Pureté d'un complexe

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour,

Je voulais savoir comment, en chimie inorganique, on pouvait dire si un complexe est pur. Par exemple, en chimie organique, je sais qu’on fait souvent une RMN et on voit si le composé est pur ou contient des impuretés. Comment fais-ton en inorganique ? Spectroscopie?

Merci

Édité par artragis

+0 -0

Je me souviens avoir utiliser la spectroscopie Infrarouge pour le caractériser. Sinon je pense a des techniques quantitative du genre :

  • Spectrométrie de Masse pour vérifier la masse et les fragments.
  • Absorption Atomique pour connaitre les métaux contenu dans le complexe.

Mais là, à vrai dire, ce ne sont que des spéculations.

Édité par Blackline

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+1 -0

Salut,

En géochimie (où la question n’est jamais de savoir si le corps est pur, mais ce qu’il contient), je peux confirmer que la spectro de masse est ce qui est utilisé très couramment. Autre example, sur Mars, la chemcam est un spectro classique qui regarde les raies d’émissions du plasma.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+3 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Tu peux faire de la RMN a l’état solide, mais c’est moins marrant. Si Akio est dans le coin, je lui laisse dévelloper, parce que c’est pas spécialement mon domaine. En plus de ça quand on descend dans le tableau périodique, y’a des noyaux qui ont des spins nucléaires $\neq \frac{1}{2}$, ce qui est jamais marrant non plus.

On peut toujours s’en sortir avec d’autres spectroscopies, moi j’avais utilisé l’IR (bon, ça donne les informations un peu dans tout les sens, et on voit bien l’eau) et l’UV (ça fait des jolies couleurs, par contre, niveau info, si t’as pas un spectre de référence, c’est chô). Par contre, ce qui devrait bien marcher (même si c’est difficile à faire côté étudiants), c’est une diffraction de rayons X ^^

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+2 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

c’est une diffraction de rayons X

Ah, oui, j’en ai fait aussi une fois, de la DRX, mais aussi XANES et EXAFS (ça, c’est de l’absorption) pour avoir une idée de la structure atomique.

Il y a également la spectro RAMAN (basée sur l’absorption vibrationnelle), pratique car non-destructrice (on peut même facilement en greffer un sur un MEB pour avoir des cartes de compositions à l’échelle du minéral).

Édité par adri1

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+2 -0

Il y a également la spectro RAMAN (basée sur l’absorption vibrationnelle), pratique car non-destructrice (on peut même facilement en greffer un sur un MEB pour avoir des cartes de compositions à l’échelle du minéral).

adri1

Ça, c’est un peu plus mon domaine :p

Le problème est le même qu’avec l’IR, en fait (sauf que comme les complexes sont des trucs de relativement haute symmétrie, à priori, t’as des modes interdits en IR qu’on voit en Raman, et inversément): sans spectre de références, t’es toujours coincé. Je sais par exemple que ça se fait pour les nanotubes de carbones, parce qu’il y a des bandes spécifiques aux défauts, mais je reste quand même dubitatif sur la possibilité de dire si un complexe est pur ou pas ;) (même si ça donne des preuves)

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+1 -0
Auteur du sujet

Merci beaucoup. Les rayons X c’est beaucoup plus compliqué à faire ? J’ai déjà jamais fais de RMN moi-même donc je pense pas faire des rayons X mais c’est intéressant à savoir :p Les universités ont souvent des bonnes installations RMN et rayons ? Il me semblait que c’était très cher par rapport à l’IR !

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Très cher par rapport à l’IR, définitivement oui. On parle de deux technologies qui ne fonctionnent qu’à très froid (entre autre parce que la RMN utilise un aimant supraconducteur) et qui bouffent de l’azote liquide sur base régulière. Vu que la RMN liquide (parce que RMN liquide et solide, c’est quasi pareil à une subtilité près) est une technique de routine en orga, les unifs en on forcément une plus ou moins puissante (question d’aimants, encore). Je m’avancerais pas pour la DRX, mais il y en a assez bien dans les unifs (y’en à une chez nous, et on est une petite unif).

Problème de la RMN solide, c’est que le temps d’aquisition peut être long (ça dépend du noyau). En DRX, le temps d’aquisition est définitivement long (faut scanner à différents angles), mais t’as tout, à condition d’avoir un bon cristal.

Édité par pierre_24

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+1 -0

Les universités ont souvent des bonnes installations RMN et rayons ? Il me semblait que c’était très cher par rapport à l’IR !

sotibio

Sauf dans des zones très reculées, toutes les universités ont des installations RMN, rayons-X et spectro de masse aussi je dirais. Il doit sûrement y avoir une RMN pour les étudiants si tu fais de la chimie ou quelque chose de proche :)

On parle de deux technologies qui ne fonctionnent qu’à très froid (entre autre parce que la RMN utilise un aimant supraconducteur) et qui bouffent de l’azote liquide sur base régulière.

pierre_24

Le problème c’est surtout l’hélium liquide… L’azote liquide on en a largement assez et c’est "donné" :D

Édité par ZDS_M

+0 -0

La RMN ça bouffe de l’hélium liquide, plus cher encore que l’azote liquide si j’me trompe pas

EDIT : grillé par ZDS_M, roooh

Édité par Blackline

Нова Проспект (/,>\text{(}/ , \text{>}

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte