pour imprégner l’oreille des enfants des principaux mécanismes du système tonal : les mélodies sont courtes, construites de façon triviale (= "facile à comprendre", sans l’ambiguïté que l’on apprend à apprécier plus tard) autour des 3 degrés les plus importants de la gamme majeure (fondamentale, tierce et quinte), donc elles insistent particulièrement sur leur fonction, et leur appropriation permet par la suite de comprendre "couramment" ce système, par imprégnation, de la même manière que pour l’apprentissage du langage.

Par contre, là où j’ai envie d’insister, c’est sur le fait que la musique classique n’a pas de super-pouvoirs, elle n’est pas supérieure aux autres, et donc elle n’a pas de rôle particulier à jouer : il ne faut surtout pas souscrire au mythe qui voudrait qu’écouter la musique de Mozart en particulier serait meilleur pour un enfant que le reste. Ce n’est que de la musique. Le fait que l’on se limite un peu trop volontiers au classique peut d’ailleurs expliquer notre plus gros défaut en tant qu’européens et francophones : notre sens du rythme, à l’image de notre tradition rythmique, est globalement au ras des pâquerettes. :D

Bref, il faut leur faire écouter de la musique, il faut leur faire écouter de tout, et il ne faut pas hésiter au départ à les mettre beaucoup en contact avec les comptines qui sont là pour leur apprendre à comprendre une grande partie de la musique occidentale.

nohar

Certainement, il faut écouter de tout (acquérir une culture musicale de l’existant), après c’est des gouts et des préférences. Et il n’y a pas que la musique tonale ou classique, il y a les rythmes du mondes, la polyrythmie, les modes arabes (1/4 de ton), les modes turques (1/8 de ton) ..etc. L’article est partagé dans un but de sensibilisation à l’éveil musical des enfants. Il y a une petite nuance entre écouter/faire écouter et "éduquer l’oreille musicale" de manière progressive, en commençant par les structures simples (raison de ma mention du genre classique) et développer la personnalité par la musique.

Sans aller jusqu’aux trucs vraiment exotiques pour notre oreille (les "traditions microtonales" que tu cites et qui nous sont vraiment étrangères, pour le coup), il y a aussi tout un pan que l’on néglige volontiers : typiquement le jazz, le funk, les musiques latines, sont autant de genres proches de nous qui aident à développer un sens du rythme un peu plus aigu que notre tradition classique.

Et en plus, non seulement, ça leur plaît parce que ça les fait danser, mais plus tard, cela les expose à la musique improvisée, qui pour le coup va plus facilement titiller les aires du langage.

Par ailleurs, la compréhension intuitive du système tonal permet également d’apprécier plus tard les genres qui ont eu vocation à s’en libérer (je pense à la musique "modale occidentale" et à la plupart des genres qui ont fleuri au XXe siècle, typiquement) : avant de courir, il faut apprendre à marcher. :)

+0 -0

[…] il ne faut surtout pas souscrire au mythe qui voudrait qu’écouter la musique de Mozart en particulier serait meilleur pour un enfant que le reste. Ce n’est que de la musique. Le fait que l’on se limite un peu trop volontiers au classique peut d’ailleurs expliquer notre plus gros défaut en tant qu’européens et francophones : notre sens du rythme, à l’image de notre tradition rythmique, est globalement au ras des pâquerettes. :D

nohar

« […] dans sa tête le rayonnement du tube cathodique a étouffé les vibrations des Tams-Tams de l’Afrique […] » ;)

Sans aller jusqu’aux trucs vraiment exotiques pour notre oreille (les "traditions microtonales" que tu cites et qui nous sont vraiment étrangères, pour le coup), il y a aussi tout un pan que l’on néglige volontiers : typiquement le jazz, le funk, les musiques latines, sont autant de genres proches de nous qui aident à développer un sens du rythme un peu plus aigu que notre tradition classique.

Et en plus, non seulement, ça leur plaît parce que ça les fait danser, mais plus tard, cela les expose à la musique improvisée, qui pour le coup va plus facilement titiller les aires du langage.

Par ailleurs, la compréhension intuitive du système tonal permet également d’apprécier plus tard les genres qui ont eu vocation à s’en libérer (je pense à la musique "modale occidentale" et à la plupart des genres qui ont fleuri au XXe siècle, typiquement) : avant de courir, il faut apprendre à marcher. :)

nohar

Bien sur. Je suis moi même fan et praticien de Jazz, du swing et du contretemps (ce qui ne m’empêche pas d’explorer les traditions microtonales). D’ailleurs des classiques de Jazz comme Caravane sont d’inspiration orientale.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte