,

,

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Staff

comment lire un tutoriel et assimiler de nouvelles connaissances si on ne possède pas les bases suffisantes à sa compréhension ?

A priori c'est impossible. Il te faut trouver des ressources avec les bases. Un bon livre sur le sujet devrait le faire. Souvent, c'est le cas des cours d'introduction type L1 (qui demande quand même de savoir des choses de lycée). Souvent c'est intéressant de relier les connaissances nécessaires en maths, grâce par exemple au programme d'une licence ou autre qui forme les étudiants à ce que tu souhaites apprendre.

Mes études ne me permettent d'avancer à ce niveau là et je ne sais jamais ou commencer, ni comment m'y prendre. j'ai trouvé maintes et maintes réponses sur internet mais c'est toujours le même problème : par ou commencer ? que faire et avec quelles ressources ?

Trouver un bon livre, le potasser, et pratiquer. Je ne sais pas quoi dire d'autre. :D

+0 -0
Staff

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

j'ai toujours été curieux de tout, donc de différentes matières ou notions, ce qui porte à l'informatique, le droit, l'économie, la comptabilité.. mais sans jamais rentrer dans les détails.

Comment peux-tu être curieux tout en ne recherchant pas le plus loin possible ? Je veux dire, personne ne te demande d'être un juriste et d'avoir de telles compétences par exemple, mais si tu veux te renseigner sur la propriété intellectuelle, ça demande quand même de chercher l'information, la lire et aller plus loin via les références de l'article ou une nouvelle recherche d'ouvrages (par exemple). Cela ne sert à rien de s'attaquer à des notions avancées sans avoir les bases (logique) mais une fois les bases comprises, améliorer ses connaissances tient plus de la recherche, de la pratique qu'autre chose. La méthodologie est très importante quand on désire apprendre une matière. Il faut apprendre à 1) formuler une recherche 2) chercher l'information. Une fois un ouvrage trouvé (que ce soit un livre, un document PDF, un site…), le lire, chercher tout terme incompris, et pousser plus loin par une nouvelle recherche etc.

Et c'est la même chose pour tout domaine (physique quantique, électronique, maths, info,…). De fait, je me demande si ton problème n'est pas plus liée à un problème de méthodologie plus qu'à un problème de curiosité, de compréhension.

Mais t'en fais pas, ZdS est toujours au top : on a un tuto là-dessus ;)

Édité par Arius

Je rebondis sur un point sur lequel Arius et Aabu n'ont, à mon avis, pas explicité : comment savoir qu'on a trouvé la bonne ressource quand on débute ?

Quel que soit le domaine, il faut prendre le temps de comparer les ressources que l'on trouve. Des livres (par exemple, mais cela pourrait être des PDFs, articles, tutos…) qui, au vu de leur titre enseignent la même chose, peuvent se révéler très différents de par le niveau attendu de la part du lecteur.

Le mieux à faire (pour les livres), c'est de se rendre dans une boutique ou une bibliothèque, de prendre les livres qui parlent du sujet et de :
- jeter un œil sur la quatrième de couverture
- lire l'avant-propos : en général, cette partie contient une section du type "À qui s'adresse cet ouvrage/ ce livre ?"

Si en regardant ces deux éléments, tu te rends comptes que des connaissances sont requises et que tu ne les possède pas, tu écartes cette référence pour le moment. Tu pourras y revenir plus tard après avoir un peu étudié le domaine.

Une autre méthode est d'écarter systématiquement toute ressource nécessitant un niveau supérieur à la licence ou de niveau dernière année de licence/première année de master. Ces livres supposent du lecteur un niveau de connaissance… qui est celui qu tu cherches à acquérir !

À ce moment, un premier tri est déjà effectué.

Le second tri consiste à écarter les ouvrages trop simples ou trop spécifiques : en général ils se cantonnent à un domaine. Deux exemples pour bien comprendre, le premier qui s'adresse à quelqu'un qui connaît déjà son domaine, l'autre qui s'adresse à un débutant complet :
- "l'anglais des affaires" : ce titre suppose que tu veux connaître l'anglais utilisé dans le mon de des affaires et cet anglais-là en particulier. Il ne s'agit pas d'un ouvrage introductif à l'anglais, mais qui vise à donner au lecteur qui connaît l'anglais une connaissance/compétence supplémentaire : celle de connaître la langue, les termes anglais du monde des affaires.
- "Je maîtrise mon clavier sous Windows 8" : s'adresse à quelqu'un qui possède Windows 8, et dont le sujet est le clavier. À vérifier mais il est probable que les connaissances qui se trouvent dedans tu les aies déjà.

Dans tous les cas le meilleur moyen reste de lire le sommaire et le début du livre.

Au final, tu sais que tu as trouvé la bonne ressource quand :
- tu comprends ce qui y est écrit
- et tu apprends quelque chose de cette lecture

Autrement dit, tu dois te dire : "je ne savais pas ça, mais j'ai compris ce qui est écrit et j'ai appris quelque chose". À ce moment-là, c'est bon.

Enfin, il ne faut pas hésiter à partir de livres très basiques. La seule chose qu'il ne faut pas oublier c'est que lire un ouvrage pour débutant ne transforme pas en expert !

+1 -0
Staff

En fait, j'attendais une réponse pour y aller progressivement. :)

Le mieux à faire (pour les livres), c'est de se rendre dans une boutique ou une bibliothèque, de prendre les livres qui parlent du sujet et de : - jeter un œil sur la quatrième de couverture - lire l'avant-propos : en général, cette partie contient une section du type "À qui s'adresse cet ouvrage/ ce livre ?"

Il y a une troisième méthode, souvent ignorée : lire le plan, le sommaire du livre/du document/… Un bon livre introductif aura une évolution logique. Si, dans les premiers chapitres, il apparait certaines notions obscures et qu'elles ne contiennent pas une partie "introduction", c'est que l'ouvrage nécessite certaines bases souvent énoncées dans l'avant-propos.

La structure du livre est extrêmement importante. Tout livre dont le sommaire et l'évolution des chapitres vous semblent trop compliqué doit vous mettre la puce à l'oreille, vous vérifiez ensuite l'avant-propos pour confirmer/infirmer le doute.

Edit : Ah en fait, t'avais déjà abordé ce point (ça m'apprendra à ne pas tout lire avant de répondre >< ).

Édité par Arius

Enfin, il ne faut pas hésiter à partir de livres très basiques.

J'insiste sur ce point. Nombre de sujets que l'on n'aborde pas à l'école et sur lesquels on est de parfaits néophytes quand on commence à s'y intéresser ne sont absolument pas intuitifs. Il ne faut donc pas hésiter à commencer par lire des livres ou articles de pure vulgarisation, et de ne passer à un ouvrage de synthèse généraliste que quand on a déjà une certaine culture générale du sujet.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+3 -0

La structure du livre est extrêmement importante. Tout livre dont le sommaire et l'évolution des chapitres vous semblent trop compliqué doit vous mettre la puce à l'oreille, vous vérifiez ensuite l'avant-propos pour confirmer/infirmer le doute.

J'approuve totalement.

Encore une chose à propos de l'avant-propos : il contient parfois en plus des pré-requis la méthode d'apprentissage préconisée par l'auteur(e). Cela peut aussi donner un indice.

Une autre remarque me vient sur les titres : attention à ceux qui "promettent la lune" : "Devenez incollable en <domaine considéré> ! ". D'après mon expérience, ils ne proposent qu'un minimum, qui ne permet souvent pas d'aller bien loin ou d'approfondir si on le souhaite.

Edit : Ah en fait, t'avais déjà abordé ce point (ça m'apprendra à ne pas tout lire avant de répondre >< ).

J'ai failli mettre un TL;DR pour tout te dire. :)

Il ne faut donc pas hésiter à commencer par lire des livres ou articles de pure vulgarisation, et de ne passer à un ouvrage de synthèse généraliste que quand on a déjà une certaine culture générale du sujet.

J'approuve totalement, mais j'ai l'impression que dans l'informatique (je ne parle pas pour les autres domaines) on n'a pas réussi (ou très peu) à faire la distinction entre ce qui relève de la notion et ce qui relève de la pratique. Au final, on se retrouve avec des documents qui :
- soit relèvent du manuel applicatif
- soit relèvent de la théorie pure, le pas à faire pour passer à la pratique étant souvent important

Je ne sais pas pour d'autres domaines, mais vraiment en informatique j'ai l'impression que c'est tout l'un ou tout l'autre. À y réfléchir, je pense que c'est parce que les domaines sont liés entre eux.

+0 -0

J'aurai pu être l'auteur du même post tellement la ressemblance est flagrante (mis à part que je ne sois qu'en première). C'est vrai qu'on passe plus de temps à chercher la ressource qu'à la lire au final…

Je vais pas rajouter grand chose de plus, cependant un nouveau type de ressource qui peut nous épargner peut être une partie de ce travail de recherche : les MOOCS. Ça a l'avantage d'indiquer clairement les prérequis, d'être fait par des universités reconnues et donc par des gens compétents (je vais pas l'affirmer mais bon je pense ^^). La plupart sont malheureusement en anglais, mais bon il y a souvent des sous titres et certains sont en français. Le gouvernement a même une plateforme : FUN

Après tu as de plus grandes plateformes internationales : l'EDX (crée par le MIT et Harvard) et Coursera. Je peux pas tellement en juger le contenu, mais j'ai trouvé mon bonheur pour un petit moment. En espérant que ça puisse t'aider, bonne soirée.

Édité par Dr@zielux

+0 -0
Staff

Je vois souvent qu'il est très simple de se mettre dans un sujet même en étant un parfait néophyte (en dehors de l'apprentissage scolaire je précise), mais le problème majeur, c'est qu'il existe des tas de livres et ressources et qu'on ne sait pas réellement où commencer. Je ne pense pas qu'il s'agit d'un problème de méthodologie dans ce cas là.

Il est inutile d'essayer de prendre tous les livres qui existent ou se limiter à un seul. Si tu appliques les conseils donnés précédemment, tu vas dans une libraire, tu regardes quelques ouvrages, compare les sommaires, lis l'avant-propos et tu prends celui (ou deux ou trois) qui te semble(nt) le mieux. Les livres pour débutants commencent souvent par un mot très simple : "Introduction à", "Les bases de" ou encore "Fondements de". Après, il suffit encore une fois d'appliquer les conseils que nous avons donné, tu trouveras l'ouvrage qui te comblera. C'est garantit. ;)

J'ai parcouru divers tutoriels sur ce site et pour certains, il n'y a pas de précision concernant le niveau requis ou les connaissances requises pour la bonne lecture ; je pense qu'il serait nécessaire de le préciser car même si un membre lambda pourra lire correctement le tutoriel, un autre membre avec un peu moins de connaissance appréciera le fait de connaître la route à suivre avant de comprendre ladite ressource. (bien entendu, je ne critique pas votre site dans le fond, c'est juste une suggestion qui n'engage que moi)

En effet, mais c'est quelque chose que nous laissons à la liberté des auteurs. Certains tutos abordent ou font référence à des notions avancées qui n'intéressera vraiment que ceux qui connaissent déjà le domaine. Après, tu constateras que généralement les tutos introductifs sont assez facile à repérer. :)

Édité par Arius

J'aimerai ajouter quelque chose qui n'a pas encore été évoqué : n'hésite pas à apprendre avec une feuille de papier, même si tu as l'impression que les choses sont "simples". Il faut toujours prendre ce réflexe de, comme disait mon prof de physique en s'énervant, "travailler avec des crayons et un stylo".

Ce n'est pas pour mettre ta capacité de mémorisation en doute, mais simplement parce que ça te permet de :

  • garder une trace succincte de ce que tu viens de travailler, et que tu n'as donc pas besoin de revenir en arrière dans ta lecture.
  • voir visuellement ce que tu ne maîtrises pas et qui est demandé, pour y revenir plus tard.
  • éviter de contraindre ton esprit à tout retenir pendant que tu ramasses de nouvelles connaissances, tout en te permettant de voir si tu as bien compris de quoi il s'agissait.
  • faire des dessins, faire des liens, et globalement, tourner autour du sujet et ne plus être simple lecteur.

Ce qu'il faut voir, c'est qu'en sciences (à défaut de vraiment connaître d'autres domaines), tu apprends des théories de façon à les appliquer, c'est-à-dire à ce qu'elles aient un sens, et si tu ne fais pas l'effort toi-même d'entrer dans le sujet, tu resteras à la frontière des choses.

Evidemment, certains n'ont pas besoin de feuille pour faire cette effort (je connais quelqu'un dont je n'ose même pas imaginer les capacités de son esprit pour raisonner et se concentrer, on mise sur lui comme major à Ulm cette année), mais ce n'est jamais une perte, et tu en gardes une trace écrite, alors pourquoi s'en priver ?

De plus, en faisant cet effort, même des notions complexes et non intuitive, dont tu n'as pas encore le recul nécessaire pour en appréhender le sens, te servirons, car tu as potentiellement plus de chance de t'en rappeler et l'utiliser pour maitrîser les-dites notions dont tu avais besoin dans la suite de ton parcours.

Quand j'étais en Terminale, je n'étais pas vraiment très bon (je me suis pris des 9/20 sur des DS sur les trinômes), mais en travaillant, j'ai fini le programme de math en avance sur les cours, et j'ai passé la fin d'année à travailler des choses que je trouvais sur wikipedia. Bijectivité, injectivité, homographie, … beaucoup de choses m'étaient assez inaccessible, et pourtant m'ont énormément servi à comprendre vite en classe préparatoire !

En fait, pour vraiment englober ce que je dis dans la discussion, il faut que je parle de l'apprentissage : l'apprentissage, en soit, c'est faire des liens entre les choses, les concepts, les représentations, les exemples, les idées simplifiées/vulgarisées qui permettent d'appréhender un problème ou une théorie sans te faire bloquer par la rigueur. Et les méthodes d'enseignements, c'est justement d'essayer de construire ses liens à partir de choses que tu connais déjà. L'enseignement en autodidacte est plus poussé par la motivation de savoir faire les choses, et c'est pour ça qu'il vaut mieux faire des choses qui sont plus accessible à son niveau instantané, c'est moins contraignant et surtout plus facile que de toucher un domaine difficile. Mais ces liens peuvent aussi se faire dans l'autre sens, c'est à dire qu'une notion difficile, généralisée, dont tu n'as pas compris le sens en premier abord, peut se révéler être une source d'inspiration pour comprendre des choses qui sont conceptuellement plus simple, et c'est pour ça que les choses "difficiles" que tu peux trouver ne sont pas pour autant inutile : il suffit de les connaitre un petit peu plus que de nom, c'est-à-dire avoir au moins des idées vulgarisées dessus.

En tout cas, si tu fais des études supérieures (en particulier une prépa), tu auras tout ton temps (en fait, tu y passeras ton temps :p) pour développer cette méthodologie.

Le mot de fin : pour apprendre, il faut commencer par comprendre, et ça passe par un processus cognitif actif !

+1 -0

Un truc que j'ajouterai: Il faut accepter de se laisser du temps. Apprendre ce n'est pas une course.

On est parfois complexe par d'autres qui apprennent vite certaines choses, mais cette vitesse n'est une garantie de rien.

Par ailleurs, pour bien s'approprier certains concepts, savoirs ou savoirs faire il faut du temps.


En ce qui me concerne: les choix et les choses que j'ai fait dans ma vie ont fait de moi une personne avec des connaissances assez larges (je veux dire etendue sur pas mal de domaine) mais aussi avec une ou deux specialites. Au final, je suis toujours une quiche sur pleins de trucs: les maths, la physique, la bio, mais je sais que je peux encore m'y mettre…J'ai meme trouve des gens pret a m'aider pour les maths par exemple :)

Dans le labo ou je bosse j'ai appris a un collegue ma technique d'improvisation a la guitare (instrument que j'ai appris seul au debut dont j'ai ameliore la technique en jouant avec pleins de gens de differentes culture), et du coup il veut me "rembourser" avec des cours de maths Et lui les maths il les a apprises seul ! (enfin seulement les trucs de haut niveau pas la base…il est a l'ecole comme tout le monde :) ).


Conclusion Je reste persuade qu'on peut s'attaquer a quasiment n'importe quel domaine et en avoir une connaissance relativement avancee. La seule limite c'est le temps et la motivation. Quand on est jeune on ne pense qu'a la motivation, mais plus on vieillit plus on realise que le temps est tout aussi important :)

Édité par mrjay42

S'il n'y pas d'accents dans mes messages c'est parce que je suis sur un clavier norvegien :) ÅÅØØøøøÆÆÆ

+0 -0

La question des prérequis pour aborder des tutos est simple à régler amha. Quand j'ai débuté il n'y avait pas de sites comme le sdz, il fallait fouiller, sans hésiter à lire en anglais si besoin. Quand un document avait l'air intéressant, je le lisais. Si je bitais rien, c'est que j'avais pas les prérequis, du coup je passais à autre chose (en vrai parfois je lisais quand même en rêvant du jour ou j'arriverais à tout comprendre).

Mais je confirme que ça demande du temps et une motivation assez puissante. Les débuts en informatique, comme dans plein d'autres domaines, sont rarements agréables. Par contre quand on réussit à passer les difficultés du début, on a une satisfaction assez énorme, et elle alimente l'envie d'aller de plus en plus loin (on accepte d'affronter la difficulté parce qu'on sait qu'il y aura de la satifsaction derrière).

Blond, bouclé, toujours le sourire aux lèvres…

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte