Licence CC 0

Boum

Découvrez l'histoire du volcan de Krakatoa, qui causa la pire catastrophe de l'Histoire

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Nous sommes le 20 mai 1883, dans les Indes néerlandaises (en actuelle Indonésie), et le volcan de Krakatoa se réveille après 202 ans de sommeil. Au départ, les populations locales ne s’en inquiètent pas trop : l’Indonésie est une région très volcanique, et le volcan ne semble pas si intimidant. Pourtant, la situation dégénèrera petit à petit. Lors de son explosion finale, le volcan sera ainsi la source de la plus grosse explosion jamais enregistrée : le bruit sera audible à près de 5000 kilomètres !

Mais commençons par le commencement. Krakatoa est une petite île volcanique située entre l’île de Sumatra et l’île de Java, et, le 20 mai, un épais nuage de fumée sort de l’un des trois cônes du volcan. En même temps, de petits tremblements sismiques se produisent à proximité. Cependant, les autorités coloniales ne s’en formalisent pas spécialement. Des bateaux proposeront même des excursions sur l’île de Krakatoa, afin de pouvoir admirer le phénomène de plus près : le 27 mai, une première colonne de fumée s’est en effet élevée jusqu’à 6 kilomètres de haut.

Et puis, après tout, le Krakatoa se trouve à 50 kilomètres des terres habitées. En cas d’éruption, se dit-on, on sera protégé grâce à la mer qui sépare les terres du volcan. Ce qui aurait probablement été vrai pour une éruption ordinaire, mais qui devient tragiquement faux dans le cas qui nous préoccupe.

Alors que les tremblements de terre allaient et venaient au fil des mois, les bateaux continuent de s’aventurer à proximité de l’île, malgré des panaches de fumée noire qui, quelques jours avant l’éruption finale, plongent les équipages dans l’obscurité. Puis, le 26 août, vers 13 h, le volcan entre en éruption et la première explosion rententit.

La jeunesse de Picsou, The Cowboy Captain of the Cutty Stark - ©Don Rosa/Éditions Egmont

Cette première explosion est entendue à 50 km à la ronde ; la seconde est accompagnée d’un raz-de-marée. Au-delà, les explosions deviennent plus ou moins continues, et la région est plongée dans le noir à cause du nuage de fumée et de cendres expulsées par le volcan. Mais ce n’est que le lendemain que le volcan rentre en phase critique.

Le 27 août, une série de quatre détonations se produit. Si la seconde explosion est particulièrement virulente, c’est la quatrième et dernière détonation qui sera la plus terrible. Le bruit sera clairement entendu à environ 5 000 km de là, et l’onde de choc, quoique trop faible pour être entendue au-delà mais encore assez forte pour être détectée par des barographes, fera tout de même plus de trois fois le tour du monde.

En sus de ces explosions, d’autres épreuves attendent les habitants : des raz-de-marée monstrueux balaient les côtes, des vagues atteignant parfois 40 m (!) rasent le paysage. De plus, des nuées ardentes achèvent tous ceux qui n’auront pas pu se mettre à l’abri à temps.

Enfin, à partir du 28 août, la situation se calme et le volcan finit par se rendormir au cours des mois suivants : on comptera en tout plus de 36 000 morts. Pour autant, le volcan n’a pas dit son dernier mot, car la quantité de cendres envoyées dans l’atmosphère perturbera durablement le climat mondial. En effet, on estime que la température moyenne globale a baissé de 0.5°C à 1°C à la suite de l’éruption, et le climat ne revenant à la normale que cinq ans plus tard.

Enfin, pour impressionnant qu’il soit, l’explosion de Krakatoa n’est pas le pire épisode volcanique enduré par l’Homme. On estime que la plus grosse explosion volcanique du dernier million d’années eut lieu il y a 74 000 ans, en Indonésie également. Alors que Krakatoa évacua quelques 20 km3 de matière, on estime que Toba en dégagea au moins 2 800 km3. Je vous laisse imaginer les dégâts…



Sources, lien pour en savoir plus

Anecdote bonus

Les particules émises dans l’atmosphère eurent une autre conséquence, celle de conférer durant quelques années des couleurs écarlates aux couchers de soleil. Il est très probable que ces couchers de soleil soient la source d’inspiration qui a mené Edward Munch à peindre en 1888 son célèbre tableau, le Cri.

3 commentaires

Ah oui, tiens, marrant ! Pendant un instant je me suis demandé pourquoi je n’avais aucun souvenir de cette vidéo, puis c’est en consultant mon flux RSS que j’ai compris que la vidéo est sortie hier. :D

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte