Photosystèmes I/II et lambda max

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Salut! C'est encore moi! J'étudie présentement la photosynthèse. Il paraît que les centres réactionnels des photosystèmes I et II, qui ont des longueurs d'ondes d'absorption maximale de 700 nm et 680 nm respectivement, peuvent aussi absorber des longueurs d'ondes plus petites pour effectuer des réaction photochimiques. Dans mon manuel on parle d'effet Emerson, mais je ne comprends pas trop encore c'est quoi et ça n'a peut-être rien à voir avec ce phénomène. Quel mécanisme physique permet de l'expliquer?

Merci.

+0 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Salut,

je vais rester vague pour t'inciter à regarder par toi-même en donnant quelques pistes d'exploration.

Dans mon manuel on parle d'effet Emerson, mais je ne comprends pas trop encore c'est quoi et ça n'a peut-être rien à voir avec ce phénomène.

Cet effet Emmerson c'est pas ça, c'est ce qui te prouve qu'il y a au moins deux photosystèmes distincts dans une feuille (cf les dates de ce monsieur, la structure d'un chloroplaste c'était pas connu du tout).

Pour commencer à y voir plus clair je suggère cette page - d'ailleurs, je conseillerais ce site de façon générale, on n'y trouvera certes pas tout mais ce qui y est est déjà pas mal et de plutôt bonne qualité.

Quel mécanisme physique permet de l'expliquer?

La méca Q. Plus exactement le transfert d'excitation non radiatif. Une application concrète qui peut aider à comprendre, c'est le FRET, cas particulier où ici les molécules donneuse et accepteuse sont des fluorophores mais le principe est plus général.

Il faut combiner les connaissances sur la structure des photosystèmes (notamment les antennes collectrices), l'excitation d'une molécule par radiation lumineuse, l'énergie d'un photon $E = h\nu = h\frac c \lambda $ et le transfert non radiatif d'excitation pour bien comprendre ce qui se passe.

Ich bin très occupé cette année. Ne vous étonnez pas si je réponds par intermittence.

+1 -0
Auteur du sujet

Merci de la réponse! Si j'ai bien compris, lors de la fluorescence, les pigments photosynthétiques réémettent de la lumière de longueur d'onde plus élevée (de moindre énergie), et cette lumière peut-être absorbée par les photosystèmes. C'est bien ça?

+0 -0

Si j'ai bien compris, lors de la fluorescence, les pigments photosynthétiques réémettent de la lumière de longueur d'onde plus élevée (de moindre énergie), et cette lumière peut-être absorbée par les photosystèmes. C'est bien ça?

En fluorescence c'est ça, une molécule excitée par une longueur d'onde $\lambda_1$ réémet un photon à $\lambda_2 > \lambda_1$ (déplacement de Stockes ; parfois on observe le contraire, la longueur d'onde est plus petite et c'est un déplacement anti-Stockes mais c'est assez rare).

Par contre ici il n'y a pas de fluorescence justement : les autres pigments complexés par des protéines peuvent capter à des longueurs d'onde plus faibles et transmettre cette excitation avec des pertes énergétiques mais sans émission de lumière (on trouve parfois l'expression transfert d'excitons pour bien l'opposer à transfert de photons).

Sinon sur le principe t'as tout compris.

Ich bin très occupé cette année. Ne vous étonnez pas si je réponds par intermittence.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte