Licence CC BY-NC-SA

AdaCore Tech Day 2019

Quoi de neuf chez AdaCore ?

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégories :
Temps de lecture estimé : 14 minutes

Le 3 octobre 2019 s’est tenu l’AdaCore Tech Day à Paris. Durant cette journée, AdaCore a présenté ses nouveautés, ce qui était en cours de développement et leur feuille de route pour 2020. AdaCore est une entreprise leader dans le support du langage de programmation Ada, qui est très utilisé dans le développement de logiciels critiques.

Cet article a pour but de présenter les principales nouveautés qui ont été exposées durant l’AdaCore Tech Day ; il ne se veut ni exhaustif, ni détaillé.

Je tiens à préciser qu’au moment où j’écris ce billet, je ne travaille pas pour/chez AdaCore. Je n’ai aucun lien directe avec eux, je ne possède pas d’action chez eux, et je ne suis pas sponsorisé/affilié/^(?:\w+é)$.

En revanche, je suis un utilisateur de leur compilateur.

Rappel sur Ada et Adacore

Ada

Ada est un langage de programmation qui représente l’aboutissement de la lignée des langages « classiques », impératifs et procéduraux. Il constitue essentiellement un effort de synthèse des meilleurs éléments figurant dans les langages qui l’ont précédé, intégrés dans un ensemble cohérent. Il est utilisé avec succès dans des domaines aussi variés que le temps-réel, la gestion, la CAO, le médical, le traitement linguistique…

Ada a été conçu d’après un cahier des charges dont l’idée directrice est de diminuer le coût des logiciels en tenant compte de tous les aspects du cycle de vie. Le langage est donc bâti autour de quelques idées-force :

  • privilégier la facilité de maintenance sur la facilité d’écriture, car la maintenance représente près des 23\frac{2}{3} des coûts d’un logiciel ;
  • fournir un contrôle de type extrêmement rigoureux, permettant de diagnostiquer les erreurs le plus tôt possible ;
  • permettre une programmation intrinsèquement sûre, en permettant au logiciel de traiter toutes les situations anormales ;
  • être portable entre machines d’architecture différentes, afin de ne plus lier les logiciels à un constructeur ;
  • permettre des implémentations efficaces et donner accès à des interfaces de bas niveau, indispensables à la réalisation de systèmes « temps réel ».

Ada est une norme internationale (ISO/IEC 8652). Tous les compilateurs actuellement sur le marché ont été validés selon une procédure extrêmement rigoureuse qui assure leur conformité à la norme. Aucun sur-ensemble ni sous-ensemble n’est admis, afin de garantir la portabilité des applications.

Ada a été le second (précédé de quelques mois par Common Lisp) langage orienté objet normalisé au niveau international. Ils sont restés les seuls jusqu’à la normalisation de C++ trois ans et demi plus tard (ISO/CEI 14882:1998)

AdaCore

Depuis 1994, AdaCore développe GNAT, l’implémentation d’Ada pour GCC, à la base initiée par la NYU (New York University). En 25 ans, AdaCore a réussi à se hisser au sommet du marché en demeurant aujourd’hui le seul fabricant de compilateur Ada à fournir une implémentation complète du standard Ada dans sa dernière version, ainsi que toutes les annexes.

En plus de rajouter des supports d’architectures, AdaCore a également développé tout un ensemble d’outils gravitant autour du compilateur, servant à améliorer la qualité de code et à aider à la certification ferroviaire, aéronautique et spatiale pour laquelle il dispose d’un département dédié.

La vision d’AdaCore est d’aider les gens à concevoir des logiciels de très grande qualité.

Malheureusement, comme Ada est un langage utilisé dans un secteur de niche (ferroviaire, aéronautique, spatial, etc.) et qu’il a du mal à se faire connaître du grand public, il était indispensable de rendre accessibles des bibliothèques écrites dans d’autres langages. Ainsi, AdaCore met un point d’honneur à fournir un interfaçage avec C et C++ le plus complet possible.

Amélioration de l'écosystème Ada

GNAT LLVM

Lors de la conférence, AdaCore a annoncé un support de LLVM pour le compilateur GNAT ! De nombreux projets de compilateurs s’intéressent à LLVM afin de profiter de l’écosystème offert par cette infrastructure de compilation (optimiseur, machine virtuelle, etc).

Le port n’en est qu’à ses débuts, mais il est déjà fonctionnel et dispose d’informations de débogage minimales. Le projet n’est cependant pas entièrement mature et n’est conseillé que dans le cadre de projets de recherche.

Des investigations sont également prévues pour intégrer le support de KLEE (moteur d’exécution de l’écosystème LLVM) et le générateur de code GNAT CCG. Vous pouvez retrouver GNAT LLVM sur leur GitHub. AdaCore a tout de même souligné que cela ne changerait strictement rien à leurs offres GNAT Pro qui resteront sur GCC.

libadalang, le remplaçant d’ASIS

AdaCore a également annoncé qu’après GNAT Pro 20, ASIS (Ada Semantic Interface Specification) sera mis en version standalone et AdaCore n’envisage pas d’y rajouter Ada 202X. libadalang est une librairie qui permet de manipuler un code source Ada. Elle fournit une API de haut et de bas niveau permettant d’interroger et de modifier le code source.

Voici des exemples de requêtes auquel peut répondre libadalang :

  • Quel est le type de cette expression ?
  • Combien y a-t-il de référence à ce type ?
  • Donne-moi l’emplacement dans le code source de ce jeton.
  • Renomme-moi cette entité.

Elle fournit un support multilangages et permet ainsi de générer des bindings pour Ada, C et Python. En plus de cela, elle est facilement scriptable, en permettant de créer rapidement et de façon interactive des prototypes.

Au niveau des avantages par rapport à ASIS, AdaCore distingue deux aspects.

D’un point de vue implémentation, elle fournit un meilleur support pour les erreurs, des versions incrémentales (pas besoin de tout recompiler), une tolérance aux fautes et au code incomplet.

Du côté de l’API, elle fournit une API de haut niveau, permet un binding vers d’autres langages et permet également la réécriture de l’arbre.

libadalang, qui se veut donc être le remplaçant d’ASIS, continuera son expansion avec l’intégration dans plus d’outils de l’entreprise (GNATtest, Ada Web Server, GNATcheck, etc.). Leur feuille de route est axée sur l’intégration aux IDE, notamment sur la complétion, la recherche des références et le refactoring. Ils souhaitent également fournir plus de requêtes d’analyse, le support de Ada 202X et améliorer la réécriture de l’arbre.

Refonte de l’IDE

AdaCore a annoncé que GPS (GNAT Programming Studio), devient GNAT Studio. Outre le changement de nom, un important changement a été fait au niveau de son fonctionnement interne.

Passage à LSP

En effet, il migre petit à petit sur LSP (Language Server Protocol), un protocole créé par Microsoft pour faciliter le support des langages dans les éditeurs de code. LSP est une technologie multi-plateformes qui se répand de plus.

LSP permet de fournir le support d’un langage sous forme d’un « serveur » qui peut être utilisé par un IDE (ou simple éditeur de code) qui le supporte. Officiellement, AdaCore développe et supporte le LSP Ada (et SPARK) pour GNAT Studio, mais un plugin VSCode est dors et déjà disponible et fourni par eux-mêmes. De plus, le LSP Ada (comme tout autre LSP) peut être supporté par n’importe quel IDE, du simple éditeur de code en ligne de commande tel que, vim, emacs, ou encore en éditeur graphique avec Sublime Text ou Atom ou directement avec les IDE de Jetbrains (IntelliJ entre autres).

Le LSP Ada (et SPARK), qui utilise libadalang, implémente pour l’instant toutes les requêtes liées à la navigation et aux boîtes à outils. Pour l’année prochaine, ils ont prévu d’ajouter le support de l’auto-complétion, le formatage et les diagnostics.

Quoi de neuf pour les utilisateurs avec ce nouvel IDE ?

Ce « nouvel » IDE, qui sera disponible dès la version 20, apporte des info-bulles et menus contextuels revisités pour fournir une meilleure expérience utilisateur.

On notera de nombreux changements :

  • plus besoin de recompiler pour avoir les cross-références

  • plus rapide à démarrer

  • meilleure gestion des separate

  • LSP donne la possibilité d’utiliser d’autres éditeurs de codes pour développer en Ada

  • bien sûr, il est open source et est disponible sur GitHub.

Pour le futur, il est bien évidemment prévu d’implémenter toutes les requêtes du LSP, d’utiliser le LSP avec GNATbench, de migrer les plugins vers Python 3, de fournir le support d’autres LSP dans l’IDE (C/C++ et Python notamment). Enfin, ils envisagent également de jeter un coup d’œil au Microsoft Debug Adapter Protocol.

L'apprentissage d'Ada et SPARK

Comme dit en introduction, Ada (et SPARK) sont dans un secteur de niche, et ont beaucoup de mal à s’en extirper pour toucher d’avantage de monde.

AdaCore a mis en place un site permettant d’apprendre Ada et SPARK, sans rien avoir à installer sur sa machine. Ce site se nomme learn.adacore.com. Il fournit tout un ensemble de ressources pour apprendre Ada et SPARK et dispose également de chapitres pour les développeurs qui viennent de C++ et Java.

AdaCore fournit également un ensemble de livres destinés à l’apprentissage d’Ada et SPARK, ainsi que des livres axés sur la certification et la cybersécurité.

AdaCore dispose d’un programme académique pour aider les professeurs enseignant Ada. Le programme académique offre un accès à GNAT Community, des cours exclusifs et un support professionnel. Il est aujourd’hui utilisé dans 31 pays, 136 universités et compte 507 membres.

Enfin, une nouvelle édition de Make With Ada a démarré; il s’agit d’un concours de programmation embarquée en Ada ou SPARK visant à promouvoir le langage. Les 10 finalistes se verront offrir une récompense.


De nombreuses nouveautés ont été présentées cette année, notamment avec une libadalang en pleine expansion offrant de nombreuses possibilités pour les outils manipulant du code éventuellement non compilable (IDE, etc).

Cet article n’a cité qu’un petit ensemble de ce qui a été annoncé. Pour plus d’informations, vous pouvez retrouver tous les supports des présentations sur le site d’AdaCore.

N’hésitez pas non plus à jeter un œil du côté de leur GitHub, où ils ont pas mal de projets open-source.


La miniature du tuto vient de GetAdaNow avec l’autorisation de l’utiliser « pour tout ce qui concerne Ada ».

8 commentaires

Merci pour cet article intéressant. :)

Au risque de poser une question qui fache, quels sont les avantages de Ada par rapport aux autres langages ? Sans être spécialiste du domaine de programmation sûr (sans quoi je ne poserai pas la question), je sais qu’il existe un compilateur d’un sous-ensemble du C qui peut valider un code, des trucs de preuves de validité du genre Coq, ou des langages qui visent une grande sécurité (Rust).

Qu’est-ce qui rend Ada particulier aujourd’hui ? Je vois peut-être un compromis entre l’utilisabilité et son caractère éprouvé.

Sinon, d’un point de vue non professionnel (opensource, amateur…), Ada est-il utilisé ? Typiquement, je ne connais pas de logiciel libre de bureau en Ada, mais peut-être me trompè-je.

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0

Merci pour cet article intéressant. :)

Au risque de poser une question qui fache, quels sont les avantages de Ada par rapport aux autres langages ? Sans être spécialiste du domaine de programmation sûr (sans quoi je ne poserai pas la question), je sais qu’il existe un compilateur d’un sous-ensemble du C qui peut valider un code, des trucs de preuves de validité du genre Coq, ou des langages qui visent une grande sécurité (Rust).

Qu’est-ce qui rend Ada particulier aujourd’hui ? Je vois peut-être un compromis entre l’utilisabilité et son caractère éprouvé.

Sinon, d’un point de vue non professionnel (opensource, amateur…), Ada est-il utilisé ? Typiquement, je ne connais pas de logiciel libre de bureau en Ada, mais peut-être me trompè-je.

Gabbro

L’avantage le plus marquant est qu’Ada formalise la programmation par contrat (pour chaque procédure ou fonction, on peut préciser dans l’interface des modules : préconditions, postconditions, variants, invariants…).

C’est donc un confort incomparable quand on fait de la programmation modulaire, et en particulier quand il s’agit de relire ou de maintenir des applications (la syntaxe est très lisible). Cela va donc plus loin que les preuves de programme type Coq (pour ce que je m’en souviens), et représente une garantie de fiabilité

Un jour j’irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien. Desproges

+1 -0

Au risque de poser une question qui fache, quels sont les avantages de Ada par rapport aux autres langages ?

Gabbro

Déjà, la norme Ada sort avant les mise-à-jours des compilateurs, de plus ils refusent tout sur et sous-ensemble, ce qui évite de se retrouver avec des incompatibilités d’un compilateur à l’autre.

Sans être spécialiste du domaine de programmation sûr (sans quoi je ne poserai pas la question), je sais qu’il existe un compilateur d’un sous-ensemble du C qui peut valider un code

Gabbro

Tu parle de Frama-C ?

Frama-C est une bibliothèque qui permet de faire de la preuve formel en C. En Ada, tu a directement Spark, un sous-ensemble du langage qui permet de faire de la preuve formel, sans rien rajouter au langage.

Demande à @Ksass`Peuk (un dev de Frama-C) de qui entre code C et un code Ada/Spark est le plus facile à prouver.

ou des langages qui visent une grande sécurité (Rust).

Gabbro

Là je ne vais pas trop m’avancer car je n’ai pas appris Rust (ou Go, ou le nouveau langage à la mode ^^), mais ce genre de langage n’apporte généralement rien de nouveau, ou simplement une ou peu de nouvelles idées. Rust par exemple apporte le système d’ownership, ce qui semble très intéressant (je n’ai pas regardé en détail), d’ailleurs, un des types d’ownership a été ajouté à Spark pour faire de la preuve formel avec un peu de pointeurs.

Le truc, c’est que je pense que les gens trouvent plus facile de créer un nouveau langage que de chercher avec les bons mots-clefs sur leur moteur de recherche favori pour voir s’il n’existe pas un langage qui répond déjà aux besoins.

Dire que rust (attention, je ne parle pas de toi : P) est un langage révolutionnaire en permettant de faire des programmes sûrs, je suis désolé, mais ça existe au moins de puis 1983 (première parution d’Ada), voir peut-être même avant.

Aujourd’hui on se retrouve noyé dans un choix toujours grandissant de langage. Je pense que si on a une bonne idée sur un concept qui n’est pas encore implanté dans un langage, plutôt que de créer un nouveau langage, il faudrait mieux essayer de l’intégrer à un langage déjà existant. Par exemple en Ada 2005, ils ont rajouté les interfaces, tout droit emprunter de java.

Qu’est-ce qui rend Ada particulier aujourd’hui ? Je vois peut-être un compromis entre l’utilisabilité et son caractère éprouvé.

Gabbro

Là forcément mon avis risque d’être un peu biaisé car c’est un langage que j’adore.

Déjà, un truc que je trouve super avec Ada, c’est que tu peux créer tes propres types scalaires.

Par exemple, si tu travailles avec les ports d’une machine, tu peux créer un type d’entier allant uniquement sur la plage de définition des valeurs des ports :

-- Définition du type
type Port_T is range 0 .. 65_535;

-- plus loins

Default_Port : constant Port_T := Port_T'Last; -- utilise la dernière valeurs de la plage du type Port_T

Tu noteras également l’underscore (complètement optionnel) pour séparer des paquets de valeurs (milliers, etc.). C’est tout con et ça permet de gagner en lisibilité. À ma connaissance, c’est le seul langage qui propose cela.

Comme l’a mentionné @MichelPro, tu as également la programmation par contrat.

Un exemple tout bête : imaginons que tu as une fonction qui retourne la somme de deux entiers positifs, tu peux mettre un contrat sur la fonction pour vérifier par exemple que les paramètres d’entrée sont supérieurs à 0 (c’est pour l’exemple, car il existe un type Positive) et que le résultat est bien la somme des deux valeurs (encore une fois, c’est un exemple) :

function Sum (A, B : Integer) return Integer
   with
   Pre  => A > 0 and B > 0,
   Post => Sum'Result = A + B;

Un autre truc que j’adore également, c’est le multi-tasking. Encore une fois, c’est intégré au langage, tu peux créer tes propres types de tâches ou d’objets protégés.

Exemple d’un simple sémaphore :

-- Spec
protected type Semaphore (K : Positive) is
   entry P;
   procedure V;
private
   Count : Natural := K;
end Semaphore;

-- Body
protected body Semaphore is
   entry P when Count > 0 is
   begin
      Count := Count - 1;
   end P;
   procedure V is
   begin
      Count := Count + 1;
   end V;
end Semaphore;

Exemple utilisant objet protégé et tâche, le dîner de philosophes (source) :

with Ada.Numerics.Float_Random;  use Ada.Numerics.Float_Random;
with Ada.Text_IO;                use Ada.Text_IO;
 
procedure Test_Dining_Philosophers is
   type Philosopher is (Aristotle, Kant, Spinoza, Marx, Russel);

   -- Spec
   protected type Fork is
      entry Grab;
      procedure Put_Down;
   private
      Seized : Boolean := False;
   end Fork;

   -- Body
   protected body Fork is
      entry Grab when not Seized is
      begin
         Seized := True;
      end Grab;
      procedure Put_Down is
      begin
         Seized := False;
      end Put_Down;
   end Fork;
 
   Life_Span : constant := 20;    -- In his life a philosopher eats 20 times
 
   task type Person (ID : Philosopher; First, Second : not null access Fork);
   task body Person is
      Dice : Generator;
   begin
      Reset (Dice);
      for Life_Cycle in 1..Life_Span loop
         Put_Line (Philosopher'Image (ID) & " is thinking");
         delay Duration (Random (Dice) * 0.100);
         Put_Line (Philosopher'Image (ID) & " is hungry");
         First.Grab;
         Second.Grab;
         Put_Line (Philosopher'Image (ID) & " is eating");
         delay Duration (Random (Dice) * 0.100);
         Second.Put_Down;
         First.Put_Down;
      end loop;
      Put_Line (Philosopher'Image (ID) & " is leaving");
   end Person;
 
   Forks : array (1..5) of aliased Fork; -- Forks for hungry philosophers
                                         -- Start philosophers
   Ph_1 : Person (Aristotle, Forks (1)'Access, Forks (2)'Access);
   Ph_2 : Person (Kant,      Forks (2)'Access, Forks (3)'Access);
   Ph_3 : Person (Spinoza,   Forks (3)'Access, Forks (4)'Access);
   Ph_4 : Person (Marx,      Forks (4)'Access, Forks (5)'Access);
   Ph_5 : Person (Russel,    Forks (1)'Access, Forks (5)'Access);
begin
   null; -- Nothing to do in the main task, just sit and behold
end Test_Dining_Philosophers;

Et je ne te parle même pas de l'annexe distribué.

Il y a quand même une petite ironie sur Ada. Quand ils l’ont sortie, ils se sont dit « C’est le langage du turfu », le truc, c’est que c’était plus destiné à l’armée et SURTOUT, les compilo étaient hors de prix (donc bye bye les universités). Durant la même période tu as C qui est sortie avec son système (UNIX) et son compilo, du coup, qu’est-ce qu’on fait les gens ? Ils ont choisi C. Ce qui a amener à délaisser Ada (sans oublier qu’a l’époque, il était un peu en avance sur leurs temps sur certains concepts que les dev de l’époque ne comprennaient pas). Les mainteneurs d’Ada on changé leurs fusils d’épaule à la mise à jour suivant en fournissant un interfacage C, COBOL et FORTRAN de mémoire. Du coup tu peux appeler du code C ou C++ depuis Ada et inversement.

Sinon, d’un point de vue non professionnel (opensource, amateur…), Ada est-il utilisé ? Typiquement, je ne connais pas de logiciel libre de bureau en Ada, mais peut-être me trompè-je.

Gabbro

Et oué, là il y a un problème. Ada est pas très utilisé en open source; tu peux trouver des petites lib ou jeux faites à Ada (Ada-zip, etc.) mais pas de libreoffice version Ada. Et c’est là que tu te rends compte que les sites qui te dises quels sont le langage le plus utilisé, le plus à la mode où je sais pas quoi sont généralement tous biaisés, car il se base sur des données généralement publiques (open-source). Ada est très utilisé dans l’industrie et principalement dans les systèmes critiques, mais tu ne vas pas trouver le code d’Arian 6 (fait en Ada 2012), le code d’un guidage de missile ou d’un CBTC sur Git Hub. Et généralement, les entreprises qui en font ne le crient pas par sur tous les toits.

Enfin voilà, tout cela mériterait un billet consacré, mais pour que je m’y mettent, il faut que je réunisse le facteur temps + motivation.

Édité par Heziode

+4 -0

Merci pour cette réponse très complète. La programmation sûr m’intéressant dans l’idée depuis un moment, aurais-tu un bon tuto à recommander sur Ada ?

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0

Alors,

En français, tu as le cours d’Ada qui est sur le site (portage du site du zero). Il contient quelques fautes et le chapitre consacré à GTK est en partie obsolète. Il donne déjà un point de départ sur Ada.

Sinon, comme je l’ai mentionné dans le billet, AdaCore on développé un site permettant d’aprendre Ada (et Spark).

AdaCore propose également des livres disponnible gratuit sur Ada, Spark et même sur certaines certifications dans le ferroviaire et l’avionic.

Niveau livres, tu as la référence dans le domaine, le Barnes (Programming in Ada 2012).

Et pour plus de preuve formel, avec Spark cette fois si, tu as Building High Integrity Applications with SPARK qui est également une référence dans le domaine Spark (je dois le lire, ou à minima le survolé pour ma thèse d’ailleur ^^).

La communauté Ada, comparé aux communautés d’autres langages du genre C, C++ ou Java est relativement petite, mais tu es entouré de personnes très très compétentes avec chacun son domaine de prédilection. On n’échange pas mal sur (le préhistorique) comp.lang.ada et fr.comp.lang ada ou sur stackoverflow.

Édité par Heziode

+3 -0

Au risque de poser une question qui fache, quels sont les avantages de Ada par rapport aux autres langages ? Sans être spécialiste du domaine de programmation sûr (sans quoi je ne poserai pas la question), je sais qu’il existe un compilateur d’un sous-ensemble du C qui peut valider un code, des trucs de preuves de validité du genre Coq.

Gabbro

Il y a beaucoup à dire ici. Notamment, il existe deux outils "complètement formels", si l’on peut dire, pour le langage C. CompCert, un compilateur certifié, et Verasco un analyseur vérifié. CompCert ne valide pas le code. Il garantit que si un programme C ne contient aucun undefined behavior (ce qu’il ne vérifie pas), alors le code produit en sortie correspond sémantiquement au programme C que l’on a écrit (et optimise).

Verasco est un interpréteur abstrait basé sur CompCert. Il permet de montrer l’absence d’undefined behaviors, MAIS c’est dur, donc il est plutôt commun qu’il réponde "je ne sais pas".

C’est pour ça qu’on fait aussi des analyseurs qui sont formels mais pas complètement (au sens : l’analyseur n’est pas prouvé correct) comme Frama-C parce que l’on est généralement capable de faire des algos plus tricky dont on a de bonnes raisons de penser qu’ils sont bons mais qui seraient potentiellement très difficiles (et donc très couteux) à prouver formellement.

Dire que rust (attention, je ne parle pas de toi : P) est un langage révolutionnaire en permettant de faire des programmes sûrs, je suis désolé, mais ça existe au moins de puis 1983 (première parution d’Ada), voir peut-être même avant.

Heziode

Nope. Même si Ada est un langage plutôt bien foutu, il ne donnait (et ne donne toujours) pas de safety by design. Il est très facile de faire un truc tout pété en utilisant des fonctionnalités aussi stupides que le new qui est fourni en Ada, ou alors en attaquant des programmes concurrents. En Rust, pour péter les garanties données par le système de types, il faut utiliser des blocs unsafe.

Rust a très clairement apporté quelque chose de neuf. Un système de types utilisable en production qui donne des garanties de memory safety, y compris dans un contexte concurrent. Il y a eu des langages jouets capables d’arriver à faire quelque chose de ce genre, mais certainement pas de langages utilisés en production et avec les performances qu’offre Rust.

EDIT :

C’est donc un confort incomparable quand on fait de la programmation modulaire, et en particulier quand il s’agit de relire ou de maintenir des applications (la syntaxe est très lisible). Cela va donc plus loin que les preuves de programme type Coq (pour ce que je m’en souviens), et représente une garantie de fiabilité

MichelPro

Sans faire la vérification des dits-contrats, ça n’apporte pas vraiment de fiabilité.

Édité par Ksass`Peuk

First : Always RTFM - "Tout devrait être rendu aussi simple que possible, mais pas plus." A.Einstein [Tutoriel Frama-C WP]

+4 -0

Un truc qui est chiant avec Ada, c’est la lourdeur des types sommes/algébriques et l’absence de construction de filtrage de motif satisfaisante. On peut faire des variant records, qui offrent plus de sûreté qu’une union de C, mais cela impose le même style de programation assez lourd où on teste un tag, on accède aux champs, etc.; pour définir des structures d’arbre syntaxique par exemple, c’est très lourd. À quand l’ajout de filtrage de motif digne de ce nom ?

Une chose qui me met un peu mal à l’aise dans ce billet, c’est l’aspect publicitaire pour une société privée. AdaCore est une boîte qui fait plein de choses très bien et qui porte de belles valeurs en terme de programmation, mais il n’empêche que le billet, par la façon dont il est rédigé, ressemble plus à du contenu écrit par un influenceur sponsorisé qu’à un résumé d’un événement technique. (Un peu comme le serait un retour d’expérience sur la conférence Apple ou Microsoft de l’année.)

Est-ce que, au moins, quand on écrit ce genre de billets sur ce site, on pourrait s’imposer la discipline de clarifier les liens qu’on a avec la structure que l’on décrit ? (Est-ce que l’auteur est employé d’AdaCore, ou alors membre d’une structure qui travaille avec AdaCore ?) Je lis pas mal de nouvelles sur Linux Weekly News, où les auteurs précisent par exemple quand les frais pour assister à un événement ont été couverts par une structure privée. Je ne demande pas que les auteurs de billets sur ZdS s’auto-astreignent au respect des principes journalistiques les plus stricts, mais je pense qu’il serait bon que les partis pris soient pleinement assumés et explicités, au moins au sujet des intérêts privés. (Vous vous souvenez du jour où le Site du Zero s’est mis à se lancer dans des jeux-concours pour gagner des cartes NVIDIA ?)

+1 -0

Un truc qui est chiant avec Ada, c’est la lourdeur des types sommes/algébriques et l’absence de construction de filtrage de motif satisfaisante. On peut faire des variant records, qui offrent plus de sûreté qu’une union de C, mais cela impose le même style de programation assez lourd où on teste un tag, on accède aux champs, etc.; pour définir des structures d’arbre syntaxique par exemple, c’est très lourd. À quand l’ajout de filtrage de motif digne de ce nom ?

gasche

Je n’ai pas compris… Tu veux dire quoi par filtrage de motif ?

Une chose qui me met un peu mal à l’aise dans ce billet, c’est l’aspect publicitaire pour une société privée. AdaCore est une boîte qui fait plein de choses très bien et qui porte de belles valeurs en terme de programmation, mais il n’empêche que le billet, par la façon dont il est rédigé, ressemble plus à du contenu écrit par un influenceur sponsorisé qu’à un résumé d’un événement technique. (Un peu comme le serait un retour d’expérience sur la conférence Apple ou Microsoft de l’année.)

gasche

En même temps… c’est un évènement organisé par la société AdaCore. J’ai trouvé pertinent de parler de la journée étant donnée qu’elle (l’entreprise AdaCore) est un peu le leader dans le domaine de la compilation pour le langage de programmation Ada.

Est-ce que, au moins, quand on écrit ce genre de billets sur ce site, on pourrait s’imposer la discipline de clarifier les liens qu’on a avec la structure que l’on décrit ?

gasche

Ce n’est pas con ça. Je vais modifier le billet pour le mentionner. Juste pour le dire avant modif: je commence un doctorat (CIFRE) qui grosso modo touche à de la compilation, de l’analyse de code, structure de données, avec pour principale objective Ada (même si ce doit être plus langage agnostique possible). Je ne travaille pas pour/chez AdaCore. En revanche, j’utilise leurs compilo étant donnée qu’ils sont les seuls à fournir un compilo à jour. Je n’ai donc aucun lien directe avec eux, je ne possède pas d’action chez eux, et je ne suis pas sponsorisé/affilié/^(?:\w+é)$.

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte