Astuces pour digérer une sale journée de travail ?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Hello,

J’ai passé ma journée à essayer d’ajouter un bouton à action dans un PIM (c’est une sorte d’ERP mais spécialisé catalogue produits). Il tourne sous Symfony 4, avec BackboneJS, RequireJS, Yarn. Bref que des technos que je ne connais pas (sauf Symfony 4, j’ai appris ça et manipulé un peu ça il y a …. 11 mois.).

Du coup j’ai galéré comme un porc rien que pour afficher le bouton… Une fois que j’ai réussi à faire ça (en milieu d’après-midi, j’y travaillais depuis le matin !!), j’ai essayé de définir et utiliser une route pour définir l’action qui a lieu suite au clic sur le bouton.

Or, problème : je ne retrouve pas le fichier routes.config dans le répertoire app du PIM ou même à sa racine, alors que c’est dans ce fichier qu’est censée être écrite ma route après avoir compilé les sources contenant sa déclaration (en gros, cf. fonctionnement de Symfony). Ce qui veut dire que même les routes qui ne sont pas définies par moi, eh bien… Je ne les retrouve pas ! Et mon responsable, ainsi qu’un autre collègue, n’ont visiblement pas idée d’où ça se situe.

Bref demain je vais devoir retravailler sur cette route c’est chiant j’en ai marre.

Journée toute pourrie donc. Surtout qu’on doit pouvoir livrer à tout moment cette semaine youhou.

Comment effacer ça temporairement de ma mémoire ? Là je vais faire un peu de tabata mais j’ai même pas la motivation pour.

+0 -0

Même si l’objectif peut sembler simple, une stack ça ne se maîtrise pas en trois heures, surtout s’il y a un manque de documentation ou de connaissance dans les équipes. Si des managers se sont engagés sur une date de sortie sans tenir compte de ça, et qu’il faut le justifier au client, c’est leur problème, pas le tien.

Il faut que tu apprennes à gérer la pression et à décorréler le travail et le personnel. C’est très important. ;)

L’expérience aide à rester droit dans ses bottes dans des situations déstabilisantes. En attendant, accroche-toi à un principe simple : travaille sérieusement, sois de bonne foi, mais ta vie personnelle et ta santé mentale sont incompressibles. Si tu te sens affecté de façon émotionnelle et personnelle par ton travail, "fuck off". Point.

Respecte-toi. ;)

Et encore une fois, communique. Communique, communique, communique. Ne reste pas à galérer des heures dans ton coin et à ruminer bêtement. Partage ton feeling le plus souvent possible avec ton responsable, pour qu’il soit au courant de ce qui se passe déjà, qu’il ne se retrouve pas au pied du mur à la dernière minute, qu’il te décharge d’une partie de la charge mentale associée, et qu’il soit au courant de ton état personnel pour en tenir compte et éventuellement t’aider à relativiser.

Édité par Society

+3 -0

Je commence sérieusement à penser qu’en fait l’informatique n’est pas fait pour toi. Non pas que tu ne soit pas bon en informatique. Mais que tu n’es pas bon pour gérer les projets informatiques et les problèmes qui vont avec (le monde de l’entreprise, les clients, …).

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+2 -0
Auteur du sujet

Mon responsable est au courant de tout ce que je fais quasiment H24 depuis le début de ma période d’essai. Je ne vous l’ai jamais dit mais pour chaque projet qui m’est attribué, j’envoie au moins une fois par jour un mini pavé pour dire où j’en suis (ça ne le dérange pas au contraire). 90% du temps, je lui dis où j’en suis dans la réalisation de telle ou telle tâche plusieurs fois par jour. Et je n’hésite pas à l’appeler pour ce faire (même si c’est surtout par écrit). Enfin, je rédige parfois des rapports sous forme de tableur (en lui demandant si je peux le faire, avant de le faire).

En l’occurrence pour ce problème, j’ai demandé 2 fois de l’aide à un collègue, ça m’a un peu débloqué mais pour le coup de la route, malgré ses efforts, il ne savait pas pourquoi, je crois qu’il a même fini par abandonner

Édité par HerbeQuiBenchEtSquat

+1 -0

Savoir gérer son investissement émotionnel dans son travail n’est pas inné. Ça ne s’apprend pas vraiment non plus. Ça s’acquiert avec le temps.

Mate un film, ou deux, fais toi une soirée JV, cuisine-toi un truc que tu adores et fais un gueuleton, ou au contraire couche-toi super tôt avec un bon bouquin… tout est bon pour arrêter de ruminer une journée merdique, à part en discuter, en fait.

Ce soir, ton boulot n’est plus ton problème, il n’y a rien que tu puisses y faire, alors laisse tomber. Demain il fera jour.

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+11 -0

Effectivement gérer son investissement émotionnel ne s’apprend pas vraiment, mais être conscient de devoir le gérer et avoir quelques règles de base de comportement, oui je pense.

Si tu communiques à fond comme ça c’est parfait, c’est indispensable, pour le boulot lui-même mais aussi pour toi.

Je rejoins nohar sur le fait que rien de tel pour bien gérer et relativiser tout ça que d’avoir une vie personnelle remplie et d’autres chats à fouetter à côté. La crise sanitaire n’aide pas à ça, mais creuse de ce côté-là si tu juges que tu peux améliorer les choses.

Édité par Society

+0 -0
Auteur du sujet

J’y arrive pas

Enfin, j’arrive parfois à me distraire suffisamment pour ne pas y repenser. Mais inconsciemment je vous assure que j’y pense et ça fatigue.

Edit : quand c’est comme ça, je dis à mon responsable des trucs du genre "je ne pensais pas que ça aurait pris autant de temps :/" et parfois je m’excuse. Parfois jargumente. En tout cas il ne m’a jamais engueulé, il très très rarement fait un reproche si ce n’est jamais. Mais bon j’en ai raz la cassssquette de pas livrer en temps et en heure… Fichus projets…

Édité par HerbeQuiBenchEtSquat

+0 -0

C’est universel : les deadlines sont faites pour être ratées. Faut juste vivre avec.

I love deadlines. I love the whooshing noise they make as they go by.

Douglas Adams

I was a llama before it was cool

+7 -0

J’ai une question : comment ça se fait qu’ils te mettent sur un projet avec des technos que tu pige pas? C’est courant en informatique?

Tchaïkovski

Ça dépend des boîtes, mais oui, pour monter en compétences sur une techno, le seul moyen efficace est de travailler avec. Après je ne sais pas comment ça se passe dans la boîte d'@HerbeQuiBenchEtSquat mais souvent on en tient compte dans l’estimation des tâches.

Un autre truc : bloquer une journée à cause d’un truc débile, c’est très fréquent. Ce qui importe dans ce genre de cas, c’est simplement retenir la leçon pour la fois d’après.

I was a llama before it was cool

+5 -0

J’ai une question : comment ça se fait qu’ils te mettent sur un projet avec des technos que tu pige pas? C’est courant en informatique?

Tchaïkovski

Ça dépend des boîtes, mais oui, pour monter en compétences sur une techno, le seul moyen efficace est de travailler avec. Après je ne sais pas comment ça se passe dans la boîte d'@HerbeQuiBenchEtSquat mais souvent on en tient compte dans l’estimation des tâches.

nohar

Du coup il faut se former sur le tas…? Prendre le temps d’apprendre en autodidacte le week-end?

Édité par Tchaïkovski

+0 -0

Prendre le temps d’apprendre en autodidacte le week-end?

Ce n’est pas à toi d’apprendre un truc sur ton weekend pour le boulot. Quand j’apprends un truc en info le weekend, ça ne sert pas le boulot. Se former fait partie du boulot.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+4 -0

Justement, +1, ça peut être une tentation de se former à côté pour être plus efficace au boulot, c’est exactement le genre de choses à ne pas faire. Sauf bien sûr si, mais uniquement si, ça présente également un intérêt personnel, mais même dans ce cas il faut faire attention à ne pas passer sa vie à coder et à préserver un équilibre dans sa vie entre l’informatique et le reste.

+0 -0

Il n’y a pas une recette. Chacun est différent et gère ça à sa manière. Certains lisent, regardent la télé, jouent aux jeux vidéos, se promènent, boivent, fument, vont sur des sites pour adultes, font du sport, bricolent, jardinent, cuisinent, discutent, voient des amis, etc. Gérer sa frustration est une chose qu’on est censé avoir appris en étant enfant, sans avoir besoin de demander à de parfaits inconnus comment cela se gère une fois adulte.

La multitude de sujets ouverts et leurs contenus m’incitent à penser que tu ne sais pas gérer tes émotions négatives. Je pense que tu devrais faire un travail sur ce point, avec un professionnel (un parfait inconnu, certes, mais dont c’est le métier, cette fois, contrairement à nous). Sans trop m’avancer, je peux dire que cela nous est tous arrivé au moins une fois d’avoir passé une journée de merde, à bloquer sur un truc, et à ne pas réussir à se le sortir de la tête, amenant une mauvaise humeur ou une mélancolie. En revanche, je ne suis pas sûr que ton pathos permanent ici soit la solution à ton problème. Pour ma part, outre une certain réconfort, j’ai surtout l’impression que tu viens ici pour te faire plaindre. Tu écris en 30 lignes ce que tu pourrais écrire en 2 voire en 1. Soit, un forum peut être un tel lieu… mais pas tous les jours. Quand c’en est à ce point, il faut se faire aider par quelqu’un dont c’est le métier. Cela n’est pas honteux ni dégradant, pas plus qu’aller se faire soigner quand on a un rhume.

Concernant ton soucis technique, si c’est du pur Symfony 4, les routes ne sont pas dans un fichier routes.config et ne l’ont jamais été (en tout cas pas sur le 4, le 3, et les dernières version du 2, pour les antérieures, je ne pense pas non plus). Dans SF4, c’est racine_projet/config/routes.yaml ou racine_projet/config/Routes/fichier.yaml. Si c’est une migration SF3 => SF4, effectivement cela peut être (de tête) dans app/config/routing.yaml. Dans tous les cas elles sont quelque part, et a priori un "Rechercher dans tout le projet > path:|defaults:|controller: devrait résoudre ce problème en quelques secondes…

Développeur Symfony

+3 -0
Auteur du sujet

En fait Symfony j’avais dit lors de mon entretien que je connaissais, puis que je retravaillerai ça avant mon premier jour (ce que j’ai vraiment fait), c’était en décembre 2019 du coup (y a environ 11 mois). Depuis j’y ai jamais retouché donc forcément je galère un peu, y a des trucs qui me reviennent mais bon…

Pour les autres technos, RequireJS, BackBoneJS => personne ne savait que c’était utilisé. Et Yarn bein y a peut-être mon responsable qui le savait. Après c’est juste un gestionnaire de packages donc ça va encore ça.

C’est universel : les deadlines sont faites pour être ratées. Faut juste vivre avec.

I love deadlines. I love the whooshing noise they make as they go by.

Douglas Adams
nohar

Enorme la citation :lol:

Il n’y a pas une recette. Chacun est différent et gère ça à sa manière. Certains lisent, regardent la télé, jouent aux jeux vidéos, se promènent, boivent, fument, vont sur des sites pour adultes, font du sport, bricolent, jardinent, cuisinent, discutent, voient des amis, etc. Gérer sa frustration est une chose qu’on est censé avoir appris en étant enfant, sans avoir besoin de demander à de parfaits inconnus comment cela se gère une fois adulte.

La multitude de sujets ouverts et leurs contenus m’incitent à penser que tu ne sais pas gérer tes émotions négatives. Je pense que tu devrais faire un travail sur ce point, avec un professionnel (un parfait inconnu, certes, mais dont c’est le métier, cette fois, contrairement à nous). Sans trop m’avancer, je peux dire que cela nous est tous arrivé au moins une fois d’avoir passé une journée de merde, à bloquer sur un truc, et à ne pas réussir à se le sortir de la tête, amenant une mauvaise humeur ou une mélancolie. En revanche, je ne suis pas sûr que ton pathos permanent ici soit la solution à ton problème. Pour ma part, outre une certain réconfort, j’ai surtout l’impression que tu viens ici pour te faire plaindre. Tu écris en 30 lignes ce que tu pourrais écrire en 2 voire en 1. Soit, un forum peut être un tel lieu… mais pas tous les jours. Quand c’en est à ce point, il faut se faire aider par quelqu’un dont c’est le métier. Cela n’est pas honteux ni dégradant, pas plus qu’aller se faire soigner quand on a un rhume.

Concernant ton soucis technique, si c’est du pur Symfony 4, les routes ne sont pas dans un fichier routes.config et ne l’ont jamais été (en tout cas pas sur le 4, le 3, et les dernières version du 2, pour les antérieures, je ne pense pas non plus). Dans SF4, c’est racine_projet/config/routes.yaml ou racine_projet/config/Routes/fichier.yaml. Si c’est une migration SF3 => SF4, effectivement cela peut être (de tête) dans app/config/routing.yaml. Dans tous les cas elles sont quelque part, et a priori un "Rechercher dans tout le projet > path:|defaults:|controller: devrait résoudre ce problème en quelques secondes…

John

Oui c’est pas routes.config (j’ai écrit ça sous la fatigue je pense, ou par non-maîtrise). C’est bien racine/config/routes/routes.yml, et du coup effectivement je le redis : je ne trouve pas ce fichier, nulle part, notamment pas à la racine du projet :-( Du coup je me retrouve avec mon petit répertoire de modules dans lequel j’ai écrit ce fichier là. Et quand je compile le tout ou quoi avec Yarn, bah il n’apparaît pas dans racine/config/routes/. Par contre dedans il y a bien un fichier de routes Yaml qui contient en contient juste une seule.

Bref ça me saoule.

Édité par HerbeQuiBenchEtSquat

+0 -0

C’est universel : les deadlines sont faites pour être ratées. Faut juste vivre avec.

I love deadlines. I love the whooshing noise they make as they go by.

Douglas Adams
nohar

C’est tellement vrai. Le problème est que ce n’est pas le discours transmis à l’école.

J’ai une question : comment ça se fait qu’ils te mettent sur un projet avec des technos que tu pige pas? C’est courant en informatique?

Tchaïkovski

C’est surtout courant dans les ESN qui veulent absolument attraper des clients quitte à mettre n’importe qui sur un environnement technique non maîtrisé (ni même étudié).

Je devine sans mal que @HerbeQuiBenchEtSquat travaille dans une société de service.

Sinon, je ne me sens pas suffisamment légitime pour te donner des astuces. En revanche je t’invite au moins à prendre sérieusement en considération ce que peut te dire @nohar, parce que pour avoir travaillé avec lui, je peux t’assurer deux choses :

  • il sait ce dont il parle ;
  • c’est quelqu’un qui m’a beaucoup appris à relativiser dans la plupart des cas.

Je commence sérieusement à penser qu’en fait l’informatique n’est pas fait pour toi. Non pas que tu ne soit pas bon en informatique. Mais que tu n’es pas bon pour gérer les projets informatiques et les problèmes qui vont avec (le monde de l’entreprise, les clients, …).

ache

C’est assez violent, quand même…

Qu’il y ait un fond de vérité ou non, tu vois bien que la personne est a minima en détresse (ou peut-être manque un peu d’attention, mais on n’est pas là pour jouer les psys).

J’ai d’ailleurs cru comprendre que le PO était friand de musculation et d’haltérophilie.

Je vais peut-être digresser, mais pas tant que ça peut-être (ça reste dans la veine du « fais-toi un petit gueuleton », « couche-toi tôt ») : tu as déjà envisagé de produire du contenu numérique sur ta passion ? Ça peut commencer par contrebalancer tes sales journées au travail voire d’explorer quelque chose de nouveau dont tu pourrais vivre. Je le sais ; autour de moi il y a beaucoup de gens qui s’intéressent ne serait-ce qu’à leur diététique pour perdre du poids. J’ai même surpris ma mère à acheter un an d’abonnement à un site de « croc’calorie » (j’ai oublié le nom…). Il y a de la demande à laquelle tu peux répondre de ce côté-là.

Mais ça n’est qu’une piste. Encore une fois, tu fais bien ce que tu veux. ;)

Ctrl+f sur tout le projet avec le nom d’une route.

Eskimon

C’est effectivement la base. Sous un environnement Unix, tu peux aussi essayer de grep tout ce qui te passe par la tête. De mon expérience, ça finit par payer quand on se montre assez créatif :

$ grep -nHr --exclude-dir=.git "def monitor("  # Exemple, chercher où est définie la fonction monitor
venv/lib/python3.8/site-packages/redis/client.py:871:    def monitor(self):

J’ai d’ailleurs cru comprendre que le PO était friand de musculation et d’haltérophilie.

Ma première idée était justement de suggérer de faire un bon deadlift à la limite de ses capacités (4 ou 5 reps max), ça stimule tellement violemment le système nerveux qu’il n’y a rien de tel pour oublier ! ^^

(ce conseil s’applique à l’OP parce qu’il a déjà une bonne expérience dans la pratique des sports de force, évidemment je ne conseille pas cela à quelqu’un n’ayant pas le même bagage sportif)

+0 -0

C’est universel : les deadlines sont faites pour être ratées. Faut juste vivre avec.

I love deadlines. I love the whooshing noise they make as they go by.

Douglas Adams
nohar

C’est tellement vrai. Le problème est que ce n’est pas le discours transmis à l’école.

Parce que c’est pas quelque chose qui s’enseigne à l’école. Il est normal que dans les écoles on donne des deadlines fixes et que les groupes d’étudiants découvrent sur le tas les galères de l’organisation et de l’estimation de tâches complexes.

Ce n’est que quand on arrive dans le monde pro et que l’on découvre que c’est la même galère qu’il nous appartient de relativiser : dans tous les cas on doit faire de son mieux, mais rater une deadline n’est pas grave en soi.

J’ai une question : comment ça se fait qu’ils te mettent sur un projet avec des technos que tu pige pas? C’est courant en informatique?

Tchaïkovski

C’est surtout courant dans les ESN qui veulent absolument attraper des clients quitte à mettre n’importe qui sur un environnement technique non maîtrisé (ni même étudié).

Je devine sans mal que @HerbeQuiBenchEtSquat travaille dans une société de service.

Ge0

Je ne suis pas d’accord avec toi sur ce coup. C’est pareil dans toutes les boîtes d’info. Il est impératif pour elles de se tenir à jour, faire de la veille, abandonner les technos mourantes pour lesquelles le support se tarit et en adopter régulièrement de nouvelles qui corrigent les problèmes des anciennes.

Une boîte d’info qui n’acquiert pas des nouvelles compétences est une boîte en mauvaise santé. Certaines le gèrent en allouant un gros budget à la formation des ingénieurs, mais une regle tacite que l’on peut dériver de l’expérience, c’est que ces formations ne servent qu’à bootstrapper l’apprentissage.

En bref, le seul moyen pour une boîte de continuer à vivre et de rester concurrentiel, c’est d’évoluer avec les technos de son temps, et le seul moyen pour les ingénieurs de maîtriser ces technos c’est de travailler sur de vrais projets avec. C’est un processus normal et sain.

Le problème des ESN/SSII est différent : c’est de vendre parfois une expertise sur une techno alors que le prestataire a juste suivi un ou deux tutos sur le sujet.

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+0 -0

C’est universel : les deadlines sont faites pour être ratées. Faut juste vivre avec.

I love deadlines. I love the whooshing noise they make as they go by.

Douglas Adams
nohar

Pas si universel que ça. Dans mon domaine, les deadlines t’as plutôt intérêt à les respecter. :D

"Throw me to the wolves and I will return leading the pack." — Seneca

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte