Reprise d'étude en mathématique

Master

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Salut les agrumes :)

Je vais expliquer un peu ma petite histoire pour bien remettre le contexte et ainsi pouvoir être aiguillé de manière optimale.

J’ai obtenue une licence de mathématiques à l’UPMC (nouvellement Sorbonne Université) en 2018 et j’ai donc intuitivement continué en master de mathématiques et applications au sein de la même université.

Il fallait choisir 2 UE de 12 ECTS à étudié (les 6 ECTS restant étant 3ECTS d’anglais et 3ECTS pour une UE orientation et insertion professionnelle) . Pour cela j’ai fais le choix des 2 UEs suivantes :

1) Probabilité approfondie

2) Statistique

A l’époque, je voulais m’orienter vers la finance, la data science ou encore le machine Learning. Ce sont des sujets qui m’intéressent encore à l’heure actuelle mais je ne souhaite surement pas en faire mon métier.

J’ai dut arrêter mon master en pleine fin de S1 suite à des décès dans ma famille très proche et j’avais à l’époque un poste de job étudiant dans une enseigne de grande distribution, alors j’ai stoppé la fac et je suis passé en 35H. Je me suis quand même présenté aux examens de Janvier sans avoir ouvert 1 seul poly et j’ai eu 40/100 aux deux UE.

J’étais pas super motivé pour reprendre la fac en Septembre 2019 plus le fait que l’on me propose un poste de responsable plutôt bien payé avec évolution m’a fait choisir la voie du monde du travail plutôt que les bancs de la fac.

Cela fait a peu prés 1 ans que je suis en 35H dans mon entreprise et je repense pas mal aux mathématiques, je lis pas mal de forum, je suis encore curieux sur tout ce qui touche aux science. J’ai ainsi pensé à reprendre la fac en Septembre en M1 maths à La Sorbonne si possible pour cette fois ci choisir les deux UEs :

1) Base d’analyse fonctionnelle

2) Fondements des méthodes numériques

Pour ensuite postuler au Master 2 mathématiques de la modélisation de La Sorbonne, plutôt sur les deux majeures suivantes : Analyse numérique et équations aux dérivées partielles ou Contrôle, Optimisation, Calcul des Variations .

Voila donc les questions que je me pose :

-Je souhaite faire de la modélisation sauf que la plupart des métiers proposé sur le site du master sont liés à la data science en entreprise ou alors des sujets de thèse. Ne sachant pas si j’ai le niveau pour pouvoir faire une thèse en milieu académique je me demande comment sont les débouchés liés à ce master ?

-En voyant les annales d’examens de l’UE Base d’analyse fonctionnelle j’avoue être un peu anxieux à l’idée de ne pas la validé , sachant que j’ai fais une UE d’analyse fonctionnelle qui était juste une introduction de 6 ECTS et que je l’ai validé de justesse, et que j’ai trouvé la topo de L3 pas super facile que j’ai également validé de peu. Pensez vous qu’il faille vraiment être une brute en maths pour valider cette UE?

-Dans le cas ou la plupart des débouchés du master de modélisation sont des thèses, le fait de sortir du master à 26 ans sera-t-il pénalisant ?

-Connaissez vous une manière de financer une reprise d’étude pour un salarié sans avoir à perdre son salaire ou du moins la totalité du salaire ?

-Savez vous comment cela se passe au niveau des admissions pour les reprises d’études? Dois-je avoir un super dossier pour être repris dans une telle fac que celle ci ou un dossier moyen mais venant de cette fac me donne quelques chances d’être repris?

Comme vous l’aurez compris, mon plus grand soucis étant de connaître vraiment les débouché de ce master puisque je renoncerai à un bon salaire pendant 2 ans alors je n’espère pas que ce soit pour être au chômage une fois mon master en poche…

Je sais que la plupart des gens vont me dire que je suis jeune et que je devrais pas me poser de questions mais j’ai déjà pas mal bifurqué dans mes études (notamment 2 année de médecine pour ensuite aller en L2 maths) alors je ne souhaite pas changer chaque année de voie.

Merci de m’avoir lu et merci d’avance pour les réponses à ce pavé :D

Bonne soirée.

Édité par Würtz

+0 -0

T’es tu intéressé aux cours du soir ? Ou le samedi peut-être ? (même si du coup, ça me semble moyen compatible avec la grande distribution).

Édité par ache

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0
Auteur du sujet

T’es tu intéressé aux cours du soir ? Ou le samedi peut-être ? (même si du coup, ça me semble moyen compatible avec la grande distribution).

ache

Oui bien sur j’ai également jeté un coup d’oeil aux formations proposé par le CNAM mais j’ai un peu l’impression qu’un Master en cours du soir sera plus faible (je parle pas en terme de connaissance mais j’ai du mal à mettre un mot sur ce que je pense clairement) qu’un master en formation initiale. Et puis je préfère me concentrer pleinement sur une seule chose que de me disperser.

Je garde quand même l’idée dans un coin de ma tête.

Merci Ache ;)

+0 -0

Salut !

-Je souhaite faire de la modélisation sauf que la plupart des métiers proposé sur le site du master sont liés à la data science en entreprise ou alors des sujets de thèse. Ne sachant pas si j’ai le niveau pour pouvoir faire une thèse en milieu académique je me demande comment sont les débouchés liés à ce master ?

Tu devrais pouvoir trouver ces informations sur le site web du master de maths (par exemple sur cette page dédiée à l’insertion professionnelle) ou en contactant un.e responsable de l’insertion professionnelle/du master/d’une spécialité du master par courriel (prenom.nom@upmc.fr fonctionne généralement).

-En voyant les annales d’examens de l’UE Base d’analyse fonctionnelle j’avoue être un peu anxieux à l’idée de ne pas la validé , sachant que j’ai fais une UE d’analyse fonctionnelle qui était juste une introduction de 6 ECTS et que je l’ai validé de justesse, et que j’ai trouvé la topo de L3 pas super facile que j’ai également validé de peu. Pensez vous qu’il faille vraiment être une brute en maths pour valider cette UE?

Le mieux est probablement d’essayer de contacter des étudiants du master, soit via un groupe Facebook soit une association (l’association des étudiants en maths si elle existe ou sinon une association généraliste).

-Savez vous comment cela se passe au niveau des admissions pour les reprises d’études? Dois-je avoir un super dossier pour être repris dans une telle fac que celle ci ou un dossier moyen mais venant de cette fac me donne quelques chances d’être repris?

Là encore le mieux est de contacter un.e responsable du master étant donné que chaque master a ses propres critères. Tu as été étudiant en licence là-bas donc ils connaissent les cours qui y sont dispensés et le niveau en sortie, je pense que c’est un point positif. Concernant l’arrêt dans tes études, si tu l’expliques dans la lettre de motivation et l’entretien je ne vois pas en quoi ça pénaliserais ton dossier (pas de façon significative en tout cas).

Corruptible avec des crêpes au sirop d’érable ou une bonne bouteille de Côteaux-du-Layon

+0 -0

En voyant les annales d’examens de l’UE Base d’analyse fonctionnelle j’avoue être un peu anxieux à l’idée de ne pas la validé , sachant que j’ai fais une UE d’analyse fonctionnelle qui était juste une introduction de 6 ECTS et que je l’ai validé de justesse, et que j’ai trouvé la topo de L3 pas super facile que j’ai également validé de peu. Pensez vous qu’il faille vraiment être une brute en maths pour valider cette UE?

Je ne sais pas qui fait le cours mais normalement rien ne nécessite d’être une "brute". Tes camarades ne seront pas nécessairement meilleurs que toi. Après, on va pas se mentir, l’analyse fonctionnelle c’est de la topologie et de l’analyse. Donc si tu n’aimes ni l’un ni l’autre, ça va être compliqué.

T’es tu intéressé aux cours du soir ? Ou le samedi peut-être ? (même si du coup, ça me semble moyen compatible avec la grande distribution).

ache

Honnêtement en maths je conseille pas. C’est déjà difficile d’avoir une offre d’enseignement en présence, alors à distance ça doit pas être facile de trouver ce qu’on veut …

+0 -0

Bonsoir,

Il se trouve que j’ai suivi à l’UPMC les deux modules de M1 qui t’intéressent. Cela fait quelques années, mais ce n’est pas si vieux que ça et je pense que tout n’est pas obsolète dans les infos que j’ai à disposition. Si tu le souhaites, on peut en discuter plus précisément en MP. Mais j’ai quand même quelques généralités qui peuvent intéresser tout le monde.

Ma première réponse serait de dire qu’il ne faut pas s’auto-censurer. Dans la formation, il y a des gens de tous les profils et y compris des étudiants de niveau moyen (c’était sans doute mon cas). En y consacrant suffisamment de temps (et d’intérêt !), il n’y a pas de raison de ne pas s’en sortir.

Pour autant, @Holosmos a raison, il n’est pas évident de comprendre et de réussir à manipuler les concepts d’analyse fonctionnelle sans être un minimum solide en topologie. Si tu as un ou deux ans de recul sur ce que tu as étudié en L3 en topologie et analyse, cela peut également être une aide car le temps peut vraiment aider à maturer les concepts. À condition de n’avoir pas complètement décroché.

Pour les méthodes numériques, les idées sous-jacentes sont en général un peu plus facile à appréhender, au moins pour les cas les plus élémentaires qui constituent le cœur du module. Pour autant, cela reste un cours assez riche et il faut être à l’aise avec l’outil informatique. Une bonne compréhension des espace LpL^p est indispensable. Et sur le plan mathématique, c’est finalement assez riche avec de la belle dualité et des considérations de géométrie dans des espaces fonctionnels. Il faut passer outres les préjugés du type « bouh c’est pas des maths », parce que les fondements théoriques sont centraux.

D’une certaine façon, les deux modules se répondent car l’un deux est plus théorique et l’autre s’oriente plus vers la physique mathématique et les connexions entre les deux sont intéressantes à étudier.

Enfin, concernant les débouchés, c’est très difficile de faire un pronostic personnalisé ; je connais toutes les situations : des étudiants (pas uniquement des étudiants de plus haut niveau d’ailleurs) ayant fait une thèse après le M2, d’autres sont partis dans le privé parce que la recherche ne leur a finalement pas plu, certains se sont dirigés vers l’enseignement secondaire.

Bonjour,

L’analyse fonctionnelle, c’est cool. Les stats, je trouve ça moins cool, mais il y a tellement de façon d’en faire que ça en devient terrifiant.

Pour la modélisation : je connais beaucoup de gens qui font de la modélisation et sache qu’il y en PAR-TOUT. Mais dans ces cas-là, ce n’est pas des stats qui sont utilisés mais des probas (ok, c’est très proche). Chaînes de Markov à gogo notamment, méthode de Monte-Carlo, etc … + évidemment des edp

Bref, si tu veux faire de la modélisation, je te conseillerai également de faire des probas.

Très honnêtement, j’ai des doutes sur le fait que l’analyse fonctionnelle (hors distribution et transformée de fourier) puisse t’être d’une grande utilité en modélisation. Mais si tu aimes les maths, tu trouveras sans doute ça passionnant.

Je t’envoie en MP pour te filer un polycopié d’analyse fonctionnelle fait pour te faire peur. Ca te donnera une idée du niveau maximum qu’on attend de toi.

edit : puisqu’en fait il est disponible sur internet, voilà le lien .

C’est un cours très bien construit. Difficile d’accès, mais qui te donnera une idée de ce à quoi ça ressemble. Et sans doute te fera comprendre pourquoi on a autant besoin de topologie :)

PS : Le mieux serait que tu envoies un mail au directeur de ton master en lui demandant un rendez-vous. Le problème de l’UPMC c’est que c’est une usine à gaz, donc il ne connait probablement même pas ton nom. Tu lui expliques les problèmes, et tu dis que tu es paumé et que tu voudrais savoir ce qu’il est possible de faire.

Édité par lhp22

+0 -0

Haha oui le cours de Gallagher c’est pas exactement représentatif des cours de l’UPMC … un peu comme si je mettais mes notes du cours de Viterbo …

Très honnêtement, j’ai des doutes sur le fait que l’analyse fonctionnelle (hors distribution et transformée de fourier) puisse t’être d’une grande utilité en modélisation. Mais si tu aimes les maths, tu trouveras sans doute ça passionnant.

C’est justement extrêmement important pour toutes les questions de compression à ondelettes par exemple. Donc bon, pas si mal

+0 -0

Haha oui le cours de Gallagher c’est pas exactement représentatif des cours de l’UPMC … un peu comme si je mettais mes notes du cours de Viterbo …

Holosmos

Ouh là, je sens qu’on a un peu trop suivi le même parcours :) Mon but était avoué : lui faire peur.

J’ai pensé à la compression par ondelettes, mais je ne vois pas trop le rapport avec la modélisation en fait. Après, je ne suis pas un expert. Mes connaissances en modélisation viennent des multiples discussions que j’ai eues avec des potes en modé

+0 -0

Pour la modélisation : je connais beaucoup de gens qui font de la modélisation et sache qu’il y en PAR-TOUT. Mais dans ces cas-là, ce n’est pas des stats qui sont utilisés mais des probas (ok, c’est très proche). Chaînes de Markov à gogo notamment, méthode de Monte-Carlo, etc … + évidemment des edp

Bref, si tu veux faire de la modélisation, je te conseillerai également de faire des probas.

Heu… Je fais de la modélisation, et je fais jamais de probas. Le monde de la modélisation numérique est beaucoup plus vaste que ce que tu sembles le penser. En terme de maths, ce qui me sert ce sont plutôt les EDP, l’algèbre linéaire, le traitement du signal, et les systèmes dynamiques. Et évidemment, une bonne dose de physique derrière parce que c’est ça que j’essaie de faire à la base.

J’ai pensé à la compression par ondelettes, mais je ne vois pas trop le rapport avec la modélisation en fait.

La transformée ondelettes (le principe mathématique derrière la compression) est sacrément utile (coucou les ondes gravitationnelles) pour écrire certaines equations et traiter certains signaux.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+2 -0

Oui. En effet, quand je dis EDP, c’est pas juste écrire trois dérivées partielles qui se courent après, c’est aussi tout ce qui tourne autour pour manipuler les espaces des solutions, les opérateurs différentiels et d’intégration, etc. C’est hyper-vaste et clairement l’analyse fonctionnelle est un outil indispensable.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte