Choix de carrière

web ou embarqué

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Salut à tous,

Je suis en dernière année en école d’ingénieurs en spécialité informatique industrielle (après avoir fait un DUT GEII) où j’ai pu acquérir et confirmer mes compétences en électronique et soft embarqué.

Etant aussi passionné par le web, j’ai décidé d’effectuer ma dernière année en contrat de professionnalisation dans une entreprise spécialisée dans le développement web (Java, Angular, …).

Je suis maintenant à la fin de mes études et j’hésite dans le choix de mon premier emploie qui se résume soit à intégrer une entreprise me permettant de réaliser des softs embarqués ou continuer dans le web. La principale raison qui me fait hésiter est le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web.

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous une expérience dans les deux domaines ou un avis sur l’un d’eux ?

+0 -0

Je pense que c’est avant tout une question de choix. Si tu es capables de travailler dans les deux domaines alors c’est un choix assez personnel mais non décisif. Tu pourras changer certainement après.

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+1 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Salut,

Comme dit @ache, c’est une question de choix qu’on ne peut pas faire à ta place. J’ai envie de dire, réfléchit surtout à ce point qui a l’air d’avoir de l’importance pour toi :

La principale raison qui me fait hésiter est le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web.

Clairement, si tu sens que le dev web te laisse un vide question satisfaction intellectuelle, c’est un truc qui va pas s’en aller avec la pratique, au contraire. Perso, c’est ce qui compte le plus dans mon propre boulot, et ça me manquerait de ne pas me casser le crâne. À toi de voir si c’est important.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Qu’entends-tu par carrière ?

  • De beaux challenges (humains, techniques, organisationnel, management) ?
  • Une belle rémunération ?
  • Avoir du temps pour se conscrer à sa famille ? (…)

Je suis d’accord avec mes deux prédécesseurs, je citerai confucius ;

"Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie."

My cents : développes ton réseau, sois curieux, prends les vagues et autres changements technologiques, qui viennent. A l’approche de la cinquantaine, dans l’IOT, tu ne feras pas le métier pour lequel tu à étudier :lol:

+0 -0

La principale raison qui me fait hésiter est le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web.

qarcicault

Salut,

Tu n’as pas précisé ce qui te fait hésiter: tu as cité le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web, ce qui, d’après ta formulation, semble être des inconvénients à tes yeux. Quels sont les inconvénients des systèmes embarqués à ton avis ? (la réponse peut être que tu ne connais pas assez le domaine pour le critiquer, si tu n’en as pas d’autre). Ça peut être intéressant de préciser aussi ce qui t’attire dans chaque domaine.

Ta réponse permettra de mieux t’éclairer sur les opportunités qui s’offrent à toi.

+0 -0
Auteur du sujet

Merci pour vos réponses.

Qu’entends-tu par carrière ?

  • De beaux challenges (humains, techniques, organisationnel, management) ?
  • Une belle rémunération ?
  • Avoir du temps pour se conscrer à sa famille ? (…)

Je suis d’accord avec mes deux prédécesseurs, je citerai confucius ;

"Choisis un travail que tu aimes et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie."

My cents : développes ton réseau, sois curieux, prends les vagues et autres changements technologiques, qui viennent. A l’approche de la cinquantaine, dans l’IOT, tu ne feras pas le métier pour lequel tu à étudier :lol:

Oliv

Ce que je cherche principalement c’est un challenge technique dans un environnement où j’apprends tous les jours.

Je suis aussi totalement d’accord avec toi sur le fait qu’on change plus d’une fois de métier au cours de sa vie.

La principale raison qui me fait hésiter est le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web.

qarcicault

Salut,

Tu n’as pas précisé ce qui te fait hésiter: tu as cité le manque de sciences et le niveau d’abstraction élevé dans le web, ce qui, d’après ta formulation, semble être des inconvénients à tes yeux. Quels sont les inconvénients des systèmes embarqués à ton avis ? (la réponse peut être que tu ne connais pas assez le domaine pour le critiquer, si tu n’en as pas d’autre). Ça peut être intéressant de préciser aussi ce qui t’attire dans chaque domaine.

Ta réponse permettra de mieux t’éclairer sur les opportunités qui s’offrent à toi.

Jacen

J’aime le Web (front ou back) car c’est un milieu qui change beaucoup avec des technologies très sympathique cependant on se retrouve à programmer sans vraiment comprendre ce qui se face réellement d’un point vu hardware. Côté embarqué, je n’ai pas d’expérience en dehors de projet scolaire mais ce que j’aime c’est, au contraire du Web, que l’on sait exactement ce qu’on fait et on voit le résultat étant donné que l’on travaille sur des projets embarqués.

L’autre point qui me fait hésiter est que les connaissances scientifiques (math, physique,…) sont utiles alors que dans le Web, il y a que l’algorithmique et la connaissance des différents langages mais les technologies sont variées.

Enfin je trouve que dans le Web les tâches sont à effectuer sont très récurrente (crud, pagination, authentification,…) et je me demandais si dans le domaine de l’embarqué on trouvais aussi une routine semblable ?

Si vous avez une expérience dans l’un de ces deux domaines ou les deux, n’hésitez pas à partager votre expérience.

Merci

Édité par anonyme

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Je vais tenter de prendre le contre-pied de ta vision sur chaque domaine. (PS: ce qui suit reste mon avis et est tout à fait critiquable)

Commençons par l’embarqué. C’est un domaine très vaste et qui évolue beaucoup. Il est large parce qu’on inclut dans l’embarqué du développement sur des micro-contrôleurs comme ceux de Atmel dans les arduinos, et des systèmes Linux complets avec des performances élevées, comme la Nintendo Switch (à priori son OS dérive plutôt de FreeBSD, mais l’idée est là), voir surpassant complètement ce qui se trouve dans les PC pour des applications spécifiques (broadcast vidéo, gestion de flux boursiers, …). Quant à l’évolution, il y en a dans tout le domaine: aujourd’hui, on veut des microcontrôleurs consommant moins d’un µW en veille, et capable de faire du chiffrement asymétrique, d’isoler des informations dans le système, pour résister au hacking, les bus de communication voient leurs performances être démultipliées, etc, et cela fait que les microcontrôleurs développés aujourd’hui sont très différents de ceux d’il y a 10 ans. Sur des systèmes plus large, type smartphone, même en restant sur Android, le système évolue énormément tous les ans (il y a 10 ans, c’était android 1.5), et les téléphones aussi, que ce soit sur les technos de caméra, les technos sans fil (aussi bien le wifi que la téléphonie), les technos de compression vidéo, les technos de mémoires RAM, flashs, les filesystems qui vont avec. En fait l’éco-système évolue trop pour que tu puisse suivre l’évolution de toutes les technos. Même au niveau du soft utilisé, quand je dois utiliser un kernel Linux d’il y a 5 ans, je pleure un peu parce qu’il lui manque beaucoup de fonctionnalités pratiques dont on dispose aujourd’hui.

Du côté du web, honnêtement, je vois mal comment y parler de physique. Cependant, il y a tout un pan du domaine qui nécessite de solides connaissances de maths, informatique, et une bonne connaissance du comportement du hardware. Je pense à des usages comme Netflix, ou comme Blade/Shadow. Le fait de faire du streaming pour des millions de personnes, ou avec une latence contrôlée, nécessite de bien comprendre comment les données sont traitées par la stack logicielle (le browser, l’OS, le réseau…).

Alors, maintenant que j’ai dit du bien de tout le monde (je me suis plus étalé sur l’embarqué. Devinez ma filière), est-ce qu’il faut conclure que tout est beau et tout est magique partout ? Ma réponse serait "presque". Quelle que soit la branche, et les branches se recoupent plus qu’on ne le croit, l’informatique offre des opportunités remarquables. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’on fournit un travail qu’on vend, et qu’il y a des parties moins sympa là dedans. En embarqué, la grosse contrainte, c’est de maintenir des systèmes pendant des années, voir des dizaines d’années. Ca peut être super intéressant, mais, dans beaucoup de cas, l’approche est de faire évoluer le système le moins possible, pour éviter les régressions, et on se retrouve en fin de projet avec des technos d’un autre temps, et des galères immondes pour les maintenir. Du côté du web, je verrais plutôt le problème inverse: les sites web évoluent toutes les quelques années, et il y a une certaine tendance à faire des choses jetables, à remplacer les technos en continu, et à toujours refaire la même chose différemment. J’évite le web parce que je le perçois comme un mythe de Sisyphe moderne. Les boîtes qui font des trucs vraiment remarquables et techniquement intéressant sont assez minoritaires dans le domaine, et, si les technos sont cools, la plupart des usages n’ont pas grand chose d’innovants.

Alors que faire ? Personnellement, j’ai choisi l’embarqué, et je choisis des entreprises qui travaillent sur des technos récentes (ARMv8, USB3, bus MIPI, FPGA, kernel à jour, yocto à jour), et qu’elles continuent à faire évoluer. Ça restreint le nombre d’entreprises intéressantes, mais, étant sur Paris, je n’ai pas de mal à trouver. Vu que tu sors d’école, tu auras probablement plus de mal à rejoindre des boites avec un besoin trop précis (j’ai pas mal de start-up de 50–100 personnes dans les boites que je suis au cas où je voudrais changer de job), et tu ne sauras probablement pas quelles questions poser en entretien pour savoir si le job pour lequel tu postule correspond vraiment à ce que tu cherches, mais tu apprendras plein de choses au cours des quelques années à venir, quoi qu’il arrive. Essaye juste de choisir une entreprise qui travaille sur le type de systèmes qui t’attire, ou, idéalement, une boite qui fait les deux avec un poste sur celui que tu préfère à priori. Tu n’acquière pas la même expérience en bossant sur des systèmes embarqués avec Linux et sur des vrais microcontrôleurs low-power. Les deux sont intéressants, mais différents, et, au moment de changer de boite, la boite qui recrute va chercher des gens ayant déjà de l’expérience dans le domaine. C’est plus facile de changer de domaine en interne dans une boite, quand on connaît le responsable de l’équipe qu’on veut rejoindre.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, même dans un job pas cool il est possible d’apprendre beaucoup, et il y a suffisamment de demande en informatique pour qu’il soit toujours possible de se réorienter. Au pire ça demande plusieurs étapes.

+1 -0
Auteur du sujet

Merci pour vos réponses.

Je vais tenter de prendre le contre-pied de ta vision sur chaque domaine. (PS: ce qui suit reste mon avis et est tout à fait critiquable)

Commençons par l’embarqué. C’est un domaine très vaste et qui évolue beaucoup. Il est large parce qu’on inclut dans l’embarqué du développement sur des micro-contrôleurs comme ceux de Atmel dans les arduinos, et des systèmes Linux complets avec des performances élevées, comme la Nintendo Switch (à priori son OS dérive plutôt de FreeBSD, mais l’idée est là), voir surpassant complètement ce qui se trouve dans les PC pour des applications spécifiques (broadcast vidéo, gestion de flux boursiers, …). Quant à l’évolution, il y en a dans tout le domaine: aujourd’hui, on veut des microcontrôleurs consommant moins d’un µW en veille, et capable de faire du chiffrement asymétrique, d’isoler des informations dans le système, pour résister au hacking, les bus de communication voient leurs performances être démultipliées, etc, et cela fait que les microcontrôleurs développés aujourd’hui sont très différents de ceux d’il y a 10 ans. Sur des systèmes plus large, type smartphone, même en restant sur Android, le système évolue énormément tous les ans (il y a 10 ans, c’était android 1.5), et les téléphones aussi, que ce soit sur les technos de caméra, les technos sans fil (aussi bien le wifi que la téléphonie), les technos de compression vidéo, les technos de mémoires RAM, flashs, les filesystems qui vont avec. En fait l’éco-système évolue trop pour que tu puisse suivre l’évolution de toutes les technos. Même au niveau du soft utilisé, quand je dois utiliser un kernel Linux d’il y a 5 ans, je pleure un peu parce qu’il lui manque beaucoup de fonctionnalités pratiques dont on dispose aujourd’hui.

Du côté du web, honnêtement, je vois mal comment y parler de physique. Cependant, il y a tout un pan du domaine qui nécessite de solides connaissances de maths, informatique, et une bonne connaissance du comportement du hardware. Je pense à des usages comme Netflix, ou comme Blade/Shadow. Le fait de faire du streaming pour des millions de personnes, ou avec une latence contrôlée, nécessite de bien comprendre comment les données sont traitées par la stack logicielle (le browser, l’OS, le réseau…).

Alors, maintenant que j’ai dit du bien de tout le monde (je me suis plus étalé sur l’embarqué. Devinez ma filière), est-ce qu’il faut conclure que tout est beau et tout est magique partout ? Ma réponse serait "presque". Quelle que soit la branche, et les branches se recoupent plus qu’on ne le croit, l’informatique offre des opportunités remarquables. Cependant, il faut garder à l’esprit qu’on fournit un travail qu’on vend, et qu’il y a des parties moins sympa là dedans. En embarqué, la grosse contrainte, c’est de maintenir des systèmes pendant des années, voir des dizaines d’années. Ca peut être super intéressant, mais, dans beaucoup de cas, l’approche est de faire évoluer le système le moins possible, pour éviter les régressions, et on se retrouve en fin de projet avec des technos d’un autre temps, et des galères immondes pour les maintenir. Du côté du web, je verrais plutôt le problème inverse: les sites web évoluent toutes les quelques années, et il y a une certaine tendance à faire des choses jetables, à remplacer les technos en continu, et à toujours refaire la même chose différemment. J’évite le web parce que je le perçois comme un mythe de Sisyphe moderne. Les boîtes qui font des trucs vraiment remarquables et techniquement intéressant sont assez minoritaires dans le domaine, et, si les technos sont cools, la plupart des usages n’ont pas grand chose d’innovants.

Alors que faire ? Personnellement, j’ai choisi l’embarqué, et je choisis des entreprises qui travaillent sur des technos récentes (ARMv8, USB3, bus MIPI, FPGA, kernel à jour, yocto à jour), et qu’elles continuent à faire évoluer. Ça restreint le nombre d’entreprises intéressantes, mais, étant sur Paris, je n’ai pas de mal à trouver. Vu que tu sors d’école, tu auras probablement plus de mal à rejoindre des boites avec un besoin trop précis (j’ai pas mal de start-up de 50–100 personnes dans les boites que je suis au cas où je voudrais changer de job), et tu ne sauras probablement pas quelles questions poser en entretien pour savoir si le job pour lequel tu postule correspond vraiment à ce que tu cherches, mais tu apprendras plein de choses au cours des quelques années à venir, quoi qu’il arrive. Essaye juste de choisir une entreprise qui travaille sur le type de systèmes qui t’attire, ou, idéalement, une boite qui fait les deux avec un poste sur celui que tu préfère à priori. Tu n’acquière pas la même expérience en bossant sur des systèmes embarqués avec Linux et sur des vrais microcontrôleurs low-power. Les deux sont intéressants, mais différents, et, au moment de changer de boite, la boite qui recrute va chercher des gens ayant déjà de l’expérience dans le domaine. C’est plus facile de changer de domaine en interne dans une boite, quand on connaît le responsable de l’équipe qu’on veut rejoindre.

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, même dans un job pas cool il est possible d’apprendre beaucoup, et il y a suffisamment de demande en informatique pour qu’il soit toujours possible de se réorienter. Au pire ça demande plusieurs étapes.

Jacen

Merci pour ton avis très intéressant qui me tend à continuer vers l’embarqué. Cependant je suis en province et pour l’instant j’ai deux choix, soit je rentre dans une entreprise du Web plutôt bien coté dans les traitements des flux bancaires avec un salaire et des avantages plutôt confortables par rapport à mon expérience et à la zone géographique, soit j’intègre une ESN dans l’embarqué mais j’ai un peu peur des missions qu’on peut me confier. C’est un choix cornélien pour moi et j’ai peur de perdre mon temps :/

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Tu ne perds pas ton temps.
Tu expérimentes ! Et tu apprends. Tu es certainement jeune alors profites-en.

Ne t’inquiète pas, dans tous les cas tu arriveras à intégrer une entreprise lambda du secteur banquaire. C’est pas ce qui manque et les salaires sont très variables.

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0
Auteur du sujet

Merci à tous pour vos réponses qui m’ont toutes aidées !

J’ai pu lire les différentes interviews de personnes travaillant dans le milieu du web et de l’embarqué, lire vos avis et je préfère ainsi m’orienter vers le domaine qui me permettrait de m’épanouir d’un point de vue intellectuel. Je vais donc plutôt m’orienter vers l’embarqué !!

+1 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte