Licence CC BY

La science insolite avec les Ig Nobel 2019

Pour les découvertes qui font d'abord rire, puis réfléchir

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 19 minutes

Comme chaque année, la cérémonie de remise des prix Ig Nobel a eu lieu en septembre. Cette année encore, des travaux de recherches improbables, qui font rire de prime abord, puis réfléchir ensuite, ont été récompensés. La cérémonie de remise s’est déroulée à l’université Harvard dans une ambiance festive. Les prix ont été décernés à des scientifiques aux travaux jugés insolites, ce qui ne les empêche pas, en général, d’être des études tout à fait sérieuses.

Pour ceux qui parlent anglais et qui ont deux heures devant eux, voici la vidéo de la cérémonie :

La cérémonie

Ai-je encore besoin de dire que la cérémonie a débuté par le traditionnel lancer d’avion en papier sur aérodrome humain ? Suivi d’un Welcome welcome speech, etc. Très scénarisée, absurde et rituelle, la cérémonie des Ig Nobel suit toujours le même principe depuis des années. On citera parmi les innovations la cornemuse utilisée par le censeur pour l’indication des scènes de violences ou de sexe ou la présence physique de M. Friedman, qui était présent par vidéo depuis 29 ans (avec la même vidéo).

Le thème de cette année, qui influence les expériences et le mini-opéra, mais pas les récipiendaires des prix est

Habits (Les habitudes)

Les prix en eux-mêmes sont des trophées différents chaque année, mais qui généralement ne ressemblent à rien. Le rien de cette année est un agglomérat d’une brosse à dents, un gobelet de café et un téléphone portable collés ensemble. Les autres prix, comme chaque année, sont un bout de papier attestant l’obtention d’un Ig Nobel (signé par des prix Nobel), 10 000 milliards de dollars zimbabwéens (soit rien du tout en dollars américains) et le droit de serrer la main d’un prix Nobel.

Des expériences en lien avec le thème ou les expériences ont lieu lors de la cérémonie (lorsque c’est possible et compatible avec la décence1). Je pourrai vous parler de la passation de balai, mais cela n’aurai aucun sens pour qui n’aurai pas vu la cérémonie, qui se regarde plus qu’elle ne se raconte. ;)

Parlons quand même des 24/7, des prix Nobel qui expliquent leur sujet en détail en 24 secondes, puis de manière intelligible par tous en 7 mots. Par exemple « Sérendipité signifie « bonne chance » et « essaie encore » »2 ou le très joli « L’habitude est d’agir comme toujours, encore »3 (si vous avez une jolie traduction en 7 mots, proposez-la).

Précisons que les heureux gagnants ont tous accepté le prix, et qu’ils ont la possibilité de refuser le prix s’ils jugent la plaisanterie peu à leur goût ou s’ils estiment que cela pourrait nuire à leur carrière. Sauf lorsque les prix sont satiriques et visent à dénoncer, mais ces prix ne sont jamais remis à des scientifiques.


  1. L’expérience en lien avec le prix d’anatomie de cette année a été annulée pour cette raison.

  2. Serendipity means "good luck" and "struck again".

  3. An habit is acting as usual, again.

Les prix

Médecine

Silvano Gallus [Italie, Pays-Bas], pour avoir réuni des preuves que la pizza peut protéger contre les maladies, à condition que la pizza soit fabriquée et mangée en Italie.

Références :

  • Does Pizza Protect Against Cancer?“, Silvano Gallus, Cristina Bosetti, Eva Negri, Renato Talamini, Maurizio Montella, Ettore Conti, Silvia Franceschi, and Carlo La Vecchia, International Journal of Cancer, vol. 107, no. 2, November 1, 2003, pp. 283–284.
  • Pizza and Risk of Acute Myocardial Infarction,” Silvano Gallus, A. Tavani, and C. La Vecchia, European Journal of Clinical Nutrition, vol. 58, no. 11, November 2004, pp. 1543–1546.
  • “Pizza Consumption and the Risk of Breast, Ovarian and Prostate Cancer,” Silvano Gallus, Renato Talamini, Cristina Bosetti, Eva Negri, Maurizio Montella, Silvia Franceschi, Attilio Giacosa, and Carlo La Vecchia, European Journal of Cancer Prevention, vol. 15, no. 1, February 2006, pp. 74–76.

Éducation médicale

Karen Pryor et Theresa McKeon [USA], pour avoir utilisé une méthode simple de dressage pour animaux (appelée « clicker training ») afin d’entrainer des chirurgiens à effectuer des opérations orthopédiques.

Références :

Chimie

Shigeru Watanabe, Mineko Ohnishi, Kaori Imai, Eiji Kawano et Seiji Igarashi [Japon], pour avoir estimé la quantité totale de salive produite par jour par un enfant moyen de 5 ans.

Références :

Ingénierie

Iman Farahbakhsh [Iran], pour avoir inventé une machine à changer les couches pour enfants.

Références :

  • “Infant Washer and Diaper-Changer Apparatus and Method,” US patent 10034582, granted to Iman Farahbakhsh, July 31, 2018.

Économie

Habip Gedik, Timothy A. Voss et Andreas Voss [Turquie, Pays-Bas, Allemagne], pour avoir testé quels billets sont les meilleurs pour propager des bactéries dangereuses.

Références :

Paix

Ghada A. bin Saif, Alexandru Papoiu, Liliana Banari, Francis McGlone, Shawn G. Kwatra, Yiong-Huak Chan et Gil Yosipovitch [Royaume-Unis, Arabie Saoudienne, Singapour, USA], pour avoir essayé de mesurer à quel point gratter une démangeaison est plaisant.

Références :

Psychologie

Fritz Strack [Allemagne], pour avoir découvert que tenir un stylo dans la bouche fait sourire, ce qui rend heureux, et pour avoir découvert que non.

Références :

sourire.png
Condition « lèvre » à gauche (sourire impossible) et « dent » à droite (sourire favorisé). Tiré du premier article.

Physique

Patricia Yang, Alexander Lee, Miles Chan, Alynn Martin, Ashley Edwards, Scott Carver et David Hu [USA, Taiwan, Australie, Nouvelle-Zélande, Suède, Royaume-Uni], pour avoir étudier comment et pourquoi les wombats font des cacas carrés.

Références :

  • “How Do Wombats Make Cubed Poo?” Patricia J. Yang, Miles Chan, Scott Carver, and David L. Hu, paper presented at the 71st Annual Meeting of the APS Division of Fluid Dynamics, Abstract: E19.0000, November 18–20, 2018.

Notez qu’il s’agit du second Ig Nobel de Patricia Yang et David Hu. Ils avaient reçu le prix en 2015 pour avoir testé le principe physique selon lequel presque tous les mammifères vidaient leur vessie en 21 secondes (plus ou moins 13 secondes).

Le prix de biologie

Le prix de biologie a été remis à Ling-Jun Kong, Herbert Crepaz, Agnieszka Górecka, Aleksandra Urbanek, Rainer Dumke et Tomasz Paterek [Singapour, Chine, Allemagne, Australie, Pologne, USA, Bulgarie], pour avoir découvert que les cafards morts magnétisés se comportent différemment des cafards vivants magnétisés. L’étude est In-Vivo Biomagnetic Characterisation of the American Cockroach.

Les auteurs commencent par nous rappeler qu’il existe des sens dont ne dispose pas l’espèce humaine, notamment la détection des champs magnétiques. Et le cafard sait faire ça. Comme on a trouvé dans les cafards des particules magnétisées, on se dit qu’il y a peut-être un lien. Mais pour vérifier, on voudrait pouvoir mesurer précisément le champ magnétique d’un insecte vivant (comme ça, on verrait comment les particules réagissent lors de l’expérience). Ce qui n’avait jusqu’ici jamais été fait !

Les chercheurs ont mis en place un protocole pour étudier les cafards et se sont rendu compte que s’ils magnétisaient les particules en question, elles restaient magnétisées environ une heure chez les cafards vivants, et près de 50 chez les cafards morts ! Ce serait lié au fait que les viscosités des cafards morts et vivants sont très différentes.

41598_2018_23005_Fig2_HTML.jpg
Décroissance du champ magnétique selon que les cafards sont en vie (points noirs, courbe rouge plein) ou morts (points bleus, courbe rouge en pointillé). Les cafards morts voient leur champ magnétique décroitre plus lentement que les cafards vivant, quelle que soit leur magnétisation initiale. Les cas testés sont une magnétisation (a) plus importante pour les morts, (b) plus importante pour les vivants, (c) identique dans les deux cas. Prenez garde, l’échelle change entre les trois cas.

Ce sont là des travaux préliminaires, mais ils valident la mesure d’un champ magnétique dans un insecte vivant, et apportent de premiers éléments sur le lien entre les particules magnétiques, la viscosité interne et la magnétoréception.

Affaire à suivre. ;)

Le prix d'anatomie

Le prix d’anatomie a été remis à Mieusset et Bourras Bengoudifa, deux Français, pour avoir mesuré l’asymétrie de température entre les testicules, sur des facteurs français, nus ou habillés. C’était tout du moins présenté comme tel lors de la cérémonie. L’article source est « Thermal Asymmetry of the Human Scrotum, Bourras Bengoudifa and Roger Mieusset, Human Reproduction, vol. 22, no. 8, 2007, pp. 2178–2182. »

Comme d’habitude avec les Ig Nobel, on rit devant l’absurdité apparente des travaux, puis on va lire l’article originel, et alors on réfléchit.

Scrotal temperatures in men have been reported to be either similar on both sides or higher on the left than the right scrotum. We aimed to clarify this discrepancy from new data.

Les températures du scrotum des hommes ont été mesurées par le passé comme étant soit similaires des deux côtés, soit plus haute sur le scrotum gauche que sur le droit. Nous [les auteurs de l’article scientifique] avons pour but de clarifier cet écart avec de nouvelles données.

Introduction de l’article scientifique (en anglais) et sa traduction.

On ne sait donc pas bien si les testicules gauche et droit sont à la même température. Or, cette question est importante pour la fertilité : le scrotum régule la température des testicules, en les laissant pendre par fortes chaleurs, ou en les rapprochant du corps en cas de froid, de telle sorte que la température testiculaire soit un peu inférieure à celle du corps, ce qui améliore la fertilité masculine. Une asymétrie de température aurait donc des conséquences sur la fertilité masculine.

OK, mais pourquoi des facteurs, me demanderez-vous ? Parce qu’ils alternent de par leur travail 90 minutes debout puis 15 minutes de marche. Cela permet de les comparer entre eux (la position et l’activité physique changent la température) mais aussi avec d’autres professions, entre autres les chauffeurs de bus. Ainsi, on peut comparer des données en conditions réelles, mais relativement contrôlées, et des conditions expérimentales très contrôlées, mais moins réalistes (4 positions, pendant un quart d’heure chacune).

Les résultats indiquent que selon que les gens sont habillés ou nus (pour le groupe le mieux contrôlé), les résultats diffèrent. Les chercheurs observent une différence de température faible, mais significative, avec le testicule droit plus chaud chez les gens nus et le testicule gauche plus chaud chez les gens habillés. Pour les postiers et les chauffeurs de bus, le gauche est toujours plus chaud, avec une différence significative et plus importante que l’expérience précédente.

Je vous laisse lire le détail si cela vous passionne, mais j’espère que vous commencez à voir pourquoi ces résultats sont importants : la température influence la fertilité, mais les conditions expérimentales influencent la mesure de la température ; le testicule mesuré change les résultats de température. Pire, selon les conditions, le plus chaud peut être soit le gauche, soit le droit. Toutes les études cherchant à faire une association entre fertilité masculine et température des testicules devront tenir compte de ces résultats pour être rigoureuses.

Je laisse le mot de la fin aux auteurs :

From a practical point of view, it would appear necessary, in the present state of knowledge, to measure right and left scrotal temperature in all experimental or epidemiological studies dealing with the relationship between scrotal temperature and spermatogenesis or fertility.

D’un point de vue pratique, il semble nécessaire, dans l’état actuel des connaissances, de mesurer la température du scrotum gauche et droit dans toutes les études expérimentales ou épidémiologiques traitant de la relation entre la température du scrotum et la spermatogénèse ou la fertilité.

Conclusion de l’article scientifique (en anglais) et sa traduction.

En espérant que ces prix, qui récompensent des travaux… originaux, vous aient fait rire, mais aussi réfléchir !


Un grand merci à @Aabu pour la validation de cet article. :)

Ces contenus pourraient vous intéresser

5 commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte