Tous droits réservés

Vivre avec une dysgraphie

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 4 minutes

J’ai voulu écrire ce petit billet pour faire un retour d’expérience. Je ne veux pas qu’on s’apitoie sur mon sort ou autre, mais simplement faire un petit retour d’expérience, pour montrer qu’il est possible d’avoir une scolarité à peu près normal avec un handicap. J’espère que cela donnera du courage à ceux qui souffrent d’un handicap. Certains souvenirs, surtout les plus anciens, risque d’être un peu flou.

Alors voilà, je suis dysgraphique1. Hein, quoi ? Décomposons le mot. Dys, du grec difficulté, et graphique, l’écriture. Des difficultés à écrire. Bref, en substance, et comme on m’a fait beaucoup remarqué, j’ai une « écriture de médecin ».

Comment on s’est aperçu de ça ? Généralement, on s’aperçoit très rapidement de ce genre de choses : l’écriture est illisible, alors que bon, une fois passé le primaire, c’est censé être acquis. Donc, les profs se sont aperçu rapidement que ce que j’écrivais n’était pas lisible, ce qui posait problème… Surtout pour eux, pour corriger les copies, où ils devaient jouer les Champollion. Pour ma part, j’arrivais à déchiffrer ce que j’écrivais, couplé à ma mémoire. Mais vous en doutez, au-delà de la simple non lisibilité, c’est un peu handicapant : en effet, il y a une charge mentale pour essayer de bien écrire, qui se rajoute à ce qui est déjà fait (prise de notes, réflexion si on écrit une dissertation sur le contenu et éviter les fautes). Vous imaginez bien que cela été dommageable pour ma scolarité. D’une part, une partie de mon mental essayait de « bien écrire ». D’autre part, je n’étais noté que sur ce que les profs avaient compris, donc sur pas grand-chose…

À la demande générale de mes profs, il faut le préciser, on m’a demandé de trouver une solution. Il faut savoir que cet handicap, malgré le passage chez un thérapeute pour corriger ça, reste quand même présent. On peut atténuer certains effets, mais l’écriture restera quand même illisible. Si je veux faire un parallèle, c’est comme avec les dyslexiques qui ont du mal pour lire : ils auront beau faire des efforts, ils auront du mal à surmonter ce problème sans « béquille ».

Mais quelle solution ? Écrire d’une manière excessivement lente pour permettre un semblant de lisibilité (et encore…), ce qui rendrait impossible les tâches scolaires (vu qu’il y a un temps imparti ?). Impossible. Surtout que c’est quelque chose de quand même fatiguant. Écrire des lignes et des lignes, pour « apprendre à bien écrire » ? C’est contre-productif, ça fatigue pour rien, et tous les médecins spécialistes de la question diront que ça sert à rien… Dédicace à mes profs de primaire qui m’ont fait écrire des kilomètres comme ça. La solution trouvée avec l’ergothérapeute (la personne gérant ce genre de troubles), c’est la mise en place d’un ordinateur. Après quelques cours de dactylographie (et bien sûr, des cours pour tenter d’apprendre à mieux écrire manuellement, même s’il est impossible de faire des miracles). Vous allez me dire, chic, c’est super ça ! Vous avez raison, avec le recul. Mais c’est pas fait sans heurt.

La première barrière, c’était moi. En effet, quand on est en 4e, et qu’on est le seul avec un ordinateur, on se singularise. Or, quand on est adolescent, la seule chose que l’on veut, c’est rentrer dans le moule, « être comme les autres », pour ne pas se faire exclure. Il m’a fallu le second semestre de 4e (quand ça c’est mis en place) et une partie de ma 3e pour ne plus me sentir trop « différent ». Mais elle s’est atténuée au lycée, et a disparu à la fac (tout le monde à un ordinateur).

La seconde barrière, c’est paradoxalement les profs. Ils pensaient que ça allait être un outil de triche. Bien sûr, mes résultats scolaires ont été sensiblement améliorés. Quand on arrive à relire ses cours, et qu’on a plus la charge mentale de l’écriture, bien entendu. Ils avaient peur aussi de la triche aux examens, ce qui est légitime, vu que mes cours sont pris avec un ordinateur. Ce qui a été fait, c’était le prêt d’un ordinateur pour les examens (des fois ils oubliaient… J’ai fait avec mon ordinateur perso :-° , mais bon, à un moment, les profs ont confiance).

Globalement, que ça soit au collège, au lycée, et à la fac, il faut toujours batailler avec l’administratif pour se faire reconnaître le handicap. Mais en ayant un certificat médical et en faisant les démarches administratives nécessaires en début d’année, ça passe. Les profs sont globalement bienveillant (et dans le pire des cas, comprennent une fois qu’ils ont tenté de lire mon écriture manuscrite !), et les élèves aussi.

Maintenant, dans ma vie de tout les jours, est-ce un handicap ? La plupart de mes écrits sont maintenant dactylographié. Les seuls moments où ça coince, c’est quand je dois remplir un formulaire papier (vous êtes sérieux, en 2019 ?), ou quand je dois prendre des notes papiers car sur le terrain (mais couplé avec ma mémoire, j’arrive à me relire le plus souvent… Mais j’appréhende toujours ces moments. Mais j’ai quand même envoyé des cartes de vœux manuscrites cette année, et mes correspondants ont eu l’impression de faire un escape game :-)

Que retenir de cette expérience ? Vous pouvez être handicapé d’une manière ou d’une autre, mais ce n’est pas grave ! Ce n’est pas une fatalité, et en trouvant des chemins de traverse, et avec beaucoup de persévérances, vous arriverez à surmonter cet handicap, et même parfois dépasser les « personnes normales ». Souvent, la principale barrière, c’est nous, et le peur du jugement. Mais il ne le faut pas, généralement les jugements négatifs sont une méconnaissance du problème. En expliquant factuellement, le regard de l’autre devient bienveillant. Si vous êtes prof ou parent, au lieu d’avoir des phrases assassines et validistes (« mais tu peux faire un effort ») ou en ayant un comportement infantilisant et condescendant (« pauvre chou, fait pas ça »), proposez plutôt des solutions concrètes pour contourner l’obstacle, en vous documentant. Par exemple, pour les dyslexiques, il existe une police d’écriture spéciale pour les aider à lire.

einstein.jpeg
einstein.jpeg

  1. Et en plus gaucher…



16 commentaires

Très intéressant comme retour ! D’autant qu’à part la dyslexie, les troubles spécifiques de l’apprentissage sont assez méconnus.

Je me souviens d’un camarade en prépa avec une pathologie similaire et qui prenait ses notes sur ordinateur. Et pourtant, malgré la maturité que l’on peut attendre d’un étudiant à cet âge-là, il a malheureusement trop souvent été mis à l’écart…

j’ai une « écriture de médecin ».

Mais… :(

« Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents. »

+1 -1

Merci pour ce retour d’expérience ! C’est amusant et intéressant de lire pas mal de choses comme ça ces derniers temps sur ZdS.

Pour le coup des formulaires manuscrits, vu que comme tu le signales, c’est un peu anachronique, je n’ai aucune honte à les remplir avec ma plus belle écriture manuscrite, lisible, mais infâme. :) Si vous ne voulez pas recevoir de courrier manuscrit, n’obligez pas à envoyer un courrier du tout.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+1 -0

Merci pour ce retour d’expérience ! C’est amusant et intéressant de lire pas mal de choses comme ça ces derniers temps sur ZdS.

Pour le coup des formulaires manuscrits, vu que comme tu le signales, c’est un peu anachronique, je n’ai aucune honte à les remplir avec ma plus belle écriture manuscrite, lisible, mais infâme. :) Si vous ne voulez pas recevoir de courrier manuscrit, n’obligez pas à envoyer un courrier du tout.

Gabbro

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

Merci pour ce retour d’expérience ! C’est amusant et intéressant de lire pas mal de choses comme ça ces derniers temps sur ZdS.

Pour le coup des formulaires manuscrits, vu que comme tu le signales, c’est un peu anachronique, je n’ai aucune honte à les remplir avec ma plus belle écriture manuscrite, lisible, mais infâme. :) Si vous ne voulez pas recevoir de courrier manuscrit, n’obligez pas à envoyer un courrier du tout.

Gabbro

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

qwerty

Euh, non. Franchement, on est en 2019, même pas la peine d’y postuler.

+4 -0

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

J’ai entendu dire (niveau de preuve faible) que c’était parfois pour faire de la graphologie sur la lettre.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+2 -0

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

J’ai entendu dire (niveau de preuve faible) que c’était parfois pour faire de la graphologie sur la lettre.

Gabbro

J’en ai entendu parler aussi mais j’avoue que je suis pas convaincu de la pertinence de cette approche… Ne serait-ce qu’à la lumière de ce billet.

Édité par Ekron

« Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents. »

+0 -0

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

J’ai entendu dire (niveau de preuve faible) que c’était parfois pour faire de la graphologie sur la lettre.

Gabbro

J’en ai entendu parler aussi mais j’avoue que je suis pas convaincu de la pertinence de cette approche… Ne serait-ce qu’à la lumière de ce billet.

Ekron

Il me semble par ailleurs qu’elles ont été interdites. Ce dont je suis sûr, c’est que légalement, ils doivent au moins t’en informer avant.

edit : je parle des études graphologiques

Édité par Phigger

+1 -0

On en parle les jobs qui demandent une lettre de motivation manuscrite ?

J’ai entendu dire (niveau de preuve faible) que c’était parfois pour faire de la graphologie sur la lettre.

Gabbro

J’en ai entendu parler aussi mais j’avoue que je suis pas convaincu de la pertinence de cette approche… Ne serait-ce qu’à la lumière de ce billet.

Ekron

Il me semble par ailleurs qu’elles ont été interdites. Ce dont je suis sûr, c’est que légalement, ils doivent au moins t’en informer avant.

Phigger

Et pourtant, quand j’avais postuler dans le super marché à côté de chez moi (bon, ça remonte à quelques petites années), on m’avait très clairement poser la question : C’est une lettre manuscrite ? Parce que si ce n’est pas le cas, on ne prend pas en compte votre candidature.


L’article est très intéressant. Effectivement, le handicap est toujours quelque chose de difficile, non seulement pour ce que cela implique, mais aussi par la non-compréhension de certains.

En fait, c’est encore plus flagrant avec un handicap "invisible" comme les troubles mentaux. De l’extérieur on paraît "normal" (et notez bien les guillemets, car tout le monde est normal, même si il à un handicap), mais en vrai, on à quelques difficultés. Et effectivement, on entend trop souvent la même phrase : Fait un effort.

Je pense très sincèrement qu’il devrais y avoir une grande "campagne de sensibilisation" ne serais-ce que pour que les gens comprennent le handicap qui, il faut l’avouer, peut être difficile à comprendre lorsqu’on y est pas confronté.

Aussi, je rejoint @Gabbro, ce genre d’article est très intéressant et ça fait plaisir d’en voir apparaître sur Zeste de Savoir ! :)

Çà brille, c’est debout sur un tonneau, c’est une lampe !

+0 -0

Salut,

Merci pour ton partage d’expérience. :)

Par exemple, pour les dyslexiques, il existe une police d’écriture spéciale pour les aider à lire.

Est-ce que tu as un lien ou un peu plus d’info à ce sujet, par pure curiosité ?

#JeSuisArius

+0 -0

Salut,

Merci pour ton partage d’expérience. :)

Par exemple, pour les dyslexiques, il existe une police d’écriture spéciale pour les aider à lire.

Est-ce que tu as un lien ou un peu plus d’info à ce sujet, par pure curiosité ?

Taurre

OpenDys :-)

La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+1 -0

Je viens de découvrir ce "billet", ce partage d’expérience.

Premièrement, j’ai pris énormément de plaisir à lire ton expréssion écrite. Nombre de non disgraphique non pas la richesse culkturelle et la maturité que j’ai percu en te lisant.

Secundo, en ne visant personne, je suis toujours perturbé d’entendre parler de normalité, dans ce monde composé de multitude de microcosmes.

La norme, c’est l’anormalité. Je précisera aimer la perfection des imperfections d’autrui ;)

Ce qui résume à peu de choses près ce que je ressens en lisant le billet.

La singularité, une richesse si rare…

+0 -0

Salut,

Bravo pour ton témoignage.

Aujourd’hui non-voyant, à l’époque malvoyant, j’avais aussi besoin d’un PC portable au collège. Au début des années 2000 ce n’était pas si courant.

De mon côté, le pire ce n’était pas les profs, mais les élèves. Les profs, hormis 3 ou 4 récalcitrants et/Ou trop à cheval sur les principes, tous ont toujours parfaitement joué le jeu. Les autres élèves par contre étaient jaloux; déjà à cause du PC, et ensuite parce que j’avais généralement la permission de me lever à n’importe quel moment pour aller lire le tableau (que je ne pouvais pas depuis ma place).

Heureusement, la mentalité a complètement changé au lycée; mais plus que l’âge et la maturité, ce qui a complètement changé c’est que j’ai perdu la totalité du peu de vue que j’avais. ET paradoxalement, quand on dit qu’on est non-voyant, dans la tête des gens, c’est clair; on ne peut plus faire de remarques désobligeantes du genre "vous voyez seulement ce qui vous arrange".

LE collège, parmi les pires années de ma vie.

Ma plateforme avec 23 jeux de société classiques en 6 langues et 13000 joueurs: http://qcsalon.net/ | Apprenez à faire des sites web accessibles http://www.openweb.eu.org/

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte