Formation Low Level Programming

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Oyez braves programmeurs !

Je suis actuellement en études dans l'informatique, j'ai fait un DUT informatique et une licence pro, les deux étant assez généraux (prog, web, réseaux, adminsys…)

A l'heure où la grande mode est le web, la prog rapide (donc haut niveau) et le cloud, moi ce qui me botterait plus, c'est la programmation de bas niveau. J'aime parler hardware, archi et étudier exactement ce qui se passe sous le capot. MMU, interpréteur, instructions CPU, x86, ARM, registres, compilateur, virtualisation… tout ça, ça me parle.

Par contre, je ne sais pas du tout ce que ça pèse au niveau emploi par rapport au web/cloud. Les entreprises ont-elles encore besoin de codeurs bas-niveau?

Et aussi, connaissez vous des études spécifiques à ce genre de choses? Quasiment tout ce que je trouve, comme je l'ai dit plus haut, sont des parcours web, cloud…

Peace :)

+3 -0

Y a en effet toujours besoin de gens qui touchent ces technos, mais ce n’est pas certain que tu puisses trouver ton bonheur partout en France. Cela étant dit, des boîtes qui ont des besoin de ce genre ne manque pas. Orange par exemple s’intéresse à la virtu… vu qu’il ambitionne d'être un fournisseur de cloud justement. Des entreprises qui développent des OS ou autre, ça ne manque pas. Le Linux dans l’embarqué ou mêmes des constructeurs qui sont des éditeurs de firmwares… Bref c’est vraiment pas le travail qui manque.

Pour ce qui est des formations par contre, je ne sais pas trop.

Par contre, je ne sais pas du tout ce que ça pèse au niveau emploi par rapport au web/cloud. Les entreprises ont-elles encore besoin de codeurs bas-niveau?

Chez ARM, dans les locaux de Cambridge, ils en cherchent en permanence.
Regarde donc leurs offres d'emploi, tu vas être heureux !

+2 -0
Auteur du sujet

Wahou, c'est assez réactif ici, cool ! Merci pour vos réponses !

Pour le moment, je m'intéresse surtout à l'hardware PC et smartphone, pas vraiment les systèmes embarqués. J'en ai fait un peu en SI il y a 4 ans, on a fait un distributeur essuie main automatique programmable, avec un capteur infrarouge et écran LCD. Je m'occupais de la partie programmation du micro-contrôleur. C'était sympa, mais je ne sais pas si j'aurais envie de faire ça toute ma vie.

Ok donc il y a de l'emploi mais il faut s'attendre à partir loin. Je suis relativement à l'aise en Anglais donc ça va.

Quelqu'un a une autre piste que les écoles d'ingé?

+2 -0

La programmation bas niveau au niveau des systèmes embarqués ce n'est pas forcément programmer un petit micro-contrôleur 8 bits.

Tu peux très bien travailler sur des processeurs 32 bits mais équipés d'un OS temps réel et pas forcément un linux. Par exemple c'est le cas en aéronautique sur les calculateurs. En général les personnes qui font du soft ne sont pas forcément très calées en électronique, néanmoins niveau archi, il faut savoir un peu comment ça fonctionne.

Après tu peux très bien avoir du travail sur des drivers spécifique pour gérer des composants d'une carte électronique maison, comme l'explique Natalya.

Il y a du travail, après c'est pas forcément celui qui sera le mieux payé par rapport à du Cloud qui est surmédiatisé, car c'est souvent dans de l'industrie (au sens large).

Enfin pour travailler au plus près de l'archi d'une puce, le mieux est de travailler chez le fabricant, qui doit réaliser les drivers pour adapter les OS.

+3 -0

La programmation bas niveau au niveau des systèmes embarqués ce n'est pas forcément programmer un petit micro-contrôleur 8 bits.

Tu peux très bien travailler sur des processeurs 32 bits mais équipés d'un OS temps réel et pas forcément un linux. Par exemple c'est le cas en aéronautique sur les calculateurs. En général les personnes qui font du soft ne sont pas forcément très calées en électronique, néanmoins niveau archi, il faut savoir un peu comment ça fonctionne.

Après tu peux très bien avoir du travail sur des drivers spécifique pour gérer des composants d'une carte électronique maison, comme l'explique Natalya.

Il y a du travail, après c'est pas forcément celui qui sera le mieux payé par rapport à du Cloud qui est surmédiatisé, car c'est souvent dans de l'industrie (au sens large).

Enfin pour travailler au plus près de l'archi d'une puce, le mieux est de travailler chez le fabricant, qui doit réaliser les drivers pour adapter les OS.

zeqL

Exactement, sous linux et même sous windows il est possible de programmer de cette façon. Je ne connais que le langage C dans ce domaine mais niveau emploi, je ne connais pas assez le marché pour te répondre. Disons qu'avec windows 10, il y a une tendance à partir vers le haut niveau ou m'enfin ça reste possible néanmoins, rien d'insurmontable.

Éternel curieux

+0 -0

Pour ce qui est des formations, l'Université Pierre et Marie Curie propose le master SESI qui est dédié aux systèmes embarqués. Les formations orienté système peuvent également avoir des aspect bas niveau. En fait c'est assez large, si par exemple tu travailles sur un hyperviseur pour une plateforme de cloud tu retrouveras des aspects bas niveau.Comme l'a très justement dit zeqL, vouloir bosser sur ce genre de chose ne te limites pas à programmer des petits microcontrôleurs 8 bits. Ça couvre même énormément de choses différentes.

+2 -0

Il n'y a pas franchement besoin de partir à l'étranger. Paris, Toulouse par exemple sont deux bassins d'emplois en embarqué et je crois que d'autres ici bossent ailleurs, ce n'est pas franchement un domaine où on a besoin de s'expatrier.

Marseille et Sophia-Antipolis se défendent bien aussi. ;)

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+0 -0

Il y a pas mal de pôles en fait, donc on peut dire que c'est partout en France. A ce qui a déjà été cité, on peut rajouter Bordeaux avec l'aéronautique (Thales et Dassault), Rennes pour les Télécoms, Grenoble aussi.

Bref comme souvent il suffit de chercher un minimum. Après c'est plutôt le choix qui risque d'être restreint. Et selon les domaines ou le type d'entreprise, le choix peut être un peu plus limité.

+0 -0

Niveau formation, à l'ENSEA (école nationale supérieure de l'électronique et de ses applications) on apprend le C, les CPLD/FPGA et le VHDL, l'architecture et l'assembleur ARM, les systèmes embarqués, etc. Bref de l'informatique low-level, à la frontière de l'électronique (vu que c'est avant tout une école d'électronique).

+0 -0

Dans ce style j'ai fait un master en informatique embarquée, en Finlande, que j'ai obtenu en 2014. J'y ai bouffé pas mal de VHDL et de C-micro-controller (bref du C tres "bas niveau"). Par contre, une fois sortie de là, j'ai trouvé que le marché de l'emploi en France (je suis revenu en France a la fin du master en Finlande), n'etait pas top concernant les offres ingé embarqué, low level programming etc.

Du coup j'ai changé un peu mon axe de recherche pour partir sur la programmation parallele que j'avais pas mal bossée pendant le master.

Bref j'ai trouvé du boulot en informatique haute performance…ce qui peut sembler loin de l'informatique embarquée.

Sauf qu'en fait: en informatique haute performance on se preoccupe beaucoup des performances, de l'energie consommée, de l'utilisation optimale des ressources…

Aussi bizarre que ca puisse paraitre, en utilisant des super computers les plus puissants du pays ou je me trouve (Norvege), bah je retrouve des thematiques et des contraintes proches de celles que j'ai rencontrées en faisant de l'informatique low level :)

Édité par mrjay42

S'il n'y pas d'accents dans mes messages c'est parce que je suis sur un clavier norvegien :) ÅÅØØøøøÆÆÆ

+2 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte