Licence CC BY

[Chroniques de l'Est] Déclinez votre nom, je vous prie

Parce que oui, les russes déclinent tous, même les noms de famille.

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Je ne suis ni linguiste ni professeur de langue, seulement un passionné qui aime apprendre et partager. Mes propos n’ont aucune valeur d’autorité ou de vérité absolue.

Si vous ne saviez pas, le russe est une langue à déclinaisons. Et non contents de décliner les noms, les adjectifs et autres pronoms, sachez que les russes déclinent aussi les prénoms et les noms de famille. Et ils suivent des règles précises pour ça. En effet, fonction de si le nom de famille est russe, ukrainien, biélorusse ou autre, eh bien les règles changent. Mais trêve de bavardage, examinons ça ensemble.

Les noms russes

La plupart des noms de famille russe changent en fonction du genre et du rôle dans la phrase. Les terminaisons -ов (-ov), -ев (-iev), -ёв (-iov), -ин (-îne) en sont des exemples. Prenons l’exemple du président russe Vladimir Poutine. Son nom de famille s’écrit ainsi en russe : Путин. Mais si on parle de sa fille Katia, alors on dire « Катиа Путина (Katya Poutyna) ». Le nom de famille s’est transformé avec le genre du sujet.

Examinons maintenant l’exemple avec le rôle du nom et sa place dans la phrase qui change. Si je parle du téléphone de Vladimir Poutine, alors je dirai « Телефон Владимира Путина. (Tiéliéfôn Vladimira Poutina) » Si maintenant je veux dire que je suis avec lui (je sens de la jalousie monter chez vous, chers amis lecteurs), alors je prononcerai la phrase suivante : « Я с Владимиром Путином. (Ya s Vladimirom Poutinom) »

Si maintenant nous reprenons l’exemple de sa fille, si je dis que je ne dis rien sur elle, je promettrai alors : « О Катие Путине, ничего не скажу. (A Katye Poutine, nitchiévo nié skajou) »

Pour finir sur les noms russes, sachez que ceux terminant en -ых ne se déclinent pas.

Les noms ukrainiens

Les noms ukrainiens, contrairement à ce que j’ai pu penser pendant longtemps, peuvent se décliner, tout dépendant de leur terminaisons.

Éliminons déjà ceux qui sont irrémédiablement invariables : -енко (-ènko) et -ко (-ko). Que le célèbre poète ukrainien Taras Chevtchenko ait eu un chat ou non, l’écriture de son patronyme ne variera pas d’un pousse : « У Шевченко был кот. (Ou Chevtchenko bil kot) »

Ensuite, simplifions nous la vie en parlant des noms ukrainiens qui se déclinent comme les noms russes : -ый/-ая et -ой/-ая. On parlera ainsi de Сергей Березовскый (Sergueï Bérézovskiy) et de Тания Березовская (Tania Bérézovskaya), etc etc.

Abordons maintenant le cas le plus amusant : les noms terminant par -ук, -юк, -ик, -ец, en bref, tous ceux terminant par une consonne. Qu’ont-ils de spéciaux ? Ils se déclinent au masculin uniquement. Si l’on parle du téléphone de l’ancien président ukrainien Ianoukovytch, on dira « Это телефон Януковича (Èta tiéliéfôn Ianoukovytcha) », alors que la même phrase appliqué au téléphone de sa femme donnerai « Это телефон Людмилы Янукович. (Èta tiéliéfôn Lyoudmily Ianoukovytch)»

Les noms biélorusses

Là c’est très simple. Les noms biélorusses ne sont tout simplement pas déclinables. S’il y en a, je ne les ai pas trouvé, sachant qu’il y a assez peu d’info sur la langue biélorusse de manière générale.

En conclusion

Les déclinaisons russes sont parfois surprenantes, surtout quand les russes déclinent aussi les prénoms étrangers. Si l’on compare à l’allemand, autre langue à déclinaison, cela peut paraître surprenant. Mais si on prend l’exemple du polonais, on en déduit que c’est une particularité plutôt slave.

Tout ça pour dire que le russe, c’est cool. :D



13 commentaires

Oh, kewl, des chroniques de l’Est \o/ ! Мне нравится говорить по-русски :D (absence de fautes non-garantie).

Quelques remarques :

Que font les "«  »" à la fin de l’introduction ? Un oubli ?

Tu transcris Людмилы en "Lyoudmila", ce qui m’étonne beaucoup, attendu que le "ы" est plus proche du i que du a, non ? Après, ça pourrait être une exception que j’ignore :honte:

Tout ça pour dire que le russe, c’est cool. :D

Абсолютно, товарищ :3 ! (je ne cherche pas à russiser et décliner "informaticienzero", quoique ce serait fort à propos).

Je découvre qu’il y a des gens qui parlent biélorusse, j’avoue que je pensais que c’était un peu un patois. ^^

Tu transcris Людмилы en "Lyoudmila", ce qui m’étonne beaucoup, attendu que le "ы" est plus proche du i que du a, non ? Après, ça pourrait être une exception que j’ignore :honte:

Je crois que c’est "Lyoudmila" (Людмила) au génitif, mais effectivement le "ы" est pas trop retranscriptible.

Dwayn a bien souligné, j’ai fais une erreur. :honte:

La bonne transcription est « Lyoudmily » avec le son y qui s’entend et se prononce très bien en russe. Pour bien s’en rendre compte, on peut écouter la voix de Google Traduction, elle est de qualité.

Спасибо товарищ Дуэйн !

Et les guillemets à la fin de l’introduction n’ont rien à faire là, c’est une erreur aussi.

@Lucas-84: le biélorusse est au russe ce que le néerlandais est à l’allemand. Mais c’est vrai qu’en aire urbaine, il est écrasé par le russe et certains le considère comme un langage de campagne… comme le patois chez nous, effectivement.

+1 -0

Alors dans ton cas, comme renard est un mot féminin, on dirait, en parlant de ton téléphone "телефон космической лисы" (tiéliéfon kasmitchiéckoï lisy". Si je dis que je suis avec toi, Я с космической лисой (ya s kasmitchiéckoï lisoï). Si je dis que je te vois, je dirai Я вижу космическую лису (ya vijou kasmitchiéckouyou lisou).

Donc ça marche. :D

+2 -0

le biélorusse est au russe ce que le néerlandais est à l’allemand. Mais c’est vrai qu’en aire urbaine, il est écrasé par le russe et certains le considère comme un langage de campagne… comme le patois chez nous, effectivement.

informaticienzero

N’allez cependant pas croire que c’est la même chose pour le néérlandais, il n’est pas du tout écrasé par l’allemand en aire urbaine (ce qui correspondrait, en fait, à tous les Pays-Bas).

+0 -0

le biélorusse est au russe ce que le néerlandais est à l’allemand. Mais c’est vrai qu’en aire urbaine, il est écrasé par le russe et certains le considère comme un langage de campagne… comme le patois chez nous, effectivement.

informaticienzero

N’allez cependant pas croire que c’est la même chose pour le néérlandais, il n’est pas du tout écrasé par l’allemand en aire urbaine (ce qui correspondrait, en fait, à tous les Pays-Bas).

amael

Je ne dis pas que le néerlandais est écrasé par l’allemand, je me sers de la comparaison pour dire que le biélorusse et le russe sont des langues proches car de la même famille mais néanmoins assez différentes pour ne pas être intermutuellement compréhensible à prime abord.

Par contre, la partie sur les aires urbaines ne s’applique qu’au biélorusse, pas au néerlandais.

+0 -0

le biélorusse est au russe ce que le néerlandais est à l’allemand. Mais c’est vrai qu’en aire urbaine, il est écrasé par le russe et certains le considère comme un langage de campagne… comme le patois chez nous, effectivement.

informaticienzero

N’allez cependant pas croire que c’est la même chose pour le néérlandais, il n’est pas du tout écrasé par l’allemand en aire urbaine (ce qui correspondrait, en fait, à tous les Pays-Bas).

amael

Je ne dis pas que le néerlandais est écrasé par l’allemand, je me sers de la comparaison pour dire que le biélorusse et le russe sont des langues proches car de la même famille mais néanmoins assez différentes pour ne pas être intermutuellement compréhensible à prime abord.

Par contre, la partie sur les aires urbaines ne s’applique qu’au biélorusse, pas au néerlandais.

informaticienzero

Je ne dis pas le contraire. Seulement, une mauvaise interprétation est si vite arrivée…

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte