lgbt

lgbt

a marqué ce sujet comme résolu.

Bonjour ou bonsoir à tous; voilà je ne sais pas si je suis au bon endroit et si j’ai le droit d’écrire ici, mais j’ai vraiment besoin de parler, de dire tout ce que j’ai à dire car je suis à bout. Ce que j’ai à vous dire n’est pas très important par rapport à certaines personnes qui vivent des choses bien plus compliquées et horribles. Je m’excuse d’ailleurs d’avance pour toutes mes fautes d’orthographes, il commence a se faire tard. Je vais d’abord commencer par le début.

Lorsque j’étais en 4ème donc en 2020 – 2021, nous étions encore un groupe de quatre filles qui se suivaient depuis la 6ème. On s’entendait toute super bien. Rien d’anormal quoi. Puis un jour on s’est embrouillées et c’est là que tout est parti en cacahuète. C’était en début d’année car on devait élire les délégués… et je n’ai pas voté pour une de mes amies. Je me suis donc retrouvée toute seule car elle n’avait pas accepté mon choix. Elles étaient toujours toutes les 3 et en soi, je ne pouvaient pas leur en vouloir car on m’a dit que c’était moi la fautive dans l’histoire. Toute ma classe me juger et me regarder très mal, je pouvais sentir leur regard me transpercer (sans abuser). Après ça, je ne voulais plus aller en cours, j’avais du mal à manger mais faisais des efforts pour ne pas inquiéter mes proches. Je ne voulais plus aller faire de sport et pleurer tout le temps. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à me dire que nous vivions dans un monde m*rde. Les gens sont cruels entre eux pour si peu, quelle honte ! J’ai aussi eu pour la première fois des pensées suicidaires. Au final grâce à un garçon de ma classe on s’est réconcilié mais qu’avec deux de mes potes. Ensuite, on devait faire un planning pour savoir quand manger avec telle personne… c’était un enfer.

L’été passe et vient le début de la 3ème (2021 – 2022). Et qui dit 3ème dit brevet ce qui au début ne me stressait pas du tout. Avec ces deux filles nous nous entendons encore mieux et j’ai commencé à vivre ma meilleure vie. J’ai même découvert un nouveau sport que je pratique avec ma meilleure amie. Ce sport c’est devenu toute notre vie. ( On y a rencontré plein de mecs super beau d’ailleurs.) Sauf que cette année il s’est passé un truc auquel je ne m’attendais pas mais pas du tout. J’ai toujours pensé être hétéro et même si je suis encore jeune bah oui j’en étais persuadée normal non ? c’est donc au mois d’octobre, on a décidé de fêter halloween chez une de mes potes. Nous étions six. Et parmi nous cinq, ma meilleure amie a décidé de dormir la tête dans mes s*ins. Je ne m’y attendais pas du tout car on se connais que depuis 4 ans et qu’elle connait notre autre pote depuis plus de 10 ans. Je l’ai quand même laissé faire car sur le moment la position était tellement agréable et elle était super mignonne. Après ça je ne me suis pas poser plus de question et c’est début décembre il me semble que ça m’a frappé. J’ai pendant un petit moment ignoré ce sentiment. Pour moi ce n’était que de l’amitié ou même de l’admiration car cette fille est vraiment géniale. A Noël j’ai commencé à discuter avec ma cousine et à une de nos sortis, j’ai décidé de lui dire que j’étais bi. Mi-janvier je décide d’en parler à ma sœur car elle aussi avait un truc très important à me dire. Elle ne me juge pas et m’encourage. Pendant un moment j’ai aussi discuté avec un garçon de ma classe à qui j’ai confié être bi mais il s’est avéré qu’il m’aimait et on a coupé les ponts (dommage). Maintenant plus rien ne va. Ma meilleure amie est encore plus tactile qu’avant et fait des choses qu’on ne faisait pas auparavant. Comme par exemple me faire très régulièrement des câlins, me dire que je sens bon, me demander des conseils en permanence, se déshabiller l’une devant l’autre, prendre une douche alors que l’autre est a côté… ce qui ne me dérange absolument pas, loin de là. Le problème c’est que dans ma tête c’est le bazar. Je suis jalouse pour un rien quand une fille (même de notre équipe de volley) ou un gars est trop proche et je n’en peux plus. En plus toutes les deux on parle tout le temps de garçons particulièrement de ceux de deux de notre club donc je n’arrive pas à connaitre ses réels sentiments envers-moi. Très régulièrement un gars c’est de nouveau rapproché d’elle et malgré le fait que ce soit mon meilleur ami je ne peux m’empêcher d’avoir envie de l’effacer de notre vie, de le dégager complétement. C’est d’ailleurs grâce à ce même garçon que j’en ai découvert mes sentiments pour ma meilleure amie car il était déjà amoureux d’elle en début d’année. Il m’arrive de pleurer de colère le soir car je commence à me dire que je n’aurai jamais ma chance. Voilà, normalement mes potes savent que je suis bi même si je ne leur ai rien dit et elles ne sont pas du tout homophobes car l’une de mes potes est aussi bi. Par rapport à l’an dernier, je n’ai plus aucune pensée sombre, je vais beaucoup mieux mais je me pose beaucoup de questions sur ma sexualité. J’ai aussi beaucoup de problèmes avec mes devoirs même si je suis une très bonne élève avec une moyenne très bonne. Environ une fois par semaine je pleure de colère / de stress / de nerf… je panique et m’énerve contre tout et rien.

Pour les questions : Est-ce que c’est normal qu’en étant bi que je sois plus attirée par les femmes que les hommes ? Comment ne pas confondre amitié et amour ? Est-ce que c’est normal d’être bi ou il faut forcément être soit hétéro soit lesbienne/gay… ? Comment je peux savoir si ma meilleure amie m’aime avec tout ce que je viens de vous dire ? Est-ce que c’est normal à mon âge de savoir déjà globalement par qui je suis attirée ? Est-ce que ce n’est pas juste un passage ? Vous pensez que si je décide de lui avouer mes sentiments plus jamais elle ne voudra me parler ? Est-elle attirée elle aussi par moi ou je me fais clairement des films ? J’ai encore pleins d’autres questions mais c’est plus compliqué d’y répondre. S’il vous plait aidez-moi Je vous remercie d’avance Très bonne journée / soirée

Pour les questions : Est-ce que c’est normal qu’en étant bi que je sois plus attirée par les femmes que les hommes ?

Oui, les sentiments ça ne se contrôlent pas, si c’est ce que tu ressens il n’y a rien de mal à ça. Dans la littérature et la vie réelle tu pourras constater que la palette des sentiments amoureux et d’attirances sexuelles sont très très variées.

Ta situation n’a rien d’anormal, elle est même plutôt commune dans le genre je dirais. Et de toute façon tant que cela n’a pas d’impact négatif pour autrui, pas de raison de s’inquiéter. ;)

Comment ne pas confondre amitié et amour ?

C’est très difficile, encore plus à l’adolescence où on se construit sexuellement et son identité. Mais même adulte parfois cela n’est pas simple de bien distinguer ce que l’on perçoit à ce sujet.

Il n’y a en tout cas pas de règles universelles, tu devras forger ta propre expérience.

Est-ce que c’est normal d’être bi ou il faut forcément être soit hétéro soit lesbienne/gay… ?

La bisexualité n’a rien d’anormale et le monde n’est clairement pas binaire entre hétéro et homo. Il y a toute une palette au milieu et même des possibilités supplémentaires.

Comment je peux savoir si ma meilleure amie m’aime avec tout ce que je viens de vous dire ?

Sans lui demander tu ne peux faire que des conjectures. Si tu as trop peur de lui en parler de but en blanc, tu peux ouvrir le sujet plus doucement. Si tu lui fais comprendre que tu es bi, sans être focalisée sur elle, il y a plus de chance qu’elle aborde le sujet que si elle pense que tu es hétéro, elle saura qu’elle a une chance dans ce cas et tenterait le sujet éventuellement.

Mais peut être que cela sera insuffisant malgré des sentiments réels pour toi, impossible à dire.

Est-ce que c’est normal à mon âge de savoir déjà globalement par qui je suis attirée ?

Oui. Chacun avance à son rythme et perçoit les choses différemment. À l’adolescence tu ressens beaucoup de choses, et certains parviennent plus vite que d’autres à savoir cela.

Est-ce que ce n’est pas juste un passage ?

Tes goûts peuvent évoluer avec le temps et l’expérience, rien n’est gravé dans le marbre. En tout cas les amis homo que j’ai connus à l’adolescence n’ont pas changé de bord par la suite, donc leur ressenti de l’époque était bel et bien réel et pas quelque chose de passager.

Vous pensez que si je décide de lui avouer mes sentiments plus jamais elle ne voudra me parler ?

Cela peut affecter votre relation, oui. La réaction des gens à ce genre de sujets peut être très variable et difficile à estimer à priori.

C’est complexe, lui avouer tes sentiments peut changer votre relation, mais ne rien dire peut te faire nourrir des regrets de ne pas avoir essayé, surtout si tu réalises des années plus tard que finalement c’était réciproque.

Un ami homosexuel a connu cela durant ses études, il avait un super pote dans son école et il l’aimait mais avait peur pour les mêmes raisons que toi de s’y lancer. Puis à la fin des études, quand ils étaient sur le point de se mettre 10 000 km de distance, il a réalisé que c’était un sentiment réciproque.

Il a beaucoup regretté, mais en même temps, si cela n’avait pas été le cas en tentant tout de même sa chance, et que la relation était terminée il l’aurait aussi regretté.

C’est difficile, et c’est à toi de décider quoi faire.

Est-elle attirée elle aussi par moi ou je me fais clairement des films ?

Honnêtement, je dirais que tout est possible.

+18 -0

Je ne vais pas répondre à tes questions car Renault s’en est très bien chargé ! Je souhaite juste préciser deux points.

Premièrement, il est tout à fait normal de se poser questions, notamment à ton âge, et il est tout aussi normal de ne pas avoir les réponses pour soi immédiatement, elles se construisent petit à petit avec le temps ! Pour les questions générales, il n’y a aucun soucis à les poser sur ce forum d’entraide. :)

Deuxièmement, bien que la période où tu t’es retrouvée toute seule et a eu des pensées suicidaires est passée, n’hésites pas à en parler avec quelqu’un de ton entourage si tu en ressens le besoin ! C’est malheureusement relativement courant et il n’y a aucune honte à avoir. :)

+15 -0

Je plussoie les réponses de Renault.

Est-ce que c’est normal d’être bi ou il faut forcément être soit hétéro soit lesbienne/gay… ?

Il y a toujours quelques lesbiennes/gays qui ne croient pas à l’existence des bis mais si tu veux mon avis c’est avant tout un manque d’empathie et sans doute un peu de jalousie ;)

Est-ce que c’est normal à mon âge de savoir déjà globalement par qui je suis attirée ?

Oui.

Est-ce que ce n’est pas juste un passage ?

Il existe des gens qui se découvrent une orientation homo ou bi à 50 ans, après avoir vécu une vie d’hétéro tout à fait sincère… en fin de compte peu importe si c’est pour la vie et combien de temps ça dure, dans tous les cas c’est quelque chose que tu vis et que tu ressens intensément.

Édit. :

Est-ce que c’est normal qu’en étant bi que je sois plus attirée par les femmes que les hommes ?

Y a pas de modèle standard 50/50 de la bisexualité, le mot bisexualité est une étiquette qu’on met sur les gens qui ne sont pas exclusifs à un genre, mais on trouve de tout chez les humains. Ça a été vérifié par de nombreuses études (la plus connue étant les études de Kinsey dans les années 50, qui ont donné la fameuse échelle de Kinsey).

Bonjour :))

Tout d’abord merci car je ne vous avez jamais remercié pour vos réponses qui m’ont beaucoup aidées.

Voila aujourd’hui je suis toujours aussi perdue malgré votre aide. Je ne suis plus du tout sur d’être bi car je suis certaine de ne plus rien ressentir pour les hommes. Le problème c’est que j’ai du mal à l’accepter. Je n’ai toujours pas parlé à ma meilleure que j’aime maintenant depuis un peu plus de 8mois. Je pensais avoir perçu de petits signaux mais je me rends compte maintenant m’être trompée.

Il y a quelques semaines nous sommes partis en voyage scolaire et avons dormies dans la même chambre. Nous partagions le même lit et on s’endormait tous les soirs dans les bras l’une de l’autre et main dans la main. Elle était vraiment très tactile.

Sauf que récemment un très vieux pote lui a déclaré sa "flamme" et elle n’était pas loin de lui dire oui. Il faut savoir qu’ils ont déjà été ensemble il y a 2ans. Pour le coup j’ai beaucoup flippé mais elle a finalement dit non. Ce pote reste maintenant tout le temps avec nous et personnellement je n’arrive plus a me le voir car il est beaucoup trop proche de ma meilleure amie. Ce mec est constamment avec nous et passe son temps coller a ma pote. Il est pire qu’une sangsue. Ce qu’elle me faisait a moi comme me caresser la main quand je dors sur elle… elle lui fait aussi. Elle nous a aussi dit qu’elle était tactile avec tout le monde comme ca. C’est donc a ce moment la que j’ai compris que toute ces petites attentions n’étaient pas dédiées que pour moi.

Une fois nous avons fait un jeu ou on devait boire, la question était "qui ici a des doutes a propos de sa sexualité" une de mes potes et moi même avons bu mais pas ma meilleure amie. J’en ai donc conclut qu’elle est hétéro et je n’ai donc aucune chance. La aussi je ne sais pas quoi penser ni quoi faire. Elle parle beaucoup de mec alors qu’avec mon autre pote c’est complétement différent. On s’envoie des comptes insta de meuf super belle… Alors qu’avec ma crush c’est la même chose mais avec des mecs ;-;

Elle m’a aussi proposé d’aller au bal ensemble et m’oblige a y aller. Elle m’a aussi proposé de bosser ensemble cet été en temps que baby-sitter. Comment ne pas se faire de film sur une éventuelle relation ?
Je ne peux pas lui parler de mes sentiments non plus par peur de tout gâcher

je commence vraiment a me sentir mal et ne sais pas comment gérer cette situation. Je vous remercie d’avance pour vos réponses :)))

Bonsoir,

Honnêtement, ta relation avec elle est tellement ambiguë, que je ne vois qu’une seule solution : il faut que tu éclaircisses avecvelle, et que tu lui en parles, que tu lui dises qu’elle t’attire, et que tu as parfois l’impression que c’est réciproque. J’ai déjà fait, m’accrocher à quelqu’un pendant des années, par incertitude, parce que parfois je pensais que mais j’osais pas. Ben c’est vraiment naze, on en souffre beaucoup pendant longtemps, on ne se permet pas de passer à autre chose, on regrette le temps qu’on perd. Si tu lui demandes, tu y es forcément gagnante : soit elle répond positivement, et vous arrêtez de perdre du temps, soit elle répond négativement, et tu peux psychologiquement passer à autre chose. Dans les deux cas, tu arrêtes de te torturee.

Bon, je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire 😕 La seule chose que j’ai su faire, c’est de m’éloigner de cette personne, et c’est franchement pas ouf non plus.

Par ailleurs, as-tu envisagé d’échanger avec des groupes d’aide lgbt ? Il y a des communautés qui sauront peut-être te conseiller par rapport à ta sexualité, ou t’apporter du soutien, etc.

+5 -0

Par ailleurs, as-tu envisagé d’échanger avec des groupes d’aide lgbt ? Il y a des communautés qui sauront peut-être te conseiller par rapport à ta sexualité, ou t’apporter du soutien, etc.

Merci pour votre réponse ! pour répondre à votre question c’est vrai que je n’y avais pas spécialement pensé. Est-ce que par hasard vous savez ou est-ce que je peux trouver des groupes d’aide lgbt ?

Ça dépend de la région, est-ce que tu en as déjà entendu parler autour de toi ? Est-ce que des associations ont pu intervenir dans ton école par exemple ?

Sinon tu peux essayer de rechercher "association lgbt" + le nom de la grande ville du coin, et voir ce que tu obtiens comme résultats.

Ça dépend de la région, est-ce que tu en as déjà entendu parler autour de toi ? Est-ce que des associations ont pu intervenir dans ton école par exemple ?

Sinon tu peux essayer de rechercher "association lgbt" + le nom de la grande ville du coin, et voir ce que tu obtiens comme résultats.

non jamais. Nous n’avons parlés que des relation hétérosexuelle mais rien de plus très bien merci beaucoup

Attention, gros pavé !

Voila aujourd’hui je suis toujours aussi perdue malgré votre aide. Je ne suis plus du tout sur d’être bi car je suis certaine de ne plus rien ressentir pour les hommes. Le problème c’est que j’ai du mal à l’accepter.

Dans cette période de questionnement sur tes attirances et tes sentiments, il est tout à fait normal de ne plus savoir quoi penser de ce que l’on ressent, de ce que cela signifie. On peut être sûr un jour, puis plus du tout le lendemain. C’est tout à fait normal ! Avec le temps, tu comprendras mieux ce que tu ressens et tu seras en mesure de choisir les étiquettes qui y correspondent le mieux. Pour te donner un ordre de grandeur, il s’est probablement passé une année entre le moment où j’ai accepté mon attirance pour les gars et le moment où j’ai accepté mon absence d’attirance vers les filles. Prends ton temps et n’hésites pas à utiliser l’étiquette (gay, bi, etc.) qui te convient le mieux sur le moment. J’insiste sur le fait que c’est toi seule qui peut décider de ce qui te convient le mieux (on n’est pas dans ton cerveau) et qu’il n’y a pas de soucis à en explorer plusieurs (une étiquette est une étiquette).

Je n’ai toujours pas parlé à ma meilleure que j’aime maintenant depuis un peu plus de 8mois. Je pensais avoir perçu de petits signaux mais je me rends compte maintenant m’être trompée.

Il y a quelques semaines nous sommes partis en voyage scolaire et avons dormies dans la même chambre. Nous partagions le même lit et on s’endormait tous les soirs dans les bras l’une de l’autre et main dans la main. Elle était vraiment très tactile.

Sauf que récemment un très vieux pote lui a déclaré sa "flamme" et elle n’était pas loin de lui dire oui. Il faut savoir qu’ils ont déjà été ensemble il y a 2ans. Pour le coup j’ai beaucoup flippé mais elle a finalement dit non. Ce pote reste maintenant tout le temps avec nous et personnellement je n’arrive plus a me le voir car il est beaucoup trop proche de ma meilleure amie. Ce mec est constamment avec nous et passe son temps coller a ma pote. Il est pire qu’une sangsue. Ce qu’elle me faisait a moi comme me caresser la main quand je dors sur elle… elle lui fait aussi. Elle nous a aussi dit qu’elle était tactile avec tout le monde comme ca. C’est donc a ce moment la que j’ai compris que toute ces petites attentions n’étaient pas dédiées que pour moi.

Une fois nous avons fait un jeu ou on devait boire, la question était "qui ici a des doutes a propos de sa sexualité" une de mes potes et moi même avons bu mais pas ma meilleure amie. J’en ai donc conclut qu’elle est hétéro et je n’ai donc aucune chance. La aussi je ne sais pas quoi penser ni quoi faire. Elle parle beaucoup de mec alors qu’avec mon autre pote c’est complétement différent. On s’envoie des comptes insta de meuf super belle… Alors qu’avec ma crush c’est la même chose mais avec des mecs ;-;

Je vais être franc avec toi : personne n’est omniscient donc la seule manière de savoir si ton crush a des sentiments pour toi est de lui demander à elle ! On ne peut pas déduire de façon fiable de tes paragraphes si elle a des sentiments pour toi ou pour le mec ou pour vous deux, si elle est naturellement tactile avec tout le monde ou pas, etc.

Elle m’a aussi proposé d’aller au bal ensemble et m’oblige a y aller. Elle m’a aussi proposé de bosser ensemble cet été en temps que baby-sitter. Comment ne pas se faire de film sur une éventuelle relation ?

De mon expérience, la seule façon est de ne pas se faire de film sur une éventuelle relation est d’être sûr de l’absence de sentiments. On en revient donc au même constat que plus haut : en discuter avec elle. Alors, il existe bien des solutions intermédiaires telles que demander à une connaissance en commun qui connaîtrait la réponse, mais il est fort probable qu’un léger doute subsiste et cela suffit pour se faire des trilogies dans sa tête.

Je ne peux pas lui parler de mes sentiments non plus par peur de tout gâcher

je commence vraiment a me sentir mal et ne sais pas comment gérer cette situation.

Je peux me tromper mais je pense que tu peux lui parler de tes sentiments mais que tu ne veux pas par peur de tout gâcher. Alors oui, il s’agit d’un pinaillage de vocabulaire mais il me semble nécessaire de marquer la différence entre pouvoir et vouloir dans le cas présent, notamment car tu dis commencer à te sentir mal. Je pense que tu vas devoir faire un choix entre rester dans cette situation d’inconfort très pénible et risquer peut-être votre relation amicale. À toi de peser le pour et le contre.

Personnellement, d’un point de vue extérieur et avec une petite dizaine d’années de recul, je te conseille bien entendu de ne pas rester dans cette situation d’inconfort et d’aller lui parler de tes sentiments. Il est certes possible que votre amitié ne soit plus exactement comme avant mais il me semble peu probable que cela entraîne des dégâts irréparables et même si c’était le cas, ta santé mentale passe avant !

Si jamais un jour tu te sens vraiment mal concernant ce sujet, n’hésites pas à te tourner vers une association telle que SOS Homophobie qui tient une ligne d’écoute et un chat en ligne !


Est-ce que par hasard vous savez ou est-ce que je peux trouver des groupes d’aide lgbt ?

Il y commence à y avoir un beau tissu associatif LGBT en France, notamment dans les grandes métropoles. Si tu cherches un groupe d’aide LGBT en présentiel, un bon point d’entrée sera le centre LGBT le plus proche de chez toi car ils connaissent généralement les petites associations pas très connues du grand public mais qui peuvent être très utiles. Certains centres LGBT sont membres de la Fédérations LGBT+. Si tu es proche de Paris, Lyon ou Clermont-Ferrand, il y a l’association MAG Jeunes LGBT+ qui est très chouette ! En ce moment c’est la période des Marches des Fiertés et il peut y avoir des stands associatifs ce jour-là donc n’hésites pas à te renseigner vers là aussi.

+4 -0

Bonsoir, euh, je ne sais pas trop par quoi commencer. J’ai fait ma rentrée au lycée il y a deux mois environ et ça s’est plutôt bien passé. J’ai fait la rencontre d’un garçon sauf qu’on n’a pas réellement appris à se connaître et on est sortis ensemble deux-trois semaines après la rentrée. Au début, tous se passaient bien. Il était super gentil et moi, j’étais plus tôt contente malgré le fait qu’il soit complètement différent en tant que petit copain. On a mis les choses au clair et franchement, notre relation était super et n’a cessé de s’améliorer, jusqu’à ce que j’ai une discussion à propos de lui avec mes meilleurs potes. Mon copain a eu des propos grossophobe et très peu appropriés envers mes amis. Aillant eu une grosse embrouille pendant mon année de quatrième avec elles, j’ai préféré les faire passer en première de peur de les perdre et ai donc largué mon copain. Je pense que c’était plus sur un coup de tête, parce que quelques jours après, on s’est remis ensemble. Après ça, je ne l’ai pas vu pendant une semaine, car nos emplois du temps ne correspondaient pas et donc ne nous permettaient pas de passer du temps ensemble afin de bien se retrouver. Les grandes vacances sont arrivées et j’ai appris de nouvelles choses à son sujet. Apparemment, il ne me laissait qu’une semaine pour revenir sinon il allait voir * ou encore un de ses potes qui lui demande comment s’est passé son coup avec *** et lui répond tout simplement qu’il avait laissé tomber parce que j’étais revenu. Je l’ai donc de nouveau largué et n’ai pas eu de nouvelle pendant une semaine, car apparemment, il avait cassé son téléphone (ça deuxième excuse était, j’ai perdu mon chargeur) jusqu’à ce que je revienne vers lui complément bourré. Je ne sais plus du tout ce que je raconte dans mes vocaux sauf dans un où je dis "depuis que tu es entrée dans ma vie, je refais des crises d’angoisse et je ne sais pas pourquoi. J’étais bien avec toi". Il m’a dit que je lui avais fait du mal, comme si c’était moi la fautive. Et je commence aussi à avoir des doutes au final. De plus, on partage la même passion : le volley ce qui fait que on s’est quand même beaucoup vu pendant nos vacances mais nous étions tous deux super concentrés sur les entraînement (pendant les vacances, il y a des minis tournois où on mixte tous les groupes ce qui permet d’affronter des personnes plus ou moins fortes et de s’améliorer.). Le lundi 7 novembre de la rentrée, on a fait que se croiser et je trouve ça insupportable. Pendant que j’étais en permanence, lui était dans celle d’à côté (nos permanences sont reliées par des grandes fenêtres donc on voit tout ce qu’il se trouve autour de nous.). Trois de ses potes de terminal (filles parce que ses potes sont composées majoritairement de filles) ont voulu me parler (je les connais aussi, mais plus de vu ou d’il y a longtemps.) et m’ont demandé ce qui s’était passé avec mon copain. Je sais que je peux avoir un minimum de confiance en elles et de toute façon, j’étais beaucoup trop stressée pour les "confronter" donc je leur explique toute l’histoire. Elles sont d’accord avec moi et lui ont déjà fait la remarque par rapport à ce qu’il a dit à mes amis. Elles me disent aussi qu’avec moi, il était complétement sincère et que là, il est vraiment triste même s’il ne le montre pas. J’ai beaucoup culpabilisé parce qu’il est mal à cause de moi, mais au fond, je le suis tout autant (du moins je suppose.).

Le problème avec mon copain, c’est qu’il a 15 ans, mais dans sa tête, il en a 4. Il est complètement immature (mais aussi sérieux à certains moments) et concrètement, ça ne me dérange pas, mais j’aimerais juste qu’il soit sérieux quand il le faut vraiment. On ne se connaissait pas si bien que ça et j’avais l’impression qu’il ne s’intéressait que très peu à moi pourtant, je sais que c’était le contraire.

Il paraît même que la première fois où il m’a dit qu’il m’aimait, il ne se souvenait pas de mon prénom.

Deux jours après, il a voulu m’embrasser sauf que j’ai paniqué et j’ai dit non mais sans vouloir le vexer, j’ai juste flippé. Au début de notre relation, j’ai dit que je ne m’attacherai pas par peur d’être blessée au bout deux semaines parce que c’est quelque chose que j’ai déjà vécu (l’abandon soudain et sans raison valable) et au final, j’ai l’impression d’être complètement accro à lui. Par exemple, quand je ne le vois pas au lycée, je m’inquiète de même quand il s’est blessé à son match et ça m’énerve.

Je me suis aussi faite jugée par tout le monde (les gens du lycée, ma famille, certains de mes potes/camarades de classe…) parce qu’on sortait ensemble et ça m’était insupportable, le regarde des autres, leur jugement… Au lycée, on ne fait que s’ignorer et je pense tout le temps à lui : en cours (j’arrive plus à me concentrer pourtant, je fais tous les efforts du monde.), quand je rentre (je pleure le soir pour tout libérer.) et il n’y avait que quand on était ensemble que j’avais un certain équilibre, je me sentais protégée et mentalement, j’allais mieux.

Sauf que je ne peux pas retourner vers lui une deuxième fois, j’ai peur que ses sentiments ne soit plus les mêmes et qu’au final, ce soit lui qui parte alors que c’est justement ça que je voulais éviter. Quand on sortait ensemble, il était toujours super fier que je puisse être là pour ses matchs, que je sois sa copine et ça me détruit comment est-ce que j’ai pu l’abandonner juste comme ça, juste parce que j’ai peur et que je n’ai pensé qu’à moi. S’il pouvait voir tout ça. Il me manque !

J’ai donc recommencé à faire des crises d’angoisses (ça a commencé en 4e près l’embrouille avec mes potes.), (en vrai, je ne sais pas trop comment on appelle ça.) mais je pleure beaucoup, j’arrive plus à respirer… Exemple en sport, on fait 3 x 500 déjà courir, c’est compliqué parce que je suis asthmatique, mais en plus, j’ai fait une crise et j’étais pas loin du malaise.

Je ne sais pas pourquoi je réagis comme ça envers mon copain… Mais là ça devient catastrophique

Mes amis ne sont au courant de rien sauf des crises (elles l’ont découvert au travers des vocaux, mais je me souviens plus comment.) que je fais et elles commencent à réellement s’inquiéter. J’aimerais aussi aller voir un psy, un pote me l’avait conseillé l’an dernier, mais je ne veux pas être un fardeau pour mes parents et qu’il dépense de l’argent juste pour ça.

j’étais aussi amoureuse de ma meilleure (que j’ai embrassé durant la soirée dont je parle un peu plus haut) et le fait que mon copain est débarqué comme ça m’a fait tout remettre en question.

Je ne sais pas trop comment finir ce pavé. Je m’excuse pour les fautes d’orthographe. Très bonne soirée et merci d’avance :)

Salut,

Là où je vois quelque chose que tu as pu mal faire, c’est que j’ai l’impression que tu n’as pas pris le temps de discuter avec lui des problèmes que tu avais rencontrés. Typiquement, apprendre qu’il a eu de mauvais propos, c’est un sujet à discussion sérieuse et posée avant de prendre une décision.

Maintenant, une relation qui te fait avoir des crises d’angoisse, c’est pas sain non plus, et c’est pas normal.

Il faut bien comprendre que pour une relation aussi jeune, tu n’as concrètement aucune obligation envers l’autre. À part essayer de te comporter un minimum correctement, tu ne lui dois rien. Mais tu n’as pas mentionné qu’il ait essayé de venir discuter avec toi. Rien ne t’empêche (moralement) de te détacher complètement de cette relation, et il s’en remettra, et s’il a des difficultés alors ce sont les siennes, ce n’est pas à toi de les gérer.

Mais pour démêler ce sac de nœuds, le mieux serait effectivement de consulter un psychologue. Notamment, des crises d’angoisse sont un symptôme fort et inquiétant. Ce n’est pas une question d’être un fardeau ou non : si demain tu te mettais à tousser du sang, tu irais consulter un médecin. Eh bien là c’est pareil, mais c’est pour ta santé mentale (c’est un exemple caricatural, hein).

Mais j’insiste, quand même, au vu des symptômes que tu nous décris (en passant, ce sont bien ceux d’une crise d’angoisse), c’est très important de consulter. Et ne pas le faire a toutes les chances d’amener à ce que ça empire.

Enfin, je précise qu’à 15 ans vous êtes encore carrément immatures. Il y a de grosses évolutions qui approchent, mais c’est encore le cas. Et notamment pour ce qui est des relations sociales, qui ont tendance à être très mal gérées par les adolescents alors qu’ils leur attribuent une importance énorme.

+5 -0

Il n’y a pas de questions explicites donc je suppose que tu avais surtout besoin de vider ton sac et il n’y a pas de soucis !

Bon, je ne vais pas commenter le gros pavé du début qui raconte une relation amoureuse somme toute assez banale, ni la partie sur l’immaturité.

Ça me semble plutôt normal de s’inquiéter pour une personne envers qui on a des sentiments (peut-être même d’autant plus quand ils sont réciproques), d’avoir des difficultés à se concentrer en cours, de ne pas savoir à quel point il faut s’attacher à la personne ou non, etc. Il n’y a pas de réponses toutes faites et je suppose que ça s’apprend au fur et à mesure par l’expérience. Si vraiment un des points devient gênant, n’hésites pas à en parler avec tes amies, tes parents et/ou un psy !

Concernant le sentiment d’être jugé par les autres, idem, parles-en ! En parler permet d’une part de prendre du recul et d’avoir des avis extérieurs, et d’autre part de demander de l’aide pour mieux gérer ça (car même quand on se fait des idées tout⋅e seul⋅e, bah ça peut plomber l’esprit et il faut apprendre à gérer ça).

Sauf que je ne peux pas retourner vers lui une deuxième fois, j’ai peur que ses sentiments ne soit plus les mêmes et qu’au final, ce soit lui qui parte alors que c’est justement ça que je voulais éviter. Quand on sortait ensemble, il était toujours super fier que je puisse être là pour ses matchs, que je sois sa copine et ça me détruit comment est-ce que j’ai pu l’abandonner juste comme ça, juste parce que j’ai peur et que je n’ai pensé qu’à moi. S’il pouvait voir tout ça. Il me manque !

Alors, il ne peut pas voir tout ça, c’est impossible ! Par contre, il peut l’écouter, ou à minima l’entendre, si tu le lui dis. Dans ce paragraphe, tu as tendance à te rabaisser (tu parles de l’avoir abandonné et de ne penser qu’à toi) ce qui est malheureusement assez classique mais il faut essayer d’éviter cela si possible. C’est positif de penser à soi et plutôt négatif de ne penser qu’à soi, et la balance ne me semble pas être du mauvais côté de ce que j’ai lu. Aussi, larguer quelqu’un ce n’est pas l’abandonner (il est autonome vis-à-vis de toi, ce n’est pas ton enfant). Bref, tu as des craintes et si tu souhaites éviter de les ruminer, le mieux est probablement d’en discuter avec lui.

Concernant les crises d’angoisse, je pense qu’il faut que tu cherches à te faire accompagner. Parles-en à tes parents ! Effectivement un suivi psychologique sur plusieurs séances ça a un coût et souvent ce coût n’est pas pris en charge, mais ce n’est pas de ta responsabilité du haut de tes quinze ans (environ). Certaines complémentaires santés prennent en charge quelques séances par an et il doit probablement exister des dispositifs dans les grandes villes pour avoir des consultations plus accessibles. Aussi, tu peux te renseigner du côté de ton lycée. Dans l’Éducation Nationale, il y a des infirmiers, médecins et psychologues scolaires, certes ils ne sont pas très nombreux mais ils existent ! Certains lycées organisent aussi régulièrement des ateliers de sophrologie qui pourraient t’être utiles.

+4 -0

Je me permets d’intervenir puisqu’on parle de coût de la psychothérapie pour préciser que, depuis début 2022, il existe un dispositif qui permet de rembourser des consultations avec un psychologue sur prescription du médecin traitant. Si jamais le prix devait être un frein à aller voir un professionnel, n’hésite pas à te renseigner sur cette possibilité.

Sinon, je plussoie mes voisins du dessus : tes symptômes, sans être graves (il ne faut pas dramatiser non plus) sont envahissants et ont un impact net sur ta vie quotidienne. Pour éviter les séquelles et notamment le décrochage scolaire qui ne semble pas impossible au vu de ce que tu décris, il y a une indication claire à rencontrer un psychologue qui saura t’écouter et t’apprendre à gérer correctement l’angoisse.

Bon courage à toi. :)

+4 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte