Licence CC BY

Interview : Rencontre avec Kryptos

Dernière mise à jour :
Auteurs :
Catégorie :

Kryptos

Salut Kryptos, et merci pour cette interview !

Pour commencer, pourrais-tu te présenter et ce que tu fais ?

Bonjour.

Je m'appelle Nicolas Musset. Je vais fêter mes 29 printemps dans quelques semaines. Bien que né et élevé en plein air à Cholet dans le Maine-et-Loire j'ai parcouru la France, l'Allemagne et la Belgique pour finalement atterrir en octobre dernier à Tokyo au Japon où je travaille et vis de nouvelles aventures.

Je suis ingénieur logiciel de formation (INSA Rennes, promotion 2010), mais je m’intéresse depuis longtemps aux jeux vidéo. Je me souviens des nébuleux forums sur Game Maker en 2004 au moment où la communauté française commençait à s'établir. J'ai donc continué ma formation en 2011 à Gamagora (Université de Lyon).

Ensuite j'ai brièvement travaillé dans un petit studio (Little Worlds Studio, maintenant intégré à Bigpoint Lyon) sur deux titres : Moto Racer Anniversary et Crazy Cars. Ensuite pour une raison qui m'échappe aujourd'hui je décide de ne pas continuer et d'intégrer une SSII. Je travaille donc pendant 4 ans sur des projets industriels plutôt intéressants mais bien loin des jeux vidéo. Sentant que quelque chose ne va pas, je tente une nouvelle opportunité en Belgique dans le cadre d'un V.I.E. C'est pendant ce volontariat que j'apprends l'existence du moteur de jeu Xenko (alors appelé Paradox 3D). Profitant d'un voyage touristique au Japon en mars 2015, je passe un entretien sur place puis plusieurs autres par Skype dans les semaines qui suivent et j'intègre enfin l'équipe en octobre.

Et alors concrètement, au quotidien tu fais quoi ?

Bien qu'étant au Japon (et dans une entreprise japonaise), pays du planificationnisme aigu1, j'ai des horaires assez flexibles avec mon équipe. Il faut dire que mon équipe est composée à 90 % d'étrangers (dont 5 français). Je commence donc ma journée par 30 à 45 minutes de transport (en empruntant la ligne Yamanote), puis j'arrive au travail vers 10h. Vers 13h nous allons tous ensemble (mon équipe ne comporte que 10 personnes) manger dans un petit restaurant2. Le travail reprend à 14h. Et je termine vers 19h environ, voire parfois beaucoup plus tard (20h-21h). Il m'arrive même de travailler (un peu) le week-end.

Au sein de l'équipe, je travaille sur le Game Studio de Xenko. Autrement dit, je développe l'interface des différents éditeurs (assets, scene…) qui sont disponibles dans cet outil. Au niveau technologie, j'utilise C# et WPF.


  1. Au Japon, le retard commence lorsqu'on arrive 15 minutes en avance ou moins. 

  2. Oui vraiment petit, c'est à dire un restaurant qui ne sert qu'entre 10 et 20 personnes à la fois. Il y en a des tas comme cela au Japon. Du coup, le choix est très varié. 

Qu’est-ce qui te plaît le plus (et le moins) dans ton travail ?

L'avantage de travailler sur la partie éditeur est que j'ai une vue d'ensemble de Xenko. Lorsqu'on développe un outil d'édition on doit utiliser tous les composants du moteur (sauf les parties très bas-niveau). En fait, ce que fait l'éditeur pourrait être fait entièrement en code par un utilisateur final. On utilise la même API.

L'inconvénient est que du coup, je n'ai pas vraiment le temps de créer un jeu vidéo. J'essaye sur mon temps libre, mais je préfère aussi avoir d'autres activités.

Lors de tes études, des choix/activités ont-ils été déterminants ?

Réponse courte: pas vraiment.

Réponse longue : un peu quand même.

Ma formation d'ingénieur en informatique à l'INSA a été suffisamment généraliste pour me permettre d'avoir de solides bases et de m'adapter à tout environnement. J'ai pu le vérifier en travaillant sur des projets très différents en n'ayant jamais l'impression de ne pas être à ma place. Donc disons que sur le plan technique, à part le fait d'avoir choisi la bonne formation, mes autres activités n'ont pas eu d'impact.

En ce qui concerne les jeux vidéo, il est évident que le fait d'avoir joué à plusieurs jeux a influencé mon choix de carrière. En y réfléchissant un peu plus, ce ne sont pas vraiment les jeux vidéo eux-mêmes qui m'ont donné envie de passer de joueur à créateur (ou en l'occurrence à concepteur d'outils pour le jeu vidéo). Lors de mes études à l'INSA, j'ai passé beaucoup de temps dans un club de jeux de rôle (oui j'étais un vrai geek, maintenant je suis un ancien geek qui travaille, c'est différent). Participer à des aventures, écrire des histoires m'ont ouvert ma créativité.

Au final, j'ai cherché à travailler dans un secteur qui me donne des challenges techniques et me permet d'exprimer ma créativité. Il va sans dire qu'il est plus facile d'être créatif dans un jeu que dans une base de données.

Quels sont tes hobbies ? Participes-tu à des activités en dehors de ton métier ?

Quand on aime son travail, c'est difficile de définir ses autres activités comme des hobbies. Au final mon travail est aussi mon principal hobby.

En dehors de tout ce qui touche à mon travail et aux jeux vidéo, je joue un peu au Poker, y compris au Japon bien que parier de l'argent soit interdit. Je prend aussi des cours de japonais deux soirs par semaine (j'espère passer le N3 cette année). Et sinon, je fais des sorties avec les collègues, des amis ou je vais à des rencontres internationales. Je ne suis au Japon que depuis moins de 5 mois et il reste encore beaucoup à découvrir.

Quand j'étais étudiant je faisais un peu de musique, mais j'ai un peu laissé cela de côté les 5 dernières années. Peut-être que je devrais m'y remettre.

Si je passais dire bonjour, je trouverais quoi sur ton bureau ?

Deux écrans, un clavier QWERTY (arggghh), un petit cahier, des traces de café, une bouteille d'eau, du papier toilette, deux éponges et des raviolis (« euh je crois que tu as aussi lu ton post-it pour les courses »).

Mon bureau au travail à Silicon Studio

Mon bureau au travail à Silicon Studio

Le mot de la fin ?

Venez au Japon.


Un très grand merci à toi pour avoir joué le jeu en te prêtant à cette interview. Si vous avez des remarques ou des questions, rendez-vous en zone commentaires ! :)

12 commentaires

Superbe !

Tu pourrais présenter vite fait (si c'est possible ^^ ) ton avis sur les différences culturelles avec les pays européens que tu as visité ;) ?

Hey, moi c'est polio, et je te souhaite une bonne lecture :p !

+1 -0

Tu pourrais présenter vite fait (si c'est possible ^^ ) ton avis sur les différences culturelles avec les pays européens que tu as visité ;) ?

Poliorcetics

C'est une bonne question. Je peux modifier l'interview ?

Une réponse (pas si) rapide en attendant.

Il n'y a pas de grande différence culturelle entre les pays de l'ouest de l'Europe. Cela peut paraitre incongru, mais lorsqu'on visite (et ensuite habite) un pays comme le Japon, on se rend compte que les petites différences que l'on a pu remarquer en Europe s'apparentent plus à des différences régionales (comme on peut déjà le constater entre les régions françaises). C'est assez logique étant donne l'histoire commune de ces pays et la proximité de leur langue respective (toutes basées sur le latin, le grec avec quelques ajouts de langues saxonnes et nordiques). La langue influence sur la manière de penser et la manière de penser influence sur l'évolution d'une langue.

En ce qui concerne le Japon, la langue japonaise n'a (presqu') aucune racine commune avec les langues européennes. La construction des phrases et la manière de penser ces phrases suivent une tout autre logique. Si on ajoute à cela le fait que le Japon est une ile (ou plus précisément un ensemble d'iles) et a donc subit des influences limitées de la part de ces voisins (le cas extrême de ce genre de situation est l'Islande qui est restée coupée du monde pendant des siècles et a vu sa langue très peu évoluer).

Pour faire court (oui je sais c'est un peu tard), après cinq mois il y a encore des tas de choses que je ne comprend pas dans les habitudes ou les comportements des japonais. Je n'ai jamais eu ce sentiment en Europe.

Développeur Xenko, Silicon Studio, Japon. Toutes mes interventions n'engagent que moi.

+7 -0
Staff

Merci pour l'interview, et pour la réponse à Poliorcetics qui est très intéressante.

Je suis étonné du 90% d'étranger, je croyais que ceux-ci était très peu nombreux au Japon.

Hier, dans le parc, j'ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

Merci pour la réponse :) .

Pour faire court (oui je sais c'est un peu tard), après cinq mois il y a encore des tas de choses que je ne comprend pas dans les habitudes ou les comportements des japonais. Je n'ai jamais eu ce sentiment en Europe.

Kryptos

Tu aurais des exemples ? (Désolé pour toutes les questions, la culture étrangère m'intéresse)

Hey, moi c'est polio, et je te souhaite une bonne lecture :p !

+0 -0

Merci pour l'interview.

Venez au Japon.

Carrément ! Mais je doute que ce soit aussi simple. Y faire du tourisme est une chose, y travailler doit en être une autre…

Kryptos, tu es toujours au Japon dans le cadre de ton V.I.E. comme tu l'étais en Belgique, ou non ?

Est-ce que la vie à Tokyo te plaît ? J'imagine que ça doit changer de Lyon qui est une ville extra-ordinaire (je suis subjectif, je l'avoue, étant donné qu'il s'agit du berceau de mon existence et que j'y ai passé beaucoup de temps).

D'autres questions pourraient venir ultérieurement…

+0 -0

Je suis étonné du 90% d'étranger, je croyais que ceux-ci était très peu nombreux au Japon.

Et tu as raison de le croire, même si récemment la proportion d'étrangers est en hausse du a la fois à la décroissance de la population japonaise (faible natalité) et à la plus grande facilité pour obtenir des visas de longue durée. En ce qui concerne mon équipe, c'est un cas particulier même au sein de l'entreprise. Et trouver un job au Japon sans savoir (ou très peu) parler japonais est aussi plutôt rare. Donc disons que je suis doublement chanceux.

Kryptos, tu es toujours au Japon dans le cadre de ton V.I.E. comme tu l'étais en Belgique, ou non ?

Non le V.I.E. ne peut être réalisé qu'une seule fois. J'avais essayé au départ de faire mon V.I.E. au Japon, mais l'offre en informatique est quasi-inexistante. J'avais tellement hâte d'aller au Japon que j'ai arrêter mon V.I.E. un mois avant son terme.

Est-ce que la vie à Tokyo te plaît ? J'imagine que ça doit changer de Lyon qui est une ville extra-ordinaire (je suis subjectif, je l'avoue, étant donné qu'il s'agit du berceau de mon existence et que j'y ai passé beaucoup de temps).

J'adore Lyon et j'avais trouvé que Bruxelles était assez similaire. Tokyo est 30 fois plus grand que Lyon ou Bruxelles donc c'est difficile de comparer. En fait parler de Tokyo n'a pas vraiment de sens : il s'agit plus d'une vingtaine de villes (une vingtaine de Lyon o_O ) collées les unes aux autres avec chacune son identité propre. Autant dire que je n'ai fait qu'effleurer la surface en 5 mois. J'habite (Harajuku, puis récemment Ikebukuro) et travaille (Ebisu) du coté ouest.

D'autres questions pourraient venir ultérieurement…

Je savais que cet interview était un piège ^^

Édité par Kryptos

Développeur Xenko, Silicon Studio, Japon. Toutes mes interventions n'engagent que moi.

+3 -0

Je savais que cet interview était un piège ^^

Kryptos

Ah mais tu l'as cherché aussi ! ;) En tout cas merci pour l'interview !

J'ai vu que tu as commencé à faire ton cours sur Xenko sur OC, j'espère qu'on aura le droit à notre version sur ZdS également.

Venez au Japon.

J'aimerais vraiment ! Ça sera sans doute mon prochain gros voyage :)

Zeste de Savoir - Dark Mode | Woodsbarn Festival | (∩`-´)⊃━☆゚.*・。

+0 -0

J'ai vu que tu as commencé à faire ton cours sur Xenko sur OC, j'espère qu'on aura le droit à notre version sur ZdS également.

Akna

J'ai aussi commencé sur ZdS. En fait je vais probablement abandonné sur OC car leur interface de saisie d'un cours est affreuse. Cependant, j'ai mis de coté l'écriture du cours car la nouvelle version de Xenko va changer pas mal de choses et je n'ai pas envie de faire deux fois le travail (sachant que je n'ai déjà pas beaucoup de temps libres pour rédiger). :p

Développeur Xenko, Silicon Studio, Japon. Toutes mes interventions n'engagent que moi.

+0 -0

Wow, que de coïncidence, y avait justement une offre de stage pour Xenko à laquelle j'ai postulé mais je n'ai pas eu de réponse. :(

Ça a l'air vraiment fun le Japon mais pas sur tous les points. :P

Je viens de Rennes également et on essaie de faire des trucs cools pour aider les indés (le West Indie Collective) mais c'est pas toujours simple, bonne continuation !

Édité par YoruNoHikage

+0 -0

Wow, que de coïncidence, y avait justement une offre de stage pour Xenko à laquelle j'ai postulé mais je n'ai pas eu de réponse. :(

YoruNoHikage

Je ne m'occupe pas des offres de stages donc je n'ai pas d'info à ce sujet.

De manière générale (et ce quelque soit l'entreprise ou le projet) si tu es motivé par une offre et que tu n'as pas de réponse au bout de deux semaines, je conseille d'envoyer un mail pour demander des nouvelles. La plupart du temps on te dira que ton profil n'a pas été retenu mais au moins tu montres de l'intérêt et la prochaine fois que tu postuleras il y a de fortes chances pour que les recruteurs s'en souviennent.

Dans de rares cas (ça m'est arrivé), on te dira qu'on n'avait pas reçu ta candidature et tu finiras par être engagé. :) Pour la petite histoire, lorsque j'avais postulé sur le site de Silicon Studio il y avait un bug dans leur système et ils n'avaient jamais reçu ma candidature. Comme je savais que j'allais visiter le Japon, je leur ai envoyé un mail pour solliciter un entretien. Le dernier jour de mon voyage, j'ai passé un entretien sur place, à Tokyo. La suite vous la connaissez…

Édité par Kryptos

Développeur Xenko, Silicon Studio, Japon. Toutes mes interventions n'engagent que moi.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte