Ecrire son blog de science

Des conseils, des avis, des retours sur des expériences passées ?

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour !

Pour commencer, il me semble qu’un petit aperçu de ma situation puisse aider la discussion. Je fais des études de maths (actuellement en L3), et bien que les cours soient passionnants (enfin, plus ou moins, mais dans l’ensemble, on s’amuse bien en maths quand même !), j’apprécie lire des parties de bouquins attrappés sur le net ou à la BU sur des sujets qui ne sont pas directement en relation avec le cours (comprendre : ce ne sont pas des approfondissements dans le prolongement direct des cours). Le problème étant que la plupart du temps, je n’étudie pas une seule chose sur la durée, j’ai tendance à picorer. Quitte à lire quelque chose de difficile, je préfère en comprendre une partie, puis arrêter, puis reprendre plus tard et comprendre plus de choses.

C’est sympa, c’est varié, mais il existe un problème majeur : en math, quand on ne pratique pas, on oublie (pas des définitions de base si elles sont comprises, mais les astuces, les petites propriétés, certaines hypothèses, …). Bref, quand vient le moment de se remettre à bosser sur un vieux sujet, je manque pas mal de fluidité.

Du coup, je me suis dit : "Pardi ! J’vais faire un blog pour raconter mes déboires lectures". En gros, l’idée actuelle que j’en ai serait du genre : essayer de mettre plus ou moins au propre ma vision des sujets que je lis (comment je vois les définitions, mes exemples particuliers, les connexions particulières que je fais avec un autre sujet, …).

Je n’ai pas forcément envie de prendre du temps pour rédiger un bel article à chaque fois pour deux raisons : le temps (j’ai un peu de temps libre, mais faut aussi bosser les "vrais" cours, ceux qui donnent les ECTS) et l’impression que ça ne vaut pas le coup (ie, que ça ne m’aide pas vraiment pour la compréhension du sujet).

M’enfin, tout ça pour vous demander si vous aviez déjà tenté un truc pareil. Et si oui, comment vous faisiez/faites.

+0 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Pour avoir tenté une expérience comparable voilà ce que je peux te dire.

Écrire des maths (de manière claire et compréhensible) c’est très difficile. Ça prend toujours beaucoup de temps parce qu’il y a des contraintes importantes. Rien que pour faire un dessin au propre ça peut prendre une heure.

Donc quand je lis

Je n’ai pas forcément envie de prendre du temps pour rédiger un bel article à chaque fois

J’ai peur que tu n’arrives pas à satisfaire ton objectif, qui serait :

faire un blog pour raconter mes lectures [..] essayer de mettre plus ou moins au propre ma vision des sujets que je lis

Ce qui m’est arrivé, c’est que j’ai compris que ZdS pouvait faire tout le travail d’hébergement, pub et validation à ma place. Donc quand j’ai envie d’écrire quelque chose, je le fais ici. (En plus si j’ai besoin d’un co-auteur pour gagner du temps, c’est plus facile.)

+0 -0
Auteur du sujet

Merci pour la réponse éclair ! En te lisant, je me rends bien compte de la forte probabilité d’échec d’un tel projet.

Après, je me suis sûrement mal exprimé : c’était plus histoire d’avoir un fourre tout mathématique en ligne. Je pourrais bien sûr le faire sur un vieux cahier/des feuilles volantes, mais le faire en ligne permettrait (du moins, dans l’idée que j’ai) d’être utile à au moins une autre personne. Je m’explique : disons que j’écris des maths sales la plupart du temps, et un beau jour, je mets un exemple atypique/sympathique qui profite à un type lambda qui se perd sur la page lors d’une recherche google désespérée. (J’ai sûrement une vision un peu trop optimiste de la chose, mais j’ai parfois trouvé des explications éclairantes sur des petits billets en ligne.)

J’aime bien le ZdS, c’est sympa comme projet, mais un article sur ce site ne peut pas être sur n’importe quoi. Je pense (à tort ?) qu’il y a une certaine progression à respecter sur le site. Je me vois mal écrire sur la théorie des catégories et l’homotopie alors que le site ne contient pas/peu d’algèbre.

Édité par Kanaal

+0 -0

Je pourrais bien sûr le faire sur un vieux cahier/des feuilles volantes, mais le faire en ligne permettrait (du moins, dans l’idée que j’ai) d’être utile à au moins une autre personne.

Sauf que c’est difficile de rendre ça utile sans un travail d’écriture un minimum sérieux.

Je me vois mal écrire sur la théorie des catégories et l’homotopie alors que le site ne contient pas/peu d’algèbre.

C’est pas un problème ça. J’ai, certes, affronté quelques réticences parfois, mais ZdS n’a jamais refusé de contenu avec ce genre d’arguments.

Si tu fais un article/tuto sur un sujet difficile mais qu’il est bien rédigé, t’as toutes tes chances de le voir publier.

Et dans pas longtemps (c’est actuellement en bêta), les tribunes te permettront d’écrire sans avoir à passer de processus de validation. L’idée est justement de permettre aux membres de tenir une sorte de blog sur leur page de membre et de pouvoir profiter du site pour faire connaître leurs billets.

+1 -0

Salut :)

Rien ne t’empêche d’essayer d’écrire ici comme le dit Holomos ou sinon de faire un petit blog avec wordpress ou ghost. Ça ne te coutera rien et tu pourra tester ta motivation à écrire. Je pense que c’est plus pratique qu’écrire ici car écrire ici demande un contenu d’un minimum de qualité, de tenir compte des relectures etc. Alors que sur ton blog tu peux écrire ce que tu as envie, que ça soit un petit billet sur une astuce de calcul ou un plus gros truc proche d’un tuto. Et tu pourra retravailler et améliorer ton contenu au fil du temps selon ton inspiration.

Je t’encourage vraiment à essayer et à ne pas te prendre la tête : écrit comme ça te viens, et si tu te rend compte que ça ne plait plus/prend trop de temps/autre raison tu pourra toujours arrêter mais au moins tu n’aura pas de regret et tu aura sans doute appris des trucs de cette tentative.

"Toute extrapolation est valide dès lors que son résultat m’est sympathique." Loi de Lomborg

+1 -0

Salut,

Je me vois mal écrire sur la théorie des catégories et l’homotopie alors que le site ne contient pas/peu d’algèbre.

Je pense au contraire que ça intéresserait plusieurs personnes déjà présente sur le site (dont moi). Si le contenu est de qualité, il sera sûrement apprécié. :)

Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! - Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+1 -0

Salut,

Je me vois mal écrire sur la théorie des catégories et l’homotopie alors que le site ne contient pas/peu d’algèbre.

Je pense au contraire que ça intéresserait plusieurs personnes déjà présente sur le site (dont moi). Si le contenu est de qualité, il sera sûrement apprécié. :)

Karnaj

En effet. J’ai moi-même pu publier trois contenus sur le secourisme, alors que c’est loin d’être le thème principal de ZdS. Question acceptabilité, je pense donc que la question ne se pose pas. Cela dit, comme le dit Demandred, rien ne t’empêche d’essayer d’abord sur un petit site avec Wordpress pour t’entrainer à la rédaction, et ensuite si ça te plait, publier sur ZdS (tu peux même publier le même article que sur ton site, il suffit de renseigner le champ "Source" avant la demande de validation). ;)

"Les accidents dans un système doivent se produire, mais il n’est pas obligatoire qu’ils produisent pour vous et moi." Laurence Gonzales - Deep Survival

+0 -0

L’avantage sur ZdS, c’est qu’il y aura une relecture. Tu peux trouver ça lourd, ou au contraire t’en servir comme une aide à la rédaction et une vérification pédagogique et scientifique.

À titre personnel, je me sers plus ou moins de ZdS comme blog, et je n’hésite pas à tester des trucs régulièrement.

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+2 -0

A titre personnel, en étant en L2 de maths cela m’intéresserai fortement. Je suis un peu comme toi, c’est-à-dire un peu touche à tout donc si tu finis par mettre ton idée en œuvre n’oublie pas de publier le lien ici s’il te plaît :)

+0 -0

Bon je pense comprendre à peu pres la situation.

Dans tous les cas, si tu comptes mettre ça au propre, autant le faire en markdown. Qui du coup est facilement exportable sur le site.

Après c’est vrai que si tu comptes faire des brouillons non soignés jamais ça passera sur ZdS. Mais comme ils serront en Markdown alors au besoin tu peux les poffiner.

ZdS n’a aucune contrainte au niveau de l’écriture. Si demain un gars se ramène propose un contenu correcte et qui reste dans les règles et idées du site (pas de la pub, légal, …). Il a toutes les chances d’avoir son comptenu validé.
Et au contraire des gens qui trainent ici depuis des mois mais qui publient un truc pourri ben ça passera pas. Et c’est normal.

Bon bref, déjà fait ce qu’il te plaie.
Puis ensuite c’est vrai que ZdS a quand même des avantages déjà relevés par mes VDD. Donc au pire tes notes pourront être réutilisées.

ache.one                                                            🦊

+0 -0

ZdS n’a aucune contrainte au niveau de l’écriture.

Quand même un peu. Il faut comme tu dis que le contenu soit "correct" ce qui reste à l’appréciation variable des validateurs. Je ne peux publier sur ZC un contenu jugé incompréhensible ou bourré de fautes. Sur mon blog je fais ce que je veux. Je peux publier un bout d’article, un brouillon sans aucune contrainte autre que celles que je me fixe. Pour quelqu’un qui n’est pas sur d’avoir la motivation/le temps pour écrire, je trouve que commencer avec le minimum de contraintes possibles est plus pratique.

Rien n’empêchera après d’importer ses articles les plus aboutis et intéressant ici sous forme de tribunes libres si il le souhaite.

"Toute extrapolation est valide dès lors que son résultat m’est sympathique." Loi de Lomborg

+0 -0

Mauvais conseil. Les contenus incompréhensibles ou bourrés de fautes ne sont pas lus. C’est à cela que sert les tierces relectures quand on veut publier de manière un peu sérieuse. La science implique discipline et rigueur, même et surtout à l’écrit. Bosser un sujet, c’est bien. Le bosser correctement, c’est mieux et bien plus valorisant (et respectueux des lecteurs).

Mauvais conseil. Les contenus incompréhensibles ou bourrés de fautes ne sont pas lus. C’est à cela que sert les tierces relectures quand on veut publier de manière un peu sérieuse. La science implique discipline et rigueur, même et surtout à l’écrit. Bosser un sujet, c’est bien. Le bosser correctement, c’est mieux et bien plus valorisant (et respectueux des lecteurs).

Oui je suis d’accord, je ne lui dis pas de publier n’importe quoi. Je veux juste dire que commencer sur son propre blog avec des contraintes plus souples et plus de liberté est peut-être plus facile. Il le dit lui-même si s’agit plus d’une sorte de brouillon en ligne qu’il veut partager que d’un véritable exercice de mise en forme prévu pour être vraiment lu par les autres. C’est pour ça que je trouve qu’un blog serait bien plus adapté, avec la possibilité d’évoluer par la suite ou en parallèle sur ZC pour le contenu le plus qualitatif et publiable ici. C’est a lui de voir comment il veut bosser ses sujets, et rien ne l’empêche de commencer par écrire des brouillons en ligne et de petit a petit les améliorer selon son temps, ses envies et les différentes remarques. Ce processus n’est pas possible ici car on n’acceptera pas des contenus brouillons.

Après rien n’empêche l’auteur d’essayer soit un blog et de demander l’avis des membres de Zds (et voir si ça passerait en tribune libre) ou l’inverse : essayer d’écrire en tribune libre et si ça ne convient pas de passer sur un blog personnel. Le but premier pour moi est qu’il écrive : si il écrit des trucs bien de qualité c’est parfait, mais si il écrit des trucs pas très droit et plein de fautes ce n’est pas grave : ça sera pour lui l’occasion de s’exercer, d’apprendre des retours de gens, de mieux mettre en forme sa pensée/ses maths etc. Ça sera enrichissant pour lui et c’est ça qui compte. Le reste ça viendra après selon son envie et son temps.

"Toute extrapolation est valide dès lors que son résultat m’est sympathique." Loi de Lomborg

+0 -0

En fait, j’ai l’avis contraire de toi, Demandred. ZdS n’a presque1 pas de contrainte au niveau du style et du thème. Ça peut être un cours magistral, un récit, un article de présentation, une avis, un tutoriel… Quand à la contrainte de justesse et de compréhension, ça ma semble une évidence quand on veut publier un écrit à destination d’autrui.

Si tu écris un contenu jugé incompréhensible ou bourré de faute, alors avoir quelqu’un qui te le dit te permettra de progresser beaucoup plus vite. ;) S’exercer à faire des choses en les faisant mal est une excellente manière de prendre de mauvaise habitudes, c’est donc contre-productif.

Il y a des arguments à faire un blog plutôt que de publier ici (temps de validation, avoir des statistiques de lecture, par exemple), mais celui-ci est pour moi un faux argument.


  1. Seuls les Trucs & Astuces et contenus publicitaires sont interdits. 

Édité par Gabbro

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

C’est quand même bien pratique d’écrire des trucs dont le but premier n’est pas d’être lu.

Écrire pour d’autres, ça implique d’expliquer pour les autres, et donc de moins se préoccuper de sa propre compréhension. Ça oblige à être un minimum didactique. Par exemple, si on a envie d’introduire un sujet par une définition qui ne fait sens que si on connaît déjà le sujet, c’est possible. Des notes personnelles permettent de poser sa propre compréhension.

Ce n’est pas une excuse pour mal rédiger, simplement je pense que des notes personnelles sont plus adaptées à une utilisation… personnelle. Si elles sont publiées, c’est un plus, et les commentaires peuvent être utiles, mais ils doivent prendre en compte que c’est personnel.

Ça permet aussi de :

  • Revenir souvent sur ce qu’on écrit, réorganiser librement tous les différents sujets au fur et à mesure que notre compréhension avance.
  • Jeter des idées à développer plus tard. Mes notes sont remplies de "À faire" sur lesquels je reviendrai plus tard. On est libre de commencer à développer un sujet, se rendre compte qu’on a besoin d’autre chose, alors partir dessus et faire juste le bout dont on a besoin en mettant plein de trous à compléter. On peut développer les sujets en parallèle, etc.
  • Lister des intuitions/images qui peuvent paraître ridicules à d’autres personnes, pas forcément faciles à expliquer, mais qui font sens pour nous.

De ce que j’ai compris, le ncatlab est un peu utilisé comme des notes personnelles. (Et le moteur web utilisé est libre je crois ; mais perso je préfère des notes en latex. Tant pis pour les liens hypertexte, c’est pas indispensable puisque je suis seul à me lire.)

http://mathoverflow.net/questions/1785/how-do-you-keep-your-research-notes-organized
http://drorbn.net/AcademicPensieve/

J’avais commencé à organiser mes notes par date, mais une organisation thématique convient mieux. Il y a parfois des "inclassables", mais dans ce cas un dossier fourre-tout suffit en attente d’une meilleur organisation.

Édité par blo yhg

+1 -0

Écrire pour d’autres, ça implique d’expliquer pour les autres, et donc de moins se préoccuper de sa propre compréhension.

Amha c’est exactement le contraire. Il n’y a pas meilleur exercice pour tester ses connaissances et sa compréhension que de devoir mettre en place une stratégie d’apprentissage pour les autres.

D’ailleurs c’est aussi un excellent moyen de tester ses connaissances : par exemple savoir retrouver telle démonstration ou refaire tel exemple. Ça ne s’impose à nous que quand on doit écrire pour quelqu’un d’autre.

C’est pas pour rien si ce sont des chercheurs qui font l’enseignement dans le supérieur. Le niveau de compétence à avoir pour enseigner est bien supérieur au contenu même.

+4 -0

Oui, je suis d’accord. C’est vrai que prise comme ça je ne suis pas non plus complètement d’accord avec ma phrase. Mais pour moi poser au propre ma compréhension, uniquement pour moi, est indispensable. Cela ne s’oppose pas à une exposition didactique, les rôles sont différents. Je ne saurais pas trop détailler ces différences sur le moment. (edit : voir les autres points que j’ai listés peut-être ?) (edit 2 : enfin, tu as sorti ma phrase de son contexte, je donnais justement l’exemple de la définition qui ne fait sens que si on comprend le sujet, et qui devient fondamentale à sa compréhension, pour préciser)

edit 3 : Des notes personnelles permettent aussi d’avoir un style beaucoup plus concis, pour énoncer juste l’essentiel sans se préoccuper de la facilité de lecture. J’ai plein de phrases dans mes notes qui sont trop concises mais que moi je comprends. Ça me permet de me rappeler des idées facilement, de les avoir posées quelque part.

Édité par blo yhg

+0 -0

je donnais justement l’exemple de la définition qui ne fait sens que si on comprend le sujet

Justement. Souvent, on croit avoir compris un sujet, et on découvre des subtilités quand on doit soi-même l’introduire (clairement).

C’est d’ailleurs une vraie part de la recherche fondamentale que de revenir aux définitions et à leurs compréhensions. L’axiomatique d’une théorie ce n’est pas quelque chose de figé ou de gravé dans le marbre. Une attitude vraiment féconde, c’est de ne pas prendre pour acquis les définitions mais de faire un retour aux preuves auxquelles elles sont attachés (et donc chercher par la même occasion quelles sont ces preuves).

Édité par Holosmos

+2 -0

Tu parles des "mathématiques à rebours" (reverse mathematics) ?

C’est d’ailleurs une vraie part de la recherche fondamentale que de revenir aux définitions et à leurs compréhensions. L’axiomatique d’une théorie ce n’est pas quelque chose de figé ou de gravé dans le marbre. Une attitude vraiment féconde, c’est de ne pas prendre pour acquis les définitions.

Je n’ai pas dit le contraire, et justement je suis parfaitement d’accord. Garder des notes mobiles permet aussi de revenir sur les définitions, explorer des choses, tester.

+0 -0

Tu parles des "mathématiques à rebours" (reverse mathematics) ?

Non, je parle de revenir à l’axiomatique à l’échelle d’une théorie, pas de l’ensemble des mathématiques.

Par exemple si tu prends la théorie de l’intégration, tu as plein d’axiomatiques différentes : dans la théorie de Riemann ou la théorie de Lebesgue, les fonctions et les espaces considérés ne sont pas du tout les mêmes.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte