Licence CC BY

Un aperçu de la diversité du Metal

Où l'on parle de musique et non de métallurgie

Peut-être écoutez-vous du Metal, et sans doute certains de vos amis, votre famille, vos connaissances en général ne comprennent pas votre attirance pour ce genre de musique. Peut-être n'écoutez-vous pas de Metal vous-même, parce que vous n'y comprenez rien, parce que c'est bruyant, parce que c'est violent parce que c'est une musique de bourrin et parce que c'est toujours la même chose.

En réalité, la musique que l'on regroupe sous le terme Heavy Metal, ou plus généralement Metal, c'est quelque chose de très varié et riche. Si découvrir la richesse de ce genre musical vous intéresse – quand bien même vous n'en écoutez pas – cet article est là pour vous !

Une tentative de définition du Metal

Un point de vocabulaire

Comme la majorité du vocabulaire se rapportant à ce genre de musique est anglophone et n'a jamais été traduit, j'écrirai « Metal » dans tout cet article pour désigner le genre musical. Avec une majuscule et sans accent. C'est un choix, il est dit, on peut passer à la suite.

Qu'est-ce qui fait que cette musique est du Metal ?

Alors là, déjà, on a un problème, parce que le genre s'est tellement diversifié (ce que nous verrons plus bas) que la moindre tentative de réponse à cette question est complexe, parce que fatalement partielle.

La formation musicale d'origine, et assez largement reprise, d'un groupe de Metal, est issue de celle du rock : une batterie, une basse, une guitare rythmique, une guitare soliste et un chanteur. Selon les sous-genres, certains de ces postes peuvent disparaître, ou d'autres peuvent se rajouter à l'ensemble : claviers, instruments acoustiques divers, platines, … mais je pense que la majorité des groupes de Metal du monde utilisent ces 5 postes là.

Judas Priest - CC-BY-SA Zach Petersen

Au-delà de la formation musicale, le style de jeu est important aussi. Là encore, c'est très variable selon les sous-genres. La principale constante est sans doute le volume : le Metal se joue fort, tous les instruments sont massivement amplifiés. Une distortion plus ou moins importante est appliquée aux guitares (et parfois même aux basses !), et le jeu de batterie est souvent complexe, nécessitant un grand nombre d'éléments. Le chant, lui, est extrêmement varié et explore à peu près tout ce qui peut se faire, du chant lyrique aux techniques spécifiques comme le grunt.

Au final, d'un point de vue rendu musical, on peut dire que… eh bien oui, le Metal est une musique bourrine. Ça joue fort, vite, de manière bruyante, avec des sons très distordus, etc…
Sauf qu'en réalité, c'est un peu plus compliqué que ça.

Le Metal, une musique complexe – et donc pas populaire

L'un des facteurs de l'impopularité de la musique Metal, c'est sa complexité. Pas forcément dans sa construction, dans la richesses de ses paroles ou sa musicalité ; mais tout simplement dans son exécution.

Même en simplifiant au maximum et en écartant les sous-genres les plus complexes à jouer, un morceau de musique Metal nécessite :

  • Au moins 3 personnes sur 4 postes : basse, batterie, guitare, chant (on admet que le chanteur tienne aussi la basse ou la guitare)
  • Une amplification – impossible de jouer un morceau de Metal autour du feu sur la plage !
  • Du bon matériel, tant pour jouer que pour écouter

Le dernier point peut paraître curieux mais est primordial : les multiples instruments et la distorsion occupent massivement le spectre sonore. Les sous-genres du Metal[^punk] sont donc plutôt exigeants dans leur restitution sonore. Concrètement, ça veut dire qu'essayer de jouer ou d'écouter du Metal sur du mauvais matériel risque très facilement de le transformer en une soupe inaudible.

De plus, beaucoup de sous-genres de Metal mettent l'accent à un moment des morceaux sur la virtuosité – à commencer par les solos de guitare. On se retrouve donc avec un genre de musique complexe à jouer, qu'il est impossible de jouer seul, que l'on ne peut pas chanter entre amis, que l'on ne peut pas écouter sur le haut-parleur de son smartphone, qui ne passe pas à la radio[^radio]… comment voulez-vous qu'une musique aussi intrinsèquement complexe puisse devenir populaire ?

Mike Portnoy, ancien batteur de Dream Theater – CC-BY 2.0 Rodrigo Della Fávera

Un petit aperçu de l'immensité de la diversité de la musique Metal

Dans la musique, il est très important de bien faire comprendre à l'Univers entier que vous ne faites pas la même chose que vos voisins ; que vous avez votre style bien à vous, qui possède son qualificatif particulier. D'autre part, les influences sont multiples et variées, ce qui permet, en intégrant ces influences dans la musique, d'en profiter pour faire apparaître un genre spécifique.

Et c'est ainsi que la musique Metal s'est retrouvée avec une palanquée de genres, sous-genres, sous-sous genres, et j'en passe.

Et malgré ça, le Metal s'est répandu et diversifié d'une manière impressionnante !

Légende

Avant de vous lancer dans tout ça, voici une légende pour ce qui va suivre :

  • Les noms de genre en gras sont les genres principaux ; ceux qui se sont assez éloignés de leurs influences pour être clairement différents et qui ont servi de base à d'autres sous-genres.
  • Les noms de genre en italique (avec d'autres genres entre parenthèses) sont les genres issus de la fusion de différents genres de Métal et/ou d'autres styles de musique. Les genres entre parenthèses (quand ils existent) sont les influences principales.
  • Les noms dans rien de particulier sont juste des genres de Métal
  • [Entre crochets, les autres appellations que l'on peut retrouver pour ce genre de Métal]

Les termes sont présentés d'abord en anglais – parce que c'est souvent dans cette langue qu'ils sont utilisés. S'il existe une traduction française usitée, elle est présentée dans les synonymes. Les genres sont triés par ordre alphabétique anglophone.

Années 1970

Les années 1970 ont vue l'émergence de la musique Métal. À cette époque, le terme « Heavy Metal » était souvent plus ou moins synonyme de « Hard Rock ». Comme les fondations sont en construction, le tout est encore finalement homogène, au moins dans sont appellation.

On notera que les britanniques ont réussi à créer une nouvelle vague d'un genre musical qui avait moins de 10 ans. Bravo à eux :)

Black Sabbath, publicité pour l'album Black Sabbath – Domaine public

Années 1980

Les années 1980 voient la popularisation de la musique Metal. De plus en plus de groupes en jouent et se l'approprient, on voit donc apparaître des dérivés du Heavy Metal traditionnel. Surtout, on voit apparaître la plupart des genres principaux de Metal existants.

On remarque 2 grandes tendances dans cette liste : d'une part on a pas moins de 6 genres qui peuvent être considérés comme majeurs ; d'autre part on a déjà des influences externes visibles et pour le moins surprenantes, comme celles du classique ou du hip-hop.

Metallica (Kirk Hammett & James Hetfield) – CC-BY 3.0 Kreepin Deth

Années 1990

Les années 1990 n'inventent plus guère de nouveaux genres majeurs de musique Metal. Par contre, on a une explosion de sous-genres aussi divers que variés, qui traduisent des scènes régionales, des influences mutuelles au sein du monde du Metal et des influences externes. En essayant de se limiter aux genres qui possèdent ou ont possédé des scènes dignes de ce nom, on obtient quand même quelque chose de ce genre :

Et encore, je vous ait épargné la plupart des scènes régionales (dont certaines sont importantes à l'échelle de la musique Metal, comme le Black Metal norvégien dont les dérives mériteraient un article à elles seules).

Skyforger – CC-BY 3.0 Vassil

Et depuis les années 2000 ?

Eh bien, les genres et sous-genres sont tellement nombreux qu'il n'y a plus grand-chose à créer de ce côté là, du moins dans ce qui est assez important pour être noté. On peut toutefois remarquer ces sous-genres ci :

  • Deathcore (Death Metal, Metalcore)
  • Djent
  • Trance Metal (Techno/Trance)

Et surtout, comme je le disais plus haut, une certaine tendance à empiler les qualificatifs pour se créer son propre sous-genre particulier et différent des autres. Et c'est ainsi que l'on se retrouve avec des choses comme un groupe de « Avant-garde Atmospheric Black Metal » (Diabolical Masquerade) ou de « True scottish pirate metal » (Alestorm). Et je suis certain qu'on peut trouver pire…

Et si on se limitait aux genres principaux ?

D'une manière générale, on peut rattacher n'importe quel morceau de Metal à l'un de ces genres principaux. Même si je ne doute pas que les principaux intéressés prétendront le contraire.

Heavy Metal Traditionnel

L'origine du Metal, la plus proche du Hard Rock. On y trouve comme de bien entendu des guitares distordues, des solos, un gros volume sonore ; et globalement un éloignement du blues. Les sonorités sont souvent assez lourdes, voire dissonantes. Les paroles et l'univers, eux, sont souvent virils, parfois franchement machistes.

Judas Priest - Electric Eye

Speed Metal

En gros, vous prenez du Heavy Metal Traditionnel, vous le jouez plus vite, et vous obtenez du Speed Metal.

Motörhead - Overkill

Thrash Metal

Le Thrash Metal (Thrash = rosser, battre, rouer de coups, à ne pas confondre avec Trash, la poubelle) est caractérisé par un tempo rapide et son agressivité. Les paroles sont souvent violentes et dénonciatrices. Le genre a été popularisé dans les années 1980 par le Big Four of Thrash : les groupes Anthrax, Megadeath, Metallica et Slayer.

Metallica - Master of Puppets

Power Metal

Pourquoi se faire chier à dénoncer quoique ce soit alors qu'on peut jouer fort, vite, avoir un son puissant et une imagerie guerrière, et baser ses paroles sur des histoires fantastiques et héroïques ? C'est exactement ces choix qu'ont fait les groupes de Power Metal, en particulier les groupes européens. On retrouve souvent des choix musicaux complexes et des arrangements plus ou moins symphoniques.

À noter que le terme a longtemps été flou et a souvent été utilisé pour désigner n'importe quel groupe de Metal au son puissant et aux rythmes rapides ; néanmoins l'acceptation moderne est plutôt la première définition.

Rhapsody of Fire - Emerald Sword

Folk Metal

Que se passe-t-il quand on introduit des éléments folkloriques dans le Metal ? Eh bien, on obtient tout simplement du Folk Metal. Ces éléments peuvent être des thèmes, des instruments de musique traditionnels, des constructions musicales, etc… voire carrément de religions païennes (souvent d'Europe de l'Est ou du Nord) – on parle de Pagan Metal dans ce cas.

Arkona - Yarlio

(Oui, ça peut se danser aussi).

Doom Metal

Ce sous-genre là fait à l'inverse du Thrash Metal : on joue plus lentement, très grave, avec beaucoup d'accords dissonants. Tout ceci contribue à une atmosphère lourde et pesante, d'autant plus que les paroles évoquent souvent le désespoir, la peur, le malheur, etc.

Candlemass - Codex Gigas

Il est temps d'attaquer les genres de Metal Extrême[^extreme]. Vous êtes prêts ?

Death Metal

Les paroles de Death Metal sont souvent violentes, parfois franchement choquantes. On y parle souvent de la mort, parfois de façon crue ou décalée (un peu comme elle peut être traitée dans les films de série Z). Les percussions sont rapides, les guitares graves, le chant presque toujours guttural. La construction musicale, quand à elle, est souvent complexe et atypique : changements de tempo, atonalités, etc.

Morbid Angel - Immortal Rites

Black Metal

On reste dans la musique agressive, mais plus dans la même manière : ici la distorsion sur les guitares est massive, le son est souvent volontairement « sale » et égalisé de façon à faire ressortir les aigus, le chant est souvent hurlé, le rôle du batteur est prépondérant avec des rythmes extrêmement rapides. L'atmosphère dégagée est malsaine, sombre et brutale – et c'est volontaire puisque les thèmes les plus abordés sont la mort, la misanthropie voir le satanisme.

À noter que mis à part quelques cas extrêmes et marginaux, toute cette imagerie est un jeu de scène.

Mayhem - Freezing Moon

Vers l'infini, et au-delà !

Il existe un site sur lequel sont référencés énormément de genres de Metal, avec leurs influences, et des exemples à chaque fois. Et quoi de mieux qu'une carte pour cartographier toutes ces influences internes et externes ? C'est donc ainsi qu'est née la :

Elle mériterait d'être mise à jour, en particulier parce que certains liens vers les exemples sont HS, mais le boulot est déjà très impressionnant et pratique pour découvrir plein de genres et sous-genres de Metal, et donc plein de nouveaux groupes !

Un genre varié, mais le public ?

Comme vous avez pu le constater, le Metal est un genre musical varié. Mais qu'en est-t-il de son public ?

Eh bien, c'est assez ambigu.

Géographie

D'un côté, c'est un genre de musique très « occidental » : on le retrouve en Europe (avec une présence impressionnante en Scandinavie, où c'est presque la musique populaire), eu Amérique du Nord, un peu en Australie et en Amérique du Sud, certains groupes marchent bien au Japon… mais en dehors, très peu. Même si l'on commence à trouver quelques groupes de Metal Oriental.

Sociologie

Assez curieusement, le Metal intéresse pas mal la recherche sociologique. Par exemple, on trouve tant de femmes chercheuse sur le Metal que ce phénomène est étudié – jusqu'à 50% de présence dans les colloques, alors que dans les mêmes évènement concernant le Rock ou le Rap, elles sont ultraminoritaires[^colloque].

Dans un concert « standard » de Metal en France un minimum important (quelques centaines de personnes au moins), on trouve quasiment systématiquement quelques personnes âgées et quelques jeunes enfants, disons moins de 10 ans. Par contre, force est de constater que le gros du public reste jeune, masculin et blanc.

Le Metal et la tolérance

Là encore, les sources sont relativement contradictoires. Certaines études montrent que comme le Metal est une culture minoritaire, ceux qui écoutent ce genre de musique la connaissent en général assez bien et sont plutôt solidaires entre eux.

Cela dit, les amateurs de Metal en apprécient en général seulement certains sous-genres, et peuvent devenir franchement désagréables lorsqu'il s'agit d'évoques les autres sous-genres (qui, en général, ne seraient « pas du Metal » ou « trop populaires », une forme d'insulte suprême dans toute la musique, je crois). Le pire étant l'accueil réservé aux genre de fusion entre le Metal et d'autres genres musicaux. Finalement, le métalleux serait-il un humain comme les autres ?

Un exemple avec Babymetal, un groupe de Kawaii Metal : les accueil de ce mélange surprenant sont en général très virulents – en attendant, les chanteuses sont les plus jeunes artistes à s'être jamais produit au Nippon Budokan, qui est l'une des salles les plus prestigieuses du Japon.

BABYMETAL - ギミチョコ!!- Gimme chocolate!!


Références / Pour aller plus loin

Notez que par pur esprit de contradiction, j'ai écrit cet article en écoutant Peer Gynt d'Edvard Grieg, La Symphonie du Nouveau Monde (n°9) de Dvořák (version dirigée par Leonard Bernstein) et la 7ème symphonie de Beethoven.

Et vous, écoutez-vous du Metal ?
Si oui, quels sous-genres ?
Si non, cet article vous a-t-il donné envie de découvrir cet univers ?


  1. Excepté certains, en particulier ceux dérivés du punk. 

  2. Radio FM, les radios internet ne comptent pas. En France en tous cas, entendre du Metal à la radio est extrêmement rare – déjà que les radios « Rock » passent surtout de la Pop… 

  3. J'inclus là-dedans le Black Metal, le Death Metal et tous leurs dérivés respectifs. Cela dit, certains y incluent aussi le Doom Metal, le Thrash Metal et parfois même le Speed Metal. 

  4. Source : Gérôme Guibert : « Le metal donne à ses fans une forme d’énergie face à l’adversité »


Ces contenus pourraient vous intéresser

44 commentaires

Parmi les groupes que j'écoute encore beaucoup (et dont je suis fan depuis 15 ans, en fait…), j'ai un gros inclassable : System Of A Down. Ces mecs ont été classés partout : metal progressif, rock alternatif, nu metal, metal alternatif, … et ils ne se réclament juste d'aucun style.

La question qui ressort est donc : est-ce que c'est du metal, pour le coup ?

Si on procède par comparaison avec d'autres styles de metal connus, le doute peut planer. Par contre, si l'on caractérise le metal par son volume sonore, la richesse de la composition musicale et des influences, la distortion ou saturation excessive des guitares (en gros, ce son bien gras qu'on obtient avec une guitare électrique sur-distordue jouée en power chords dans les graves et à toute berzingue), ou même une influence plus ou moins directe de la musique classique, ça l'est sans équivoque.

Un autre groupe (français, celui-ci) que j'apprécie beaucoup, est Hypno5e, qu'on classifie volontiers dans le Metal expérimental ou le Metal progressif. Je recommande particulièrement l'album "Des deux l'une est l'autre". :)

+2 -0

Simple, la "metal way of life" se resume à ça : alcool, heavy metal, sexe, harley & fucking booze ! Attention cependant car certains font un dangereux amalgame entre « metal way of life » et « steevy way of life » si tu vois ce que je veux dire. C'est pour ça que je préfère le terme « manowar attitude ». Certains s'imaginent que la metal way of life, ça consiste à être un gros romantique qui vit dans les bois en parlant aux elfes et aux lutins au lieu de leur exploser leur gueule de petites tarlouzes des bois ! les mecs se bourrent la gueule au Sunny Delight et ramènent leur brosse à cheveux aux concerts de metal. Apres on me dira que chacun a sa propre conception de la metal way of life et ça me laisse perplexe. C'est certainement pas le fait de se maquiller en taffiolo gothique et de se promener dans les cimetières à la con, ou dans les bois de lutins homo en lisant de la poésie romantique d'eunuque, les cheveux (lavés au Timothei Pêche) au vent. C'est pas non plus avoir l'air méchant quand on est gaulé comme un Tuc rassis en se coupant les bras pour effrayer les enfants.

Putain de bordel de merde, quand on a un corps et qu'on est metalhead, on doit l'entretenir par la bière, le bourbon, la vodka, le vin rouge, l'alcool de patate ! se forger des cepsbis de fers par la tombass ' ou la fonte voilà, le tribut que l'on se doit d'honorer en l'honneur des dieux du Heavy. C'est peu, très peu en échange des hymnes que MANOWAR pond comme d'autres chient tout mou. THE TRUE METAL PEOPLE THAT'S MANOWAR'S CROWN !! La "metal way of life", c'est une attitude aussi : des burnes surdéveloppées, un sexe de 22 cm minimum, des cepsbi et des pectoraux dignes de Lou Ferrigno, une tignasse de fauve qui descend dans le dos, Perfecto craquelé, Veste à Patchs Manowar, Motorhead et Iron Maiden avec des tâches de vomis séché et qui sent la tabac froid, jeans denim troué ou cuir moule burnes qui fait ressortir tes roupettes et excite tant les zessgons. Pas de putain de baggys où tu rentres 4 connards dedans. Ah c'est sûr quand on est aussi épais qu'une feuille d'OCB on peut pas se permettre de mettre du cuir ! ça c'est réservé aux true metalheads, ceux qui ont forgés leur corps, comme un temple à la gloire des chattes et de MANOWAR.

Les pompes aussi, 3 options : Paraboots, Rangeos, ou Nike Air Force old school avec les pures languettes rembourrées qui remontent. Pas de chaussons de skate board SVP, ce n'est pas ça la metal way of life. Etre un metalhead, c'est passer sa vie sur la route toujours en quête de copulation et de tombass' potentielle, picoler de la bonne binouze quelque soit le temps, le moment de la journée ou de la nuit.

Bref une overdose de testostérone et de virilité. Quand t'enlève les bases de la metal way of life et il te reste quoi ? Tu fais quoi de ta life toi ? A part driver ma Harley, écouter les gods, castagner les cailles et les wimps, picoler et fourrer des moules. Apres libre a toi d'avoir des activités de louztar. Le tricot, la cueillette de champignons avec les mouflets les dimanches d'automne et la philatélie tant que t'y es ? les apres midi chez mémé aussi ? Si tu préfères étudier de la poésie de tantouze et méditer sur le sens de la life ça te regarde ! Je te l'accorde, être un metalhead, ce n'est pas donné à tout le monde et peu arrivent à respecter cette ligne de conduite. Est-ce tant demander pourtant ?

+2 -3

3 pouces rouges pour mon premier post, je suis déçu, j'le trouvais assez dans le sujet pourtant (en plus c'était mon premier post sur zds) :(

Bon allez, pour me faire pardonner, un p"tit post sur le black metal, probablement mon style préféré (je suis un gros fan de black/death/thrash/heavy/viking, festivals, concerts, je connais, tout ce qui est *-core => gtfo). J'écris ce post sous l'influence de la vodka, dans la plus pure influence Manowarienne.

Le Black Metal.

Début des années 80. Un groupe, Venom, propose un Metal (très rapide pour l'époque) blaphématoire, Ce groupe, c'est Venom. Ils sortent un premier album, Welcome To Hell, puis Black Metal. OMG c'est quoi ce bordel ? (ps : se replacer dans le contexte de l'époque en lisant cette phrase).

Milieu des années 80, on voit le Metal évoluer, en partie grâce à Venom. Un jeune suédois crée un groupe appelé Bathory, inspiré (ou pas) de Venom, rapide, sombre, blasphématoire ici aussi. Les années 80, c'est aussi le début d'un Thrash Metal, ultra rapide et violent, comme Kreator ou Sodom. Bordel qu'est ce que ça envoie !!! On est dans les années 80, tout ce bordel de Thrash, Black, Death Metal etc… existe pas, on a juste des musiques ultra violentes qui vous broient les couilles sur leur passage.

Voila, on arrive fin des années 80. Bathory (alias Dieu) monte en puissance et va, après avoir très grandement influencé le Black Metal, créer un nouveau style, le Viking Metal [PS : Putain cette musique]. Mais tout ça est une autre histoire (peut être dans un autre post ?).

Le Black continue à se développer. On voit par exemple Tormentor, dont le chanteur n'est autre que le futur chanteur de Mayhem (Attila) !

Fin 80, années 90, ça y est on est dans la période du bordel en norvège (je vous laisse chercher sur wiki). C'est à cette époque que les plus grands noms du Black Metal naissent, comme Mayhem ou Darkthrone. Ca rigole plus ! Citons également Emperor, qui inclue dans sa musique des claviers, ou Immortal (j'ai eu la chance de voir ces 2 groupes en Live).

1993-1994, l'explosion du Black Metal. De nombreux groupes apparaissent partout dans le monde. Pour en citer quelques un, comme Marduk, Gorgoroth (Un des meilleurs album de Black, period.), ou encore Carpathian Forest (pareil, ils m'ont mis la claque en live il y a quelques temps).

Dans les années 90-2000, le Black continuera à évoluer. Les grands groupes des années 2000 ? On peut citer Taake (ENORME en live), ou encore pour moi un des plus grands groupe des 10 dernières années : Inquisition (ça vous TUE en live, à voir absolument).

Mais le Black, c'est vaste. Par exemple, Dissection, dans les années 90, produit un Black teinté de Death qui influencera durablement la scène (comme par exemple des groupes comme Watain). C'est aussi du Black plus atmosphérique, comme par exemple Summoning, Epic Black Metal, qui s'inspire de l'univers du Seigneur des Anneaux.

Et en France, Le Black, ça donne quoi ? La scène Black en France est très riche pour celui qui s'y intéresse. On peut citer le Black Ultra Violent de Antaeus (éloignez les enfants), qui vous retourne par terre en moins de 2, Darkenhold, plus médiéval/atmo, ou Valland et ses influences Celtes/Death. Sérieux, en France, on a une des meilleurs scène d'europe.

Voila pour ce soir, j'oublie sûrement pleins de classiques, de nombreux groupes mériteraient d'être cités, mais je suis crevé. Sinon pour ma présensation (ya un forum présentation dans le coin ?), moi c'est Megalith, Devops, Fan de Metal, Interessé par les nouvelles technos/langages/cloud/archis distribuées.

A+ les enfants !

+3 -1

@Megalith : tu t'entendrais sûrement bien avec ma cousine éloignée avec qui je travaille (ma mère et son père sont cousins), elle c'est le black métal norvégien et le viking métal. Un de ses groupes préférés c'est Amon Amarth, et même si les chants gutturaux ne sont pas très dans mes cordes, le beat est crissement bon !

+0 -0

On peut citer Taake (ENORME en live)

Seul live de Taake que j'ai fait, il a été écourté à cause d'une bouteille de Jack Daniel's qui a malheureusement été ingurgitée trop rapidement par les membres du groupe.

Darkenhold, plus médiéval/atmo

Dans la même scène (niçoise)(et les mêmes personnes souvent), t'as Artefact, Svart Crown et pas mal d'autres groupes qui dépotent vraiment beaucoup.

+0 -0

Quand tu parles de l'insulte qui touche la popularité du genre on est d'accord sauf pour.. La pop :-P !
Sinon un superbe article ! Un autre truc qui m'a marqué.. Quand on voit en 1990 l'effervescence de ce genre et la "platitude" des années 2000 :-{! Ça laisse à réfléchir !

Salut, il y a pas mal de liens youtube qui sont morts, ce serait cool de les mettre à jour parce que j’aime beaucoup cette article et je le conseille pas mal aux gens qui me posent des questions sur les différents genres de métal

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte