Licence CC BY-SA

[Billet-Signet] Arthur Meurant - Les Critiques Du MaSQuE

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 1 minute

Bonsoir à tout le monde!

Je suis fier de vous présenter un critique de jeux-vidéo, critique vidéoludique en termes savants, nommé Arthur Meurant, aussi connu sous le pseudonyme du MaSQuE.

Qu’est-ce qu’un critique vidéoludique?

C’est une personne qui donne son avis volontairement subjectif sur un jeu-vidéo, en s’appuyant sur son expérience de joueur et en faisant appel à sa culture vidéoludique afin de remettre le jeu critiqué dans un contexte sans se focaliser uniquement sur des considérations purement techniques comme c’est souvent le cas dans la presse spécialisée.

Aussi, il n’hésite pas à employer un ton un peu moqueur afin de souligner les tords de la sphère vidéoludique (tout ce qui touche de près ou de loin aux jeux-vidéo, que se soit les joueurs, la presse spécialisée, les diverses modes et tendances, etc…).

En ce sens il se démarque vraiment de ce qui se fait actuellement! Et il est actif depuis 2005! En fait, c’est lui-même l’inventeur du terme critique vidéoludique! :o

Voici une de ses critiques :

Mais il a une tonne d’autres formats !

  • Critique rapide + let’s play commenté par ses soins :
  • Des combos de critiques dans une émission nommée PuSTa :
  • Des critiques cinématographiques dans une émission nommée Critiques en CinémArthur :
  • Des réflexions plus générales sur la sphère vidéoludique :

N’hésitez donc pas à jeter un œil à son contenu et à envoyer vos impressions dans la section commentaire ci-dessous. :)



14 commentaires

Alors il y a une raison qu’il a une fois explicitée dans une de ses vidéos : il est bègue et pour éviter de buter sur les mots il s’est entraîné à parler rapidement. D’où le rythme phénoménal.

Édité par anonyme

+0 -0

J’ai essayé de regarder la première vidéo, j’ai tenu 30 secondes à partir du moment où il ouvre la bouche. Pas à cause du débit (je regarde pas mal de vidéos en x1.5 sur YouTube), mais à cause de sa façon de parler, on dirait une mauvaise caricature de mauvais journaliste, je suis incapable de suivre ce qu’il raconte.

Édité par SpaceFox

Après, faut pas exagérer non plus, c’est pas le seul à faire des "critiques" de jeux vidéos. Sur NoLife, on avait des critiques de très bonnes qualités (et le rythme était beaucoup moins effréné…), et la rédaction de CanardPC rédige aussi de très bons tests.

En soit, Arthur Meurant a pas inventé la critique du jeu vidéo (ni le terme si ça se trouve, vu qu’on testait déjà pas mal les jeux avant, je suis prêt à parier que quelqu’un a déjà eu la prétention de se qualifier de "critique de jeux vidéos".). Il a juste transposé en format vidéo ce qui se faisait déjà sur papier, à une époque où très peu de personnes le faisaient.

J’aime les shorts, ça garde les genoux bien au frais.

+2 -0

Je ne suis pas certain que quelqu’un puisse coller le nom d’un média à coté du mot "critique" et appeler ça un nouveau mot ou une invention?

Par contre, dans ta présentation, y’a un point qui me laisse un peu perplexe : "C’est une personne qui donne son avis volontairement subjectif". Oui…et non? On cherche quand même à donner un point de vue, donc à argumenter, donc il faut se poser sur des bases les plus solides (objectives) possible. Sinon, ça n’a pas plus d’intérêt à écouter que le premier type venu dans un bar et qui donne son avis comme ça, au feeling. Si je regarde une critique, c’est pour avoir un avis aussi objectif que possible. La personne peut dire qu’au final "parce que moi je préfère plus ça, j’ai aimé/pas aimé", mais ce que j’attends en priorité d’une critique, c’est qu’on expose en quoi objectivement ce jeu peut être considéré comme bon, ou pas (et toutes les nuances entre les deux, sur tous les aspects du produit final).

Bref, je pars en HS je crois. :)

+1 -0

Ok, j’avais écris un truc mais je vais répondre séparément :

J’ai essayé de regarder la première vidéo, j’ai tenu 30 secondes à partir du moment où il ouvre la bouche. Pas à cause du débit (je regarde pas mal de vidéos en x1.5 sur YouTube), mais à cause de sa façon de parler, on dirait une mauvaise caricature de mauvais journaliste, je suis incapable de suivre ce qu’il raconte.

C’est un problème que semble rencontrer pas mal de personnes. J’imagine qu’il en est ainsi et que l’on ne peut faire grand chose. On ne peut pas tout apprécier. Après, ça serait un peu vache de lui dire de changer de style, au cas où l’envie se manifesterait. Il y en a pleins qui semble l’apprécier au regard de sa communauté (et de moi-même).

Après, faut pas exagérer non plus, c’est pas le seul à faire des "critiques" de jeux vidéos.

Je n’ai jamais dis ça lol.

Sur NoLife, on avait des critiques de très bonnes qualités (et le rythme était beaucoup moins effréné…), et la rédaction de CanardPC rédige aussi de très bons tests.

Nolife? Mouais. Genre ils ont principalement promu des "testeurs" en carton mais soit. CanardPC c’est pas mal.

En soit, Arthur Meurant a pas inventé la critique du jeu vidéo.

J’ai pas dis ça non plus. Il a simplement inventé le terme "critique vidéoludique".

ni le terme si ça se trouve, vu qu’on testait déjà pas mal les jeux avant, je suis prêt à parier que quelqu’un a déjà eu la prétention de se qualifier de "critique de jeux vidéos".

Tu parles de "testeurs" de jeux ici, je ne parle pas de cela ici. Le "testeur" de jeu est une personne qui se charge de mettre l’aspect technique du jeu et son gameplay à l’épreuve lors du processus de création. Il faut être assez prétentieux du coup, pour se proclamer testeur objectif de jeux vidéo lorsque l’on demeure être un simple journaliste qui pond des articles à deux balles pour légitimer son addiction aux jeux-vidéo.

Mais il n’y a rien de prétentieux à se proclamer critique.

Par contre, dans ta présentation, y’a un point qui me laisse un peu perplexe : "C’est une personne qui donne son avis volontairement subjectif". Oui…et non? On cherche quand même à donner un point de vue, donc à argumenter, donc il faut se poser sur des bases les plus solides (objectives) possible.

Le critique utilise sa culture vidéoludique et sa compréhension de la discipline donc il y a bien des éléments objectifs "un peu plus solides" comme tu l’indique, afin de remettre l’objet critiqué dans un contexte et ne pas ressembler à un gars random dans un bar comme tu l’indique aussi.

Toutefois, ce-dernier reconnaît se baser sur sa propre expérience de joueur et par conséquent, reconnaît être subjectif. Il ne véhicule que son propre avis. Comme l’intégralité des critiques (ou "tests") de jeux vidéo en fait. :-)

Si je regarde une critique, c’est pour avoir un avis aussi objectif que possible. La personne peut dire qu’au final "parce que moi je préfère plus ça, j’ai aimé/pas aimé", mais ce que j’attends en priorité d’une critique, c’est qu’on expose en quoi objectivement ce jeu peut être considéré comme bon, ou pas (et toutes les nuances entre les deux, sur tous les aspects du produit final).

C’est clairement utopique d’être 100% objectif. Même 80%. Cette vision montre que ton cerveau à clairement été lavé par le journalisme vidéoludique moderne.

Au final, je défend cette personne, comme je pourrais défendre pleins d’autres critiques : Mr. Plouf, Pseudoless, The Escapist, GGGManlives, …

Selon moi, ces personnes sont vecteurs d’une autre vision du jeu vidéo, autre que les vidéos divertissantes, les publicités cachés ou même certaines critiques à la Benzaie ou Julien Chièze, qui bien que pas totalement inintéressantes, sont souvent assez conventionnelles.

Après, qu’on adhère pas au style, je conçois. :-)

Édité par anonyme

+0 -4

ton cerveau à clairement été lavé par le journalisme vidéoludique moderne.

Ben merci, ça fait plaisir. Sinon, j’ai peut-être juste une vision différente. Si par "critique" tu parles de quelqu’un qui expose un avis volontairement subjectif et dit ce qu’il pense d’un jeu, alors j’ai du mal à voir l’intérêt de la critique tout court. Peut-être que je devrais parler d’analyse à la place? Dans ce cas, je ne vois pas l’intérêt de la critique séparée de l’analyse. L’avis de quelqu’un sans argumentation solide, sur des bases parfois un peu techniques, me semble vital.

Je vais donner un exemple, qui vaut ce qu’il vaut : Silent Hill 2. Je ne pense pas avoir besoin de présenter, c’est globalement considéré comme un monument du jeu d’horreur psychologique, tout ça tout ça. Eh bien voir un critique dire pour la 435154ème fois avant les autres "ce jeu est fantastique, il retranscrit bla bla bla", quel intérêt, s’il n’est pas capable d’expliquer ce qu’il pense être à l’origine de ça? Et sur quoi il se base?

A coté, on trouve des vidéos, des livres, des conférences, des interview, qui tentent d’expliquer pourquoi. Pourquoi telle section du jeu est particulièrement stressante? Comment les créateurs ont pensé la chose, quels sont les ressorts consciemment mis en place? Pourquoi celle-ci, pourquoi à ce moment de la progression? Une œuvre qui touche comme ça un public aussi large sort rarement d’une équipe ou d’un type qui a tout joué au hasard de l’inspiration, et hop coup de chance (et les interview montrent qu’ils ont une fibre artistique, mais que sans leur compétence pour réaliser et leur originalité, on n’aurait pas eu le même résultat).

Finalement, en regardant une critique, j’ai plus la sensation de voir un mec qui donne son avis un peu sorti de nul part. Quand je regarde des analyses de game design, j’ai la sensation d’en apprendre plus, une connaissance réutilisable pour étudier le reste.

Et parler technique, ce n’est pas forcément être testeur. Pour faire un parallèle avec le cinéma, j’ai pas besoin d’être chef op pour trouver la lumière dégueulasse ou pas dans un film. C’est de la technique, mais l’art est infiniment technique je pense. On ne peut pas juger un film sans l’autre face de la pièce : c’est une infinité de choix techniques qui impactent énormément le résultat final. Pour revenir au jeu, s’attarder sur la résolution des textures est un peu bête souvent, mais si ton jeu veut mettre l’emphase sur la narration, un système d’animation faciale aux fraises, ça a son importance. Ca peut détruire le résultat final. Tu ne peux pas négliger la moitié d’une œuvre en ne parlant jamais technique. Et si tu ne connais de la critique/analyse comportant de la technique, que des gens qui jugent un jeu que sur la base de la résolution des textures, du nombre de polys dans ses modèles, etc, je te conseille fortement de changer de références… Le monde est un chouia plus vaste que les trois chaines putaclic que Youtube te recommande à droite de ton écran.

Et des chaines de game design, explorant la théorie du jeu vidéo, du jeu en général, et les choses qui font qu’un jeu marche et pas un autre, il y en a. Doc Geraud en français, mais par exemple en anglais l’excellente chaine de Mark Brown avec ses séries Game Maker’s Toolkit sur des sujets de game design, et Boss Keys sur une tentative d’analyse objective amateure des donjons de The Legend of Zelda. Et en plus, ils se penchent sur de nombreux jeux en détail, ils ne font pas que de la théorie générale. Et ça, je pense que c’est infiniment plus intéressant que de basher le dernier AAA parce que les textures sont folles, mais que "le gameplay est ennuyeux" (pourquoi? Sur quelle base? Ton ennui personnel? Cool story bro).

Je grossis le trait, mais l’idée est là. L’objectivité absolue est une utopie; mais ne pas vouloir chercher à lentement s’en approcher, même de loin, est selon moi une erreur.

Mon cerveau est-il lavé par le journalisme vidéoludique moderne, sans pour autant que je regarde régulièrement les tests de JVC ou je ne sais quel autre site? Et que je n’ai jamais eu accès ou regardé ces chaines dédiées sur la TV? A toi de penser ce que tu veux.

Si c’est pour dire "le gameplay est léché et agréable, c’était bien", franchement, autant s’abstenir de consommer de l’espace disque sur un serveur pour l’exprimer à la face du monde, non? Un p’tit commentaire sur un forum de jeu vidéo fera l’affaire.

Édité par Genroa

+3 -0

Ben merci, ça fait plaisir. Sinon, j’ai peut-être juste une vision différente.

Pas vraiment. Cette vision du journalisme jeu-vidéo objectif est partagée par la majorité.

Si par "critique" tu parles de quelqu’un qui expose un avis volontairement subjectif et dit ce qu’il pense d’un jeu, alors j’ai du mal à voir l’intérêt de la critique tout court. Peut-être que je devrais parler d’analyse à la place? Dans ce cas, je ne vois pas l’intérêt de la critique séparée de l’analyse. L’avis de quelqu’un sans argumentation solide, sur des bases parfois un peu techniques, me semble vital.

Bah c’est-à-dire, comme je l’ai déjà expliqué plusieurs fois, la critique n’est pas qu’un avis à chaud d’un mec dans un bar (même si techniquement, ça peut être intéressant à écouter), elle est reconnue subjective dans le sens où le critique se base avant tout sur sa propre expérience de joueur, mais le résultat se base sur une argumentation solide, une certaine culture vidéoludique et une forme de compréhension de la discipline donc du game-design (non par extension!).

En ce sens, oui, une critique est très analyste! Et les chaînes que tu mentionnent, Mark Brown et Doc Geraud, sont de bons exemples et je les suis de très près. ;-)

Mais l’avis global dans ces vidéos est subjectif, faut pas croire.

Je grossis le trait, mais l’idée est là. L’objectivité absolue est une utopie; mais ne pas vouloir chercher à lentement s’en approcher, même de loin, est selon moi une erreur.

C’est en ce sens que ton cerveau est lavé par le journalisme vidéoludique moderne. L’on te fais clairement pensé qu’il est possible est important d’accéder à une forme d’objectivisme global afin de regrouper le plus de personnes possible sur un contenu précis, au final c’est faux d’un point de vue technique, mais c’est une bonne stratégie marketing.

Le critique (et analyste par extension, même si ce n’est pas le cas théoriquement, puisque un critique se doit d’être analyste ne serait-ce qu’un minimum sur le game-design d’un jeu) peut-être viscéral dans son approche, voire un peu brutal, au risque de remuer, non pas gratuitement hein, ça se base sur son avis construit, la majorité de son public.

D’où l’émergence d’un débat par la suite (d’autant plus qu’Arthur est toujours disponible dans les commentaires, ce qui assez rare sur la plateforme). Et ça, c’est une chose plus qu’intéressante.

Tu ne peux pas négliger la moitié d’une œuvre en ne parlant jamais technique. Et si tu ne connais de la critique/analyse comportant de la technique, que des gens qui jugent un jeu que sur la base de la résolution des textures, du nombre de polys dans ses modèles, etc, je te conseille fortement de changer de références…

Là encore, je n’ai jamais avancé cela. J’expliquais simplement le rôle du testeur (grosso-modo) dans la processus de création vidéoludique. Bien sûr que la technique est un aspect important (et un choix de design, d’ailleurs le MaSQuE défend se point).

Le monde est un chouia plus vaste que les trois chaines putaclic que Youtube te recommande à droite de ton écran.

Cela est malheureusement faux. Je ne regarde pas mes recommandations la plupart du temps. Et j’ai découvert le MaSQuE via sa page senscritique, et ses critiques me plaisaient bien. D’ailleurs, regarde sa page si tu veux te faire un avis.

Car j’imagine que tu n’as pas pris la peine de te pencher sur son contenu? :o

Au final, je n’ai rien de méchant contre tes idées. Je ne cherche pas à être vachard. Mon histoire de lavage de cerveau n’est une exagération volontaire pour mettre en exergue ce qui est selon moi un problème dans la critique jeu-vidéo à savoir le soucis d’objectivité. Ne vois donc ici aucune attaque personnelle, et si c’est le cas je m’en excuse. :)

Au passage, le MaSQuE a réalisé une vidéo où il parle de la critique vidéoludique. Regardes-là si possible. ;-)

Édité par anonyme

+0 -0

Mon histoire de lavage de cerveau n’est une exagération volontaire pour mettre en exergue ce qui est selon moi un problème dans la critique jeu-vidéo à savoir le soucis d’objectivité. Ne vois donc ici aucune attaque personnelle, et si c’est le cas je m’en excuse. :)

Juste pour répondre à ça : répondre à quelqu’un qui dit rechercher «  un avis aussi objectif que possible » qu’un avis n’est jamais 100 % objectif, avant de l’accuser de s’être fait laver le cerveau est un sophisme d’une telle condescendance que j’ai moinssé. Je suis ravi de te lire plus respectueux.

D’autant plus que je ne suis pas forcément d’accord avec Genroa ; dans le cadre d’un produit culturel, il m’arrive de rechercher des avis non argumentés. Quand je sais que quelqu’un a des goûts proches des miens, le simple fait qu’on me le recommande (façon « c’est bien », quasiment sans plus) suffit pour que je teste, regarde ou feuillette selon le support. Et souvent, ça marche : j’aime bien (sinon, je changerais de méthode :-° ). Cela n’enlève bien évidemment rien à l’intérêt d’explication de game design et compagnie, mais je peux selon le contexte rechercher l’un ou l’autre.

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

Juste pour répondre à ça : répondre à quelqu’un qui dit rechercher «  un avis aussi objectif que possible » qu’un avis n’est jamais 100 % objectif, avant de l’accuser de s’être fait laver le cerveau est un sophisme d’une telle condescendance que j’ai moinssé. Je suis ravi de te lire plus respectueux.

Faut pas exagérer non plus, c’est juste une manière de dire qu’un tel souhait fait clairement montre d’une pensée conditionnée par le journalisme vidéoludique moderne, qui est caricaturalement soit trop lisse pour aborder des points plus sensibles qui risqueraient de contrer l’opinion populaire, soit trop ridicule pour générer une quelconque forme de réflexion un tant soit peu poussée.

Mais dans la forme c’est assez cru je l’avoue. Je ne préfère pas étirer le débat là-dessus de toute façon. Je ne retire pas ce que j’ai dis, mais je m’excuse si c’est interprété comme une attaque personnelle, en nuançant la forme.

Édité par anonyme

+0 -0

Rien à voir avec un conditionnement. Ta position est celle du relativisme. Soit. Ce n’est pas (du tout) la mienne (bien que je ne sois pas d’accord pour autant avec Genroa :P ). Reprocher à autrui d’avoir été conditionné1 parce qu’il a une doctrine philosophique différente de la tienne est un sophisme assez sale.


  1. MOUTON !!! Arête de lire jeux vidéo.com et de regarder BFM-TV. 

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

Nous sommes tous conditionné par nos interactions (virtuelles ou physiques) et nos expériences (communes ou individuelles). Il n’y a rien de sale à le relever. J’ai été conditionné par une forme du journalisme vidéoludique, il a été conditionné par une autre. Tout simplement.

Je ne fais aucune accusation. Je dis simplement que la vision qu’il présente dans ce paragraphe :

Si je regarde une critique, c’est pour avoir un avis aussi objectif que possible. La personne peut dire qu’au final "parce que moi je préfère plus ça, j’ai aimé/pas aimé", mais ce que j’attends en priorité d’une critique, c’est qu’on expose en quoi objectivement ce jeu peut être considéré comme bon, ou pas (et toutes les nuances entre les deux, sur tous les aspects du produit final).

Cela dénote d’un tel conditionnement. Maintenant, on dit des choses et on est pas forcément ces choses-là, suffit de voir dans quel contexte elles sont posées. :-)

Édité par anonyme

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte