Licence CC BY-ND

Trouver un emploi, quelle est la démarche ?

un guide pratique pour trouver un emploi, dénicher les bonnes annonces, rédiger un cv, et une lettre de candidature et réussir l’entretien d’embauche.

Certains candidats - avec ou sans expérience- peinent à trouver un emploi ou ne serait-ce qu’un entretien d’embauche, alors comment procéder pour décrocher un entretien d’embauche ? et comment le réussir ?

Une offre emploi exprime un besoin précis

Il me semble que trouver un emploi,et avoir/trouver une source de revenu peuvent sont deux concepts différents. Dans le premier cas, il s’agit de répondre à une offre d’emploi, ç’est à dire à un besoin spécifique d’une structure (entreprise ou autre) d’un savoir-faire et d’un savoir être, et en contrepartie duquel elle propose une rémunération 1. Alors qu’un revenu peut provenir d’un emploi ou d’autres activités (commerce, prestation de services, brevets, droits d’auteur..etc). Maintenant pour trouver un emploi, il faut savoir ce que cherchent les entreprises de manière générale ?

Quelles qualités cherche un employeur chez le candidat ?

entretien d'embauche crédit photo : pexels (Sora Shimazaki)

Si les entreprises cherchent parfois des profils techniques ou avec une certaine connaissance/expérience d’un domaine particulier, certaines qualités restent tout de même déterminantes quel que soit le type d’expérience accumulée, et c’est d’autant plus valable pour les profils sans expérience professionnelle. En effet, vos qualités sociales et votre "intelligence émotionnelle" sont autant d’atouts que votre savoir technique. On parle aussi de soft skills.

Il s’agit :

• d’être motivé pour le travail que vous effectuez ; ce qui influe votre rendement ou en termes économiques, votre capacité de production,

• d’avoir une stabilité émotionnelle : c’est à dire, être capable de contrôler vos émotions et de réagir de manière calme et objective dans les situations de conflit/désaccord,

• d’avoir de l’empathie pour vos collègues et les clients que vous servez ; autrement dit, être capable de se mettre dans la peau des autres et bien comprendre leur point de vue/opinion, au lieu de faire des critiques subjectives ou des réactions inappropriés , • d’être un bon communicateur : Si vous ne comprenez ce que les autres essaient de vous transmettre, ou que vous aillez du mal à exprimer vos idées, vous finirez par vous isoler, et ce n’est pas l’intérêt dans un groupe de travail. Ce facteur est déterminant,

• d’être une personne sociale, et capable de travailler dans équipe de manière harmonieuse. Et oui, personne n’aime travailler avec une personne chiante ou introvertie, quelles que soient ses compétences. Puis une entreprise, c’est une équipe qui collabore pour atteindre des objectifs ; qu’il est impossible ou très difficile d’atteindre seul. Comme on ne peut pas jouer un match de foot et être à la fois le gardien de but, le milieu de terrain et le buteur !

• C’est surtout votre capacité à vous remettre en question et à vous améliorer sur le long terme qui compte le plus pour un employeur, dans un environnement économique et social en changement constant.

Mais, ne vous alarmez pas, si vous avez des faiblesses, ou manquez certaines de ces qualités, vous pouvez très bien les améliorer ou les apprendre, en faisant appel à un professionnel pour vous aider, comme un coach de développement personnel, ou en lisant de bons livres sur le sujet. Vous pouvez aussi faire des tests de personnalité en ligne comme le fameux 16PF pour mieux vous connaitre, mais ne le faites pas dans l’intention de réussir les tests de recrutement. Au contraire, répondez sincèrement, car il n’y a pas de bons ou mauvais résultats ; ces tests ont uniquement pour objectif de ressortir les caractères de votre personnalité, et par la suite l’employeur verra si ça correspond au profil qu’il cherche.

Comprendre ce que l’on attend de vous c’est bien, mais savoir qui vous êtes, vos point forts et ce que vous pouvez apporter à une entreprise, ainsi que vos point faibles à améliorer est un travail d’égal importance. Il faut surtout savoir se demander : qu’est-ce que je veux faire de ma vie ?

Pour trouver un emploi il faut savoir ce qu'on cherche

« Il n’y a point de vent favorable pour qui ne sait pas où il va » disait Sénèque.

Savoir identifier les entreprises qui ont une vision que vous partagez, et une organisation qui rime avec votre personnalité et votre manière de travailler est capital. Car c’est seulement en faisant le bon choix, que vous donnerez le meilleur de vous-même, et que vous en serez bien rémunéré en retour, et que vous vous épanouirez dans votre travail au quotidien. Car je vous le rappel, nous passons huit heure par jour au travail, et ces chiffre clés sur le travail le confirment.

Le CV et la lettre de motivation, un passeport pour l’emploi :

rédiger CV crédit photo :pexels

Une fois que vous savez quelle type d’entrepris vous intéresse, que vous avez pris le temps de découvrir vos qualités et vos point faibles (ce qui demande tout de même de ne pas être dans l’urgence économique de trouver une source de revenu), il vous reste de savoir rédiger :

• un CV original dans la forme, mais surtout riche dans le fond. L’objectif est que le CV reflète et mette en valeur votre savoir et votre expérience. Voici un modèle de cv original commenté. Word 2013, ou des sites comme Canva proposent également des modèles de CV prêts à l’emploi, du style classique/minimaliste au style moderne/élégant.

• une lettre de motivation qui capte le recruteur et lui donne envie de vous rencontrer, pour en savoir plus sur votre personne, et sur ce que vous pouvez lui apporter.

Réussir l’entretien d’embauche

Là vous êtes à l’étape ultime et décisive. L’employeur, vous donne l’occasion de le rencontrer et de présenter : qui vous êtes et ce que vous savez faire, en fait, il s’agit de répondre à la question : Pourquoi devons-nous vous choisir vous, parmi toute cette liste de candidats ?

Souvent pour des postes de responsabilité l’entreprise a recours à un chargé de recrutement (responsable des ressources humaines), ou à une agence de recrutement, qui se charge de la présélection.
Donc, un entretien d’embauche, c’est à prendre au sérieux, mais pas au point de vous stresser. Il suffit de bien s’y préparer physiquement (savoir se relaxer) et mentalement (prévoir les questions qui seront posées et préparer vos réponses). Je trouve que cet article traite le sujet de manière assez exhaustive, qu’il m’est inutile de développer plus. Ce tutoriel est bref est concis.

L’essentiel : rester soi-même, souriant et décontracté. Ne mentez surtout pas, mais sachez aborder certaines questions avec tact et positiver les périodes difficiles de votre parcours ou vos échecs. Il faut vraiment que vous mettiez toutes les chances de votre côté, si vous êtes le candidat idoine, mais aussi savoir éviter un poste pour lequel vous n’avez pas les compétences requises ou qui ne correspond pas à votre personnalité et vos attentes. Et rassurez-vous deux ou trois entretiens ratés vous prépareront très bien pour le bon, si vous savez en tirer les bonnes leçons.

Enfin, ayez une idée sur la fourchette des salaires pour le poste proposé, la politique de rémunération de l’entreprise, et négociez votre salaire en fonction de çà. C’est une des erreurs que j’ai commises en début de carrière et j’ai dû changer d’employeur en raison du salaire mal négocié au départ !


Nous avons parcouru les étapes pour trouver un emploi dans une démarche classique, mais il ne faut pas négliger le rôle du relationnel (amis, et famille), et de l’implication active dans le bénévolat et les actions associatives. En effet, ces activités vous donnent l’occasion d’exercer et de développer vos compétences, ce qui peut vous ouvrir les portes de l’emploi d’une manière indirecte (vous pouvez très bien y rencontrer votre prochain directeur).

Notes :

1 : Une rémunération sensé être équitable ou raisonnable par rapport à l’effort fournit. Mais dans la réalité, il y a souvent un décalage, et c’est souvent la loi de l’offre et la demande et du marché de l’emploi qui détermine cette rémunération. Je pense que les économistes ont du travail à faire sur, comment déterminer la valeur d’un travail et la rémunération adéquate.

2 commentaires

Mon expérience de travail dans quelques entreprises, et postes de responsabilité, m’a amené à cette définition de l’emploi : il ne s’agit pas de trouver une source de revenu, mais plutôt de répondre à une offre d’emploi, ç’est à dire à des besoins spécifiques d’une structure (entreprise ou autre) d’un savoir-faire et d’un savoir être, et en contrepartie duquel elle propose une rémunération, qu’elle estime juste. Pour répondre à ce besoin il convient de se demander, mais que cherchent les entreprises de manière générale ?

Je ne suis pas convaincu par cette formulation que je trouve, au mieux, quelque peu naïve et présentant une inadéquation avec la réalité du commun.

Pourquoi des individus voudraient-ils offrir leur précieux temps et ainsi répondre aux besoins spécifiques d’une entreprise ? Pour une contrepartie, laquelle est certainement la plupart du temps financière. Les formulations corporate auront beau occulter cela, ça ne changera pas les faits. La formulation le précise d’ailleurs, trahissant ainsi le précepte énoncé : « en contrepartie duquel elle propose une rémunération ».

Par ailleurs, une entreprise ne propose aucunement une rémunération qu’elle estime juste. Elle propose simplement la rémunération la plus basse possible par rapport à ce que le marché permet. Et l’autre partie essaie d’avoir le salaire le plus haut par rapport à ce que le marché permet, aussi.

À part quelques exceptions sous-tendues par des motifs individuels, on peut considérer qu’un salaire ne fait qu’encoder les variables du marché la plupart du temps. Même si les employés disent qu’ils sont là « pour autre chose », cela n’est vrai que dans la mesure où leur salaire n’est pas démesurément décorrélé du marché, auquel cas ils quitteraient les rangs aussitôt pour un employeur plus offrant.

(exemple : on pourrait rester dans un poste à 50k parce qu’on aime cette entreprise, tandis que les autres paient plutôt 60k ; mais on restera difficilement à 20k quand les autres paient 60k, même dans l’entreprise la plus cool du monde)

Je ne vois pas en quoi un état d’esprit « c’est pas pour la source de revenu » serait nuisible dans la recherche d’un emploi. Au contraire, autant être réaliste et lucide sur toute la ligne : je cherche un emploi dans X, je prétends pouvoir gagner N€/an d’après la valeur de mon profil sur ce marché. Pour me payer pareil salaire, une entreprise doit pouvoir exiger de moi telle et telle compétence, expérience, je fais donc mon CV à partir de ces variables.

+0 -0

Mon expérience de travail dans quelques entreprises, et postes de responsabilité, m’a amené à cette définition de l’emploi : il ne s’agit pas de trouver une source de revenu, mais plutôt de répondre à une offre d’emploi, ç’est à dire à des besoins spécifiques d’une structure (entreprise ou autre) d’un savoir-faire et d’un savoir être, et en contrepartie duquel elle propose une rémunération, qu’elle estime juste. Pour répondre à ce besoin il convient de se demander, mais que cherchent les entreprises de manière générale ?

Je ne suis pas convaincu par cette formulation que je trouve, au mieux, quelque peu naïve et présentant une inadéquation avec la réalité du commun.

Pourquoi des individus voudraient-ils offrir leur précieux temps et ainsi répondre aux besoins spécifiques d’une entreprise ? Pour une contrepartie, laquelle est certainement la plupart du temps financière. Les formulations corporate auront beau occulter cela, ça ne changera pas les faits. La formulation le précise d’ailleurs, trahissant ainsi le précepte énoncé : « en contrepartie duquel elle propose une rémunération ».

Par ailleurs, une entreprise ne propose aucunement une rémunération qu’elle estime juste. Elle propose simplement la rémunération la plus basse possible par rapport à ce que le marché permet. Et l’autre partie essaie d’avoir le salaire le plus haut par rapport à ce que le marché permet, aussi.

À part quelques exceptions sous-tendues par des motifs individuels, on peut considérer qu’un salaire ne fait qu’encoder les variables du marché la plupart du temps. Même si les employés disent qu’ils sont là « pour autre chose », cela n’est vrai que dans la mesure où leur salaire n’est pas démesurément décorrélé du marché, auquel cas ils quitteraient les rangs aussitôt pour un employeur plus offrant.

(exemple : on pourrait rester dans un poste à 50k parce qu’on aime cette entreprise, tandis que les autres paient plutôt 60k ; mais on restera difficilement à 20k quand les autres paient 60k, même dans l’entreprise la plus cool du monde)

Je ne vois pas en quoi un état d’esprit « c’est pas pour la source de revenu » serait nuisible dans la recherche d’un emploi. Au contraire, autant être réaliste et lucide sur toute la ligne : je cherche un emploi dans X, je prétends pouvoir gagner N€/an d’après la valeur de mon profil sur ce marché. Pour me payer pareil salaire, une entreprise doit pouvoir exiger de moi telle et telle compétence, expérience, je fais donc mon CV à partir de ces variables.

sgble C’est votre point de vue personnel, et Il y a une part de vérité là dedans. Et j’avoue que la tendance est vers la capitalisme pur et dur. J’ai bien précisé "qu’elle (l’entreprise)estime juste -entre autres, en fonction du marché-, mais çà ne veut pas dire que le candidat peut prétendre à plus/négocier et n’accepter que ce qu’il pense mériter. C’est pour çà que dans une partie j’ai insisté sur savoir le type d’entreprise qu’on cherche (on ne travaille pas que pour l’argent) et une certaine introspection sur ces proposer motivations. C’est un sujet assez compliqué, j’ai essayé d’aborder l’aspect pragmatique.
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte