Devenir Lead Architect

a marqué ce sujet comme résolu.

Bonjour,

J’ai fais des études supérieur en machine learning que je n’ai pas finis par manque de passion et d’investissement.

Je travaille dans dans du web-scraping, on crée des robots pour extraire les données de diverses sites de manière à apporter de la data à des sales.

Globalement, je n’étais qu’un développeur dans le passée, développeur qui faisait pratiquement que du code à longueur de journée sans réel management etc.

Aujourd’hui, dans ce poste, j’ai plus le sentiment de faire du boulot d’Ingénieur(développer mais surtout conceptualiser, poser les conceptions, l’architecture, réfléchir à la faisabilité, évaluer les coûts, avoir divers tâches en même temps).

Je voudrais passer rapidement en tant que lead architect mais au vu de mon âge (20 ans), mes patrons ne savent absolument pas me dire combien de temps cela prendra avant de pouvoir tenter l’évolution)

Qu’en pensez-vous ? Que dois-je apprendre ou faire pour avoir une chance d’évoluer vers ce type de poste ?

Merci ;)

+0 -0

Aujourd’hui, dans ce poste, j’ai plus le sentiment de faire du boulot d’Ingénieur(développer mais surtout conceptualiser, poser les conceptions, l’architecture, réfléchir à la faisabilité, évaluer les coûts, avoir divers tâches en même temps).
[…]
Qu’en pensez-vous ? Que dois-je apprendre ou faire pour avoir une chance d’évoluer vers ce type de poste ?

D’après ce que tu indiques, tu sembles être déjà sur cette voie-ci, voilà une bonne chose. Que recherches-tu d’autre ? Des ressources théoriques pour accompagner ton acquisition par l’expérience ?

Même si la boîte actuelle ne sera peut-être pas celle qui te fera signer ton premier contrat de Lead Architect (ou assimilé) dans quelques temps, ça en sera une autre si tu continues à faire tes armes comme tu sembles déjà le faire actuellement.

+1 -0

Aussi, n’essaie pas de bruler les étapes et sois patient. Devenir architecte se fait aussi en pratiquant et ça prendra très probablement des années avant que tu puisses te considérer (et sois considéré) comme un Lead Architect.

D’ailleurs, est-ce que tu poses cette question pour une question de titre ? Ou de genre de travail que tu peux faire ? Car rien ne t’empêche (en théorie, selon ton employeur) d’être impliqué dans des tâches impliquant de l’architecture sans être officiellement (lead) architect.

À noter que ton employeur a l’obligation de ta formation. Dans quelques mois ou un an, ce sera le moment de commencer à en demander une dans ce qui t’intéresse.

Salut, on me forme déjà beaucoup au quotidien et ils sont vraiment à l’écoute de mes demandes d’évolution et me proposent des challenges en ce sens.

D’ailleurs, est-ce que tu poses cette question pour une question de titre ? Ou de genre de travail que tu peux faire ? Car rien ne t’empêche (en théorie, selon ton employeur) d’être impliqué dans des tâches impliquant de l’architecture sans être officiellement (lead) architect.

En partie, j’aimerai que mes compétences soient qualifier comme elles le devraient.

Aussi, n’essaie pas de bruler les étapes et sois patient. Devenir architecte se fait aussi en pratiquant et ça prendra très probablement des années avant que tu puisses te considérer (et sois considéré) comme un Lead Architect.

Parfois, il faut sortir un peu de la "normalité" pour réussir à briller. Je pense qu’avec un plan optimisée, on peut gagner quelques années facilement.

+0 -0

À noter que ton employeur a l’obligation de ta formation. Dans quelques mois ou un an, ce sera le moment de commencer à en demander une dans ce qui t’intéresse.

Salut, on me forme déjà beaucoup au quotidien et ils sont vraiment à l’écoute de mes demandes d’évolution et me proposent des challenges en ce sens.

Broadwell

Y a une différence entre la formation d’un nouvel arrivant, et une vraie formation cadrée, où tu y passes plusieurs jours (edit : à temps plein, des cours quoi). Qui peut être faite en interne, comme ça peut être via un organisme de formation externe et une formation payante.

+0 -0

Salut,

En partie, j’aimerai que mes compétences soient qualifier comme elles le devraient.

Tu parles d’occuper un poste d’architecte parce que tu veux que l’on qualifie tes compétences. Je vois un gros point de frottement ici, personnellement. Un poste est une fonction que tu occupes dans une équipe, pas une médaille qui qualifie des compétences : si je prends mon exemple perso, je suis responsable (entre autres) des choix architecturaux sur le projet sur lequel je travaille, en plus de ses aspects opérationnels, et pourtant mon intitulé de poste n’a pas besoin de le mentionner, parce que la fonction première que j’occupe dans le contexte de ce projet et de cette équipe, c’est "construire le backend et l’infra". Cet intitulé (backend engineer) de poste pourrait tout à fait coller à un développeur débutant, et dans les faits on s’en fout : ce qui compte c’est que je sois rémunéré à hauteur de mon apport au projet et que les gens sachent où sont réparties les responsabilités… Les intitulés de poste sont d’ailleurs souvent difficilement transférables d’un projet à l’autre : tu peux parfaitement travailler à l’architecture d’un projet donné mais ne pas avoir l’expérience nécessaire pour en faire de même sur un autre projet complètement différent.

Déjà, je pense que c’est bon de le rappeler, mais un architecte, dans l’ingénierie logicielle, c’est avant tout un développeur. Sauter les étapes en début de carrière pour "devenir architecte" immédiatement n’aurait juste aucun sens : tu peux apprendre des notions d’architecture système et logicielle, tu peux t’y intéresser fortement et aborder tes projets avec cet angle de vue, et si tu veux un jour devenir architecte (dans le sens : te présenter pour être embauchable comme "architecte" sur n’importe quel projet), c’est même recommandé, mais avant de briguer sereinement ce genre de poste, il va te falloir emmagasiner beaucoup d’expérience sur laquelle il n’existe pas de raccourcis : l’architecte, c’est celui qui permet aux projets de rester faciles à faire évoluer à mesure que le temps passe, que la demande et le projet se complexifient, et que l’échelle bouge. Par conséquent, pour apprendre l’architecture, tu n’as réellement aucun autre moyen que de confronter tes choix architecturaux à l’épreuve des années et des projets qui scalent. En continuant à développer ces projets dans l’intervalle.

La raison pour laquelle un architecte doit rester un développeur, c’est que tu ne peux pas évaluer la qualité de ton travail d’architecture, et encore moins faire des choix qui ont du sens, si tu n’as pas une conscience très concrète des problématiques que rencontrent les développeurs du projet en lien avec tes choix : c’est justement ces problèmes que l’architecte vise à régler/anticiper/résoudre/gérer. Devenir un bon architecte demande donc en premier lieu d’avoir une expérience suffisante en développement, et de passer beaucoup de temps à travailler directement sur la codebase : là non plus, il n’y a pas de solution magique, cela demande un temps et un travail considérables.

Du coup je me méfie également de cet intitulé de poste ("lead architect") qui semble désigner quelqu’un qui ne développe plus le produit et se contente de l’architecturer. À vrai dire je ne suis pas le seul (je crois qu’aucun livre d’architecture logicielle paru ces 20 dernières années ne te dira qu’une telle séparation est saine, ils ont plutôt tendance à abonder dans le même sens que ce que je viens de dire dès leur premier chapitre), et mon expérience perso me pousserait même plutôt à fuir toute boîte qui s’organiserait avec la ou les équipes de dev d’un côté, et l’équipe d’architectes à part.

Au final, je pense que le plus important est d’abord de te demander si tu as bien conscience de ce en quoi consiste ce travail et de toutes ses implications stratégiques (il s’agit quand même d’un taff qui peut influencer directement le turnover d’une boîte, ou même sa capacité à se positionner ou non sur un marché donné) pourquoi tu veux évoluer vers ce genre de poste, et si tu as vraiment bien conscience de tout ce qui précède : c’est un projet réalisable, mais il est plutôt sain de s’attendre à ce que ça te prenne un certain nombre d’années si tu ne veux pas que ton poste soit juste de la poudre aux yeux (allez on change son intitulé de poste en "architect" comme ça il est content…).

+5 -0

Bonjour,

Une réponse courte : ça va mettre 20 ans (je suis sérieux).

Une réponse longue et plus argumenté : j’ai déjà du mal à définir ce que peut être un lead architect. Je ne reviens pas sur la définition d’un architecte en informatique, d’autres l’ont très bien fait avant moi. Par contre, la notion même de lead architect, si elle est bien construite comme celle de lead developer et si elle est écrite sérieusement1, implique d’être le leader au sein d’une équipe d’architecte_. Concrètement, ça veux dire deux choses :

  1. L’entreprise est assez grosse pour avoir une équipe d’architectes.
  2. Ce poste en particulier consiste à être le référent technique de toute l’équipe d’architectes.

Or, l’architecture, c’est quelque chose qui s’apprends avec l’expérience… et à peu près uniquement elle. En particulier, un architecte c’est quelqu’un qui a développé des solutions et qui les a confrontés au monde réel. En tant que développeur, j’aurais énormément de mal à faire confiance à un architecte qui n’a pas au minimum dix ans d’expérience, parce que je craindrais que ses belles théories ne fonctionnent pas en pratique. Et en 13 ans d’entreprise, des projets foirés pour cause d’architecture daubée, j’en ai vu trop. Donc, en voulant foncer sur un titre d’architecte (je ne parle même pas de lead architect), tu vas vers trois risques :

  • Être bombardé « architecte » trop tôt et ne pas avoir la confiance de tes équipes, qui est primordiale pour que le projet fonctionne correctement.
  • Être nommé « architecte » avec les responsabilités, mais sans les épaules pour le supporter – ça veut probablement dire un burnout à court ou moyen terme – là aussi, je suis sérieux.
  • Être nommé « architecte » juste pour le titre mais sans en avoir les responsabilité (ce qui est peut-être le moins pire qu’il puisse t’arriver).

Tu comprends bien que dans une entreprise qui crée sérieusement des postes de lead architect bien conçus, il faut non seulement que tu aies les capacités d’être un architecte, mais en plus que tu aies fait suffisamment tes preuves (dans l’architecture et/ou en tant que lead developer) pour pourvoir diriger une équipe d’architectes, qui ont par définition tous une énorme expérience. Ça passe par avoir leur confiance, et là aussi c’est pas en ayant grillé un maximum d’étapes que tu vas y arriver. Pense au cas du petit jeune chef de projet sortie d’école qui n’y connais rien en pratique mais qui donne des ordres en fonction des belles théories qu’il a vues en cours, et vois comment il est considéré. Tu serais dans cette situation très inconfortable.

Je comprends bien que mon message n’est sans doute pas celui que tu voulais entendre, mais hélas c’est mon opinion, forgée depuis pas mal d’année de boulots variés. Je ne pense pas trop me tromper en disant qu’elle est plutôt représentative de l’opinion générale des développeurs.

Pour aller quand même dans ton sens : tu peux accélérer le mouvement autant que possible en participant aux tâches de conception et d’architecture, dans la mesure de tes capacités – et en changeant d’entreprise si elle ne te propose qu’un boulot répétitif sans conception. En fait, tu dis faire des tâches d’ingénieur mais avoir 20 ans, donc à moins d’avoir beaucoup d’avance, tu n’as pas la formation d’ingénieur. Or, des personnes capables de tâches d’ingénierie sans avoir ce genre de formation et sans grande expérience, j’en ai connu très peu. C’était souvent de très bons développeurs, mais des techniciens, pas des ingénieurs2. Donc si tu es dans ce cas, c’est déjà très positif pour ton avenir.

Enfin, une digression sur le côté lead : selon les entreprises, le lead machin se retrouve à faire presque uniquement du lead et pas du tout du machin. C’est pour ça que, malgré mon expérience, je ne cherche pas à être lead developer parce qu’il y a presque toujours trop de gestion humaine, ce que je déteste. J’attends plutôt qu’un poste d’architecte s’ouvre le cas échéant. Il y a des gens qui ne comprennent pas pourquoi je refuse de « monter en grade », personnellement je ne comprends pas pourquoi je devrais m’obliger à faire principalement un boulot qui m’emmerde, alors que j’ai un boulot que j’adore et qui est objectivement3 4 5 très bien payé.

En résumé : le poste d'architecte est un poste qui s’acquiert avec de l’expérience et pas avec des formations, celui de lead architect – si tant est que ça ait un sens – encore plus. Je ne sais pas trop pourquoi tu sembles être pressé à ce point, mais dans ce cas, tu n’as pas de solution : tu vas devoir attendre. Si c’est une question de reconnaissance sociale, pour moi tu seras bien mieux reconnu (au moins par tes pairs) en tant que « simple » développeur, excellent professionnel qu’en tant que possesseur d’un titre ronflant qui ne correspond pas à tes capacités.


  1. C’est-à-dire : pas pour se faire mousser avec des titres ronflants, mais en ayant une mission qui correspond réellement au nom du poste – comme déjà dit : fuis les boites qui donnent des titres ronflants.
  2. Ça rejoint le fait qu’en France – je ne connais pas les autres marchés – on a tendance à vouloir des ingénieurs de développement pour tout et n’importe quoi, alors qu’en réalité le gros du travail est complètement du travail de technicien. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : avoir de bons techniciens (quel que soit le titre), c’est primordial pour avoir un bon produit fini. Il n’empêche que ce sont deux boulots différents.
  3. Des esprits chafouins me disent que je pourrais gagner beaucoup plus en changeant d’entreprise et/ou de poste. C’est sans doute vrai. Mais vu comme je suis payé par rapport au reste de la population française, non seulement je ne suis clairement pas à plaindre, mais en plus je trouve relativement indécent de chouiner pour encore plus à ces niveau de salaire là. Donc je préfère privilégier l’intérêt du poste, le côté moral de l’entreprise et la qualité de travail au salaire brut.
  4. Pour reprendre ton exemple, il faudrait être très convaincant pour me faire venir dans une boite dont l’activité principale est du scraping, activité que je trouve hautement douteuse. Idem pour celle qui a voulu me vendre du « Développement de publicité responsable » – et qui a lamentablement échoué.
  5. Apparemment les notes dans les notes ne fonctionnent plus ?

Salut,

Merci à tous pour vos réponses qui m’apportent une réel vision sur ce que je peux attendre, et les efforts à fournir.

Je crois qu’effectivement griller les étapes n’est pas bon dans l’absolu, c’est un chemin long qui doit justement apporter toutes les techniques mais surtout l’expérience.

En faites, encore ce soir, je pars en réflexion sur moi même après avoir entendu de la bouche d’un de mes collègues :

"Tu crois qu’il t’aurait pris dans une grosse boite sans diplôme ?", "T’es déjà très bien pour ton âge", "Tu es un développeur pas un ingénieur" ou encore : "Ton ancienne expérience d’un an en CDI ne vaut pas grand chose".

Je me sent dénigré, je n’ai pas l’impression d’avoir une image aussi négative, je pense être dans le fond assez compétent et vraiment demandeur pour mon avenir et mes compétences… Ok, je veux aller vite, mais c’est justement pour qu’on me qualifie comme je devrais l’être vraiment et pas juste comme un "développeur", des développeurs, il y en a partout ! J’ai l’impression qu’ils l’utilisent de manière péjorative, en mode : "Nous sommes les ingénieurs, nous sommes l’élite, les devs ne sont que des techniciens/ouvriers sous-frifre)

ça me met assez mal à l’aise par ce que je sais bien que ce n’est clairement pas vrai et que la personne ayant tenu c’est propos (le seul de ma boite) aurait mieux fais de ne rien dire.. mais qu’est ce que ça fais mal…

+0 -0

Mais c’est quoi le problème d’être "développeur" ? Pour le coup, j’ai vraiment l’impression que tu surinterprêtes à mort sur les dires de tes (ton ?) collègue et que tu te mets martel en tête pour rien.

De plus, les développeurs sont rarement de bons communiquants (ça n’est pas tellement un prérequis) et des réflexions à l’emporte-pièce assénées sans les formes, tu vas en croiser plus d’une fois dans t’as carrière. Sans forcément que ça soit dit méchamment d’ailleurs. S’il t’a as un problème avec ce qu’a dit ton collègue, n’hésite pas à en parler directement avec lui, à lui demander des précisions sur ce qu’il voulait dire.

D’autant plus qu’à la réflexion ton collègue est plutôt factuel et rien de ce qu’il dit n’est foncièrement négatif :

Tu crois qu’il t’aurait pris dans une grosse boite sans diplôme ?

C’est vrai. La plupart des grosses boîtes ont des grilles et des contraintes strictes sur les diplômes nécessaires à tel ou tel poste. Y rentrer sans diplôme, c’est presque impossible sauf à tomber sur les très rares grosses boîtes qui ont un programme pour ignorer ça. Tu peux aussi ajouter les SSII/ESN dans cette liste (le diplôme est très utile pour te revendre aux clients).

T’es déjà très bien pour ton âge

C’est à 100% un compliment.

Tu es un développeur pas un ingénieur

On pourrait pinailler sur la définition de développeur (je ne considère comme développeur et comme ingénieur) mais c’est un fait, tu n’as ni le diplôme ni l’expérience qui permettrait de te considérer comme tel (officieusement ou officiellement via une validation des acquis). En fait le dis la même chose dans mon message précédent.

Ton ancienne expérience d’un an en CDI ne vaut pas grand chose

C’est les cas pour absolument toutes les expériences de seulement un an. Parce qu’un an d’expérience, c’est peu… Et objectivement ne vaut pas grand-chose ne soi.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte