Qui fait de la muscu ici ?

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Salut à tous !

Y a-t-il suffisamment de mon ici qui fasse de la muscu, pour qu’on puisse créer ce topic ? :p

Je parle de bodybuilding, de powerlifting, d’entraînement spécifique à un sport ou à une blessure :) .

Nous verrons quels sujets se dégageront progressivement dans ce topic… je ne veux pas contraindre la discussion !

+1 -0

Je fais du « powerlifting », entre guillemets car je ne compte pas participer à des meets (pas la génétique pour ça), je m’entraîne juste pour faire de plus en plus lourd sur les 3 mouvements (Squat, DL, BP), pour ma satisfaction personnelle.

Avant (~1 an), je m’entraînais avec des poids, dans une optique de remise en forme car j’étais maigre. Mais je ne dirais pas que c’était du bodybuilding à proprement parler.

+0 -0

Sujet intéressant car je commence dans ce milieu et ça va me permettre de faire un premier retour d’expérience après trois mois intensifs.

Je suis actuellement en semestre international au Canada. Mon université étant équipé d’une salle de musculation, je me suis dit pourquoi pas. Pour vous remettre un peu dans le contexte, il faut savoir que j’ai actuellement 21 ans et que je n’avais pas fait de sport depuis mes 15 hors sport scolaire et encore, je m’arrangeais pour en faire le moins possible. Bref, j’étais maigre, pas sportif. À la fin de ma prépa je me suis dit que j’allais changer ça, mon école française offrant un abonnement pour une salle de sport, c’était l’occasion. Finalement, je n’y suis allé que deux fois, la salle étant vraiment loin et je ne me sentais pas du tout à ma place. Ça m’a un peu dégouté.

Arrive le semestre international et je me dis que je vais ré-essayer mais au Canada. J’ai tout de suite accroché et je me sens beaucoup plus à l’aise dans mon corps et face au regard des autres. Je rentre fin décembre en France et je prendrais un abonnement dans une salle de sport. On verra si j’accroche autant qu’au Canada. Il faut savoir que j’y vais 5 fois par semaine, je suis une alimentation "prise de masse" conseillée par le coach avec des résultats extrêmement satisfaisant, je ne m’y attendais pas. :)

+0 -0

Passer de 6 ans sans sport à 5 séances de muscu par semaine en 3 mois, c’est intense. Fais gaffe à ne pas griller des étapes, je pense notamment au risque articulaire. Et au fait qu’il existe pas mal de légendes urbaines autour de la muscu et de la bonne manière de faire1. Je connais des gens bien plus calé que moi sur le question (un kiné qui se tient bien à jour de son domaine), je pourrais lui en toucherai un mot dans la semaine.


  1. Soyons honnête, c’est pour ça que je suis ce sujet. :-°

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0

Passer de 6 ans sans sport à 5 séances de muscu par semaine en 3 mois, c’est intense. Fais gaffe à ne pas griller des étapes, je pense notamment au risque articulaire.

Gabbro

Ah oui j’avais oublié de préciser ça : mon programme a été fait par un professionnel donc j’ai eu le droit à deux semaines de remise en forme (très peu de poids) pour préparer le corps à encaisser. Après je n’ai pas forcé sur les poids avant un mois. :)

C’est peut-être du split sur cinq jours, auquel cas l’intensité me paraîtrait normale.

sgble

Oui c’est un programme split.

Édité par Wizix

+0 -0
Auteur du sujet

Moi de mon côté, j’ai suivi un parcours très atypique (et qui malheureusement n’a pas donné les résultats escomptés… je vais y revenir dans ce message, peut-être que ça évitera à d’autres personnes de faire les mêmes erreurs que moi).

Ma période Tibo

Depuis le milieu-fin du collège (si mes souvenirs sont bons), je voulais me mettre à la muscu. A cette époque, Tibo InShape faisait ses vidéos YouTube et j’étais tombé dessus après quelques recherches me semble-t-il. Il m’avait motivé à aller en salle, principalement pour l’esthétisme. C’est aussi lui qui commençait, à cette période, à parler de nutrition sportive. Ainsi m’avait-il donné la motivation de me remettre au sport avec une alimentation adaptée (j’avais fait quelques cours - seulement - d’escrime/gym/natation/équitation quand j’étais enfant, mais j’avais toujours arrêté car pas sportif).

Comment cela a-t-il évolué jusqu’au début du lycée ?

  1. Je ne pouvais pas parler à mes parents de mon souhait de me mettre à la muscu, pour trois raisons : a) ils sont presque contre le sport en général (pour eux, sport = neuneu + baisse des perfs à l’école) ; b) j’avais de toute façon la réputation d’être non-sportif dans mon entourage (=> ça aurait fait un très gros changement qu’on aurait mis sur une crise d’adolescence ou quoi - ce qui n’a pas manqué d’arriver à la fac wtf, j’y reviendrai + tard) ; c) je pensais que ça aurait impliqué un changement drastique de mon alimentation, et je ne pouvais demander à mon père de s’adapter par rapport à cela (aujourd’hui, avec du recul, je me dis que ça n’aurait pas été nécessaire) ;

  2. J’ai donc préféré faire du vélo d’appartement de manière assez fréquente, et parfois quelques crunchs/pompes/gainages mais rien de sérieux. Beaucoup de frustration s’est accumulée car je voyais bien que je ne pouvais pas faire de la muscu sérieusement, à la salle, progresser réellement avec des charges, bref progresser tout court.

  3. Par rapport à la nutrition, Tibo parlait surtout de manger +, du coup c’est ce que je faisais, et je me trompais. Cependant, je prenais aussi + de fruits. Mais globalement je n’avais pas acquis les bonnes bases en nutrition (je pensais que je pouvais manger + de céréales, mais je n’avais pas compris que c’était surtout du muesli sans sucre ajouté… donc je me goinfrais de céréales Lion……….., plein d’exemples de ce type).

  4. Mais d’une manière globale, ça m’a permis de découvrir un petit peu le monde du sport plus ou moins professionnel, en tout cas passionné, dans les domaines de l’entraînement et de la diète. Disons que j’ai mis le pied à l’étrier.

  5. Petit à petit s’est forgé en moi le désir de rencontrer des gens, de pratiquer un vrai sport etc. ce qui n’aura jamais été le cas avant la fac, finalement.

Ma période lycéenne et début de fac

C’est là que j’ai eu le courage de non pas trop parler de muscu à mes parents, mais simplement des outils de ce sport : des haltères et un banc. Cela m’a permis de me mettre au développé couché haltères, aux élévations latérales haltères, au rowing haltères, au squat haltères, etc.

En revanche, hors de question de parler de muscu, je n’osais pas aborder le sujet.

  1. Niveau nutrition, je n’avais toujours pas acquis les bases : je mangeais beaucoup trop, mais, me semble-t-il, je savais plus ou moins que je ne devais pas manger trop de sucres et basta. Si ma famille avait eu une culture du sport, je pense que j’aurais vécu une expérience foncièrement différente ! On ne m’a jamais forcé à manger beaucoup de légumes, peu de sucres, etc. J’en profite pour insister sur la nécessité des parents à le faire ! C’est vraiment très important…

  2. Niveau muscu, les haltères que j’aie achetées en début de fac m’ont permis de prendre un peu de masse surtout au niveau des bras. Pour le reste en revanche… je ne sais pas trop. En tout cas je n’avais pas les "connaissances" que j’aie actuellement.

  3. Je regrette beaucoup cette période de ma vie. Aujourd’hui quand je regarde autour de moi à la salle : a) je vois plein de gens de 14 à 18 ans qui sont déjà relativement stocks, voire très costauds et assez secs ! Ils ont sans doute un passé sportif (que je n’ai jamais eu), mais aussi le fait d’aller à la salle à cet âge leur permet de progresser vite… et quand ils auront 18 ans / 22 ans, ils auront probablement un très très bon physique pour leur âge (il n’y a qu’à voir sur Instagram). Je pense notamment à 1 ou 2 jeunes de mon Basic-Fit qui ont sans doute 15 / 16 / 19 ans et qui ont déjà de bons bras / abdos / pecs, très respectables pour leur âge et particulièrement prometteurs pour un avenir très proche… De mon côté j’ai vraiment perdu du temps………….. à cause des préjugés de mes parents.

  4. D’un point de vue santé : l’absence de pratique sportive depuis mon enfance jusqu’au début de fac (j’aurais dû faire muscu + un sport de combat + un sport d’endurance par exemple + stretching) a engendré a) une prise de gras surpoids, b) l’absence de force, c) l’absence d’endurance (une prof de sport de lycée m’avait dit d’un ton alarmiste "LaMatrice, tu as encore moins de souffle et de puissance à la course à pieds que les filles, c’est très très grave, il faut que tu te mettes au sport et vite ! Tu vas avoir plein de problèmes de santé si tu continues sur cette voie", et un kiné chez qui j’avais fait mon stage de 3ème m’avait dit "Quoi ? Tu ne fais aucun sport ?! C’est pas bien du tout, tu sais quels risques tu encours ?" ou similaire… Bref je me souviens bien de leur réaction, et pourtant je n’avais pas eu de réelle prise de conscience.

Ma période milieu de fac à aujourd’hui

Bon groso modo depuis disons 2 ans et demi ou 3 ans, je ne sais plus, je vais à la salle :) . Je peux enfin travailler correctement mon dos (en largeur avec des mouvements verticaux et en épaisseur avec des mouvements horizontaux). La salle apporte un grand confort en terme de progression avec toutes les possibilités de charges de travail disponibles, toutes les machines qui permettent de trouver celles où tu as les meilleures sensations (même si un muscle peut beaucoup bosser sans le ressentir, il est toujours préférable de chercher la sensation), etc.

L’aspect social de la salle me fait du bien (étant de nature timide, introvertie). Je ne me suis toujours pas fait de réel potes que je verrais en-dehors de mon Basic Fit mais ça me fait quand même du bien de dire bonjour, papoter un peu à la salle ! :D

De la petite salle communale à Basic Fit

J’ai commencé par une petite salle de muscu avec seulement quelques équipements old school, des haltères. Ambiance + conviviale que mon Basic Fit actuel (bien que ce dernier soit très très bon de ce point de vue-là : tout le monde parle, tout le monde s’entraide et même le patron du Basic Fit aide les gens alors que normalement c’est seulement une prestation de service que vend Basic Fit :p ). Genre dans ma salle communale, il y avait un petit groupe de jeunes de 18 ans environ qui déconnaient de ouf, c’était marrant à voir.

Bon le souci c’est que cette salle était financée par le publique : c’est-à-dire très peu. Et tout l’argent était redistribué à l’arrière-salle, réservée au stretching/cours de fitness pour les filles. Résultat, comme pour la majorité des salles communales : les pauvres finances publiques allouées par la Mairie de ma ville n’ont pas suffit à réparer les vélos elliptiques troués (carcasse vraiment pétée de OUF, vous n’avez pas idée), les tapis de course complètement bousillés, la machine à tirage horizontale dont la corde commençait à péter, etc. etc.

Par ailleurs, l’arrive récente de mon Basic Fit a attiré tous les jeunes et un peu moins jeunes de la salle communale : cette dernière s’est vidée. J’étais désormais l’un des rares jeunes à y être. Aussi ai-je souhaité arrêté de m’y rendre, les horaires n’étant plus compatibles avec mon boulot qui venait d’être acquis après le master en poche.

Au lieu de 5min à pieds pour aller à la salle communale, je dois désormais faire 10 petites minutes en voiture pour aller à Basic Fit : mais ça en vaut la chandelle ! Là-bas les machines sont neuves et suffisantes pour mon niveau, et les haltères vont jusqu’à 50kg au lieu de 40kg me semble-t-il dans ma salle communale. Il y a énormément de monde notamment beaucoup de jeunes, c’est très sympa de s’y entraîner, ça motive. Parmi ces pratiquants, certains sont très expérimentés : bonne grosse shape, pecs saillant du débardeur, gros bras, bonnes cuisses etc. Bref ça motive de ouf. Certains font même de la boxe à côté, du foot US, du stretching, du foot de salle je crois. Bref c’est intéressant.

Je ferai de la muscu jusqu’à ce que je ne pourrai physiquement plus en faire (ce qui peut-être n’arrivera jamais ? qui sait). J’espère pouvoir alterner entre petites salles communales, grosses salles de chaînes, et grosses salles privées + artisanales de différents pays et régions au cours de ma vie, pour tester les différentes ambiances et découvrir de nouveaux équipements, de nouvelles façons de penser, rencontrer de nouvelles personnes (même si je ne parle jamais beaucoup), découvrir de nouvelles mentalités. Les petites salles ou grosses salles "artisanales" ont souvent une ambiance différente des salles de chaînes, c’est + "sympa" de s’y entraîner. Après quand on voit le Scitek (actuel Cuttler) en Hongrie à Budapest, c’est vrai qu’on a grave envie d’y aller (+ grande salle européenne, c’est gigantesque, en heure de pointe il peut y avoir +300 gomuscus en même temps, y a des frigos de bouffe, équipement de très haute qualité, etc.).

Début en salle : problèmes par rapport à mes parents

La première fois que j’ai dit vouloir faire de la muscu à mes parents, aller à la salle communale donc, ça a été catastrophique. Mon père a commencé à imiter les gomuscus imbus d’eux-mêmes en bombant le torse tout en criant "Non mais la muscu c’est pas un sport, là-bas c’est juste à qui a les plus gros muscles, c’est de la GONFLETTE, il faut vraiment être CON pour faire de la muscu, ça ne sert à rien", ma mère complétait : "C’est rempli d’une certaine communauté (gays) en plus ! Et les filles se moquent des mecs musclés, faut l’savoir". Bref ils ont fait la gueule longtemps et ne supportaient pas, ça se voyait, que je leur parle de muscu.

Je rappelle qu’ils n’ont aucune culture du sport, et qu’ils n’aiment pas ça. Ils trouvent les sportifs relativement abrutis… Par ailleurs, l’une des premières phrases que ma mère a prononcées après ma première séance de muscu a été, adressée à mon père : "Alors, le coach est normal ou … ?" mon père "non il a l’air hétéro" :) :) :) bref…

Les parents d’aujourd’hui ont une très mauvaise mentalité, ne se rendent pas compte des bienfaits de la muscu en général. Leur esprit est embué d’innombrables préjugés homophobes, anti-sports, et surtout anti-muscu. Ils ne comprennent pas que oui, certains exos de muscu donnent de l’hypertrophie + force + endurance quel que soit le mouvement réalisé dans la vie quotidienne (squat, dév. couché, tractions, fentes, soulevé de terre), d’autres un peu plus sur des mouvements + précis (écartés haltères, legs press, curls, extensions triceps, etc.). Ils ne comprennent pas que ça renforce les muscles, allonge l’espérance de vie (corrélée à la force), que ça renforce les tendons. Alors oui, la muscu nique les articulations, les tendons et à force on finit par avoir mal au dos etc. MAIS ces inconvénients sont surévalués par rapport aux bienfaits que ça apporte. Enfin bref…

Je souhaite préciser néanmoins que j’ai eu la chance d’avoir mes entraînements intégralement payés par mes parents, nuançant ainsi mes propos précédents.

En plus de ces problèmes essentiellement liés à l’entraînement en lui-même, il y a eu également des soucis au niveau de la nouvelle diète que je souhaitais avoir. A tort, et je dis bien à tort !, j’ai dit à mon père que je devais "manger comme une vache" (citant certains YouTubeurs ainsi qu’un coach diplômé d’Etat de ma salle communale), ainsi je m’enfilais des bols énormes d’haricots rouges, de légumes, etc. : beaucoup de travail demandé à mon père, et évidemment ce fut une grosse erreur de ma part.

Mes parents ont eu l’impression que je faisais passer la muscu avant eux : après la fac, j’allais à la salle (normal…) 6j/7 me semble-t-il, pour 1h45 environ (bcp trop, erreur de débutant). J’arrivais tout de même à manger en même temps qu’eux, généralement.

Aujourd’hui, ça va mieux. Mes parents n’aiment pas trop que je parle de muscu, mais ils sont contents que j’en fasse. Il faut dire que les media se sont mis à en parler différemment. TF1 par exemple fait régulièrement des reportages comme quoi les jeunes font beaucoup de muscu, gym, etc. et la chaîne explique vite fait quels bienfaits ça peut avoir (attention, ils disent beaucoup de broscience, et vantent les suppléments&compléments alimentaires, à TORT). La mentalité de mes parents a légèrement changé donc.

Insomnies

Très tôt, les repas du soir beaucoup trop copieux, et le fait que je pensais trop à la muscu dans mon lit (ainsi qu’à l’aspect social, l’idée de me faire de nouveaux potes) sans doute aussi, ont développé des insomnies, qui ont eu lieu pendant un an et demi avant que je prenne conscience de la nécessité impérative d’arrêter de manger comme un gros porc plein de légumineuses, de fromage etc. J’ai encore + pris de gras… Etant débutant, les charges que j’utilisais alors ne justifiaient pas du tout tout cet apport kcal.

Je traîne parfois ces insomnies aujourd’hui encore, on n’en guérit jamais vraiment. Mais ça va beaucoup mieux, et je crois avoir trouvé le moyen de ne plus trop en faire. Pour ceux que ça pourrait intéresser : cela passer par plusieurs couvertures sur le corps qui exercent toutes ensemble une certaine pression (ça fonctionne TRES BIEN pour s’endormir, et maintenir le sommeil), par un repas à peu près normal le soir en terme de quantité, et surtout par le fait de penser à tout SAUF au sommeil/à l’endormissement/aux insomnies !

Je connais très bien les insomnies, donc si certains ici ont besoin d’en parler, n’hésitez pas. Sur un autre forum, j’ai déjà parlé à un gomuscu de 20 ans, on partage exactement les mêmes symptômes et j’essaie de l’aider du mieux que je le peux. Il devrait bientôt me faire un retour d’expérience.

Quelques erreurs d’entraînement

Pour la faire courte : j’ai été pollué par les explications des YouTubeurs et de certains forums. En France, tout le monde cherche à intellectualiser la muscu. Ainsi je me suis retrouvé à essayer de faire un programme avec fréquence x2 mêlant des séries très lourdes (courtes) (que j’essayais parfois d’allonger avec des reps forcées et des rest-pauses), et des séries lourdes (non-courtes).

Au final j’ai un peu progressé au niveau des charges, mais souvent en dents de scie, j’ai jamais réussi à maintenir des charges convenables. Niveau physique, j’ai surtout pris dans les bras et le dos.

Mais rien de ouf.

J’ai perdu 2 années à cause de toutes ces soit-disantes "études scientifiques et médicales".

Maintenant, je me suis davantage renseigné auprès de bodybuilders avec une trentaine d’années d’expérience et un gros physique, et j’applique leurs conseils. Je progresse enfin ! En terme de reps, de charges, de physique !

  • Les séries très lourdes, même allongées avec 2 ou 3 reps forcées avec rest-pause, réalisées en fréquence hebdomadaire x2 et mélangées avec des séries juste lourdes éventuellement avec des rep forcées + rest-pause, elles aussi en x2, ça ne permet pas de bien hypertrophier (en 2 ans j’aurais dû avoir un + gros niveau) ; quant à la prise de force c’est bof. Notons que je n’ai jamais réussi à utiliser des charges très lourdes sur aucun exo (dev couché, éventuellement haltères, squat, etc) et je suis passé plusieurs fois de genre 5 reps à 30kg au DCH à 12 reps à… 16kg….souvent mes perfs ont fait un yo-yo comme ça….

  • Faire uniquement des séries très lourdes pour les pecs n’a pas trop marché non plus, j’ai vite atteint des plateaux, j’ai pas énormément hypertrophié, et je ne sentais pas mes Pecs…. Bon de toute façon j’ai toujours du mal à ressentir ces muscles… Il n’y a que sur la machine assise non convergente de basic fit que ça le fait, en series min. 8reps

  • Je n’aurais pas dû essayer de mélanger (de cette façon-là en tout cas) le power et l’hypertrophie…

  • Je me suis intéressé au temps sous tension, aux dégressives de 5 secondes, au fait d’alterner les dégressives longues et les dégressives rapides de séance en séance, etc. : beaucoup de prise de tête à mon avis ! + difficile de compter les secondes qui passent sans être déconcentré de la série.

  • Pas besoin de manger énormément pour augmenter mes perfs ! Je mange juste 3 repas par jour et basta (petit repas au p’tit dej ,pas un gros). Ca suffit amplement. La seule chose qu’il faut vraiment compter, c’est genre les protéines. J’ai fait un tableur dans lequel j’ai répertorié les aliments que je mange fréquemment, j’ai fait 1 ou 2 repas-types et j’ai constaté que j’avais large de quoi faire en protéines. Depuis, j’ai arrêté de me prendre la tête, je bouffe ce qu’il y a à bouffer, c’est suffisant. Et si je manque de protéines, je sais qu’il me suffit de prendre un bout de fromage en plus et le pb est réglé. C’est vraiment le tableur qui m’a permis cette prise de conscience. Il m’a montré qu’au minimum, c’est-à-dire même avec les repas les moins optimaux, j’ai suffisamment de kcal et de protéines, et donc pas besoin de me prendre la tête.

  • Tout ce qui est "ne va pas à l’échec ni au-delà sinon tu ne progresseras pas" ===> perso je progresse de cette façon-là. Je n’ai jamais essayé de ne pas aller à l’échec ni au-delà.

  • Les conseils des YouTubeurs francophones du genre "ne pas aller à l’échec, faire de la force pour mieux hypertrophier" etc. ===> j’ai arrêté de les suivre, franchement c’est n’imp

  • Je progresse bien mieux depuis que je fais minimum 8 reps. Ma fourchette de reps c’est généralement de 8 à 16 reps. Car OUI, on peut aller jusqu’à une petite vingtaine de reps, y a PAS de souci, on prendra à la fois en hypertrophie, en force et en endurance. La preuve en est que je monte ENFIN les charges. Longtemps j’ai cru que seules les séries jusqu’à 5 reps seraient la clef pour la force : c’est sans doute vrai, mais tel que je l’avais fait je progressais moins vite + c’est dangereux pour les articulations, tendons et système hormonal/immunitaire/cardiovasculaire . Progresser avec des fourchettes "longues" (8 à 16, 12 à 20, 16 à 24 selon les exos et les muscles que l’on souhaite cibler), c’est beaucoup mieux.

  • Les exos à choisir en fonction de votre anatomie ? Cf. Delavier et Gundill ? Non c’est pas comme ça que j’aurais dû appréhender la chose. Même Delavier fait du squat alors qu’il n’a pas la morphologie pour (il dit d’ailleurs lui-même qu’il a un squat "dégueulasse, trop en avant"). L’idée, c’est plutôt de faire les exos connus et très plébiscités (exemple : squat) tout en sachant qu’on n’est biologiquement pas fait pour ===> il faut par exemple entre contrepartie renforcer grandement les lombaires (ce que fait Delavier), et ne pas mettre très lourd au squat, etc. bref prendre des mesures. Moi de mon côté j’avais, et c’était une erreur donc, choisi d’écarter le squat au profit de la legs press : je le regrette profondément ………… (quoi qu’on dise le squat est plus utile dans la vie de tous les jours + c’est l’un des principaux exos pour les haltérophiles donc quand je voudrai en faire je serai pénalisé par mon temps de non-pratique).

  • Temps de repos de 2min40 pour la majorité des exos, j’ai arrêté avec les supersets notamment sur les polys. Impossible d’avoir des séries homogènes avec le même nombre de reps… Ce qui engendre des difficultés pour mesurer les perfs, ou même pour progresser.

  • Je pense que je ferais de temps en temps des cycles de force et dhypertrophie plutôt que de mélanger les deux, enfin je verrai. Déjà là je vais taffer le bodybuilding et basta :)! Pour être sûr de ne pas commettre les mêmes erreurs.

Conclusion

Bon, bein c’est assez simple : je regrette de ne pas avoir commencé le renforcement musculaire dès l’adolescence, puis vers 14 ans la muscu. Je regrette de ne pas avoir fait de vrai sport tôt.

Je regrette de m’être entraîné en suivant les conseils des YouTubeurs francophones qui compliquent TOUT alors que la muscu c’est SIMPLE et honnêtement désormais j’y vais en mode nobrain et j’ai jamais autant progressé (preuve : courbes de tonnage à l’appui !!!).

Actuellement je suis donc en train de faire du pur bodybuilding, ce qui me permet d’acquérir SAINEMENT force, hypertrophie et endurance. D’ici 1 ou 2 ans, quand j’aurai une bonne shape, j’espère vraiment intégrer l’équipe de foot US de ma ville ! :)

Ce qui me plairait énormément également, ce serait de faire des figures de street workout, de reprendre le travail de stretching (que j’ai arrêté au bout de 4 ou 5 mois faute de temps), voire de l’haltérophilie. Pratiquer un sport de lutte serait sympa aussi… Beaucoup de projets en perspective, me direz-vous.

Voilà Voilà j’ai fini :) !

Edits divers

Aspect social des salles de muscu

On ne reconnaîtra jamais assez l’importance des salles par rapport à l’amélioration de la vie sociale des gomuscus.

Sans parler de moi, j’ai déjà vu des mecs qui clairement étaient au moins aspis à la salle. Ça se voit, ça s’entend. Certains ont quitté Basic Fit, peut-être pour arrêter définitivement la muscu (alors qu’ils commençaient à prendre, ça se voyait), peut-être pour trouver une salle à leur goût.

Mais je pense que la salle leur a permis de fréquenter d’autres personnes, peut-être d’échanger au moins un bonjour.

L’une de ces personnes, par exemple, aime bien parler avec moi entre 2 séries, c’est sympa. Ça les change un peu, ça contribue à les aider socialement.

Même en parlant des gens avec un esprit un petit peu plus "standard" : on constate dans toutes les salles de muscu que des groupes se forment, très ouverts, en salle on peut facilement papoter contrairement à ce qu’on pense. On peut aussi demander de l’aide.

Au lieu d’écouter de la musique, entre 2 séries, j’observe les gros gabarits de la salle, je tends l’oreille aussi, pour entendre çà et là quelque conseil avisé.

Et que dire de plus ? Que certains peuvent s’inviter au bar du coin après leur séance, etc. La muscu permet de prendre le temps de papoter, contrairement à d’autres sports où on ne prend pas de temps de repos.

La muscu, un mode de vie ?

Clairement la "" plupart"" des bodybuilders de 50 ans avec 35 ans de pratique disent que NON. Ils recommandent juste de faire gaffe à manger suffisamment mais sans prise de tête. Et la muscu, ça s’arrête à la porte de la salle quand on s’en va quoi.

Quand je vois les jeunes dépenser 100000 boules dans des supplements, se réveiller à 3h du matin pour bouffer etc…..

Sérieux les mecs….

Souvent ce ne sont même pas les plus balèzes, juste des planches à pain….

Au bout d’un moment faut pas devenir fanatique quoi….

Perso j’ai hâte de faire de la muscu jusqu’à 50 ans, 60 ans, 70 ans, mais jamais vous ne me verrez prendre des suppléments, ces arnaques… Ni me réveiller à 3h du matin.

Aller à la salle à 50 ans avec un gabarits de malade c’est déjà très glorifiant, pas besoin d’en faire +…

Édité par LaMatrice

+2 -0
Auteur du sujet

Je fais du « powerlifting », entre guillemets car je ne compte pas participer à des meets (pas la génétique pour ça), je m’entraîne juste pour faire de plus en plus lourd sur les 3 mouvements (Squat, DL, BP), pour ma satisfaction personnelle.

Avant (~1 an), je m’entraînais avec des poids, dans une optique de remise en forme car j’étais maigre. Mais je ne dirais pas que c’était du bodybuilding à proprement parler.

sgble

De quoi t’as pas la génétique pour ? Explique :)

Tu fais un full-body 3 fois par semaine avec 1 jour de repos entre chaque séance ? Tu fais des quintuplets, des triplets ou autre ?

Attention quand même. Le powerlifting ça nique les articulations, les tendons… A 40 ans t’auras mal partout…

Le bodybuilding c’est le top pour la santé, tu progresses en force en hypertrophie en endurance, et avec beaucoup moins de dégâts sur la santé. Et même quelques avantages.

Sujet intéressant car je commence dans ce milieu et ça va me permettre de faire un premier retour d’expérience après trois mois intensifs.

Je suis actuellement en semestre international au Canada. Mon université étant équipé d’une salle de musculation, je me suis dit pourquoi pas. Pour vous remettre un peu dans le contexte, il faut savoir que j’ai actuellement 21 ans et que je n’avais pas fait de sport depuis mes 15 hors sport scolaire et encore, je m’arrangeais pour en faire le moins possible. Bref, j’étais maigre, pas sportif. À la fin de ma prépa je me suis dit que j’allais changer ça, mon école française offrant un abonnement pour une salle de sport, c’était l’occasion. Finalement, je n’y suis allé que deux fois, la salle étant vraiment loin et je ne me sentais pas du tout à ma place. Ça m’a un peu dégouté.

Arrive le semestre international et je me dis que je vais ré-essayer mais au Canada. J’ai tout de suite accroché et je me sens beaucoup plus à l’aise dans mon corps et face au regard des autres. Je rentre fin décembre en France et je prendrais un abonnement dans une salle de sport. On verra si j’accroche autant qu’au Canada. Il faut savoir que j’y vais 5 fois par semaine, je suis une alimentation "prise de masse" conseillée par le coach avec des résultats extrêmement satisfaisant, je ne m’y attendais pas. :)

Wizix

Peux-tu décrire ce que tu entends par "résultats extreme t satisfaisants" stp ? :)

Passer de 6 ans sans sport à 5 séances de muscu par semaine en 3 mois, c’est intense. Fais gaffe à ne pas griller des étapes, je pense notamment au risque articulaire. Et au fait qu’il existe pas mal de légendes urbaines autour de la muscu et de la bonne manière de faire1. Je connais des gens bien plus calé que moi sur le question (un kiné qui se tient bien à jour de son domaine), je pourrais lui en toucherai un mot dans la semaine.

1: Soyons honnête, c’est pour ça que je suis ce sujet. :-°

Gabbro

Le corps n’est pas fait en sucre. Ce n’est pas avec des charges de débutant qu’on se nique les tendons et articulations, même sur 5j de travail, surtout en split. Mais même en uper lower ou quoi hein. Surtout si le gars fait du Bodybuilding et non du power

+0 -0

Peux-tu décrire ce que tu entends par "résultats extreme t satisfaisants" stp ? :)

C’est un résultat extrêmement satisfaisant par rapport à mes idées reçues de la musculation. Pour moi il fallait avoir la génétique pour que les muscles se dessinent vraiment, être suivi par des professionnels… Je pensais que Tibo était suivi par exemple. Aujourd’hui, par rapport à ma progression je me rend compte que c’est complètement faux. Je suis passé de 59kg pour 1m73 à 21 ans à 63kg en 3 mois avec des muscles apparent. Mon entourage l’a très rapidement remarqué (en plus de la prise de confiance !).

Je pense que j’avais une large marge de progression due à mon passé non sportif, je prend moins vite maintenant mais toujours avec autant de plaisir !

Édité par Wizix

+0 -0
Auteur du sujet

Ici quelques shapes que je me suis fixé comme objectif. J’aimerais m’en rapprocher.

(http://www.jeuxvideo.com/profil/bayo5?mode=page_perso il devrait d’ailleurs regarder de temps en temps ce topic, ça l’intéresse !) Image utilisateur

Dans le même genre :

Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur
Image utilisateur

===> Des shapes bien imposantes avec un peu de gras, à mon avis c’est atteignables sans être doppé à ce niveau de gras !

Sinon il y a aussi… :

Perso les physiques trop secs c’est pas mon truc, et c’est pas bon pour la santé

+0 -0

Je fais du « powerlifting », entre guillemets car je ne compte pas participer à des meets (pas la génétique pour ça), je m’entraîne juste pour faire de plus en plus lourd sur les 3 mouvements (Squat, DL, BP), pour ma satisfaction personnelle.

Avant (~1 an), je m’entraînais avec des poids, dans une optique de remise en forme car j’étais maigre. Mais je ne dirais pas que c’était du bodybuilding à proprement parler.

sgble

De quoi t’as pas la génétique pour ? Explique :)

Tu fais un full-body 3 fois par semaine avec 1 jour de repos entre chaque séance ? Tu fais des quintuplets, des triplets ou autre ?

Attention quand même. Le powerlifting ça nique les articulations, les tendons… A 40 ans t’auras mal partout…

Le bodybuilding c’est le top pour la santé, tu progresses en force en hypertrophie en endurance, et avec beaucoup moins de dégâts sur la santé. Et même quelques avantages.

LaMatrice

J’ai des bras et jambes longues, je ne suis donc pas avantagé naturellement pour faire le squat (porte-à-faux important qui me penche en avant) et le bench press (trop de distance à parcourir entre le torse et le verrouillage des coude).
Pour le squat, j’ai vu que le low bar me réussissait mieux, j’arrive plutôt bien à descendre mes hanches plus bas que les genoux à la descente, sans trop arrondir le bas du dos (mais je dois contracter très fort mes lombaires pour rester droit). Je n’utilise pas de chaussures de power/altéro, mais je pense que ça m’aiderait.

Sinon, non, je ne fais pas de full-body, je ne travaille que les 3 exos classique en force (pas plus de 5/6 reps sur les charges de travail), ainsi que l’Overhead Press debout (sans poussée des jambes), tout cela réparti sur lundi, mercredi et vendredi. (Lundi: Squat + BP ; Mercredi : Squat + OHP ; Vendredi: Deadlift). Au fil de ma progression, des exos d’assistance seront incorporées, mais pour l’instant je préfère laisser ça simple (et compatible avec mon emploi du temps).

Pour les articulations, tendons, je fais attention.
J’essaie de ne pas abuser des accessoires d’assistances (knee wraps) pour que les articulations s’habituent au fil du temps, et j’essaie d’avoir un bon apport de collagène (entre autres) dans mon alimentation.

J’ai déjà eu quelques soucis. Au début, on peut augmenter les charges assez vite en suivant une routine de force typique du genre 5×5. Du coup, faut clairement faire gaffe à ménager les articulations qui ne s’adaptent pas aussi vite que le reste.

Aussi, il faut savoir que j’avais commencé à faire de la musculation 1 an avant. Non pas en force, mais plutôt pour l’hypertrophie et la forme générale. Je suppose que mes articulations étaient donc déjà un peu adaptées à des tensions plus soutenues que la normale avant que je commence à faire de la force pure et dure.

+0 -0
Auteur du sujet

Salut @sgble !

Ah je n’avais pas compris que tu avais commencé par du bodybuilding excuse-moi :) ! Oui je pense que tes tendons et articulations s’y sont préparées. Attention quand même, il est évident que si en seulement quelques mois, tu augmentes beaucoup les charges grâce au powerlifting, tes tendons ne suivront quand même pas. La récup musculaire se fait plus rapidement que celle des tendons, qui elle même se fait + rapidement que la récup nerveuse (la plus lente).

Pour les accessoires, justement à mon avis tu devrais les utiliser. Ca me rappelle un bodybuilder qui utilisait des charges lourdes au squat (pourtant juste en séries de 8 à 20), il s’est niqué le bas du dos (double hernie discale) après avoir suivi le conseil d’un de ses potes bodybuilders qui lui avait dit de ne pas prendre de ceinture pour renforcer et hypertrophier les muscles du bas du dos (ce qui a marché cela dit). De plus, si tu fais ton squat deux séances de suite, c’est quasi-sûr que tu finiras par te blesser. Vraiment, je te conseille de prendre tes accessoires… En moins d’un jour, impossible pour tes articulations de récupérer suffisamment pour justifier la non-utiliser des accessoires… Après bien sûr tu fais ce que tu veux mais c’est clairement pas conseillé.

Je n’utilise pas de chaussures de power/altéro, mais je pense que ça m’aiderait.

Attention à la voûte plantaire quand tu fais du power

J’ai des bras et jambes longues, je ne suis donc pas avantagé naturellement pour faire le squat (porte-à-faux important qui me penche en avant) et le bench press (trop de distance à parcourir entre le torse et le verrouillage des coude).

Duuuuuur, fais comme Delavier, renforce beaucoup tes lombaires (il fait 4 ou 5 exos de 4 ou 5 séries chacun tous les jours je crois, ça lui permet de squater très lourd malgré sa mauvaise morpho - jambes longues comme toi).

Sinon moi perso ça fait belle lurette que j’ai arrêté de squater en lourd, je fais du 12 - 20 comme fourchettes de reps, c’est plus sain et ça procure hypertrophie, force et endurance c’est très bien comme ça. Par contre je fais en full-amplitude. Pas ATG quand même*

Édité par LaMatrice

+0 -0

@LaMatrice que ce soit clair, j’utilise bel et bien les accessoires ! j’essaie simplement de ne pas en abuser en les portant constamment pour un oui et pour un non (sauf pour la ceinture de force que je mets toujours dès que je mets +70 kg même si mon dos peut encore très bien assumer avec ces charges. Question de sécurité).

Ca me rappelle un bodybuilder qui utilisait des charges lourdes au squat (pourtant juste en séries de 8 à 20), il s’est niqué le bas du dos (double hernie discale) après avoir suivi le conseil d’un de ses potes bodybuilders qui lui avait dit de ne pas prendre de ceinture pour renforcer et hypertrophier les muscles du bas du dos (ce qui a marché cela dit).

Ouch ! Je ne comprends pas très bien le conseil qu’a malheureusement reçu ta connaissance. Je ne vois pas en quoi porter une ceinture de force l’aurait dispensé de contracter son dos pour le garder droit, et donc en quoi ça l’aurait empêché de travailler le dos.
De plus, pour renforcer et hypertrophier la zone des lombaires, il y avait des exos bien plus efficaces que le squat de toute façon !

Bref, porter une ceinture ça ne veut pas dire ne pas contracter ! Ça sert justement à mieux contracter le tronc !

Je n’utilise pas de chaussures de power/altéro, mais je pense que ça m’aiderait.

Attention à la voûte plantaire quand tu fais du power

LaMatrice

J’utilise des tennis plates de ville qui ont une semelle assez dure. C’est pas aussi idéal que des chaussons de rythmique ou des Converse (qui ont une semelle bien plus plate et fine), mais pour le moment ça fait le taf. Je compte me prendre des chaussures d’altéro à terme.

J’ai des bras et jambes longues, je ne suis donc pas avantagé naturellement pour faire le squat (porte-à-faux important qui me penche en avant) et le bench press (trop de distance à parcourir entre le torse et le verrouillage des coude).

Duuuuuur, fais comme Delavier, renforce beaucoup tes lombaires (il fait 4 ou 5 exos de 4 ou 5 séries chacun tous les jours je crois, ça lui permet de squater très lourd malgré sa mauvaise morpho - jambes longues comme toi).

LaMatrice

Oui, comme Delavier. D’ailleurs, je n’ai appris que dans sa dernière interview (dispo sur sa chaîne) que lui aussi était un longiligne. Heureusement, il y a le deadlift du vendredi qui est là pour me renforcer les lombaires. Pour ce mouvement, d’ailleurs, je n’ai pas de difficulté particulière. Même si mes jambes sont longues, je n’ai pas besoin d’abaisser énormément mes hanches pour pouvoir prendre la barre grâce à mes longs bras, donc au final je m’y retrouve.

Sinon moi perso ça fait belle lurette que j’ai arrêté de squater en lourd, je fais du 12 - 20 comme fourchettes de reps, c’est plus sain et ça procure hypertrophie, force et endurance c’est très bien comme ça. Par contre je fais en full-amplitude. Pas ATG quand même*

LaMatrice

Je suis incapable de faire du ATG propre sans surélévation des talons ! J’essaie simplement de placer mes hanches légèrement sous les genoux (je crois que c’est la règle officielle de l’IPF d’ailleurs). Un poil sous la parallèle des fémurs par rapport au sol.

Mais si tu ne fais pas de powerlifting, je doute que ça ait une si grande importance. L’amplitude de debout jusqu’à « à peu près les fémurs parallèles au sol » suffit à travailler les cuisses (et ce qui va avec) de façon bien assez satisfaisante pour de l’hypertrophie je pense. Tant que c’est pas du quart de squat bâclé, ça devrait aller ;)

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte