Recherche de stage à l'étranger dans le Spatial

(de 4 mois)

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour à tous !

Je m'appelle Guillaume est je suis actuellement en année de césure entre ma deuxième et troisième année d'école d'ingénieur. Le principe de la césure (dans mon école du moins) est de faire plusieurs stages dans des entreprise ou des laboratoires pendant toute l'année et il faut que j'en fasse un à l'étranger.

Si je viens vers vous c'est que je cherche des entreprises du domaine de l'aérospatial situées à l'étranger pour effectuer mon dernier stage. Je cherche en priorité dans des pays anglophones. Il n'est pas évident de les trouver parce que elles ne font pas nécessairement beaucoup de pub au grand public…

Pour le Royaume-Uni, j'ai déjà trouvé SSTL et Thalès Alenia Space UK. Pour les Etats-Unis, j'ai pensé à la NASA qui ont des programmes spécifique pour les étrangers, SpaceX, Space Systems Loral, Lockeed Martin, Blue Origin.

Y en a déjà pas mal mais j'aimerais multiplié mes chances !

Merci beaucoup pour votre aide !

Guillaume

+1 -0

Attention, l'aérospatial est un domaine très protégé en général par les pays, ils ne laissent pas n'importe qui s'approcher de ces secteurs, encore plus un stagiaire étranger. Je pense que certains pays comme les États-Unis te seront inaccessibles avec ce status (si tu es européen).

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+0 -0

Thales et non Thalès (pas d'accent)

Le problème des sociétés aérospatiales américaines c'est que souvent elles travaillent pour le civil ET le militaire et souvent les règles du DOD (Department of Defense) s'appliquent à tout le monde, en tout cas pour les vrai jobs, ce qui implique d'avoir la nationalité US ou la Green Card au minimum.

Pour les stages les règles sont peut-être différentes, mais pour avoir été dans une entité Thales, les personnes de nationalités hors UE ont le droit à un chien de garde en permanence (même aux toilettes) et ils n'ont quasiment accès à rien au niveau informatique. Pour un stagiaire UE il y a pas de différence avec un stagiaire "local".

D'autre part tu ne parle pas du domaine du stage ? Mécanique ? Electronique ? Informatique ?

+2 -0
Staff

En Europe, tu peux regarder du coté de Cenaero (qui bosse aussi dans le spatial de mémoire). ^^

Tu peux rayer Lockeed Martin de ta liste cela dit. Ils appliquent à la lettre les règles du DoD et avec les fuites d'informations sur les projets militaires qu'il y a eu lieu y'a pas très longtemps, ils sont beaucoup plus stricts quant à qui entre dans la boîte et les accès dont il disposera.

Édité par Arius

Auteur du sujet

Merci pour vos réponses ! C'est bien ce que je pensais au début de ma recherche de stage… Mais je vais tenter quand même ! ça coûte rien d'envoyer un CV.

À terme j'aimerais bosser dans l'AOCS/SCAO de satellites. Je fais une majeure Automatique en 3ème année donc j'aimerais trouver un stage en automatique ou en robotique !

+0 -0

Pour les stages les règles sont peut-être différentes, mais pour avoir été dans une entité Thales, les personnes de nationalités hors UE ont le droit à un chien de garde en permanence (même aux toilettes) et ils n'ont quasiment accès à rien au niveau informatique.

Pour les accès informatiques à Thales, même les employés n'ont pas accès à grand chose…

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+2 -1

En Angleterre, il y a Reaction Engines Limited. Je m’y suis cassé les dents l’année dernière (ils n’avaient pas les moyens de prendre des stagiaires) mais tu peux tenter ta chance car une de mes connaissances a un ami qui a pu y rentrer comme stagiaire il y a plusieurs années.

Pour la NASA, ils ne prennent que des américains d’après leur site.

On m’avais parlé du centre spatial suisse à l’EPFL.

« LaTeX is to a book what a set of blueprints is to a building » (Paul Dulaney) | Mon planétaire

+0 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Peut être qu'une meilleure chance de parvenir à ce domaine est de ne pas viser les grands groupes ou grandes institutions (peu de places pour beaucoup de demandes, sans compter que de par le secteur les contraintes d'activité sont grandes).

Un moyen de contourner cela est d'aller vers des structures plus petites, souvent des sous-traitant. Ils ne permettent pas de voir un produit aérospatial complet, mais cela permet de construire des pièces à cet usage (comme des composants d’une fusée). Ainsi, tu es dans le domaine en t’imprégnant des contraintes, mais uniquement de certains composants. Cela est je pense plus accessible et potentiellement plus enrichissant.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora.

+2 -0

Peut être qu'une meilleure chance de parvenir à ce domaine est de ne pas viser les grands groupes ou grandes institutions (peu de places pour beaucoup de demandes, sans compter que de par le secteur les contraintes d'activité sont grandes).

Un moyen de contourner cela est d'aller vers des structures plus petites, souvent des sous-traitant. Ils ne permettent pas de voir un produit aérospatial complet, mais cela permet de construire des pièces à cet usage (comme des composants d’une fusée). Ainsi, tu es dans le domaine en t’imprégnant des contraintes, mais uniquement de certains composants. Cela est je pense plus accessible et potentiellement plus enrichissant.

Renault

Faut voir l'école et le CV. Je suis diplômé de Supaéro, école de référence dans le domaine spatial en France, et on a régulièrement des élèves qui partent à l'ESA, la NASA, le JPL (et je soupçonne que le PO soit aussi de Sup').

En France tu vas avoir le CNES qui recrute beaucoup de stagiaire. EN Suisse, il y'a aussi le Swiss Space Systems (S3). Tu peux éventuellement regarder du côté des agences Japonaises si jamais tu es intéréssé.

Après, c'est la durée qui me chiffonne : 4 mois c'est assez peu et ca rend plus difficile l'obtention d'un stage, surtout dans un domaine aussi demandant que le spatial.

+0 -0
Auteur du sujet

Bah sur plein de sites de recrutement, ils proposent des summer co-op/internship qui durent trois mois. Je me dis qu'en négociant un peu je dois pouvoir faire passer ça à 4. C'est ce que j'ai fait pour mon premier stage.

Je pensais aussi passer par des sous-traitants si jamais ça passe pas par les grands groupes.

+0 -0

Quand je travaillais dans l'aérospatial en France, nous n'avions pas de réelles restrictions sur nos stagiaires. Ça posait un sérieux frein uniquement à l'embauche, par la suite.

Par contre, il ne fallait pas s'attendre à travailler directement sur nos projets. On leur donnait souvent des sujets un peu annexe (outils métier, POC, etc.). Ce qui n'est pas plus mal dans un sens…

Shave the whales! | Thistle

+0 -0

Je te conseille de postuler à toutes les offres qui t'intéressent dans toutes les boîtes, le plus rapidement possible. Tu pourras toujours te désister, si tu as plusieurs réponses.

Par contre, soigne toutes tes candidatures. Les étudiants qui envoient des templates, voire des mails automatiques, ça se voit…

Shave the whales! | Thistle

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte