Faire connaître ZdS dans les écoles

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour à tous,

Je suis actuellement en école d'ingénieurs et plusieurs de nos cours coïncident avec des tutoriels présents sur ZdS : Ada, monnaie, langage C, bases de données, etc. Je me demandais donc s'il pourrait être intéressant de faire connaître ZdS auprès de l'établissement de sorte que ce dernier puisse faire référence aux tutoriels pouvant intéresser les étudiants. Ca pourrait même être l'occasion d'inciter les profs à importer leurs cours ici.

J'ignore complètement quelle forme ça prendrait, ni même si c'est judicieux, et c'est pour ça que je demande votre opinion sur la question.

Merci.

+3 -0

La meilleure promotion reste à mon avis le bouche a oreille directement entre les élèves.

En général, une ressource qui sera proposée par le prof sera ignorée par 99% des gens.

Édité par Davidbrcz

+9 -4
Staff

Je me demande si les profs accepteraient de leur plein gré de donner gratuitement leur travail à une plateforme qu'ils ne connaissent pas, et même de se le faire critiquer sur le fond et la forme pendant la validation.

Après l'idée est intéressante. Mais à mon avis ZdS est bien trop peu académique pour être pris comme une source sérieuse dans les écoles (à tord ou à raison, je ne sais pas).

Édité par Holosmos

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+6 -0

Je pense que ce n'est pas une bonne idée telle quelle. Pour commencer, je vais rebondir sur ce qu'a dit Holosmos :

Je me demande si les profs accepteraient de leur plein gré de donner gratuitement leur travail à une plateforme qu'il ne connaisse pas, et même de se le faire critiquer sur le fond et la forme pendant la validation.

Je pense que le point sur la critique des cours n'est pas trop problématique ; je suppose que ça va dépendre mais là où je suis on n'hésite pas à nous demander notre avis (lire : on nous harcèle parfois pour l'avoir) pour améliorer les cours. (Est-ce que c'est réellement fait, ce n'est pas exactement le même problème). Par contre, mettre ses cours en ligne c'est impératif d'avoir leur consentement pour des raisons de propriété intellectuelle et même si la plateforme est friendly et tout, ça reste quelque chose sur lequel ils n'ont pas de contrôle (ZdS ne leur appartient pas, ni aux enseignants, ni à leurs supérieurs hiérarchiques). C'est un frein énorme. Même si la plateforme est/devient extrêmement sérieuse et consort, elle ne vise pas à communiquer uniquement aux étudiants des écoles françaises ou européennes ; traduction, aucune sécurité, aucun contrôle, aucune limite technique à la diffusion massive de leurs cours (et donc aussi de leur utilisation à tort et à travers).

En gros, ça pourrait passer si tu réussis à faire signer un contrat ZdS (ou probablement un "nouveau ZdS" puisque le format actuel n'est pas adapté à cela) et le ministère de l'enseignement supérieur pour que toutes les universités/grandes écoles françaises à court terme, avec les instances des autres pays francophones à moyen terme, s'en serve comme dépôt de cours avec accès réservé aux étudiants via leur compte universitaire. Mais ça m'étonnerait qu'un quelconque ministère signe avec une plateforme (même à but non lucratif), cf avant, le manque de contrôle dessus.

Un autre point qui me vient en tête, c'est que les enseignants font leur cours poour des élèves qu'ils connaissent à peu près (ou à défaut en connaissant vaguement leur état de connaissance sur le sujet et ce qu'ils doivent savoir à la fin), mais ça ne vaut plus pour des cours en ligne destinés à tout un chacun. Comme cette plateforme s'adresse également aux novices, ça va clairement scinder les utilisateurs au sens large (çad ceux qui se contentent de lire et ceux qui ont un compte), les étudiants auxquels on s'adresse via des cours qui leur sont destinés, les autres. Or ce n'est pas ce qui souhaité (ou alors le site change de politique). Ce qui est sûr c'est que les enseignants n'ont pas que ça à faire d'adapter leurs cours pour les rendre accessibles à tous et prendre en compte les critères de tutos. Éventuellement tu me diras que si tous les cours sont accessibles, du lycée au niveau master, chacun pourra s'y retrouver, mais soyons sérieux, les cours académiques (au sens lycée ou université ou grande école) sont très denses et il manque un point clef, l'interaction avec l'enseignant. C'est ça qui distingue le cours en ligne ou provenant d'un bouquin avec un cours en amphi, tu peux interpeller l'enseignant pour poser ta question, il peut en poser pour vous inciter à réfléchir, ça fait que l'info passe mieux, il peut aller plus vite sur ce qui est vu-su-connu et détailler plus sur ce qu'il faut, il propose une véritable expérience plutôt qu'un simple schéma, etc…

Bon, je suis peut-être extr^émement pessimiste, mais je pense qu'attirer les profs sur ZdS et les inciter à y déposer leurs cours ne peut pas se faire et que ça n'aurait pas d'intérêt, pour personne. Cela dit, rien n'empêche que les profs renvoient leurs étudiants sur certains cours ici pour acquérir les bases, en précisant bien que ce qui compte avant tout, c'est la maîtrise de leurs cours à eux.

Ich bin très occupé cette année. Ne vous étonnez pas si je réponds par intermittence.

+2 -0

Je répond un peu rapidement:

  • les cours magistraux d'université ne prennent pas vraiment en compte "les étudiants", dans le sens ou quel que soit la promo le cours en amphi sera le même d'une année a l'autre.
  • Toutes les universités ne sont pas frileuses, preuve en est le mooc Fabrication Numérique sur ce site qui provient de l'Institut Mines Télécom (tout du moins c'est eux qui ont permis sa creation, en partie du point de vue budget/technique/effectif)

ZdS, le best du Zeste ! Tuto Arduino, blog, etc

+1 -0
Staff

les cours magistraux d'université ne prennent pas vraiment en compte "les étudiants", dans le sens ou quel que soit la promo le cours en amphi sera le même d'une année a l'autre.

Je n'ai pas cette impression. Régulièrement nos profs veulent notre avis sur les pré-requis qu'ils supposent et sur le déroulement du cours. Il y en a même un qui m'a demandé très sérieusement de lui faire un email avec les points que je trouvais pas clairs ou trop survolés.

La mentalité générale (en tout cas chez nous) c'est plutôt de pousser les élèves à plus réagir et à se déclarer quand ils ont du mal (que ce soit en amphi ou en TD). Après peut-être que c'est moins général que ce que je pense … mais ma petite expérience de l'université semble aussi aller dans ce sens.

Ce n’est pas en répétant « Hom, Hom », qu’on démontre des théorèmes sérieux - Siegel Mon Twitter

+0 -0

Je dirais pareil qu'Holosmos : c'était aussi le cas quand j'étais à l'université Lille 1. Vers la fin de la plupart des modules, les professeurs nous demandaient nos impressions et nous demandaient ce qui nous avait paru clair ou obscur. Dans deux modules, ils nous avaient demandé, à la fin du dernier cours, de remplir une feuille sur laquelle on notait conseils, recommandations, avis sur la pédagogie, et d'autres informations du genre.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte