Tous droits réservés

Rencontre avec Ryx

Dernière mise à jour :
Auteurs :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 8 minutes

Nous recevons aujourd’hui @Ryx qui va nous parler, entre autre, de musique.

Bonjour Ryx !

Dis-nous : qui es-tu et que fais-tu ?

Exilé de ma cambrousse natale pour la capitale lors de mes études, je suis un ch’ti devenu parisien. Bien que j’apparaisse sur ZdS majoritairement en tant que musicien, je suis académiquement informaticien. C’est d’ailleurs grâce à ça que je suis arrivé ici, en cherchant un remplaçant à feu Site du Zéro. Soit dit en passant, je n’ai pas été déçu :)

Pour parler un peu de musique, mon parcours n’est pas vraiment exceptionnel. J’ai fait mes armes dans une petite école de musique locale, et le solfège n’était à l’époque pas du tout mon dada. Tout du moins au début, parce que mon impression de la musique est qu’il faut avoir quelques bases pour trouver ça amusant. Au fur et à mesure j’y ai pris goût, à tel point que la théorie musicale est devenue une de mes passions.

Je vois la musique comme un grand casse-tête, mais où il y a plusieurs bonnes solutions. Alors oui, il y a des solutions bancales, voire carrément nulles, et c’est pour les éviter au maximum que l’on a posé des règles en musique, même si elles dépendent du style.

La musique, c'est comme un arbre : il y a un tronc commun, puis une multitude d'embranchements possibles, mais quelle que soit la direction que l'on prend, il y a toujours moyen d'aboutir à une belle fleur :)
La musique, c'est comme un arbre : il y a un tronc commun, puis une multitude d'embranchements possibles, mais quelle que soit la direction que l'on prend, il y a toujours moyen d'aboutir à une belle fleur :)

Et si tu nous parlais de tes tutos musicaux sur ZdS ?

Le solfège ne reste pas souvent dans les cœurs de ceux qui l’ont pratiqué. Problème lié à l’enseignement ? Probablement en partie. Quoi qu’on en dise, et malgré tout le bien que j’en pense, il y a des choses vraiment barbantes (j’ai des assez mauvais souvenirs de lecture de notes). Par conséquent, peu de personnes se forment réellement en musique par la voie "classique", ce qui a pour conséquence que le niveau de culture musicale est extrêmement bas (il suffit d’allumer la radio pour s’en rendre compte).

De l'extérieur, le solfège ça à l'air très nul...
De l'extérieur, le solfège ça à l'air très nul...

C’est pour cette raison que je sors ma casquette de musicien sur ZdS. Je considère qu’il y a suffisamment de personnes compétentes en science pour me permettre de diversifier un peu les sujets abordés. La musique est un domaine tellement passionnant qu’il y a forcément moyen de l’enseigner de manière agréable.

Pour le moment, j’ai fait quelques tutos un peu techniques, où il y a besoin de quelques bases solides en solfège pour tout bien comprendre. J’ai pris plaisir à écrire ces tutos, et appris plein de choses par la même occasion.

D’un autre côté, j’aimerais permettre à un débutant de se former depuis zéro. Ce genre de contenu pourrait être utile à beaucoup plus de personnes que des tutos techniques, même s’il ne sera pas forcément plus simple à écrire. C’est renforcé par le fait qu’en feuilletant le web, je n’ai pas trouvé de cours satisfaisant : les tutos vidéos sont soit trop complexes, soit ne vont pas très loin, et les ressources écrites datent souvent.

Quel conseil aurais-tu voulu qu’on te donne il y a quelques années ?

À propos de la musique, j’aurais aimé qu’on me dise que c’est peut-être pas très marrant d’apprendre les bases, mais de persévérer parce qu’une fois que c’est passé on peut commencer à faire des choses intéressantes. Worth it, comme on dit.

J’ai l’impression que c’est vrai également pour les instruments. Quand on commence, on peut être facilement découragé, mais un jour on arrive à jouer des choses qui nous paraissaient impossibles quelques années auparavant, et c’est une sensation particulièrement agréable.

Au début, ça ne paraît pas encourageant, mais à force, ça vient
Au début, ça ne paraît pas encourageant, mais à force, ça vient

Et en informatique, que fais-tu donc ?

Étrangement, pas grand-chose à voir avec la musique. Même s’il y a vraiment de quoi faire à l’interface entre les deux, ça ne m’intéresse pas suffisamment pour que j’en fasse mon travail.

Il se trouve que je suis actuellement dans la génomique. Avec l’essor des technologies biologiques et notamment de séquençage, les biologistes se retrouvent avec des gigas sur les mains, dont ils ne savent pas toujours quoi faire. A titre indicatif, le génome humain fait environ 3400Mbp (bp pour base pairs, paires de bases en français), donc environ 7Go. Certaines espèces peuvent monter à plus de 100Go ! Alors quand des missions comme TARA Océans ramasse une diversité extraordinaire de génomes souvent inconnus, ça fait un paquet de données.

le genre de trucs que des biologistes récupèrent (pas très ragoûtant)
le genre de trucs que des biologistes récupèrent (pas très ragoûtant)

C’est pourquoi, même si on voit de plus en plus de biologistes avec une formation en informatique, il y a tout de même pas mal de boulot pour un informaticien. Plus que cela, il y a pas mal de boulot intéressant.

Si je passais te voir, qu'est-ce que je trouverais sur ton bureau ?

On pourrait dire un "bazar organisé". En premier lieu, un ordinateur. C’est l’objet que j’utilise le plus souvent à vrai dire, pour le boulot autant que la détente et la musique. Après, une bonne pile de partitions, une grosse rangée de livres, regroupant romans, pièces de théâtre, traités d’harmonie, et autres joyeusetés, en attente d’être lus. Puis il y a un certain nombre de choses à l’utilité discutable : un rubik’s cube, une peluche panda, une flûte, un deuxième rubik’s cube, un dé à 20 faces, etc.

Plus intéressant, juste à côté, il y a un piano. Brillant ni de qualité ni de sonorité, certes, mais utile autant qu’utilisé. C’est lui qui m’accompagne et m’assiste dans la rédaction de mes tutos.

Le mot de la fin ?

Il paraît que Debussy a mis des dizaines d’années à comprendre l’harmonie, mais il est désormais reconnu comme l’un des plus célèbres compositeurs du début du 20ème siècle. Cette anecdote me permet de finir sur une citation de Chopin :

« Le temps est la meilleur des critiques; et la patience le meilleur des professeurs. »


Un grand merci à Ryx pour s’être prêté au jeu.

8 commentaires

Il paraît que Debussy a mis des dizaines d’années à comprendre l’harmonie

En effet. L’histoire raconte que c’était un cancre, et pourtant quelle influence il a eu sur le XXe siècle ! :)

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+0 -0

Génial ! Ton parcours me rappelle beaucoup le mien même si je rentre seulement dans la partie professionnelle de l’informatique ^^ Et je ne peux qu’appuyer ce que tu dis sur la musique ! J’ai eu les même sentiment pour le solfège : au début je trouvais ça barbant et sans intérêt (en plus je suis guitariste alors les tablatures ne faisais que me conforter dans cette mentalité). Et un jour j’ai voulu comprend pourquoi le blues sonnait … blues. Et voilà comment mon amour pour la musique et sa théorie musical. Si tu souhaites écrire un tuto afin d’initier les gens à la théorie musicale je serais ravi de te donner un coup e main.

"Tout obstacle renforce la détermination. Celui qui s’est fixé un but n’en change pas." Léonard De Vinci

+0 -0

Ahouu!

Mon notificateur m’a dit que @Ryx a publié un article alors je suis venu voir…

Quelle joie de revoir une interview depuis si longtemps ! J’ignorais d’ailleurs que tu bosses dans la génomique. Cela me permet, par un astucieux tour de patte-patte dont seuls les loups en ont la maîtrise, de poser ça là : Comment lire le génome et fabriquer un être humain de Riccardo Sabatini.

Bravo pour ton parcours, merci pour tes tutos et ta participation sur ZdS. Au plaisir de te (re)lire ! :)

Assez occupé IRL — MP au besoin. Je ne mords pas (toujours)

+3 -0

Merci beaucoup pour cette interview très intéressante !

J’aime beaucoup ta façon de voir la musique avec la métaphore de l’arbre. Pour avoir même fait du solfège (même si j’ai beaucoup apprécié la discipline), j’ai toujours vu cela comme quelque chose de rigide dans la mesure où, pour faire un morceau agréable à écouter, il ne faut pas s’écarter des règles établies.

Je vais me pencher sur tes tutos d’un peu plus près du coup. :)

« Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents. »

+1 -0

j’ai toujours vu cela comme quelque chose de rigide dans la mesure où, pour faire un morceau agréable à écouter, il ne faut pas s’écarter des règles établies.

Ce n’est que partiellement vrai (coucou, c’est le gars qui fait du jazz qui vient encore mettre le foutoir). :)

Dans l’absolu, en musique, c’est comme dans Assassin’s Creed: nothing is true, everything is permitted1. Mais si on en est là aujourd’hui, c’est parce qu’on a atteint au XXe siècle le bout d’une très longue évolution : un millénaire plus tôt, la musique était guidée par des règles infiniment plus contraignantes que ce qui est enseigné de nos jours dans les écoles de musique classique. Et de nos jours, pour chacune desdites règles, je suis sûr qu’on peut trouver au moins une œuvre classique majeure qui la transgresse ainsi que des tas d’autres morceaux, dans des genres plus contemporains, qui l’ignorent complètement tout en restant agréables à écouter.

Là où je veux en venir, c’est que les règles en musique ne sont pas à prendre comme des "règles du jeu" ou des "lois", mais plus comme un cadre dans lequel on sait que l’on est en sécurité tant que l’on reste dans ses balises. Et cela amène deux remarques importantes :

  • Si les règles sont plus ou moins la première chose que l’on apprend, avec l’interdiction formelle de les transgresser, c’est pour acquérir des automatismes. Cela correspond à la phase rigoriste de l’apprentissage de la musique classique : tu dois absolument contrôler tes rétros avant de mettre ton clignotant, tu dois structurer une démonstration avec "Soit … Alors… Par conséquent… CQFD", tu ne dois absolument pas écrire de mouvements de quintes ou d’octaves parallèles entre deux voix.
  • Ces règles ont tout le temps été dictées par ce que l’oreille acceptait comme "harmonieux" ou "agréable" à une époque donnée.

En ce qui me concerne, ça me chagrine un petit peu que dès que l’on parle de musique ou de théorie musicale, ce soit ces fameuses règles auxquelles on pense en premier : cela me donne l’impression qu’elles détournent l’attention de l’essentiel.

PS : En fait, c’est la raison d’être de ces règles, leur "pourquoi", qui est vraiment capital à mes yeux : cela permet de comprendre les phénomènes acoustiques ou musicaux que la musique classique cherche à eviter, ainsi que les situations que l’on veut favoriser : les règles qui en découlent ne sont à mes yeux que des pro-tips qui les résument.


  1. « Tout ton peut suivre tout autre ton, tout ton peut sonner en même temps que tout autre ton, et tout groupe de tons peut être suivi par tout autre groupe de tons[…] ». Vincent Persichetti - XXth Century Harmony

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+6 -0

« Tout ton peut suivre tout autre ton, tout ton peut sonner en même temps que tout autre ton, et tout groupe de tons peut être suivi par tout autre groupe de tons[…] ». Vincent Persichetti - XXth Century Harmony

Cette citation me fait bien trop penser à des bancs de thons qui se suivent.

Ceci est une signature tellement longue qu’elle devrait faire plus de deux lignes. Ceci est une signature tellement longue qu’elle devrait faire plus de deux lignes. Ceci est une signature tellement longue qu’elle fait plus de deux lignes. Ceci est une signature tellement longue qu’elle fait plus de deux vaches. Ceci est une signature tellement vache qu’elle mange de l’herbe. By the way, I love people so smart they can even understand bullshit.

+4 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte