Licence CC BY-NC-SA

Pythagore de Samos, mythe ou réalité ?

Publié :
Auteur :
Catégories :

Vous savez désormais que le fameux théorème de Pythagore n'est pas du à Pythagore, mais fut découvert bien longtemps avant lui en Mésopotamie et en Égypte. Une question se pose alors :

Pourquoi ne parle-t-on pas de "théorème babylonien" ou de "théorème du triangle rectangle" ? Que vient faire Pythagore dans cette histoire ?

Nous allons donc nous intéresser dans ce chapitre à celui qui a donné son nom à la propriété que nous étudions, ainsi qu'à l'école qu'il fondera à la fin de sa vie.

L'histoire fantastique de Pythagore

Comme je vous l'ai déjà dit, Pythagore n'a jamais découvert le théorème portant son nom puisqu'il était connu depuis des siècles. Toutefois, jusqu'à l'arrivée des philosophes grecs (et notamment de Thalès), jamais les mathématiciens ne s'étaient préoccupés de prouver leurs affirmations. D'ailleurs bien souvent, ils n'élaboraient pas de propriétés générales comme nous en avons aujourd'hui l'habitude mais des cas particuliers qu'ils se contentaient de vérifier par la pratique. Bref, il y avait encore une bonne part de pifométrie malgré les nombreuses avancées effectuées.

Thalès fut le premier à exiger que les propriétés mathématiques puissent s'appliquer à des figures générales et qu'elles soient démontrées. Au lieu de dire : " Quand je trace un carré de côté 4m, les diagonales ont l'air de se couper en leur milieu ", on dira désormais : " Dans tous les carrés, les diagonales se coupent en leur milieu et je peux l'expliquer de façon rationnelle ". Perpétuant cette exigence, Pythagore fut ainsi le premier, non pas à découvrir, mais à prouver le célèbre théorème.

Enfin … je devrais plutôt dire que Pythagore aurait été le premier à prouver le célèbre théorème. Car malheureusement pour nous, il n'a laissé aucun écrit de sa main et la première démonstration dont nous disposons est celle d'Euclide que nous avons découverte dans une précédente partie. C'est bien là le problème avec l'illustre mathématicien : histoire et légende s'imbriquent tant et si bien qu'il n'est pas toujours aisé de démêler le vrai du faux. A titre d'exemple, on dira de Pythagore qu'il était descendu aux enfers, qu'il avait une cuisse en or, savait apprivoiser les ours ou encore qu'il avait le don d'ubiquité (il pouvait être à plusieurs endroits en même temps). Si ces exemples relèvent clairement du mythe, nous verrons qu'il n'est pas toujours aussi simple de se faire une idée.

Buste de Pythagore

Pythagore serait né aux alentours de -570 à Samos, une île grecque au large de l'actuelle Turquie (ce que l'on appelait alors la Grèce orientale). Sa propre naissance est déjà entourée d'un certain mysticisme puisqu'elle aurait été prophétisée par la Pythie de Delphes elle-même. Le nom de Pythagore signifie ainsi " celui qui a été annoncé par la Pythie ". Le jeune Pythagore de Samos se fait remarquer dès ses 18 ans pour ses dons en … boxe ! O_o Oui je vous avais prévenu, Pythagore est un personnage un peu particulier. C'est donc grâce à ses poings que Pythagore remporte toutes les épreuves de pugilat des jeux olympiques.

La suite est plutôt rocambolesque et parfois fantasmée. Il commence sa formation de philosophe à Milet, plus exactement à l'école milésienne, c'est-à-dire l'école de penseurs fondée par le fameux Thalès quelques années plus tôt. Il quitte ensuite la Grèce pour poursuivre sa formation en Phénicie (côte des actuelles Syrie et Liban) puis en Égypte où il demeure une vingtaine d'année et apprend la géométrie et l'astronomie.

C'est alors que le puissant roi des perses, Cambyse II, décide d'envahir la Phénicie, Chypre et l’Égypte en -525. Son empire s'étendra ainsi de la Cyrénaïque (en Libye actuelle) et de la Turquie à l'Ouest jusqu'au Pakistan et à l'Afghanistan à l'est. Pris dans cette guerre, Pythagore est réduit en esclavage et déporté en Chaldée, à Babylone où il demeurera 12 années supplémentaires, apprenant de divers sages babyloniens, perses ou assyriens. Enfin, un dernier voyage le mènera en Inde avant de revenir en terres grecques. Cet épisode de la déportation à Babylone est très certainement légendaire et sa rencontre avec le prophète Zarathoustra est complètement anachronique. Et je ne vous parle même pas de son excursion en Inde. :-°

Après quelques excursions en Crète, en Thrace et dans d'autres contrées grecques, Pythagore s'en retourne dans sa chère île de Samos où il décide d'enseigner (à environ 40 ans, il était temps d'arrêter les voyages Erasmus et de chercher un travail sérieux). Malheureusement, l'accueil qu'il y reçoit n'est pas franchement chaleureux et il décide de quitter définitivement Samos (d'autres récits expliquent qu'il aurait été banni par le tyran Polycrate qui régnait alors sur l'île). C'est en Grande Grèce, l'actuelle Italie du Sud, qu'il trouve refuge et plus précisément dans la ville de Crotone où il fondera une école. La fraternité pythagoricienne joua un rôle scientifique, philosophique, religieux et politique de premier ordre dans la région tant et si bien que la population finit par se révolter et incendier l'école. C'est dans ces heurts que Pythagore trouva la mort, à Métaponte vers -475.

Les voyages avérés ou supposés de Pythagore de Samos

L'école pythagoricienne, une secte plus qu'une école

Il existe d'ailleurs une anecdote concernant la mort de Pythagore : tentant d'échapper à ses poursuivants, Pythagore se serait retrouvé face à un champ de fèves. Or les préceptes qu'il avait édictés bannissaient les fèves de l'alimentation. Pythagore aurait ainsi préféré être rattrapé que de traverser ce champ. Car l'école pythagoricienne doit plutôt être vue comme une confrérie ou une secte que comme une université.

En créant son école, Pythagore a en fait créé un courant philosophico-religieux appelé aujourd'hui Pythagorisme. Pour les pythagoriciens, " Tout est nombre ". Autrement dit, l'univers tout entier peut s'expliquer à l'aide des nombres entiers et des fractions, c'est à dire à l'aide de l'arithmétique. Le nombre n'est rien de moins que l'expression de la volonté divine. La musique n'est qu'une histoire de fractions (nous en parlerons plus longuement après) ! L'astronomie n'est qu'une histoire de cercles et de sphères, or formes et figures géométriques sont synonymes de nombres pour les pythagoriciens. Ainsi, un segment a une longueur ! Ce n'est donc qu'un nombre. un rectangle de longueur 5 et de largeur 3 est associé à la fraction $5 \over 3$. D'ailleurs cette pratique perdure : pensez aux écrans 16:9 ! Ce ne sont jamais que des écrans dont la longueur vaut $16 \over 9$ de la largeur, c'est à dire que si la longueur est de 1m60 alors la largeur est de 90 cm. Et le cercle me direz-vous ? Le nombre $\pi$ n'est pas une fraction ! Eh bien à l'époque si. On considère encore que le nombre $\pi$ est une fraction et l'on utilise généralement des rapports comme 256/81 ou 22/7 qui ont une valeur relativement proche de la célèbre constante (dont on sait aujourd'hui qu'elle n'est pas fractionnaire). Inversement, les nombres sont géométriques pour les Pythagoriciens. Ils classifient ainsi les nombres en plusieurs catégories : les nombres carrés, triangulaires, pentagonaux … Nous en parlerons plus en détail après.

A cette croyance absolue dans la toute puissance du nombre, le Pythagorisme ajoute un mode de vie quasi monacal. Il n'est pas question de moine et de père supérieur, mais de postulants, néophytes, acousmaticiens, mathématiciens et enfin au sommet de philosophe, " celui qui aime savoir ", Pythagore himself :soleil: . En devenant acousmaticiens, les néophytes font vœu de silence. Pendant cinq ans, ces derniers reçoivent un enseignement oral qu'il leur est interdit de divulguer en dehors de l'école. Pythagore leur dispense son enseignement, caché derrière un rideau. Ce n'est qu'en devenant mathématicien que les disciples peuvent passer de l'autre côté du rideau et voir le maître. Les biens de chacun sont également mis en commun. Une différence est à noter toutefois avec le monachisme chrétien : les femmes sont considérées à égalité avec les hommes et plusieurs font parties de la communauté (fait exceptionnel à l'époque).

Pentagramme et Tétraktys, symboles pythagoriciens

A la croyance en la toute puissance du nombre et à la vie en communauté s'ajoute un autre élément qui fait du pythagorisme plus qu'une simple école : un corpus de règles morales et de tabous. Nous avons déjà évoquer l'interdiction de manger des fèves mais d'autres interdits alimentaires règnent dans la confrérie : les œufs, le cœur, la cervelle … sont également prohibés, le végétarisme est quasiment la règle. Les disciples obéissaient à tout un ensemble de préceptes qu'ils se devaient de connaître par cœur. Ces préceptes, appelés vers d'or, seront plus tard consignés par écrits et très probablement complétés. En voici quelques-uns :

  • "Honore en premier lieu les Dieux Immortels dans l'ordre qui leur fut assigné par la Loi",
  • "Honore aussi et ton père et ta mère et tes proches parents",
  • "Fais ton ami de celui qui excelle en vertu",
  • "N'entreprends jamais ce que tu ne connais pas ; mais apprends tout ce qu'il faut que tu saches",
  • "Accoutume-toi à dominer (…) la gourmandise d'abord, le sommeil, la luxure et l'emportement",
  • "Ne permets pas que le doux sommeil se glisse sous tes yeux, avant d'avoir examiné chacune des actions de ta journée. En quoi ai-je fauté ? Qu'ai-je fait ? Qu'ai-je omis de ce qu'il me fallait faire ?".

Après tant d'années à bourlinguer à travers le monde, le vieux Pythagore ne s'était pas aménagé une place au soleil. Bien au contraire, il préconisait une vie ascétique dans une communauté vouée à la compréhension du monde et au respect d'autrui. Enfin, il ne faut pas s'imaginer cette fraternité comme un groupe de scientifiques hippies : comprendre l'univers signifie ici comprendre la volonté divine qui s'exprime à travers le Nombre. L'arithmétique est donc vue comme une théologie et un chemin vers la perfection. Pythagore croit également en la réincarnation. Les interdits alimentaires sont en fait la conséquence de cette croyance très forte en la transmigration de l'âme, aussi appelée métempsycose. La légende veut que Pythagore aurait eu souvenir de ses vies antérieures.

C'est une quasi-religion qui apparaît ainsi et se diffuse dans le sud de l'Italie. Il est d'ailleurs intéressant de constater qu'à la même période (entre les VIème et IVème siècle avant jésus christ) apparaissent un peu partout dans l'ancien monde, des sages ou prophètes qui donneront naissance à de grands mouvement philosophico-religieux. C'est par exemple le cas de Confucius et Lao Tseu en Chine qui donnent naissance respectivement au confucianisme et au taoïsme, de Bouddha en Inde qui crée le Bouddhisme ou de Zoroastre en Perse qui réforme le mazdéisme pour donner naissance au zoroastrisme. Si le Pythagorisme ne s'est pas imposé comme religion, il est indéniable qu'il a laissé une trace indélébile dans notre vision du monde car, si l'école de Pythagore fut détruite, il n'en demeure pas moins que ses disciples furent disséminés au travers du monde grec et contribuèrent à diffuser la pensée de leur maître. Quand Galilée dit, environ deux millénaires plus tard : " mesure ce qui est mesurable et rend mesurable ce qui ne l'est pas ", on croit entendre Pythagore.


A retenir :

  • Pythagore aurait été le premier a proposer une démonstration du théorème portant son nom mais ne laissa aucun écrit.
  • Pythagore a su combiner les connaissances mathématiques acquises au Moyen-Orient avec l'exigence de démonstration de l'école de Thalès.
  • L'école pythagoricienne est un mouvement de pensée prônant la toute-puissance du nombre. Cette philosophie a grandement influencé la pensée scientifique ultérieure.