Le vaccin et le COVID

Le problème exposé dans ce sujet a été résolu.

Salut !

Je m’interroge sur la vaccin devant bientôt faire une troisième dose.

J’ai eu une mésaventure avec le covid dans mon entreprise récemment : Deux non vaccinés l’attrapent en premier, les vaccinés de plus de 6 mois le chope et les vaccinés de moins de 6 mois n’ont rien eu du tout.

J’en déduit l’hypothèse suivantes : Plus le vaccin est fais loin dans le temps et moins il est efficace, ce qui signifie que je dois me faire un rappel tout les 6 mois ? 3, 4, 5 e dose ? Je doute vraiment que ça soit une vie / objectif de vie à long termes.

Mais comment faire pour ne pas choisir cette décision quant elle vous retire autant de liberté ?

+0 -0

Ce que tu racontes est ce qu’on appelle une anecdote. Ça peut être un bon point de départ pour poser des hypothèses, mais il faut ensuite les tester si on veut pouvoir conclure quoi que ce soit de manière un peu fiable.

Heureusement pour toi, c’est une hypothèse qui a été assez largement testé. Les conclusions sont qu’effectivement les vaccins testés perdent en efficacité au cours du temps. Prenons par exemple cette étude sur le vaccin de Pfizer (voir page 7 pour les graphiques): après 6 mois, l’efficacité du vaccin contre une infection est réduite à environ 50%1, ce qui veut dire que les personnes vaccinés ont 2 fois moins de chance d’attraper le covid que les personnes non-vaccinés dans les mêmes conditions. Il est toutefois important de noter que contre les cas graves (hospitalisations), l’efficacité n’a pas décliné de manière significative sur la période de 6 mois2.

Donc oui, si tu veux diminuer les risques d’attraper le covid, faire un rappel est une bonne idée. De ce que je vois, les boosters actuels ne sont pas efficace aussi longtemps que la vaccination initiale, donc une 4ème dose sera peut-être recommandé dans moins de 6 mois après la 3ème. Tout dépendra de la politique de santé publique à ce moment là.

Sur la question de si c’est "une vie / objectif de vie à long termes", ça dépendra beaucoup de comment la pandémie va évoluer. Si on regarde du côté de la grippe, on a déjà des vaccins qui sont recommandés tous les ans, donc c’est possible qu’on arrive à un moment à devoir se faire vacciner tous les N mois/ans contre les maladies infectieuses qui sont les plus problématiques. Mais c’est aussi possible qu’on arrive à développer un vaccin qui ne perde pas autant en efficacité que les vaccins actuels3.

Mais comment faire pour ne pas choisir cette décision quant elle vous retire autant de liberté ?

rayandfz

On peut voir les choses différemment: ne pas se faire vacciner/booster, c’est nettement augmenter les risques d’infecter tous les gens autour de toi, ce qui réduit très nettement leur liberté s’ils se retrouvent hospitalisés pendant une longue période, s’ils finissent avec des lésions permanentes ou s’ils décèdent.


  1. Sauf pour les 12–15 ans, qui n’étaient pas vacciné depuis assez longtemps pour voir l’effet à si long terme dans l’étude. Le graphe donne l’impression que l’efficacité reste bonne, mais ça reste encore à confirmer.
  2. Il faut quand même pas oublier qu’il y a un monde entre être asymptomatique et se retrouver à l’hôpital à cause du covid. Quelqu’un qui va être cloué au lit pendant une semaine avec 39–40°C de fièvre et qui met plus de 3 semaines pour s’en remettre ne sera pas compté comme un cas grave s’il n’est pas hospitalisé.
  3. Mon opinion personnel (qui ne vaut probablement pas grand chose), c’est que tant qu’on aura des vagues d’infections aussi fortes régulièrement, on n’aura aucune chance de développer des vaccins efficace sur le long terme à causes des variants. Plus d’infections = plus de mutations aléatoires = plus de risques d’avoir un variant qui échappe aux vaccins passés.

La grippe, c’est un vaccin annuel. Il y a pleins de pays avec des maladies endémiques, où l’on doit prendre un traitement prophylaxique en permanence. Et d’autres maladies qui nécessitent un traitement à vie et les gens vivent très bien.

Perso, ça me pose pas de problème de faire un rappel tous les ans, si c’est nécessaire. D’autant plus que la contrainte pour moi (avoir une piqûre de temps en temps) est largement moins importante que pour ceux qui tombent malades et que pour le personnel de santé qui est saturé. Et je ne pense pas que ça sera nécessaire à vie.

J’avais rdv la semaine dernière pour la 3ème dose mais ça était annulé, je dois reprendre rdv.

+4 -0

La recommandation officielle, c’est de faire la 3ème dose (dose de rappel). Cela renforce l’immunité suite à la 2eèe dose. Pour l’instant, on n’envisage pas de 4ème dose, sauf cas très particulier.
Il ne s’agit pas seulement de se rotéger à titre individuel, mais aussi de se protéger collectivement en réduisant le nombre de personnes infectées (et donc, contagieuses).

À compter du 15 janvier 2022, le passe sanitaire est conditionné à la dose de rappel pour toutes les personnes âgées de 18 ans et plus. Si le délai pour être éligible au rappel vaccinal a été réduit à 3 mois, votre passe sanitaire reste valide 7 mois après votre dernière injection. https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A15318

+3 -0

Il y a apparemment beaucoup de personnes qui après le covid ont des séquelles sans pour autant être passé par la case hospitalisation. Ça peut être assez aléatoire, et survenir un certain temps après la rémission, ce qui surprend généralement. Se vacciner, c’est aussi éviter ça.

C’est également, comme déjà précisé, réduire les risques que tu l’attrapes, la charge virale que tu porteras et la durée pendant laquelle tu la porteras. Ce n’est pas anodin parce que ça signifie réduire les risques que tu le transmettes à d’autres personnes, et les risques qu’un nouveau variant apparaisse. Variant contre lequel le vaccin serait moins efficace, et rebelote.

À noter que même si le vaccin actuel est moins efficace contre Omicron en ce qui concerne la contamination, il reste toujours très efficace contre les formes graves.

Note : Pour moi, en dehors de toute question de liberté, je ferais le vaccin dans tous les cas pour ce que ça implique par rapport aux autres.

+6 -0

Mon opinion personnel (qui ne vaut probablement pas grand chose), c’est que tant qu’on aura des vagues d’infections aussi fortes régulièrement, on n’aura aucune chance de développer des vaccins efficace sur le long terme à causes des variants. Plus d’infections = plus de mutations aléatoires = plus de risques d’avoir un variant qui échappe aux vaccins passés

Elle est tout à fait correcte.

Il faut également souligner que, statistiquement (sur base des précédentes épidémies), plus un virus se propage et mute sur une période de temps assez longue, plus sa létalité a tendance à diminuer et sa capacité de propagation à augmenter. Et c’est entre autre un élément important pour l’immunité collective.

C’est par exemple le cas du variant Omicron, de certaines variantes d’Ebola, etc.

MAIS, on est jamais à l’abri d’une mutation qui va dans le sens inverse. Du coup, oui, il est important de faire les rappels tant que la propagation du virus n’est pas ralentie au maximum.

Le problème est qu’il est difficile de bosser sur l’amélioration du vaccin à long terme tant qu’on se coltine des modifications mineures… pouvant devenir importantes chaque semaine. Parce que, là est le problème, un virus, ça ne mute pas une fois comme ça… Au hasard… Non, à chaque fois qu’il infecte quelqu’un, il s’adapte. Et plus il y a de personnes infectées, plus la probabilité d’une mutation importante augmente.

+3 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte