Arts martiaux, apprentissage autodidacte

Est-ce seulement raisonnable…?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Salut à tous,

D’abord et avant tout, j’ai brièvement hésité à lancer un sujet de discussion sur ce forum précisément, car si je sais qu’il est plutôt ouvert en ce qui concerne les domaines annexes à l’informatique, je sais qu’il existe des forums plus adaptés en ce qui concerne les arts martiaux.

Cela dit je voulais avoir la certitude de m’adresser à des passionnés (et ce, peu importe le domaine) et surtout à des autodidactes (nous le sommes pour la plupart).

Le vif du sujet :

J’étudie (car chez moi il est bel et bien question d’étude) les arts martiaux depuis un peu plus de deux ans aujourd’hui. Plus précisément le karaté shōrin ryū (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sh%C5%8Drin-ry%C5%AB). C’est presque une passion, pour vous dire.

Seulement voilà, après un déménagement… J’ai dû quitter le dōjō dans lequel j’étudiais.

J’ai donc visité un dōjō du même style de karaté hier et, même si je ne me fie jamais totalement à une première impression, je reste un peu sur ma faim.

Il m’est donc venu à l’idée de pratiquer physiquement le karaté en autodidacte dans le pire des cas.

Par pire des cas, j’entends : la difficulté à retrouver un dōjō et un professeur qui me satisfassent pleinement.

Certains pourraient me dire : fonce ! Y en a bien qui courent sans coach, d’autres qui jouent en basket de manière occasionnelle sans professeur… Alors pourquoi pas faire du karaté dans ton coin si ça te chante ?

Seulement voilà, on met beaucoup de choses dans la tête des gens en ce qui concerne les arts martiaux (notamment japonais) : il est nécessaire de l’étudier dans un dōjō (lieu où l’on apprend la voie), auprès d’un sensei (auquel on doit absolument se référer) et avec des partenaires (c’est en apprenant avec les autres qu’on avance).

À en croire que c’est limite une hérésie d’étudier les arts martiaux seuls !

Pourtant, vous et moi, on n’a pas forcément attendu d’être à l’école avant d’apprendre à programmer. On a tout fait par nous-mêmes, avec l’aide de passionnés. Alors faut-il forcément s’en remettre à un instructeur fédéral / Japonais gourou pour apprendre soi-même les arts martiaux ? J’ai de sérieux doutes.

J’ai une envie cruelle d’approfondir certaines choses par moi-même en ce qui concerne mon étude des arts martiaux. Je lis des livres, je regarde des vidéos sur youtube, j’essaie de répéter des katas dans mon appartement (pas pratique, mais bon… :lol: ). Autant dire qu’il y a de quoi se poser des questions ! ;)

Et du coup, je voulais avoir vos ressentis et vos retours d’expérience : vous feriez quoi à ma place ?

Est-ce que vous aussi êtes passionnés d’arts martiaux au point de vous être posé ce genre de question ?

Hello, ça fait longtemps que j’ai arrêté mais j’ai envie de dire que travailler seul va seulement te faire développer tes capacités physiques et éventuellement la justesse du mouvement.

Mais tu perds toute la partie qui concerne l’appréciation de l’intention, le développement vers une voie que tu ne connais pas, et le combat qui de base est en soi une forme de miroir. En gros tu vas te développer là où tu es déjà plus ou moins à l’aise sans jamais voir là où tu as une faiblesse — pas forcément au sens du combat d’ailleurs — alors que cet aspect introspectif est justement un des grands intérêts des arts martiaux. Maintenant, ça irait relativement bien en complément j’imagine.

Pour la partie physique après, j’aurais tendance à dire que j’y connais suffisamment rien pour ne pas m’avancer là dessus, tant que toi tu es à l’aise.

+0 -0

Je comprend le questionnement, mais si tu te poses la question c’est que secrètement tu sais que ce n’est pas efficace.

Edit, j’avais plus de batterie m’ont message n’était pas finie et j’ai zappé

L’entraînement se fait toujours avec des partenaires surtout s’il y a des échanges (intellectuels ou physique) cela apporte grandement car habituellement ce qu’on cherche à tester ce sont nos réflexes.

Édité par Blackline

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+0 -0
Auteur du sujet

Merci pour vos réponses.

Mais tu perds toute la partie qui concerne l’appréciation de l’intention, le développement vers une voie que tu ne connais pas, et le combat qui de base est en soi une forme de miroir. En gros tu vas te développer là où tu es déjà plus ou moins à l’aise sans jamais voir là où tu as une faiblesse — pas forcément au sens du combat d’ailleurs — alors que cet aspect introspectif est justement un des grands intérêts des arts martiaux. Maintenant, ça irait relativement bien en complément j’imagine.

Si la question est de faire de la pratique personnelle en complément de la pratique à plusieurs, c’est quelque chose que je souhaite faire dans l’idéal en effet.

Je ne cherche pas à être bon en combat, mais simplement à travailler et approfondir ce que je veux, sans qu’un professeur ne me l’impose. Comme si j’étais autodidacte (j’insiste bien là-dessus).

si tu te poses la question c’est que secrètement tu sais que ce n’est pas efficace

Bien au contraire. J’ai la preuve que cela peut marcher dans certaines disciplines, et il a toujours fallu quelqu’un pour ouvrir la voie sur des domaines qu’on étudie aujourd’hui (seul ou a plusieurs d’ailleurs).

J’ai une référence qui m’a dit avoir pratiqué les AM en autodidacte après avoir été dans un dōjō, et ce que j’en ai vu m’a suffisamment convaincu pour me dire que je saurais en faire de même, un jour, pour progresser à ma manière.

Seulement j’ai le sentiment que les arts martiaux imposent un carcan psychologique où s’entremêlent mystifications orientales et nécessité de s’en remettre absolument à quelqu’un pour apprendre ce qu’il faut (alors que ce quelqu’un pourrait tout à fait nous enseigner « n’importe quoi » !).

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Bonjour,

Je fais des arts martiaux un peu particulier, mais qui je pense peuvent t’apporter ici un éclairage, à toi de transposer ce qui peut l’être.

Je fais des arts martiaux historiques européens (AMHE), c’est-à-dire l’ensemble des techniques martiales dont la transmission s’est interrompu, et que l’on redécouvre aujourd’hui à l’aide de sources historiques (livre, gravures…). Il y a 20 ans, les instructeurs d’AMHE, ça n’existait pas. Ils ont été un petit nombre à apprendre à utiliser des armes en autodidacte, sans même les bases, avec des bouquins peu pédagogiques.

Ils n’étaient pas seul chacun dans leur coin, mais on est loin du dojo avec un sensei.

D’un côté, ça l’a fait, ils ont réussi. De l’autre, un paquet à fait de la merde (et continue aujourd’hui). Tous ceux que je connais ont choisi de faire un autre art martial en club (boxe, escrime olympique, krav maga…) pour avoir des bases sur lesquels travailler (et ça donne des façons de pratiquer les AMHE assez différentes). De plus, c’est une approche beaucoup plus lente ; j’ai entendu une conversation de mon 1er instructeur qui disait qu’en 3 mois, on avait atteint le même niveau qu’eux en 3 ans. Donc je ne pense pas que l’instructeur, sensei, ou gourou soit nécessaire. Mais ça aide franchement (sauf le gourou, ça aide jamais, un gourou).

Reste le second point : faire seul, et non pas seulement sans prof. Si ton art martial est un sport d’opposition, par définition, il va te manquer des choses si tu es seul. Que ce soit la prise de décision, la bonne gestion des distances, ou je sais pas quoi dans ton cas, certaines choses te seront inaccessibles.

On entend parfois que le fait de pratiquer seul ancre les mauvaises habitudes. C’est possible. Autant si on parle de pratique seul en plus d’une séance en club, je suis dubitatif, autant pratiquer seul longtemps sans avoir un bon niveau à la base, la crainte me semble justifié.

Concernant la philosophie (dojo, se référer au sensei…), il n’y en a pas en AMHE. Donc la question ne se pose pas. Heureusement, d’une certaine manière, car sinon le sport n’existerait pas, car les maitres sont morts depuis bien longtemps.

En espérant t’avoir apporté des éléments de réflexion à défaut d’une réponse. :)

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+2 -0

autre art martial en club (boxe, escrime olympique, krav maga…)

La boxe et le Krav Maga sont des sports de combat je crois et non pas un art martial. Il n’y a pas de cérémoniel typique comme on peut en trouver en muy thai ou en judo…

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+0 -0

Ce qu’on met derrière les mots « arts martiaux » et « sport de combat » dépend vraiment des domaines et des gens. Comme le pointe bien Wikipédia, « art martial » peut être utilisé comme synonyme «d’art du combat », mais certains réfutent cet élargissement du terme. Dans les milieux dans lesquels je gravite, on trouvera aussi bien des gens considérant les arts martiaux comme asiatique ou avec philosophie, des gens considérant les deux termes comme interchangeable, ou bien des gens considérant art martial comme le terme générique, et sport de combat comme une spécificité : les arts martiaux ayant une vraie vocation de combat.

Personnellement, j’utilise les deux de manière assez interchangeable, à la différence près que « sport de combat » fait plus bourrin.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0

Personnellement, j’utilise les deux de manière assez interchangeable, à la différence près que « sport de combat » fait plus bourrin.

J’aurai surtout dit qu’art martial fait plus art. :P

+1 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Je rejoins +/- l’avis de l’oiseau.

L’entraînement seul est bénéfique lorsqu’il s’agit d’améliorer ou de mémoriser des gestes déjà pratiqués avec un "adversaire". C’est aussi efficace pour les exercices comme les katas.

Bref, s’il s’agit de perfectionnement de techniques enseignées en dojo/club, si tu es consciencieux, ça peut être bénéfique.

Quant à l'apprentissage autodidacte (= de techniques nouvelles), ça dépend bien plus de la personne. Le doute soulevé par @Gabbro ("autant pratiquer seul longtemps sans avoir un bon niveau à la base, la crainte me semble justifié") est AMHA juste.

autre art martial en club (boxe, escrime olympique, krav maga…)

La boxe et le Krav Maga sont des sports de combat je crois et non pas un art martial. Il n’y a pas de cérémoniel typique comme on peut en trouver en muy thai ou en judo…

Blackline

Le Krav Maga — stricto sensu — est un art martial, dans le sens où il est utilisé dans le cadre militaire tant dans sa nature offensive que défensive. Pour les civils, on tend plutôt à classer ça, parfois en définissant un peu n’importe comment, dans la défense de soi. Ça n’est pas un sport en tous cas puisque le sport implique un aspect compétitif. Et tu n’as pas vraiment de compétition où le Krav maga, qui n’est qu’un ensemble de systèmes reprenant des techniques diverses et variées (jiu-jitsu, karaté,…), est utilisé. C’est pas comme le judo par exemple qui se pratique en majeure partie dans un cadre compétitif.

Pour le karaté, par exemple, tu peux osciller entre un sport de combat si tu participes à des compétitions ou un art martial, plus généralement, dans d’autres cas. Pour un enseignement militaire par contre, tu peux considérer (à juste titre) que c’est un art martial. Ou plus exactement, que la pratique a clairement une visée martiale.

AMHA, il est plus juste de définir le(s) terme(s) selon l’usage que l’on compte en faire, selon le cadre dans lequel l’enseignement a lieu.

Édité par Arius

Assez occupé IRL — MP au besoin. Je ne mords pas (toujours)

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte