Freud et la psychanalyse

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour à tous.

J'entends souvent parler de la psychanalyse (davantage dans le milieu littéraire que dans le milieu scientifique, ce que je trouve étrange) et je me demandais si je suis le seul à penser que Freud est un charlatan et que la psychanalyse est une pseudoscience. Plusieurs de ses théories sont totalement farfelues et ne sont basées sur aucune preuve expérimentale. Je trouve cela inquiétant, car la psychanalyse est encore employée pour employer des gens souffrant de troubles mentaux. Qu'en pensez-vous?

+2 -0

et je me demandais si je suis le seul à penser que Freud est un charlatan et que la psychanalyse est une pseudoscience.

Non tu n'es pas le seul : par exemple, il y a à peine quelques années, le philosophe Michel Onfray s'est lancé dans une espèce de croisade anti-psychanalyse qui a provoqué un certain remous. Il me semble qu'il a enregistré un certain nombre de cours audio sur Freud et ses disciples et sorti un livre sur le sujet, qui a, tu t'en doutes, été très mal reçu par plein de gens.

Personnellement ça ne m'a pas trop intéressé, je ne peux pas t'en dire davantage.

+1 -0

En réalité, la psychanalyse est testable, et un grand nombre de ses prédictions ont étés testées. Plus précisément, certains concepts comme le refoulement ou la répression sont testables expérimentalement, mais les résultats réfutent presque systématiquement la théorie psychanalytique. Il n'est pas si difficile de trouver des études assez anciennes sur le sujet (on peut citer la revue de Holmes date de 1974), mais aucune étude de ce type n'est effectuée de nos jours compte tenu de l'ensemble des évidences contre la psychanalyse. Après quelques recherches, j'ai trouvé cette revue récente de la littérature concernant le concept de répression, sans l'avoir lue en détail : Does Repression Exist ? Memory, Pathogenic, Unconscious and Clinical Evidence.

En tout cas, tout le reste de la théorie de Freud s'écroule une fois le concept de refoulement réfuté, et ce n'est pas tellement étonnant : les théories psychanalytiques sont particulièrement farfelues quand on y pense (complexe d’Œdipe, sexualité infantile, stade anal, toussa…). Le bilan est clair : théorie partiellement testable scientifiquement, totalement réfutée, et le peu qui est testable est utilisé pour construire une théorie pseudo-scientifique digne d'une des pires imposture intellectuelle du 20éme siècle (avec le post-modernisme).

Du point de vue des soins, on sait que les thérapies psychanalytiques sont inefficaces pour ce qui est du traitement de l'autisme et d'un grand nombre d'autres pathologies psychiatriques. Cela a fait débat dans les médias en 2004, lors de la publication d'un rapport de l'INSERM : les médias avaient parlé de la controverse concernant le traitement de l'autisme et d'autres pathologies similaires. Des associations comme l'AFIS (Association Francaise Information Scientifique), ainsi que de nombreuses associations de patients ou de parents d'autistes, combattent vivement la psychanalyse et son application dans les hôpitaux.

D'ailleurs, on peut s'étonner que seuls deux pays utilisent encore cette théorie pour soigner dans les hôpitaux publics : la France, et l'Argentine. Tous les autres pays n'ont pas une école psychanalytique influente et soignent en utilisant des classifications des troubles mentaux expurgées de l'influence psychanalytique (DSM et CIM). En comparaison, la France utilise encore beaucoup la Classification française des troubles mentaux de l'enfant et de l'adolescent, d'inspiration psychanalytique.

Et ne parlons pas des cas de faux souvenirs induits, qui font suite aux traitements psychanalytiques qui visent à se remémorer de prétendus souvenirs refoulés…

Édité par anonyme

+3 -0

En fait il faut clairement faire le distingo entre Freud, charlatan, mysogine, xénophobe, raciste, et j'en passe, et ses théories sans aucun fondement scientifique, et le développement qu'il y a peu avoir par la suite et qui mérite à priori le bénéfice du doute, comme l'a expliqué Mewtow.

Pour une comparaison avec les sciences, l'atome de Démocrite et l'atome que l'on a aujourd'hui n'ont en commun que le nom. Ainsi, les théories atomistes de l'époque de Démocrite sont des fumisteries sans aucun fondement. Dans le même registre, Aristote était probablement le plus mauvais de tous les scientifiques qui n'ait jamais existé: il s'est planté sur absolument tout.
Il n'empêche que l'atome est aujourd'hui un objet physique identifié, inscrit dans des théories scientifiques solides, et que peut être sans Démocrite il n'y aurait pas eu cette évolution.

De même que la péniciline est découverte par hasard, la psychanalyse a pu être découverte par hasard, malgré le charlatanisme avéré de Freud, ne serait-ce que par les questions nouvelles qu'il soulevait.

+0 -0

En fait il faut clairement faire le distingo entre Freud, […] mysogine, xénophobe, raciste, et j'en passe

Höd

Comme tout homme de son époque, à peu de choses près.

ses théories sans aucun fondement scientifique

Höd

Justement non : les théories psychanalytiques proviennent d'une application de la méthode clinique par de nombreux auteurs, qui n'aurait rien eu de problématique s'il n'y avait pas eu des cas falsifiés par Freud (et lui seul). Falsifications d'études de cas par Freud mises à part, c'est tout autant scientifique que les théories de Piaget ou que certaines études de la mémoire sémantique/épisodique, qui utilisent la même méthode.

EDIT : De plus, tout n'a pas été falsifié, et certaines observations de Freud auraient pu être valables. Par exemple, le cas du petit Hans n'a pas (à ma connaissance) été falsifié, et c'est ce cas qui mena à la première formulation explicite du complexe d’œdipe. Pas d'imposture dans ce cas là, donc on peut bien parler de théorie partiellement scientifique pour le complexe d'Oedipe. Complexe qui a d'ailleurs été testé, et réfuté dans d'autres études.

D'ailleurs, une partie des thèses de Freud sont une extension des travaux de Charcot (le maitre de Freud) sur l'hystérie, qui voyait l'origine de ce "trouble" dans un évènement traumatique refoulé. Travaux complétés par Janet et d'autres psychologues de l'époque, et qui n'ont jamais fait l'objet de critiques quand à d'éventuelles falsifications. L'hypothèse de l'inconscient et de son influence sur l'origine traumatique des névroses provient justement d'études de cas effectuées par Charcot, et non des études de cas falsifiées par Freud.

et le développement qu'il y a peu avoir par la suite et qui mérite à priori le bénéfice du doute, comme l'a expliqué Mewtow.

Höd

Le développement qui a eu lieu par la suite, c'est les théories non-testables scientifiquement de Lacan, Jung, et d'autres charlatans. Pas le moindre bénéfice du doute autorisé, vu que ces développements ont été construits explicitement pour ne pas être testables.

Et si tu parles de la découverte de l'inconscient cognitif (strictement rien à voir avec l'inconscient Freudien, vraiment), sache que celui-ci a été découvert à la suite de l'étude du cas d'Henri Molaisson, avec l'étude de la découverte d’apprentissages non-liés à la mémoire déclarative : aucune parenté avec le travail de Freud.

Édité par anonyme

+0 -0

En fait il faut clairement faire le distingo entre Freud, […] mysogine, xénophobe, raciste, et j'en passe

Höd

Comme tout homme de son époque, à peu de choses près.

C'est absolument faux. C'est du même acabit que de dire que tous les allemands des années 30 étaient des nazis. Par ailleurs les lettres avec Einstein prouve même le contraire, à savoir que Freud est un enculé pendant qu'Einstein est raisonné.

ses théories sans aucun fondement scientifique

Höd

Justement non : les théories psychanalytiques proviennent d'une application de la méthode clinique par de nombreux auteurs, qui n'aurait rien eu de problématique s'il n'y avait pas eu des cas falsifiés par Freud (et lui seul). Falsifications d'études de cas par Freud mises à part, c'est tout autant scientifique que les théories de Piaget ou que certaines études de la mémoire sémantique/épisodique, qui utilisent la même méthode.

Oui mais tu peux falsifier ce que tu veux pour le faire paraître scientifique. Quand Freud t'explique que quand il a des idées que d'autres ont eu avant lui il peut se les attribuer parce qu'il n'a pas eu référence à ces gens là, qu'il peut dormir pendant les séances de psychanalyse, que les effets de la psychanalyse ne sont là que si tu payes la séances en cash, que parce que sur la plage il a eu envie de sauter sa mère alors tous les petits garçons ont eu, ont et auront envie de sauter leur mère, il faut pas cherche très loin pour voir l'imposture. :-)

Le développement qui a eu lieu par la suite, c'est les théories non-testables scientifiquement de Lacan, Jung, et d'autres charlatans. Pas le moindre bénéfice du doute autorisé, vu que ces développements ont été construits explicitement pour ne pas être testables.

Et si tu parles de la découverte de l'inconscient cognitif (strictement rien à voir avec l'inconscient Freudien, vraiment), sache que celui-ci a été découvert à la suite de l'étude du cas d'Henri Molaisson, avec l'étude de la découverte d’apprentissages non-liés à la mémoire déclarative : aucune parenté avec le travail de Freud.

Mewtow

Non, je ne parle de rien de tout ça. Je dis qu'à priori il faut pouvoir en première approche faire la distinction entre le personne et sa théorie, et les developpements qui peuvent porter le même nom par la suite et qui peuvent être digne d'intérêt. Tu nous dis, exemples et preuves à l'appuie que ce n'est pas le cas et je te crois volontier. Mais on aurait pu démonter le personnage de Freud et ce que la psychanalyse moderne soit efficace.

+0 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Du point de vue des soins, on sait que les thérapies psychanalytiques sont inefficaces pour ce qui est du traitement de l'autisme et d'un grand nombre d'autres pathologies psychiatriques.

Mewtow

En même temps je ne pense pas que l'autisme soit une pathologie, déjà c'est un terme qui regroupe de nombreux cas qui peuvent être très différents. Ce qui fait que la définition est assez vague. Ensuite pour moi, dire que l'autisme est une pathologie est aussi pertinent que dire que l'homosexualité est pathologique.

+1 -1
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte