Licence CC BY

J'ai testé pour vous : la fuite de gaz

★☆☆☆☆ C'est pas terrible, je ne conseille pas.

Dans le monde moderne, nous sommes reliés à de multiples réseaux. Mais que se passe-t-il lorsque ceux-ci défaillent ?

Les réseaux de signaux (paire de cuivre pour la téléphonie et Internet en xDSL, fibre optique) ne posent aucun problème direct de santé public, le pire qui puisse arriver, c’est de ne plus avoir Internet. Une fuite sur un réseau d’eau peut provoquer des dégâts matériels conséquents, mais constitue rarement un danger immédiat. Le réseau électrique, s’il est réalisé dans les règles de l’art, est automatiquement coupé à la moindre fuite par des disjoncteurs.

Mais, que faire en cas de fuite sur un réseau de gaz de ville ? Il n’existe pas d’équivalent au disjoncteur différentiel ou au fusible !

C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce billet.

Attention, règles locales !

Les informations contenues dans ce billet concernent uniquement le cas de la distribution de gaz de ville par GRDF, donc en France métropolitaine, à l’exclusion de certaines municipalités qui ont leur propre organisme distributeur.

Oh, une fuite !

Savez-vous comment on détecte une fuite de gaz chez un particulier – le genre qui est trop faible pour être perçu à l’odeur ou à un sifflement ?

À l’eau savonneuse.

Je ne plaisante pas : on passe les tuyauteries à l’eau savonneuse (pas n’importe quoi quand même, un mélange bien dosé) et on observe si de petites bulles se forment. Si la canalisation à inspecter n’est pas en service, on la met sous pression à l’aide d’une espèce de pompe. Il existe des détecteurs de gaz dans l’air ambiant munis d’embouts « renifleurs » (des longs tuyaux fins pour aller fouiner dans les recoins), mais dans tous les cas on finit à l’eau savonneuse pour trouver l’emplacement exact de la fuite.

Les fuites faibles sont difficiles à détecter malgré l’odeur épouvantable du gaz, entre autre à cause de la très faible pression de service du gaz de ville : 300 mbar en amont du compteur, 20 mbar en aval – soit la pression exercée une hauteur de 20 cm d’eau.

Et donc, lors de l’entretien annuel de la chaudière, le technicien a procédé à une détection des fuites, et en a trouvé une.

En amont du compteur, c’est-à-dire à un endroit qu’il n’a pas le droit de toucher : le compteur et ce qu’il y avant appartiennent à GRDF, qui les gèrent.

La fuite amont

Quelques seconde de recherche m’envoient sur la page d’Urgence Sécurité Gaz de GRDF. J’appelle le numéro indiqué, et là, surprise :

Toute fuite, aussi minuscule soit-elle1, est considérée comme une urgence, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Donc, un quart d’heure plus tard, j’ai chez moi un technicien qui vérifie la présence de la fuite, la localise, change l’antique robinet d’arrêt juste avant le compteur, vérifie… et trouve une autre fuite. En aval du compteur. Donc, hors de son périmètre d’intervention. Il va falloir rappeler le plombier, c’est dommage, il était là y’a à peine une demi-heure… J’ai un rendez-vous pour le lendemain matin.

La mise en sécurité

Deuxième surprise : GRDF est garant de la sécurité du réseau gaz. Ça implique que s’il y a une fuite non résolue en aval du compteur, le compteur est mis en sécurité. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Le robinet compteur est verrouillé2 en position fermée, avec une étiquette qui indique qui a le droit de le rouvrir, un sceau, et les données du compteur (numéro + index courant) sont envoyées à GRDF. Seul GRDF peut le rouvrir3.

Concrètement, ça veut dire que je n’ai plus de gaz jusqu’au lendemain matin. Donc plus de chauffage – inutile en cette saison sous mes latitudes –, mais aussi plus d’eau chaude sanitaire, et plus de cuisson…

La sécurité avant tout

Un esprit joueur pourrait être tenté de ne pas appeler GRDF face à une fuite de gaz mineure4 pour éviter de se faire bloquer son compteur le temps de la réparation.

Ce serait de la stupidité à l’état pur. Cette procédure est là pour garantir la sécurité des personnes et des biens. Un tuyau qui fuit est fragilisé, et malgré la faible pression, il n’y a aucun moyen de savoir comment la fuite va évoluer. Mieux vaut vivre un week-end pénible sans gaz que de gérer les dégâts d’une explosion…

La réparation et la remise en service

Je vous fait grâce des aléas survenus lors de la réparation, ils sont hors sujet (mais je voudrais rappeler que des secrétaires compétentes, c’est important pour la bonne marche d’une entreprise et la relation client).

Quoiqu’il en soit, une brasure plus tard, j’ai une installation gaz qui ne fuit plus. Et maintenant ?

Eh bien, il faut rappeler GRDF (au même numéro qu’avant) et demander la libération du compteur. Ça peut être un peu plus long parce que les urgences passent d’abord, mais sauf gros problème en cours, GRDF garantit un passage dans les 4 heures après l’appel, et on peut appeler jusqu’à 21 h le samedi (je n’ai pas les horaires des autres jours). Par contre, on ne peut pas prendre de rendez-vous, parce que les urgences avant tout.

Le technicien passe dans la plage prédéfinie, vérifie que tout est OK pour lui, libère le compteur et prévient GRDF que tout est bon. Et c’est reparti !

D’une manière générale, le service GRDF est très bon, conscient des problèmes provoqués par une fuite de gaz comme de l’inconvénient de ne plus en avoir, et est assez bien organisé pour minimiser les impacts tout en garantissant la sécurité.

Combien ça coute ?

Tout ce qui est en amont du compteur et qui est géré par GRDF : rien. C’est efficace et gratuit, y compris l’appel (c’est un numéro vert).

Tout ce qui est en aval du compteur : ça dépend de votre contrat avec votre plombier, mais c’est à votre charge (84 € pour une brasure en urgence un samedi dans un endroit pénible d’accès, je trouve que je m’en sors bien).

À noter que je suis propriétaire. Si vous êtes locataires, je ne sais pas si ça fait partie des charges qui doivent être supportées par vous ou par votre propriétaire.


  1. Ici quelques bulles à peine perceptibles.
  2. Physiquement verrouillé, avec une tige qui interdit la manœuvre du robinet et tout.
  3. Dans ce cas précis. L’étiquette attachée indique d’autre cas où le client, ou un opérateur tiers, a le droit de rouvrir le gaz, et dans quelles conditions.
  4. Disons, imperceptible à l’odeur ou au bruit.



Icône CC BY-SA d’après sfllaw.

10 commentaires

l’odeur épouvantable du gaz

Tu veux parler du mercaptan ? Il n’est plus utilisé en France depuis pas mal de temps. Maintenant on utilise du THT qui n’est pas si épouvantable que ça . Tu habites peut-être proche d’une frontière ?

En tout cas sympa l’article.

+1 -0

Le gaz chez moi sent bien le THT, mais je trouve l’odeur infecte quand même ^^

(C’est le moment de rappeler que le gaz – de ville ou en bouteille – ne sent naturellement rien, et qu’on lui rajoute des produits qui puent pour qu’on puisse détecter facilement une fuite. Ce qui donne des choses étranges quand c’est ce produit qui s’échappe dans la nature (et accessoirement, je n’avais pas réalisé que cette fuite provenait de la même usine qui a brulé quelques années plus tard, mais je m’égare).

Un autre point annexe : on peut être expert en gaz, et ne rien connaitre en électricité. Ici, un ouvrier qui a travaillé sur le gaz se posait des questions existentielles sur les liaisons équipotentielles de mes tuyaux de gaz et me conseillait de les enlever (!).

Si vous êtes hors du périmètre GRDF (hors France métropolitaine ou sur un autre opérateur réseau) et que vous savez comment sont gérées les fuites chez vous, dites-le, je suis curieux.

Salut,

À noter que je suis propriétaire. Si vous êtes locataires, je ne sais pas si ça >fait partie des charges qui doivent être supportées par vous ou par votre >propriétaire.

SpaceFox

C’est une charge proprietaire.

Si ta police MRH garantie les fuites de gaz, tu peux te faire rembourser (2 jours généralement pour déclarer le sinistre).

+2 -0

(C’est le moment de rappeler que le gaz – de ville ou en bouteille – ne sent naturellement rien, et qu’on lui rajoute des produits qui puent pour qu’on puisse détecter facilement une fuite. Ce qui donne des choses étranges quand c’est ce produit qui s’échappe dans la nature (et accessoirement, je n’avais pas réalisé que cette fuite provenait de la même usine qui a brulé quelques années plus tard, mais je m’égare).

Le truc rigolo est que cette odeur artificielle dépend des législations nationales, en ces temps d’échange intense en Europe, on oublierait presque que la France peut recevoir du gaz allemand (odorisé au poste frontière) mais pas l’inverse pour cette raison (le gaz allemand n’en a manifestement pas)…

+0 -0

Le truc rigolo est que cette odeur artificielle dépend des législations nationales, en ces temps d’échange intense en Europe, on oublierait presque que la France peut recevoir du gaz allemand (odorisé au poste frontière) mais pas l’inverse pour cette raison (le gaz allemand n’en a manifestement pas)…

Renault

Il y a des travaux en cours pour envoyer du gaz français en Allemagne. Ça concerne surtout le fonctionnement technique du poste, qui n’est pas prévu pour aller dans ce sens.

J’apprends dans les articles qui parlent de ça (et de la différence d’odeur de gaz) que le gaz français est odorisé sur tout le réseau mais le gaz allemand l’est aux postes de distribution, or j’avais lu que la France odorisaet à la distribution aussi. Ça a du changer depuis. En tous cas les Allemands risquent d’avoir du gaz avec une odeur étrange pour eux ces prochains mois (les produits utilisés ne sont par harmonisés).

La blague du jour : suite à la coupure du compteur gaz (qui est un compteur communiquant), mon relevé affiche une consommation de 99 999,850 m³ (soit 1 126 029 kWh pour 60 692,98 €) ce jour-là.

Après contact avec mon fournisseur de gaz, c’est juste une erreur de remontée de l’index journalier et ne devrait pas poser de problème. Mais il n’empêche que je vais surveiller de près les prochaines factures :D

(Vue la gueule du chiffre, je suppose qu’en pratique il y a eu un ajustement de -0,150 m³, ce qui a été compris comme 100 000,000 - 0,150).

Un calcul rapide me dit que vue la durée de la coupure, ça voudrait dire que j’ai consommé près de 50 MW en permanence pendant la coupure. Soit plus de 4 200 m³ par heure à pression de livraison – je pense que même en débranchant le tuyau en sortie de compteur on atteint pas un pareil débit.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte