Licence CC 0

L'ordre des lettres, correctif

7 ans plus tard, que la vérité eclate

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégories :
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Il y a environ 7 ans, j’avais écrit un article sur Omnilogie à propos de l’ordre des lettres. Vous avez probablement entendu parler de cette histoire, au moins en ayant lu ce mail qui a commencé à circuler au début des années 2000 :

Sleon une édtue de l’uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire sioent à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Dans cet article, j’avais expliqué que ce mail était faux, notamment parce que l’université de Cambridge n’avait jamais publié la moindre étude à ce sujet. C’est techniquement vrai… Mais il y a quelques jours, j’ai découvert par hasard de nouveaux éléments1.

En effet, même si aucune université de Cambridge2 n’a publié de résultat allant en ce sens, en 1976, un thésard, Graham Rawlinson, de l’université de Nottingham, du Royaume-Uni, travaille sur sa thèse intitulée The significance of letter position in word recognition (L’importance de la position des lettres pour la reconnaissance d’un mot).

La thèse n’est pas publiée, et par conséquent n’attire pas l’attention. En revanche, en 1999, Saberi et Perrott publient un article dans la revue Nature sur la capacité du cerveau à reconstituer des mots entendus, même si certaines portions sont prononcées à l’envers3. D’après le site que j’ai trouvé il y a quelques jours, Rawlinson a alors écrit une lettre au New Scientist :

Cela me rappelle ma thèse à l’Université de Nottingham (1976), qui montrait que mélanger les lettres du milieu d’un mot avait peu ou pas d’effet sur la capacité d’un lecteur qualifié à comprendre le texte. En effet, un lecteur rapide ne remarquait que quatre ou cinq erreurs dans une page A4 remplie de texte mélangé.

Je n’ai pas retrouvé cette lettre [rajout : gasche l’a retrouvée !], mais les dates correspondent et l’explication est plausible. Cependant, je ne sais pas qui a écrit le texte qui sera ensuite largement partagé à travers le monde.


  1. Ces éléments étaient d’ailleurs présent sur Internet depuis bien longtemps, avant la rédaction de mon article originel. Comme je ne parlais pas bien anglais à cette époque-là, je suis passé à côté. 

  2. L’université de Cambridge se trouve au Royaume-Uni, mais aux États-Unis se trouve également une ville de Cambridge, qui héberge plusieurs universités : le MIT, Harvard… 

  3. Cognitive restoration of reversed speech 



Sources, liens pour aller plus loin :

Anecdote bonus

En 2007, la sextuple championne du monde de lecture rapide, Anne Jones, a lu le dernier tome de la saga Harry Potter (Harry Potter and the Deathly Hallows), constitué de 607 pages, en 47 minutes.

6 commentaires

En 2007, la sextuple championne du monde de lecture rapide, Anne Jones, a lu le dernier tome de la saga Harry Potter (Harry Potter and the Deathly Hallows), constitué de 607 pages, en 47 minutes.

Comment fonctionne ce genre de concours ? Je veux dire, lire est une chose, comprendre est une autre. Comment ils s’assurent que chaque page a été lue et comprise durant cette lecture ? Déjà que moi en lisant normalement je loupe des détails ou j’en oublie, je suis intrigué sur la méthode pour éviter la triche.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+4 -0

Il me semble qu’après la lecture, il y a un test de compréhension. Je suppose qu’après ils pondèrent d’une manière ou d’une autre pour obtenir le résultat final.

Ryx

C’est ça ! Je n’ai trouvé ni les QCM utilisés pour les championnats auxquels a participé Anne Jones, ni le calcul utilisé pour le classement final, mais pour le calcul du score, le plus simple est de multiplier le nombre de mots lus par le taux de compréhension moyen (la note obtenue au QCM). Cette autre compétition utilise un calcul légèrement différent (partie "The standards of Scoring"), mais l’idée reste la même. A noter que dans la compétition memoriad, on disqualifie toute personne ayant un score de compréhension inférieur à 60%.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte