Les résultats du groupe de travail « Organisation des publications »

Appel à commentaires sur nos propositions !

a marqué ce sujet comme résolu.

Bonjour, bonsoir à tous les zestes,

Après un peu de travail et de réflexion, voilà le résultat du groupe de travail « Organisation des publications », autrement dit de @Aabu, @Amaury, @Gabbro, @Moté, @qwerty, @Rockaround, @Melcore.

Notre objectif était de réfléchir à une évolution de l’organisation des contenus, afin qu’elle soit plus facile à comprendre pour les visiteurs et plus souple à utiliser pour les auteurs et autrices et le staff, tout en préservant l’exigence de qualité pour les publications validées et la facilité d’expression actuelle des tribunes. Nous avons aussi souhaité rendre la transition entre non-validé et validé plus simple le cas échéant.

Le résultat de notre travail est présenté sous forme de propositions ouvertes aux commentaires de la communauté.

Les propositions sont classées plus ou moins par importance décroissante. Celles en premier ont tendance à être plus structurantes que celles qui suivent.

Pour chaque proposition, la proposition en elle-même est présentée dans le cadre, avec des justifications et commentaires dessous.

Proposition 1

Instaurer une nouvelle classification de premier niveau

Les publications sont organisées selon une nouvelle classification de premier niveau selon le principe général suivant :

  • Comprendre quelque chose
  • Découvrir quelque chose ou quelqu’un
  • Apprendre à faire
  • Exprimer une opinion (uniquement pour les contenus non-validés)
  • Nouvelles de la communauté (développement, récap’, etc.)

Cette classification est éditorialisée, c’est-à-dire gérée par l’équipe.

Cette nouvelle classification remplace la distinction actuelle entre articles et tutoriels, qui devient obsolète.

Le but premier est de mettre en avant l’objectif général de la publication plus que son format comme le fait la séparation actuelle entre tutoriels, articles et billets.

Les quelques distinctions existantes actuellement entre articles et tutoriels se retrouvent dans la classification décrite ci-dessus. Par exemple, apprendre à faire est souvent l’objectif des tutoriels actuels, et découvrir est l’objectif de beaucoup d’articles.

Proposition 2

Affirmer la distinction entre validé et non-validé

La distinction forte entre publications validées et non-validées est maintenue et renforcée pour toutes les publications, indépendamment de leur classification.

Cette distinction forte peut être obtenue notamment :

  • en évitant de mélanger les publications validées et non-validées sur une même page, sauf exception, comme l’accueil ou un parcours.
  • en donnant une indication claire à la fois sur les publications et sur les vignettes de la page d’accueil du statut libre ou validé de la publication.

Nous proposons de renommer le concept de billet/tribune en « publication libre ». Aussi, nous proposons d’éviter d’utiliser le terme contenu au profit du terme publication.

Les publications bénéficient d’une manière communautaire de les plébisciter, pour avoir une indication sur leur qualité : pouces levés, claps, ou autre.

À tout moment, les auteurs ou l’équipe de validation peuvent proposer une publication libre à la validation, en respectant la volonté des auteurs et autrices.

Les vérifications d’usage (conformité aux CGU notamment) des publications libres sont maintenues. Les publications libres peuvent être incluses dans le système de plébiscite (claps, pouces, …).

La distinction forte entre validé et libre est importante, parce que la qualité est une force de Zeste de Savoir.

Mentionner le statut validé/libre clairement dès que possible est important pour éviter les confusions, surtout pour les visiteurs externes.

Nous voulons garder une visibilité pour les contenus libres, qui sont un signe du dynamisme de la communauté.

Comme les publications libres s’ouvrent à autre chose que des billets, les termes de tribunes ou billets sont obsolètes.

On efface aussi la cloison entre les billets et les autres formats existant actuellement quant au processus de validation.

Proposition 3

Maintien et extension de la mise en bêta

La mise en bêta est maintenue et étendue à tous les types de publication.

La visibilité de la bêta est paramétrable : privée (par exemple partage d’un lien secret), réservées aux membres inscrits, ou ouverte à tous les visiteurs.

Les publications actuellement en bêta sont mises en avant sur le site (modalité exacte à définir).

L’extension de la bêta à toutes les types de publication découle de la disparition des notions de tutoriels, articles, billets.

La visibilité paramétrable répond au besoin des auteurs et autrices de partager de manière plus fine (partage avec seulement quelques personnes) ou plus largement (accessibles au grand public) leurs publications en cours de rédaction.

La mise en avant permet de rendre visible l’aspect communautaire de la rédaction.

Proposition 4

Mise en place de parcours

Un concept de parcours est mis en place, qui structure des publications indépendantes autour d’un objectif commun.

Un parcours peut contenir des publications de Zeste de Savoir, sans distinction de statut de validation, ainsi que des ressources externes.

L’équipe de validation peut valider un parcours qualitatif, qui sera alors mis en avant comme tel sur le site, à l’instar des publications validées.

N’importe quel membre inscrit peut créer un parcours. De ce fait, il s’agit d’une sorte d’organisation communautaire. On peut envisager un système de vote sur les parcours (pouces, claps, …).

Les différentes ressources sur Zeste de Savoir (ou ailleurs) ont plus de valeur pour le lecteur quand elles sont structurées autour d’un objectif.

Il y a beaucoup de contenus qualitatifs ailleurs, ça serait dommage de se priver de leur existence parce qu’ils ne sont pas « origine ZdS ».

Proposition 5

Labelliser les publications de qualité exceptionnelle

Un système de label pour les publications de qualité exceptionnelle est mis en place afin de les distinguer, sur une base similaire aux labels utilisés par exemple sur Wikipédia (bon article, article de qualité, etc).

Ces labels seraient apposés par l’équipe du site.

Les publications labellisées sont dans une position privilégiée pour être mise en avant sur la page d’accueil, par exemple. La labellisation a notamment pour objectif de fournir un point d’entrée des nouveaux arrivants sur le site, avec des publications complètes et pédagogues.

L’idée de cette proposition est d’éviter de faire de la surqualité en validation : les publications doivent avoir une qualité suffisante pour la validation, mais ne doivent pas nécessairement atteindre le niveau exceptionnel de qualité atteint par les meilleures publications du site.

Proposition 6

Éditorialisation sur la base du temps d’étude estimé

La mise en avant des contenus selon le temps d’étude estimé est facilitée.

Une classification par rapport au temps d’étude estimé peut être intéressante pour permettre de catégoriser rapidement des publications en fonction de l’effort nécessaire à leur lecture. Cette classification serait basée sur des intervalles de temps : - de 5 minutes, - de 15 minutes, 15 - 45 minutes, 1 - 2h, plusieurs heures, plusieurs jours, par exemple. Elles permettront aux utilisateurs de choisir un contenu adapté au temps qu’ils souhaitent y passer.

Un système de mise en avant de contenus courts serait envisagé, notamment pour les nouveaux arrivants. Il serait possible également de créer une page "J’ai tant de temps, propose-moi des contenus à lire".

C’est un levier d’action supplémentaire pour classer les contenus.

Ça permettrait de plus facilement promouvoir des lectures courtes, ou à l’inverse des publications complètes et approfondies.

On peut aussi imaginer que montrer qu’on a des choses brèves pourraient aider des auteurs et autrices prospectifs à sauter le pas.

Proposition annexe

Cette proposition n’a pas été au cœur des discussions du présent groupe de travail. Nous proposons d’organiser un groupe de travail dédié à ce thème.

Amélioration de la validation

Plus de moyens techniques sont donnés à la validation et les auteurs et autrices reçoivent plus d’informations de la part de la validation.

Le message privé de validation informe sur les délais et sur le responsable de la communication à contacter quand l’attente devient trop longue.

Les validateurs et autres membres des équipes de Zeste de Savoir bénéficient d’une nouvelle option pour forcer l’envoi d’un courriel de notification en répondant à un message privé, afin de régler le problème des auteurs et autrices qui ne sont pas mis au courant d’une réponse. Ils s’engagent aussi à donner des nouvelles régulièrement, même si l’information est qu’il n’y a pas de nouvelles.

Faisabilité technique

La faisabilité technique n’a pas été le cœur des réflexions du groupe de travail. Il n’y a rien d’insurmontable, même s’il y a du travail.

Notamment :

  • concernant le backend des publications, c’est essentiellement supprimer des contraintes existantes ;
  • concernant l’interface il faudra ajouter les pages par grands domaines et les formulaires pour les modifier.
+18 -0

Franchement, chapeau à tous les membres du groupe de travail pour ces propositions !

J’ai un peu de doute sur l’ouverture des publications en bêta à tous les visiteurs (il faudra faire attention à ce que le bandeau de bêta soit bien visible et compréhensible) ainsi que pour la labellisation des publications de qualité exceptionnelle (j’attends notamment de voir comment ce sera défini par l’équipe de validation), mais tentons le coup et on verra bien si ça fonctionne ou pas !

+3 -0

Félicitation et merci pour le résultat de ce groupe de travail.

L’ensemble des propositions vont dans le bon sens à mon avis. Mes remarques visent donc uniquement des points secondaires des propositions.

Proposition 1

Autant je trouve la classification que vous avez trouvé assez juste, autant, je trouve que le vocabulaire est difficile a "marketer".

Faire disparaître la notion de "Tutoriels" au profit de "Apprendre à faire" (ou "publication" selon là ou c’est employé) ne risque pas de rallonger/complexifier notre communication extérieure ? Je reprends l’échange classique (le gras est de moi):

— Bonjour, j’aimerai me former en autodidacte sur Python vous connaissez un site bien ?
— Vas sur zestedesavoir, c’est un site ou on trouve pas mal de publications qui vont te permettre d'apprendre à manipuler Python

un serveur discord au hasard

Dans ce type d’échange, le vocabulaire naturel qui me viendrait à l’esprit serait "cours", et la réponse dans l’échange donnerai

— Vas sur zestedesavoir, c’est un site ou on trouve pas mal de cours sur Python

Tout ceci pour dire que j’ai un peu peur que le vocabulaire proposé soit finalement assez lourd pour communiquer et entrave l’objectif de départ du groupe de travail qui veut que les choses soient lisibles pour quelqu’un d’extérieur.

Si je regarde un peu ce qui se fait sur la toile, le terme utilisé pour désigner ce que l’on fait, c’est bien le terme "cours". J’ai même l’impression que la classification "Comprendre quelque chose" et "Apprendre à faire", se recoupe bien dans "Cours théorique" et "Cours pratique".

Bref, je réponds un peu à chaud et donc il faut un peu murir la réflexion, mais pour moi le changement de vocabulaire n’est pas anecdotique.

Proposition 2

Je trouve l’idée excellente, et je serais même allé plus loin (mais j’imagine que si vous n’êtes pas allé jusque là, il doit y avoir des éléments que je ne perçois pas). Typiquement, j’imagine un peu les contenus du site comme des Apps de l’App store ou du Play store. On aurait toutes les publications au même niveau avec juste une distinction "Validé par l’équipe" qui saluerai le passage en validation (et donc qui bénéficierai de certains avantages en terme de mise en avant).


Voilà pour mes remarques, comme je le disais, sur des aspects secondaire de votre travail d’excellente qualité.

Si je regarde un peu ce qui se fait sur la toile, le terme utilisé pour désigner ce que l’on fait, c’est bien le terme "cours". J’ai même l’impression que la classification "Comprendre quelque chose" et "Apprendre à faire", se recoupe bien dans "Cours théorique" et "Cours pratique".

J’irai même jusqu’à demander si comprendre quelque chose et apprendre à faire seraient vraiment deux choses différentes. Je militerai plus pour ne pas séparer les deux, c’est un peu vieillot amha de distinguer théorie et pratique, surtout dans des domaines scientifiques où les deux sont beaucoup plus mélangés qu’autrement.

Salut,

Merci beaucoup pour votre travail sur le sujet et les différentes propositions qui en découlent. J’ai cependant quelques questions à propos de points que je n’ai pas tout à fait compris.

Au niveau des propositions 3 et 4 j’ai du mal à saisir quel serait le statut des actuels billets (donc « publications non validées »), est-ce que toute publication passerait par ce statut dans l’attente de sa validation ou est-ce qu’il y aurait une distinction entre « contenus publiés non validés » (les actuels billets publiés) et « contenus non-publiés en attente de validation » (les actuels articles/tutos en validation) ?

Par rapport à la proposition 6, je me demandais s’il s’agirait d’une catégorisation manuelle ou si elle serait définie automatiquement comme l’actuelle estimation du temps de lecture.

Voilà quelques réponses. Je donne mon avis ou celui du groupe de travail (co-membres de ce groupe, corrigez-moi si je me méprise). J’ai essayé d’être clair quand je donne mon avis personnel, en cas de doute posez la question.


@entwanne : Ma vision de la chose est dans ce style :

En gros, les statuts de validation et de publication sont indépendants, et on peut naviguer entre les combinaisons possibles. Par exemple, on peut publier en direct, ou valider et publier dans la foulée, ou alors valider quelque chose de déjà publié.

À noter aussi que le schéma ne prend pas du tout en compte le fait qu’on a différentes versions, donc il faudrait réfléchir proprement aux cas avec plusieurs versions pour voir ce qu’on autorise ou pas.

J’espère que ça t’éclaire un peu sur le principe.


J’irai même jusqu’à demander si comprendre quelque chose et apprendre à faire seraient vraiment deux choses différentes. Je militerai plus pour ne pas séparer les deux, c’est un peu vieillot amha de distinguer théorie et pratique, surtout dans des domaines scientifiques où les deux sont beaucoup plus mélangés qu’autrement.

Ça se discute. Personnellement, ça me paraît difficile de ne pas admettre qu’il y a quand même une véritable différence entre juste apprendre quelque chose et être capable de pratiquer la chose en question.

On pourrait fusionner, mais je trouve que ça ne rendrait pas honneur aux tutos à visée éminemment pratique. Ni à ceux qui visent à rentrer en profondeur dans ce qui est théorique.

Je m’attends à ce que les contenus à mi-chemin soient marginaux et on pourrait tout aussi bien les mettre dans les deux catégories.


@firm1

Proposition 1

Autant je trouve la classification que vous avez trouvé assez juste, autant, je trouve que le vocabulaire est difficile a "marketer".

Les noms cités donnent le principe général. On peut tout à fait discuter d’autres mots. ^^

Ceci dit, à mon avis, les gens qui arrivent sur le site se fichent du jargon. Si le cours sur Arduino est rangé dans Publications et à un label Apprendre à faire, la personne le verra peut-être, mais de toute façon elle sera arrivée là peu importe le nom.

Proposition 2

L’objectif est justement de ne pas aller plus loin. La distinction entre validé et libre est pour nous très importante. C’est ce qui fait la force de ZdS : si c’est validé, c’est de bonne qualité (correct, suffisamment pédagogique, etc.).

C’est de là que découle la volonté de ségréguer les deux autant que possible. Ce n’est pas au visiteur lambda de chercher les indices visuels pour distinguer les pépites certifiées et les graviers. :D


Proposition 6

Par rapport à la proposition 6, je me demandais s’il s’agirait d’une catégorisation manuelle ou si elle serait définie automatiquement comme l’actuelle estimation du temps de lecture.

@entwanne : c’est essentiellement un détail technique. Perso, ça m’est égal, tant que ça fait son job.

Je suis moins convaincu par l’utilité de la sixième, mais si ça répond à un besoin, pourquoi pas.

@Spacefox: c’est clairement une proposition moins importante que les autres. C’est pour ça qu’elle est à la fin ; l’ordre des propositions est grossièrement des plus centrales vers les moins centrales. ^^


J’ai un peu de doute sur l’ouverture des publications en bêta à tous les visiteurs (il faudra faire attention à ce que le bandeau de bêta soit bien visible et compréhensible) ainsi que pour la labellisation des publications de qualité exceptionnelle (j’attends notamment de voir comment ce sera défini par l’équipe de validation), mais tentons le coup et on verra bien si ça fonctionne ou pas !

Oui, c’est un sujet front assez important. Comme on veut bien que tout soit clair quant au statut des publications, il faudra bien réfléchir à ça.

À noter qu’actuellement, le problème est pleinement présent déjà. En venant de l’extérieur, tuto, article, billet, c’est du pareil au même.

Ce qui est en bêta est essentiellement invisible à part pour les connaisseurs. Actuellement, on sait ce qu’on regarde ; dans le futur, il ne faudrait pas retomber sur la non-distinction visuelle qu’on a actuellement entre billet et le reste.

+7 -0

Par rapport à la proposition 6, je me demandais s’il s’agirait d’une catégorisation manuelle ou si elle serait définie automatiquement comme l’actuelle estimation du temps de lecture.

entwanne

Pour moi, même si on peut se baser en première approche sur l’estimation automatique, il s’agirait de progressivement catégoriser à la main, tout simplement parce que le temps de lecture ne prend pas en compte le temps d’étude du sujet.

+4 -0

J’irai même jusqu’à demander si comprendre quelque chose et apprendre à faire seraient vraiment deux choses différentes. Je militerai plus pour ne pas séparer les deux, c’est un peu vieillot amha de distinguer théorie et pratique, surtout dans des domaines scientifiques où les deux sont beaucoup plus mélangés qu’autrement.

Ça se discute. Personnellement, ça me paraît difficile de ne pas admettre qu’il y a quand même une véritable différence entre juste apprendre quelque chose et être capable de pratiquer la chose en question.

On pourrait fusionner, mais je trouve que ça ne rendrait pas honneur aux tutos à visée éminemment pratique. Ni à ceux qui visent à rentrer en profondeur dans ce qui est théorique.

Je m’attends à ce que les contenus à mi-chemin soient marginaux et on pourrait tout aussi bien les mettre dans les deux catégories.

Aabu

On parle de la même différence : découvrir et apprendre. Que ça soit théorique ou pratique, la différence est la même : quand on va dans le fond on apprend, quand on reste superficiel on découvre.

Le fond du problème est là : faire ce n’est pas en opposition avec comprendre. Pour comprendre il faut faire et pour faire il faut comprendre. Donc distinguer "comprendre quelque chose" et "apprendre à faire" n’a aucun sens.

Le fond du problème est là : faire ce n’est pas en opposition avec comprendre. Pour comprendre il faut faire et pour faire il faut comprendre. Donc distinguer "comprendre quelque chose" et "apprendre à faire" n’a aucun sens.

Tout dépend du type de savoir je pense. Sur des choses un peu plus empiriques, la pratique ne nécessite pas forcément la compréhension et à réciproquement, la compréhension ne permet pas nécessairement de passer à la pratique.

Je prends l’exemple de mon propre domaine, mais si tu sais comment fonctionne un cœur, ça ne te permet pas automatiquement de savoir l’examiner ou l’opérer et à l’inverse, certains étudiants en début de cursus connaissent déjà l’examen mais ne maîtrisent pas encore la physiologie.

Sinon, de manière plus générale, énorme boulot, merci beaucoup aux membres du groupe de travail !

+7 -0

Comprendre c’est pas tout comprendre de fond en comble. Mais tu vas pas travailler sur un coeur sans comprendre des principes de fonctionnements électriques, volumiques, etc.

Tout comme faire c’est pas tout faire. Quand on code on ne recode pas tout de zéro. Mais on a toujours besoin de comprendre quelque chose à ce qu’on fait. Sinon on se réduit à copier-coller

Mais tu vas pas travailler sur un coeur sans comprendre des principes de fonctionnements électriques, volumiques, etc.

Tout dépend de ce que tu entends exactement par travailler. Apprendre à faire un examen clinique cardiaque (ou autre, peu importe) ne nécessite absolument pas de maîtriser la moindre connaissance physiologique : il suffit d’apprendre par cœur une liste de signes.

Bref, c’est une discussion un peu théorique mais pour essayer d’être concret, je comprends parfaitement qu’en informatique ou en mathématiques la compréhension entraîne la capacité de faire parce que ce sont des sciences plutôt théorique. Maintenant si je prends une nouvelle fois l’exemple de mon propre domaine : nous sommes en train de traduire un article d’anatomie et de physiologie, c’est un contenu de compréhension. Après l’avoir lu, tu ne sauras absolument rien faire de nouveau. À l’inverse, si j’écris un article de premiers secours pour le grand public, c’est un contenu d’apprentissage : je vais t’apprendre comment on fait un massage cardiaque ou une PLS mais il n’y aura pas grand-chose à comprendre. Tu ne sauras pas pourquoi on fait un arrêt ou pourquoi on tombe inconscient, mais je t’aurais appris à réagir.

Pour ma part, je trouve la distinction pertinente. :)

+4 -0

C’était un peu dans cet esprit qu’on a proposé cette distinction, en effet. On imaginait aussi « Apprendre à faire » pour les cours se rapprochant d’un TEA documenté (exemple, exemple, exemple). C’est pas parfait surtout pour les domaines que tu cites @Holosmos (et dans ce cas l’idée est d’utiliser le domaine qui colle le mieux), mais pour certains cours, je trouve que fusionner les deux n’est au contraire pas adapté (cf. les trois exemples que j’ai cité, notamment celui sur le pain).

Bref, pour certains sujets la fusion fait sens, pour d’autres pas du tout (cf. aussi les arguments d'@Ekron)… On a conclu sur ces éléments que ça nous semblait mieux de séparer. J’espère que ça peut éclaircir la réflexion derrière (au delà de ce qui a déjà été dit).

+2 -0

Est-ce que les principales interrogations ont été traitées ou il resterait des points que vous souhaitez discuter ?

S’il n’y a pas d’autres points, je propose de passer à l’étape suivante, qui consiste à s’organiser pour faire les tâches nécessaires, notamment de développement.

La première brique a été posée ! Il s’agit des fondements pour la nouvelle classification que j’ai baptisée classification par objectifs ; les différents objectifs étant apprendre, comprendre, découvrir, etc.

Ce premier jalon, visible seulement par le staff, sera déployé dans la prochaine version. Il servira de base pour développer la suite, à savoir une interface destinée au staff pour faciliter la classification des centaines de publications présentes sur le site.

La deuxième brique est en cours de développement. Il s’agit de celle mentionnée dans le message précédent, à savoir une interface d’édition dédiée au staff, pour classer massivement les publications.

Pour l’instant, ça ressemble à l’image ci-dessous.

On clique sur un bouton pour activer ou désactiver l’objectif pour la publication en question. Tout se passe sans rechargement de la page, donc on peut imaginer classer rapidement en cliquant pour chaque ligne ce qui nous convient, en quelques secondes (et un peu de réflexion).

Des filtres sont également prévus pour afficher par exemple les publications non-classées, celle avec la catégorie X ou Y. Cela devrait aider au travail de classification et aussi pour sa maintenance.

+9 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte