Recherche et reconversion professionelle

TW: c'est pas simple

a marqué ce sujet comme résolu.

Salut,

J’aurai besoin de vos conseils sur la suite de ma vie, rien que ça ;)

Pour ceux qui ne me connaîtrais pas, sachez que je suis fraîchement diplômé docteur en sciences après un parcours un peu plus long que d’habitude, dû au financement de ma thèse. Du coup, je suis dans la situation classique du docteur après-thèse: la continuation logique du parcours du chercheur, à savoir une pelletée de post-docs (comprendre, "CDD", si possible bien loin) suivi d’un éventuel recrutement sur dossier + concours se heurte au fait que je n’ai plus autant envie de bouger qu’avant, et que, de manière générale, c’est bien bouché, du coup, c’est sans garanties de résultats. J’ai bien tenté de déposer un projet de recherche en Belgique au FNRS (équivalent du CNRS), mais c’est à peu près mort.

Pour le moment, et afin de finir les deux ou trois bricoles qu’il me restait en stock de ma thèse sur le côté, je travaille pour un projet Européen qui à attrait au high-performance computing. Ce n’était pas le sujet de ma thèse, mais il s’agissait d’un de mes outils de travail, j’ai donc appris deux ou trois choses en autodidacte sur le sujet. D’un point de vue purement pratique, ça paye (très correctement) les factures, et ça va probablement être reconduit jusqu’à au moins 2025. Par contre, ça ne se passe pas comme prévu pour différentes raisons: projet défini en termes vagues, difficultés de financement (on est pas assez à être engagés), tensions politiques, [redacted], etc. En pratique, le projet tourne en service minium, et moi aussi, du coup (je me prend des murs quand j’essaye de faire avancer quelque chose). Ma motivation prend évidement un peu cher dans le processus. Par ailleurs, je n’exploite plus spécialement mes compétences, et je me rend aussi compte que je n’ai pas certaines compétences techniques qui pourraient être un avantage si j’envisage de persévérer dans cette voie (c’est des discussions qui ont attrait à des technologies de niche et à de l’infrastructure très spécifique). Gros syndrome de l’imposteur.

Il se trouve que j’avais prévu (en partie) le coup: en voyant l’état du monde de la recherche il y a quelques années (qui n’a pas changé depuis), j’ai préventivement converti certaines de mes connaissances apprises en autodidacte en un vrai diplôme, en faisant un bachelier une licence en informatique que j’ai obtenu sans trop de difficultés. Je suis donc un produit un peu particulier sur le marché du travail belge, puisque je suis un docteur avec des compétences certaines en informatiques (mais qui manque un peu d’expérience).

Bon, désolé pour le pavé, mais comme vous le voyez, il y a de l’émotif là derrière, et j’ai des bonnes vieilles phases de remise en question (comme celle que je traverse en ce moment). Je suis à peu près clair avec moi même sur le fait que si la situation n’évolue pas, j’irais voir ailleurs, parce que ce n’est pas tenable sur le long terme. Du coup, c’est la raison de mon message, et j’ai deux questions pour vous:

  1. Est ce que vous pensez qu’un profil comme le mien a une chance du côté des boites d’informatiques? Si oui, dans quelles mesures? (pour rappel, j’ai une seule expérience à mon compteur: faire des trucs pour ma thèse)
  2. Est ce que vous pensez qu’une formation sur un sujet ou l’autre pourrait être intéressant dans cette optique? [je ne demande pas spécialement quelles formations, mais plutôt si ça des trucs comme udemy ou autre, ça peut être facilement mis en avant]

De manière générale, si il y a des docteurs qui ont tenté une reconversion dans l’informatique et qui passent par ici, ça m’intéresse. Notez que mon profil peut également coller à du R&D dans l’industrie chimique/pharmaceutique, mais ça m’étonnerait que quelqu’un qui passe par ici aie de l’expérience à partager. Enfin, si tel est le cas, je prend aussi :pirate:

+1 -0

J’ai une collègue actuelle, en informatique, qui a un doctorat en chimie ; un ancien (donc j’ai perdu le contact) qui en avait un en astrophysique. Et un oncle qui bosse dans l’industrie chimique, mais en Suisse, ça t’intéresse peut être moins ?

Donc oui, la reconversion est tout à fait possible. Je te mets en contact si tu veux (MP moi).

Est ce que vous pensez qu’un profil comme le mien a une chance du côté des boites d’informatiques? Si oui, dans quelles mesures? (pour rappel, j’ai une seule expérience à mon compteur: faire des trucs pour ma thèse)

Oui !

Ma boîte a déjà recruté des gens qui avaient un profil scientifique plutôt qu’ingénieur informaticien. Si tu as des connaissances en informatique que tu peux prouver lors des tests ou des projets "portfolio" (logiciel libre ou projets étudiants) ça peut le faire.

D’autant plus que tu es jeune, tu auras probablement un salaire un peu plus bas pour ton âge mais ça ne fera pas une différence énorme car tu restes en début de carrière.

Est ce que vous pensez qu’une formation sur un sujet ou l’autre pourrait être intéressant dans cette optique? [je ne demande pas spécialement quelles formations, mais plutôt si ça des trucs comme udemy ou autre, ça peut être facilement mis en avant]

En soi toute preuve que tu sais programmer est bon à prendre. Tu as une licence en info + un doctorat, ce qui te manque c’est probablement de l’expérience maintenant pour avoir un CV bien fourni.

De manière générale, si il y a des docteurs qui ont tenté une reconversion dans l’informatique et qui passent par ici, ça m’intéresse. Notez que mon profil peut également coller à du R&D dans l’industrie chimique/pharmaceutique, mais ça m’étonnerait que quelqu’un qui passe par ici aie de l’expérience à partager. Enfin, si tel est le cas, je prend aussi :pirate:

L’avantage c’est que la Belgique a quand même pas mal de R&D et il manque clairement d’informaticiens. Pas impossible que tu trouves quelque chose.

La zone de Louvain la Neuve à cet égard a pas mal de startups ou de projets de recherche qui sait. Je crois que tu fais du Python, si tu veux tu peux tenter l’aventure Odoo (même si le projet ne te plaît pas, ça peut te servir à acquérir l’expérience nécessaire). :D

Sinon grâce au télétravail tu peux tenter l’aventure en Flandres aussi sans problèmes, le néerlandais n’est pas obligatoire dans notre profession en général. ;)

+3 -0

La zone de Louvain la Neuve à cet égard a pas mal de startups ou de projets de recherche qui sait

Je confirme. Ce ne sont pas les possibilités qui manquent.

Pour répondre aux questions : oui. Un profil scientifique a un intérêt certain pour tout employeur.

+1 -0

Du coup j’étends un peu la question. Avec un doctorat en chimie computationnelle, il peut prétendre à un travail de recherche, ou au moins de développement. Mais avec une license en info, même avec le côté scientifique et le portfolio, va-t-il pouvoir prétendre à quelque chose d’aussi stimulant, ou ça risque de rester assez basique ?

Du coup j’étends un peu la question. Avec un doctorat en chimie computationnelle, il peut prétendre à un travail de recherche, ou au moins de développement. Mais avec une license en info, même avec le côté scientifique et le portfolio, va-t-il pouvoir prétendre à quelque chose d’aussi stimulant, ou ça risque de rester assez basique ?

Cela dépend de ce que tu appelles stimulant.

Perso je pense que tout ce qu’un ingénieur en informatique peut faire en sortie d’école, il peut le faire en l’état actuel, de sûr avec un peu d’expérience dans les pattes.

Tout dépend après de ce qu’il cherche en terme de domaine d’activité, ce qui l’intéresse dans le développement, etc. Il faudra trouver la bonne boîte ce qui risque d’être le plus compliqué (mais c’est je pense le cas pour tout le monde).

Selon la spécialité peut être qu’il faudra un peu travailler chez lui ou se former avec des cours du soir par exemple (en réseaux, systèmes embarqués, autres).

+0 -0

Salut,

Le fait que les chimistes se reconvertissent dans l’informatique est une blague récurrente avec un fond de vrai (il y a quelques décennies, c’était la même avec les ingénieurs agro).

J’ai un certain nombre de connaissances formées dans un autre domaine et qui se sont retrouvée dans l’informatique. L’un parce qu’il a programmé suffisamment pendant son doctorat de physique pour se faire embaucher comme développeur C++ par une ESN. L’autre, ingénieur dans le nucléaire, a été formée par son ESN actuel (ils ont du mal à trouver des profils en info et recrutent d’autres genre d’ingés qu’ils forment).

Bref, transfuger d’un domaine technique vers l’info, c’est quelque chose qui se fait régulièrement sans problèmes majeurs, a fortiori si tu as une formation en info en plus. Il y a beaucoup de compétences transférables entre les domaines (sans parler des compétences que tu as, probablement sans le savoir, et que n’ont pas forcément les développeurs de base). La difficulté est plus dans la recherche d’une entreprise intéressante pour toi et qui est disposée à sortir un peu des rails.

Je suis passé par là, après ma thèse, je ne voulais pas faire des années de post-doc, pour peut-être avoir un poste, avant 5 ans plus tard par faire plus de recherche de fonds et d’administratif que de sciences. Donc je suis parti faire de l’info, sans aucun diplôme d’informaticien, mais avec une thèse en simulation.

Premier constat : ça se fait. Deuxième : ça fait tiquer certaines boites, donc ça réduit le champs des possible. Qui reste de bonne taille, cependant.

Pour être actuellement en (fin de) recherche d’emploi, après un master de physique, une thèse en simulation en mécanique des matériaux, et 3 ans à faire de l’informatique, je trouve des trucs. J’ai cherché en premier lieu à repartir dans la simu, dans le privée, et je me fais boulé de tout les postes. L’ai l’impression que les boites cherchent des gens de leur domaine quitte à leur apprendre (sur le tas, souvent) à faire de la simu, plutôt que des gens qui ont les bases, savent faire de la simu, mais doivent apprendre le domaine métier. C’est une erreur de mon point de vue, mais je constate que je ne parviens pas à obtenir des rendez-vous sur des postes simu…

Donc en second lieu, je cherche plus large, et je trouve des trucs. Sans même parler des marchands de viande, j’arrive à trouver des opportunités, et je peux me permettre d’être exigeant. Je pense que mon CV n’attire pas plus que ça, mais quand je choppe un entretien, ça se passe souvent très bien derrière.

Si c’est ce que tu veux, ça se fait sans problème. Le seul truc sur lequel je pense devoir te prévenir, c’est que revenir en arrière dans 2 ans si tu le souhaites pourrait être compliqué.

+0 -0

Je trouve personnellement qu’il manque la question : qu’est-ce que tu as envie de faire ? Déjà, est-ce que l’informatique te fait envie, et si oui, dans quel domaine ?

Moté

L’informatique est clairement une option: je code depuis longtemps, j’ai fait du développement pour ma thèse et j’ai contribué à ZdS. Du coup, ce qui colle bien avec ça, c’est:

  • Du R&D qui impliquerait plus ou moins de la simulation chimico-physique. C’est possible, mais je pense qu’on est encore 5 ans trop tôt.
  • De la data science, si je me forme, ça pourrait clairement le faire (j’ai eu une intro en licence, et je n’ai pas trop de difficultés avec les maths),
  • Sinon, vu que je suis clairement plus efficace en Python qu’en autre chose, du développement avec Django ou assimilé. Ou Oodo ^^

Pour être actuellement en (fin de) recherche d’emploi, après un master de physique, une thèse en simulation en mécanique des matériaux, et 3 ans à faire de l’informatique, je trouve des trucs. J’ai cherché en premier lieu à repartir dans la simu, dans le privée, et je me fais boulé de tout les postes. L’ai l’impression que les boites cherchent des gens de leur domaine quitte à leur apprendre (sur le tas, souvent) à faire de la simu, plutôt que des gens qui ont les bases, savent faire de la simu, mais doivent apprendre le domaine métier. C’est une erreur de mon point de vue, mais je constate que je ne parviens pas à obtenir des rendez-vous sur des postes simu…

Ça, c’est intéréssant. Je note :o

Si c’est ce que tu veux, ça se fait sans problème. Le seul truc sur lequel je pense devoir te prévenir, c’est que revenir en arrière dans 2 ans si tu le souhaites pourrait être compliqué.

Clairement, si je quitte le monde de la recherche, ce sera avec regret … Mais je sais bien que c’est définitif :)

+1 -0

Mon école d’ingé (en France) faisait la "pub" pour ses formations en essayant d’attirer des profils comme le tiens (enfin plutôt des bac +5 non info)
Un cursus de 2 ans permettait d’avoir un bac+5 en info. En plus la formation s’effectuait en alternance.

C’était il y a quelques années mais je pense que tu peux encore trouver des formations dans ce genre.

Bon courage

+0 -0

Dans ce cas, je pense que tu ne devrais pas avoir trop de mal à trouver dans Django et le web. Si c’est ce qui t’intéresse le poins, ça reste l’option de secours, avec la possibilité de mettre en avant tes contributions à zds, et si besoin de faire une courte formation orientée python et web.

Pour la data science, ça me semble à priori coller avec le profil d’un chercheur qui a fait du dev. Là aussi, je pense que tu dois avoir des formations pro disponibles, du genre "python pour la data science".

+0 -0

Tu m’en avais déjà parler au FOSDEM avant le covid. Il y a des opportunités !

Surtout que tu as un licence en informatique ! Je t’invite vraiment à postuler à des entreprises qui t’intéressent.

Du doctorat à ingénieur info ce sont des profils relativement courants. Je travaillai avec un doctorant en “écologie” (je me souviens pas très bien, mais il faisait du développement durable avant d’intégrer Sopra Steria).

+0 -0

Salut Pierre,

Je ressors mon cas: en sortant d’un doctorat en chimie organique, je souhaitais me reconvertir dans l’informatique. Finalement j’ai trouvé un job en chimie, mais il s’en est fallu de peu.

Voici la discussion en question lancée le 20 avril 2020, il y a peut-être quelques commentaires intéressants à lire pour toi: Reconversion dans l’informatique? (merci encore à la communauté!!)

A ta dispo pour discuter ici ou en MP ;)

P.S.Puisque qqn a mentionné une formation supplémentaire, j’ai eu de bons échos de l'EPFL Extension School. Un de mes meilleurs amis a fait la formation Data Science et c’était du très très solide. Mais avec à la clé un gros investissement en temps, et c’est très cher.

Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte