Devenir pilote de ligne ?

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour,
Je suis actuellement en Terminale S spécialité mathématiques. Je pense donc activement à mon orientation. Voici mes plans :

  • Plan A : devenir pilote de ligne ou pilote commerciale
  • Plan B : ingénieur système (aéronautique - aérospatiale)
  • Plan C : médecine (qui est un peu différent du reste, mais j'avoue que ça m'attire aussi)

Cependant, le plan A est largement au dessus des autres. Dans le sens où être pilote de ligne est un rêve, voir des couchers de soleils depuis le cockpit d'un avion, voyager à travers le monde, etc. Je sais que le rythme de vie d'un pilote est compliqué, mais ça ne me dérange absolument pas, bien au contraire.

Donc pour ça, j'ai fait de nombreuses recherches et j'en suis arrivé à plusieurs conclusions, notamment celle que devenir pilote de ligne grâce à une école française, il faut éviter. J'en ai discuté avec mes parents et ils sont d'accord pour m'envoyer à l'étranger. Du coup, je me suis encore renseigné et il s'en est dégagé deux écoles :

  • La CTC Aviation qui a l'air d'être plutôt reconnue et d'avoir de nombreuses compagnies aériennes associées. Je suis concerné par le programme CTC Wings, si j'ai bien compris
  • La CAE Oxford Aviation Academy dont je n'ai pas pu me renseigner plus que ça sur cette école, je ne connais pas du tout leur mode de fonctionnement.

Préparer mon avenir me parait assez fou et surtout d'être une tâche tellement énorme que je me sens un peu perdu. Du coup, je cherche vos conseils. Connaissez-vous des pilotes qui pourraient apporter des conseils sur des écoles, des pays bien côtés ? Pour étudier à l'étranger (notamment Angleterre) quels sont les prérequis ?

Je sais qu'il me faut une licence ATPL. Mais les écoles proposent tellement de programme que je ne sais plus où en mettre la tête.

Merci de vos conseils, ils me seront précieux pour me conforter dans mes choix.

EDIT : j'ai oublié de préciser que si il y a des pilotes Rennais, je vous rencontrerais avec plaisir afin de vous poser des questions !

Édité par Wizix

Mon projet : OpenPlane, un utilitaire en Java pour les pilotes, les vrais !

+1 -0
Auteur du sujet

D'après ce que j'ai lu :

Les compagnies aériennes ne recrutent pas les jeunes pilotes au sortir de leur formation, excepté à l'ENAC qui est LA voie française pour devenir pilote de ligne. Seulement l'ENAC demande un niveau scolaire que je ne possède malheureusement pas. C'est le prix d'une formation entièrement gratuite, je pense.

Seulement, ne disposant d'aucuns problèmes de moyen, je peux parfaitement me permettre de me rendre dans une école privée. Seulement les écoles françaises étant très mauvaises, je me tourne vers l'étranger dont, notamment, l'Angleterre qui a l'air d'avoir un certain rayonnement dans ce domaine.

Mon projet : OpenPlane, un utilitaire en Java pour les pilotes, les vrais !

+0 -0

Pour le coup du niveau scolaire je m'avancerais pas, je pensais être mauvais en maths en début de terminale et j'ai fini en prépa. Après ça veut pas dire que je suis bon en maths, je ne le pense toujours pas, mais qu'il faut pas se sous-estimer dès le départ. En 1 an beaucoup de choses peuvent changer.

+2 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Un ami d'enfance a fait une prépa pour tenter l'ENAC, finalement il n'a pas réussi le concours mais a quand même continuer ses études en postulant au cadets d'Air France qui forme les pilotes de la compagnie. Les places sont limitées mais ca reste une voie pour être pilote de ligne.
Aujourd'hui il est pilote MC/CC (Europe).

D'ailleurs concernant la vie de pilote il faut voir qu'au début tu feras principalement du court-courrier. Le long courrier n'arrive que plus tard dans la carrière.
De plus aujourd'hui, bien que l'on parle de pénurie de pilote à court/moyen terme, de nombreux jeunes pilotes ne trouvent pas d'emploi et sont obligés de payés des compagnies pour pouvoir voler et atteindre le quota d'heures nécessaires.

La formation de pilote en France comparée à d'autres pays est différente, comme tu le dit ça passe principalement par l'ENAC. Or à l'étranger il n'y a pas vraiment d'école à proprement parler comme l'ENAC, ce sont plus des écoles de pilotage qui permettent d'avoir un cadre pour passer sa licence de pilote.

Enfin l'argent ne fait pas tout, que tu puisse augmenter les voies pour atteindre ton rêve, c'est bien, mais un pilote ce n'est pas qu'une personne qui s'intéresse qu'à l'aéronautique. Si tu es mauvais en maths et que tu ne sais pas gérer ton stress, ce n'est pas en allant dans un autre pays que tu réussira, qui plus est en étant dans un environnement vraiment pas familier (langue et culture différente par exemple).

Il te faudra un certain bagage scientifique et le mieux est quand même de l'apprendre en cours, à l'école. Sauf qu'en Terminale S, clairement tu n'as pas vu comment on travaille dans l'enseignement supérieur. Je te conseillerai de faire une prépa, sans forcément être dans un truc de ouf, mais pour apprendre à travailler sous pression, avoir une forte charge de travail, faire des maths, des sciences, etc. et même si tu ne réussi pas tes deux années (ou trois), rien ne t'empêche aller dans des écoles anglais pour obtenir ta licence de pilote. Si tu choisis une prépa qui n'est pas à côté de chez toi, cela te permettra aussi d'apprendre à vivre seul, en autonomie, ce qui n'est pas forcément le cas d'un lycéen.

Car attaquer des études à l'étranger directement après le lycée c'est parfois assez dur, dans le sens où il y a énormément de choses nouvelles à gérer, mieux vaut y aller progressivement.

Tu as aussi la filière militaire : même si la chasse est la filière par excellence, rien ne t'empêche d'être pilote pour des avions cargo ou ravitailleurs, très proches des avions de ligne. Après il faut supporter la vie militaire pendant quelques années avant de pouvoir rejoindre le civil.

NB : les formations privées peuvent couter plusieurs centaines de milliers de dollars/euros, sans compter le coût de la vie, c'est quand même un investissement conséquent, sans forcément avoir un retour sur investissement sûr à 100% (dans le contexte actuel).

Édité par zeqL

+10 -0
Auteur du sujet

@Grimur : je ne pense pas être mauvais non plus, (13-14 de moyenne en mathématique), mais c'est juste impossible que ce soit moi sur les 2000 participants au concours de l'ENAC qui soit pris. Fin statistiquement parlant j'ai très peu de chance. Aussi je préfère m'orienter vers une école plus sûre.

Merci zeqL pour ta réponse bien détaillée. Le problème, c'est que les cadets d'air france sont fermés depuis un moment il me semble.
Je suis également au courant sur le fait que certains pilotes de ligne payent leur compagnie pour voler, c'est notamment le cas des pilotes ayant suivis de petites écoles privés. L'avantage des écoles privées en Angleterre ou au Canada est qu'elles sont plus reconnue, non ?

J'apprends à gérer mon stress grâce à mon PPL, mon instructeur me met dans des situations stressantes afin de juger mes réactions. Pour le moment, il semblerait que je sois plutôt réactif, mais si j'ai des progrès à faire.

Une école à l'étranger demande un Toefl non ? Si je me lance dans une prépa maths, je n'aurais pas le temps de passer ce diplôme. La fac de maths me laisserait un peu plus de temps libre et permettrait de travailler mes mathématiques et ma physique, non ?

J'ai envisagé de passer par le militaire, mais il me semble qui si on a des lunettes, c'est mort d'office.

Merci de vos réponses.

Mon projet : OpenPlane, un utilitaire en Java pour les pilotes, les vrais !

+0 -0

Salut,

Concernant le concours EPL/S de l'ENAC, la sélection se fait avant tout sur l'anglais et les test psychotechniques/psychomoteurs (tu ne devrais pas avoir de mal à trouver des annales). Les sujets d'écrits (QCM) sont réalisés de manière à pouvoir être passés en fin de première année de prépa, ce qui te laisse une chance supplémentaire de le retenter en deuxième année. Le niveau scolaire exigé (en maths, par exemple) n'est donc pas insurmontable, tout se joue pour beaucoup aux oraux.

Il faut aussi savoir que depuis quelque temps, les jeunes diplômés EPL ont du mal à trouver un poste de pilote directement à la sortie, surtout en France, et un certain nombre passent quelques années en tant qu'instructeur au sol. Si tu cherches la sécurité de l'emploi, tu peux toujours intégrer la filière ingénieur de l'ENAC et préparer le concours en parallèle, il est d'ailleurs possible de décrocher les deux diplômes sur six ans.

Bon courage !

Édité par Graphox

+0 -0
Staff

Pilote de chasse, si t'as pas 10/10 aux yeux, c'est mort. Mais pour pilote d'avion cargo militaire, je ne pense pas.

Si tu fais via des petites écoles privées fais bien attentions aux coûts "annexes", du genre la location de l'avion, le plein… Faut savoir aussi que si tu dépends d'un aéroport, tu n'auras certainement pas la priorité au décollage/atterrissage/touch n go… Les avions de ligne de fret ou de passagers sont prioritaires. Le "commercial" prime sur tout. Sur l'aéroport où je travaille comme inspecteur, les avions-école attendent parfois de très longues minutes, moteurs allumés, avant de pouvoir s’intercaler entre les Ryanair/Wizzair…

Sinon, comme ça a été dit, si t'es pilote de ligne, au début ce sera des court-courriers. Par exemple, les pilotes Ryanair ont des horaires comme des conducteurs de bus. Du genre, début à 4h, 1 vol aller, 1 vol retour, 1 vol aller, 1 vol retour… Ce sont des compagnies qui basent leurs avions dans des aéroports fixes, donc en fin de journée, les avions sont automatiquement de retour (sauf problème).

Tu peux aussi te renseigner auprès de sociétés de transport de fret, du genre TNT, FedEx (Fedex vient de racheter TNT, mais pas la filiale TNT Airways qui opère les avions. Il y a pas mal de pilotes français chez TNT)), DHL, UPS… Il est possible que ces sociétés aient des "plans de formation".

Responsable de la validation - TodoFox - Le JavaScript, c'est bon, mais pas jQuery ! Séries

+0 -0

J'étais en prépa avec un gars dont le rêve c'était de devenir pilote de ligne. Il avait passé sa license pour petits avions civils et il bossait à fond dans ce sens.

Puis on s'est revu quelques années plus tard et j'ai appris qu'il était devenu ingénieur au lieu de pilote. Je lui ai demandé pourquoi ce revirement, vu qu'il avait une place à l'ENAC et qu'il s'était désisté et il m'a dit un truc qui est resté gravé dans ma mémoire :

"Je me suis rendu compte que le métier c'était chauffeur de bus aérien".

Ce constat l'a décidé à faire autre chose de sa carrière et continuer à voler sur son temps libre, au lieu de faire des allers-retours pour gagner sa vie.

Je ne dis pas ça pour te décourager, mais peut-être te donner une autre perspective sur le métier.

+0 -0
Auteur du sujet

Salut,
Effectivement, je vois aussi le pilote de ligne comme chauffeur de bus aérien, mais ça ne me dérange pas, au contraire, je ne trouve pas cette image péjorative.

Je vais passer ma classe 1 en décembre afin de savoir si je suis apte (niveau santé) au métier de pilote de ligne. J'espère que oui mais je sais déjà que je vais devoir demander une dérogation à cause de greffes aux tympans. Après une discussion avec le médecin du centre elle sera normalement acceptée. Wait and see…

Justement, la CTC Aviation propose des cursus ab-initio en association avec des compagnies aériennes, je pense donc me concentrer la dessus. Le cursus que je vais prendre sera le CTC Wings, qui propose deux routes (mots anglais, qui peut être traduit par options j'imagine) :

  • Whitetail Route - placement with an Airline Partner occurs at the end of an Integrated ATPL programme.
  • Airline Partner Route – placement with an Airline Partner is offered at the start of a programme – Integrated ATPL or MPL.

Je ne comprend pas l'intérêt de la Whitetail Route… Autant ce faire placer dans une compagnie directement plutôt qu'à la fin non ? Donc devrais-je plutôt prendre la Airline Partner Route ?

Édité par Wizix

Mon projet : OpenPlane, un utilitaire en Java pour les pilotes, les vrais !

+0 -0
Staff

Je dirais que c'est mieux d'être placé dès le début. Faut savoir que les compagnies font passer leurs propres tests d'engagement (c'est le cas chez Ryanair : même si tu possèdes une licence de pilote, tu voleras en observation en tant que co-pilote durant plusieurs mois, et si c'est négatif, c'est dehors. Et c'est compliqué d'être engagé dans une autre compagnie après avoir été dégagé d'une première). Donc autant avoir de l'expérience rapidement et être fixé sur ses aptitudes à voler "en vrai" et non en simulateur.

Responsable de la validation - TodoFox - Le JavaScript, c'est bon, mais pas jQuery ! Séries

+0 -0
Staff

Juste pour préciser :

Pilote de chasse, si t'as pas 10/10 aux yeux, c'est mort. Mais pour pilote d'avion cargo militaire, je ne pense pas.

De ce que j'en sais (pilote de C-130), les tests sont les mêmes pour tout le monde. C'est indépendant du type d'appareil (parce qu'il est fréquent que des pilotes décident de suivre la formation pour voler sur d'autres types d'avion).

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte