Pertinence statistiques sécurité routière

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour à tous,

Depuis plusieurs mois/années, j’éprouve un malaise face aux statistiques de la sécurité routière. J’ai deux chiffres en tête:

  • Le nombre de mort sur une année.
  • le nombre de morts sur un mois comparé au mois de l’année précédente.

On nous rabâche que le nombre de morts baisse / augmente mais quand je vois l’ordre de grandeurs des chiffres, j’ai du mal à ne pas penser à de simples variations statistiques.

  • Exemple 1 : - 1,7 % de morts en août 2017. En août, 296 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine, soit cinq de moins qu’un an plus tôt. 5 morts, une voiture, un accident. Je trouve que ça n’a aucun sens de parler de diminution…
  • Exemple 2 : année 2017 vs 2016. Le graphique montre une différence de 20 morts. Là encore, je trouve que sur une échelle d’un an et d’un pays, c’est rien. Pourtant,si on regarde dans le second lien les chiffres sur une échelle à 10 ans, la baisse est indéniable.

Avec vous des explications / liens / ressources statistique/sécurité routière pour me permettre de résoudre le problème que j’ai face aux chiffres

Merci, David

+1 -0

Tu remarqueras en fait que tu compares au début deux années précises et proche et ensuite une décennie. Et si tu regardes entre 2001 et 2013, la baisse est effective, régulière mais depuis cela stagne. Donc en effet entre 2014 et 2018, les variations sur les routes sont dus à des aléas statistiques car on tourne toujours autour d’une valeur palier.

Et cela s’explique par le fait que la sécurité routière a été un combat politique national depuis 2001 : plus de contrôles routiers, sanctions plus fortes, installation de radars automatiques, publicité gouvernementale sur la question, etc. Des moyens énormes ont été déployés ce qui a permis de changer les mentalités sur la durée (moins d’alcool au volant, excès de vitesse plus rares, moins de feux grillés) mais on atteint aujourd’hui un palier car globalement la population est habituée à cette nouvelle donne et qu’il n’y a pas eu de mesures fortes supplémentaires pour impulser un nouveau changement de mentalité.

C’est un peu comme la consommation de cigarette où la baisse des ventes et des fumeurs se fait peu de temps après une hausse importante du prix du tabac mais se stabilise ensuite.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+2 -0

Salut,

J’ai la même impression que toi. Je pense qu’estimer la variation statistique ne doit pas être évidente ; il y a peut-être des modèles statistiques existant, mais je ne les connais pas. Ce serait intéressant de distinguer le bruit de la variation purement liée à l’évolution de la réglementation et de l’évolution technologique des voitures. Ce serait même encore mieux de pouvoir distinguer la réglementation de l’évolution technologique.

Je sais que pour ce qui est de la consommation d’électricité, les rapports de RTE sur la consommation en France introduisent une comparaison en corrigeant pour différents facteurs, dont notamment la météo (température, luminosité) et le nombre de jours fériés tombant en semaine (qui change la consommation électrique liées à l’activité économique).

Il y a peut-être moyen de faire quelque chose de similaire pour la sécurité routière, car la météo, l’indisponibilité des transports publics, les dates de vacances jouent possiblement un rôle.

+1 -0

Salut,

Avec vous des explications / liens / ressources statistique/sécurité routière pour me permettre de résoudre le problème que j’ai face aux chiffres

Si j’ai bien compris, ton problème est que les comparaisons mois par mois ou an par an n’exhibent pas des chiffres significatifs (du moins à vue de pif) alors que les tendances sur plusieurs années existent. Je ne suis pas sûr de comprendre en quoi c’est un problème, en fait. Ce n’est pas parce qu’une tendance globale est indifférenciable statistiquement du bruit sur les données qu’elle n’existe pas.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+0 -0

Sur un mois, c’est effectivement très aléatoire, et ça ne présente à peu près aucun intérêt. C’est un instrument de communication, ça remplit les journaux… Les journalistes se moquent totalement de savoir si c’est significatif ou non.

Sur une période longue, l’information est pertinente. Si on fait un total des 5 dernières années, et qu’on le compare au cumul des 5 années précédentes, c’est complètement pertinent.

Il faudrait faire la part entre ce qui est dû aux mesures politiques, et ce qui est dû aux évolutions des équipements de sécurité des véhicules par exemple. Et là, c’est complexe, il n’y a pas assez d’éléments pour faire des analyses valables. Et comme toujours, les gens qui font ces analyses sont juge et partie ; avant même de faire les analyses, ils connaissent les conclusions auxquelles ils veulent arriver.

Dans le domaine de la sécurité routière, je pense que l’une des plus grosses fumisteries au sens statistique, c’est : ’L’espérance de vie d’un piéton sur le bord d’une autoroute est de 15 à 20 minutes’. J’ai une vague idée de comment ce chiffre a été calculé, et si c’est effectivement conforme à ce que j’imagine, c’est du grand n’importe quoi. Et si quelqu’un a une idée sur la méthodologie employée, sur les mesures effectuées, je suis très intéressé (pour démontrer que c’est pipeau) !

@adri1 : En mars 2017, il y a eu 4 samedis ; en mars 2018, il y a eu 5 samedis ; Et on sait que le samedi est particulièrement accidentogène. On sait aussi que le verglas est très accidentogène.

Quand un média quelqu’il soit compare les chiffres de mars 2017 et ceux de mars 2018, il fait l’impasse sur ces variables ’explicatives’. Il balance les 2 chiffres, et basta. Est-ce que l’information est utile ? Est-ce que ça apporte quelque chose à l’auditeur ou au téléspectateur ? Mon avis est clairement non. Ca permet juste de remplir 2 minutes d’antenne à un coût pas trop élevé.

Et encore, ça, c’est quand il n’y a pas un expert auto-proclamé, qui va analyser ces chiffres et en tirer des conclusions fumeuses.

Édité par elegance

+1 -0

@adri1 : En mars 2017, il y a eu 4 samedis ; en mars 2018, il y a eu 5 samedis ; Et on sait que le samedi est particulièrement accidentogène. On sait aussi que le verglas est très accidentogène.

Oui, et? Je comprends pas le rapport avec mon propre commentaire, ça me parait complètement orthogonal comme remarque.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte