Licence CC BY-NC

Prononcer l'imprononçable : introduction à l'Alphabet Phonétique International

Alias un élément inévitable de la linguistique moderne

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 23 minutes

Si je vous dis : « API », à quoi pensez-vous :) ?

Non, il ne va pas être ici question d'Application Programming Interface, mais plutôt de l'Alphabet Phonétique International. Cet article a pour but de présenter rapidement de quoi il s’agit et, surtout, de vous montrer comment ça marche !

À la fin de cet article, vous serez (normalement :-° ) en mesure de prononcer le nom gallois Llanfairpwllgwyngyllgogerychwyrndrobwllllantysiliogogogoch (nom d’un village, abrégé Llanfair PG) :

Llanfair PG, like a boss.

Vous êtes prêts ? Il vous faudra seulement une quinzaine de minutes, un endroit environ silencieux et beaucoup (beaucoup) de répétitions ;) !

L'API, qu'est-ce-que c'est ?

Des sons et des lettres

N’avez-vous jamais trouvé l’orthographe du français un peu biscornue ?
Il y a un écart important entre les mots tels que nous les prononçons et tels que nous les écrivons. Pourquoi le s peut-il se prononcer z ? Avez-vous remarqué que le o dans mort n’est pas le même que dans auto ? Le g peut se prononcer de deux manières différentes, en fonction de la voyelle qui les suit. Doit-on aussi parler de l’orthographe de la ville Bordeaux, bien compliquée pour donner les sons bordo ? C’est sans compter les lettres muettes (le x de paix), les exceptions (Bourg-en-Bresse) et bien d’autres !

Oui, la plupart de ces éléments ont une origine étymologique : par exemple, le x de paix vient du latin pax, le ps de temps vient du latin tempus, etc. En fait, pour l’essentiel de ces cas, il s’agit d’ajouts tardifs (XIXème siècle), quelquefois même erronés : Bordeaux n’a en fait rien à voir avec l’eau, puisque c’est une adaptation du nom gallo-romain Burdigala, le ds de poids vient du mot pondus, qu’on a identifié à tort comme l’ancêtre de ce mot (c’était en fait pensus), etc. :D .

Bref, tout ça pour une banalité : en français, comme dans de nombreuses autres langues, une lettre ne correspond pas à un seul son, ni un son à une seule lettre ! En API, ce n’est pas le cas : un son donne une lettre, et réciproquement. Ainsi, le son dans « assez », « ici » « français » et « détermination », sera écrit /s/ en API, quel que soit contexte – /ase/, /isi/, /fʁɑ̃sɛ/, /detɛʁminasjɔ̃/.

Comment écrire des mots étrangers ?

Je vais vous raconter une petite anecdote pour vous montrer l’intérêt de l’API :) .
Il était une fois votre serviteur, qui souhaitait apprendre la langue russe. Un jour, un de mes amis m’offre une petite méthode pour apprendre le russe. Il s’agissait de « Je parle russe », aux éditions Marabout – que je vous déconseille au passage, pour la raison qui suit.
Comme vous le savez sans doute, la langue russe ne s’écrit pas avec le même alphabet que le nôtre : ils utilisent l’alphabet cyrillique. Le problème, c’est que, dans cette méthode, l’alphabet cyrillique n’était jamais utilisé. Tout était transcrit dans notre alphabet. Ce qui pose un énorme problème de prononciation et de compréhension : c’est comme si vous prétendiez parler anglais en lisant des phrases du type : « Aï spik ine-gliche » ou « Braïane iz ine ze kit-cheune ». Cela peut vous servir dans un premier temps pour saisir à peu près comment prononcer la chose, mais on ne peut pas étudier sérieusement l’anglais en disant que le th dans the équivalent à notre z dans zèbre.

Bref, le problème, c’est que notre alphabet et notre manière de l’utiliser ne peut pas noter des sons absents de notre langue. Il est impossible de transcrire dans notre langue le ı turc, le ch allemand1, le Лъ cyrillique, etc. : on ne peut qu’en donner une approximation ;) . C’est comme si vous disiez, en mathématiques, π ≈ 3 : c’est une façon simple de présenter les choses, mais vous ne pouvez rien calculer de sérieux avec.

Avec l’API, ce problème n’existe plus, puisque tous les sons connus sont répertoriés, et chacun dispose d’un signe spécifique (voire de plusieurs) pour l’indiquer.
Ainsi, apprendre l’API, c’est pouvoir (virtuellement) prononcer toutes les langues du monde, y compris les langues mortes, les langues inventées, etc. Ce sera quelquefois dur, long, mais vous y arriverez.

Présentation rapide de l’API

Bref, il est temps que je vous présente formellement l’Alphabet Phonétique International.

Cet alphabet existe depuis bientôt un siècle et demi (1886), débutant avec seulement quelques signes, et aboutissant de nos jours à un système extrêmement complet et (un peu) complexe.

Ainsi, comme je vous l’ai indiqué, on dispose d’un signe par consonne existante, et de même pour les voyelle. En plus de cela, on trouve des modificateurs divers, qui servent à marquer des petits changement dans la manière de prononcer les sons : par exemple, le signe /ː/ (chrone) montre que le son prononcé est long, c’est-à-dire qu’il dure plus longtemps que les autres voyelles, en moyenne. Il existe aussi des signes pour indiquer les tons (par exemple en chinois, vietnamien, etc.), ainsi que quelques autres éléments que je ne détaillerai pas. Tout cela forme une boîte à outil complète pour comprendre et décomposer les sons.

L’API se note généralement entre barres obliques : par exemple, /isi/. Autrement, lorsqu’il s’agit vraiment d’une prononciation très spécifique et très détaillée (prononcée à un temps donné par une personne avec un accent spécifiquement), on utilise plutôt des crochets : [isi].

Avec ce rapide résumé, vous avez maintenant tous les éléments en main pour passer à la pratique :D !


  1. Qu’il s’agisse du ach-Laut ou du ich-Laut, en fait.

Un peu d'application : Llanfair PG pour les nuls (et les moins nuls)

Comme je vous l’ai dit, le but de cette section est de vous aider à prononcer le nom du village gallois llanfair­pwll­gwyn­gyll­go­gery­chwyrn­drobwll­llan­tysilio­gogo­goch à l’aide de l’Alphabet Phonétique International. Je ne vous promets pas que ce sera facile, mais je vous assure que c’est faisable :-° .

Wikipédia donne une transcription en API, que j’ai légèrement simplifiée et modifiée pour ne pas vous encombrer de détails inutiles :

Cela ne semble pas plus simple, reformulé comme ça, mais en y allant étape par étape, nous arriverons au but !

Découper le mot

La principale difficulté de ce mot, c’est sa longueur. Nous allons donc le découper par syllabe, afin de faciliter la prononciation. Une fois que vous arriverez à prononcer les syllabes individuellement, vous pourrez vous risquer à prononcer le mot dans son ensemble. Ainsi, nous avons 19 syllabes :

  • /ɬan/ ;
  • /va/ ;
  • /ir/ ;
  • /pʊɬ/ ;
  • /gwɪn/ ;
  • /gɪɬ/ ;
  • /go/ ;
  • /ge/ ;
  • /rə/ ;
  • /χwərn/ ;
  • /dro/ ;
  • /bʊ/ ;
  • /ɬːan/ ;
  • /tɪ/ ;
  • /si/ ;
  • /ljo/ ;
  • /go/ ;
  • /go/ ;
  • /goːχ/.

Connaître les sons

La partie facile

Dans ce catalogue, il y a beaucoup de sons que vous connaissez déjà, et dont les signes API sont assez transparents :

Son en API Mot français où l’on trouve le son concerné
/a/ « ta »
/b/ « boîte »
/d/ « don »
/e/ « étoile »
/g/ « gare »
/i/ « il »
/j/ « yack »
/l/ « la »
/n/ « note »
/o/ « pot » (et non pas « porte »)
/p/ « pot »
/r/ R roulé (Il n’existe pas en français conventionnel : si vous n’arrivez vraiment pas à le prononcer, garder notre r français, noté /ʁ/)
/s/ « si »
/t/ « ta »
/v/ « vent »
/w/ « ouate »

Tableau 1 : Sons faciles contenus dans Llanfair PG

J’attire particulièrement votre attention sur les sons /j/, /o/ et /r/, qui peuvent induire en erreur.

Avec cela, déjà, vous pouvez prononcer 9 syllabes :

  • /va/, comme ça s’écrit ;
  • /ir/, idem ;
  • /go/, idem ;
  • /ge/, comme dans le mot « gué » ;
  • /dro/, comme ça s’écrit ;
  • /si/, idem ;
  • /ljo/, comme dans « lyophilisé ».
  • /go/, comme ça s’écrit ;
  • /go/, une deuxième fois ;) .

C’était facile, non ? Il n’y a donc plus qu’une dizaine de syllabes qui pose problème ;) !

Chrone

Deux syllabes contiennent ce signe, qui ressemble à un deux-points (il est en fait formé de deux triangles pointant l’un vers l’autre). Il s’agit d’un chrone : ː.
Il apparaît dans deux syllabes :

  • /ɬːan/ ;
  • /goːχ/.

Comme indiqué plus haut, son but est simplement de rallonger le son qu’il précède. Ainsi, on pourrait transformer /goːχ/ en /gooχ/ pour bien montrer que, dans cette syllabe, on produit deux fois plus longtemps le son /o/. Idem pour /ɬːan/.

Le schwa

Vous avez pu remarquer ce /ə/, un e à l’envers présent dans les syllabes :

  • /rə/ ;
  • et /χwərn/.

En fait, c’est un son dont on dispose en français : c’est notre fameux « euhhhh » d’hésitation :) . Attention, ce n’est pas exactement le même « eu » que dans les mots « jeune » et « jne », qui sont respectivement plus ouvert et plus fermé. Si vous ne saisissez pas la différence entre ces trois « eu », mettons que le son que vous produisez conviendra, l’important étant de produire le moins d’effort pour le produire – c’est le son inarticulé par excellence.

Ach-Laut

Avec /χ/, nous attaquons les sons qui n’existent pas dans la langue française. On le trouve notamment en allemand (dans « Ach »), en espagnol (« jota »), en russe (« хорошо »), en breton (la notation « c’h »), en arabe, etc. Il consiste en un raclement de gorge, à peu près au même endroit où nous produisons notre « r » français. Il apparaît dans les syllabes :

  • /χwərn/ ;
  • /goːχ/.

À ce stade de l’article, vous pouvez donc prononcer les deux syllabes ci-dessus, que l’on peut approximer en français par les écritures « khweurne » et « gokh », si vous considérez que « kh » correspond au son /χ/.

Les complications

/ɬ/ est un son notable, assez caractéristique du gallois, même s’il existe dans d’autres langues. Il n’existe pas en français, et il est important de bien savoir le produire pour bien prononcer ce nom de village. Il apparaît dans plusieurs syllabes :

  • /ɬan/ ;
  • /pʊɬ/ ;
  • /gɪɬ/ ;
  • /ɬːan/.

Pour le prononcer, je vous propose de suivre les étapes suivantes :

  1. Prononcez le son /l/, comme dans « le », pendant une longue durée (1 à 2 secondes) ;
  2. À la fin de cette prononciation, gardez la pointe de la langue collée au palais, dans la position où elle était pour la prononciation de /l/.
  3. Tâchez maintenant de prononcer le son que l’on écrit « ch » en français, comme dans « chat » ou « tâche ». Le son que vous entendez en faisant cela est /ɬ/, qui est jugé assez disgracieux en français, mais qui est absolument normal en gallois :3 .
  4. N’hésitez pas à recommencer, pour confirmer votre réussite, ou si cela n’a abouti à rien.

Maintenant que vous pouvez prononcer /ɬ/, il vous est facile de prononcer les syllabes suivantes :

  • /ɬan/ : écrit à la française « chane », si vous considérez que « ch » est le son /ɬ/ ;
  • /ɬːan/ : ici, la syllabe est quasiment identique à la précédente. La seule différente est le temps que vous passez à prononcer /ɬ/, deux fois plus importante dans /ɬːan/ que dans /ɬan/.

Une voyelle typiquement anglaise

Il ne vous reste plus que deux sons à apprendre !

Parmi lequel /ɪ/, qui revient 3 fois :

  • /gwɪn/ ;
  • /gɪɬ/ ;
  • /tɪ/.

En fait, ce son est à mi-chemin entre le son /e/ (dans « gué ») et /i/ (dans « ici »). Il faut que vous essayiez de prononcer ces deux sons en même temps, et de les fusionner en un seul. Pour exemple, on le retrouve beaucoup en anglais, à la fin des adjectifs : /mistɪ/ (pour « misty ») ou /twɛntɪ/ (« twenty »).
Prenez le temps de bien prononcer ce son, il donnera une véritable authenticité à votre prononciation. Si, malgré tout, vous n’arrivez pas à produire ce son, restez sur l’approximation que vous semblera la plus adéquate, à partir du son /i/.

Terminons-en !

Il ne reste que deux syllabes inconnues, contenant le son /ʊ/ (/pʊɬ/, /bʊ/).
Tout comme le son /ɪ/ est à mi-chemin entre /e/ et /i/, /ʊ/ est à mi-chemin entre /u/ (comme dans « coupe ») et /ɔ/ (comme dans « tort »). C’est sans doute le son le plus difficile à prononcer de tous, car la subtilité est vraiment délicate aux oreilles, et je ne dispose d’aucun exemple pour essayer de mieux vous expliquer ce son.
Si vous n’arrivez pas, malgré tous vos essais, à prononcer ce son, vous pouvez vous contenter de notre /u/ (dans « tout »), même si cela réduit l’exactitude de votre prononciation.

Rassemblons le puzzle

Au terme de ces apprentissages, vous pouvez normalement prononcer toutes les syllabes du mot, que j’ai classé par ordre de difficulté :

  • /va/ ;
  • /ir/ ;
  • /go/ ;
  • /dro/ ;
  • /si/ ;
  • /go/ ;
  • /go/ ;
  • /ge/ – comme « gué », rappelez-vous ;
  • /ljo/ – comme « lyophilisé » ;
  • /rə/ – comme « reprendre » ;
  • /goːχ/, avec un /o/ long ;
  • /ɬan/ ;
  • /ɬːan/ ;
  • /tɪ/ ;
  • /bʊ/ ;
  • /χwərn/ ;
  • /gwɪn/ ;
  • /gɪɬ/ ;
  • /pʊɬ/.

Vous avez réussi à prononcer toutes ces syllabes ? Répétez encore. Vous avez trébuché sur quelques sons ? Reprenez-les et ne vous découragez pas : il est normal de ne pas tout bien prononcer du premier coup ;) .

Maintenant, prononcez les syllabes, dans l’ordre, trois par trois.

Round 1 :

  • /ɬan/ ;
  • /va/ ;
  • /ir/.

Reprenez les syllabes où vous avez pu buter. Répétez encore l’ensemble, plusieurs fois, pour prendre le pli. Essayez de répéter de plus en plus vite, pour enchaîner naturellement les sons, mais sans les déformer.

Round 2 :

  • /pʊɬ/ ;
  • /gwɪn/ ;
  • /gɪɬ/.

Même consigne, répétez à nouveau pour fluidifier l’enchaînement.

Round 3 :

  • /go/ ;
  • /ge/ ;
  • /rə/.

Round 4 :

  • /χwərn/ ;
  • /dro/ ;
  • /bʊ/.

Round 5 :

  • /ɬːan/ ;
  • /tɪ/ ;
  • /si/.

Round 6 :

  • /ljo/ ;
  • /go/ ;
  • /go/.

Dernière syllabe :

  • /goːχ/.

Au terme de ces exercices, vous pouvez commencer à associer le premier et le deuxième groupe de syllabes, etc. Finalement, avec un peu de ténacité, vous pouvez enchaîner, plus ou moins fluidement, les sons suivants :magicien: :

Vous êtes perfectionnistes ? C'est par ici

La prononciation à laquelle vous parvenez à ce moment de l’article est vraiment suffisante pour être comprise par un Gallois natif. Vous pouvez vous arrêter là pour aujourd’hui, c’est déjà un bon exploit ! Par contre, si vous voulez pousser le vice jusqu’au bout, cette partie vous est dédiée ;) .

En effet, si vous examinez la transcription API donnée par Wikipédia, il bien plus de détails :

[ˌɬan.vair.puɬ.ˌɡwɪ̈n.ɡɪ̈ɬ.ɡo.ˌɡer.ə.ˌχwərn.ˌdrob.uɬ.ˌɬan.tɪ̈s.ˌil.jo.ˌɡo.ɡo.ˈɡoːχ].

Hormis les points, qui séparent les syllabes (afin de rendre le tout plus lisible :p ), on remarque deux éléments en plus :

  • D’abord les sortes d’apostrophes : [ˌ] et [ˈ] ;
  • Ensuite, les trémas sur les [ɪ̈].

Des questions d’accents

Les sortes d’apostrophes marquent en fait les syllabes accentuées, c’est-à-dire celles que l’on prononce un poil plus fort et plus longtemps que les autres. Dans l’équivalence qui suit, vous devez donc appuyer sur les syllabes en italique, et surtout sur celle en gras :

/ɬanvairpʊɬgwɪngɪɬgogerəχwərndrobʊɬːantɪsiljogogogoːχ/

Ces accentuations doivent permettrent de rythmer la longue prononciation du nom complet même si, je vous l’avoue, j’ai également du mal à bien appliquer tout cela à la lettre :D .

Est-ce un tréma ? Non, c’est une centralisation !

Deuxième mystère : les trémas qui se trouvent au-dessus des /ɪ/ marquent en fait une prononciation centrale, c’est-à-dire, non pas à l’avant de la bouche, mais un peu plus en arrière, à l’endroit où l’on prononce le son /ə/. Pour les turcophones et russophones, c’est également l’endroit où l’on prononce respectivement les lettres ı et ы, qui sont un peu plus en arrière de la bouche que le son /i/.

C’est sans doute la plus grande difficulté du nom de Llanfair PG et, avec un peu d’entraînement, vous pourrez peut-être arrivez à prononcer fluidement le nom de ce village gallois qui, mis à part cela, n’a en fait pas grand-chose d’exceptionnel :-° :

/ɬanvairpʊɬgwɪ̈ngɪ̈ɬgogerəχwərndrobʊɬːantɪ̈siljogogogoːχ/


Voilà ! J’espère que ce rapide contenu vous aura intéressé et plu :) !

N’hésitez pas à entreprendre d’autres défis API de ce genre : il est très facile de trouver des transcriptions phonétiques sur le Net et, avec un peu de chance et beaucoup de ténacité, vous pourrez prononcer à peu près n’importe quel son sur Terre :3

Ces contenus pourraient vous intéresser

21 commentaires

Petit commentaire pour vous encourager à partagez cette première expérience avec l’Alphabet Phonétique International ! Décrivez ce que vous avez ou non réussi à prononcer, comment, etc. ;)

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+2 -0

C’est une intro un peu brutale à la phonétique, mais c’est bien guidé !

En fait, c’est un son dont on dispose en français : c’est notre fameux « euhhhh » d’hésitation

De façon beaucoup plus consensuelle (perso l’hésitation je la prononce parfois ø, parfois ə), c’est tout bêtement notre e quand on le prononce. Comme dans "que".

C’est comme si vous disiez, en mathématiques, π ≈ 3 : c’est une façon simple de présenter les choses, mais vous ne pouvez rien calculer de sérieux avec.

Je me sens personnellement attaqué. :D

Édité par adri1

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+2 -0

Merci pour cet article très intéressant. Attention, il y a plusieurs exemples qui sont complètement invalidés par des accents locaux, notamment :

Avez-vous remarqué que le o dans mort n’est pas le même que dans auto ?
/o/ « pot » (et non pas « porte »)

J’ai très souvent entendu prononcer « auto » et « pot » avec un o ouvert, comme dans « porte ».

Et sinon ça laisse la véritable question en suspens : comment est-ce qu’on prononce « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn » ? ^(;,;)^

Très bon article, merci beaucoup ! (Et merci aussi pour la découverte du TedX du début !)

Bon, personnellement, je bute sur /ɬ/…

« Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents. »

+0 -0

Même si les accents locaux et d’autres subtilités viennent compliquer tout, ça reste très utile pour savoir comment se prononce quelque chose sans avoir à l’écouter. Je ne regarde plus que des dictionnaires où c’est précisé, notamment pour l’anglais.

Sinon, l’étape d’après, c’est de savoir comment faire ces fameux sons. On voit que ce n’est pas forcément facile :

Pour le prononcer, je vous propose de suivre les étapes suivantes :

  1. Prononcez le son /l/, comme dans « le », pendant une longue durée (1 à 2 secondes) ;
  2. À la fin de cette prononciation, gardez la pointe de la langue collée au palais, dans la position où elle était pour la prononciation de /l/.
  3. Tâchez maintenant de prononcer le son que l’on écrit « ch » en français, comme dans « chat » ou « tâche ». Le son que vous entendez en faisant cela est /ɬ/, qui est jugé assez disgracieux en français, mais qui est absolument normal en gallois :3 .
  4. N’hésitez pas à recommencer, pour confirmer votre réussite, ou si cela n’a abouti à rien.

Il faudrait un langage qui décrit tout ce qu’il y a là de manière synthétique. Ça existe ? :D

Sur ce genre de trucs, la seule chose que je connais est un logiciel qui te montre de manière animée comment doivent bouger tes lèvres et ta gorge (pour l’allemand). On peut en voir une démo en vidéo.

+0 -0

Pour le prononcer, je vous propose de suivre les étapes suivantes :

Ce genre d’explication ne m’a jamais permis de faire le son souhaité. Exemple typique, le "the" anglais.

Mais l’article était très sympa et instructif. Merci [dwɛjn]. :)

Édité par Gabbro

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+1 -0

Merci pour cet article très intéressant. Attention, il y a plusieurs exemples qui sont complètement invalidés par des accents locaux, notamment :

Avez-vous remarqué que le o dans mort n’est pas le même que dans auto ?
/o/ « pot » (et non pas « porte »)

J’ai très souvent entendu prononcer « auto » et « pot » avec un o ouvert, comme dans « porte ».

SpaceFox

Et pas uniquement locaux, j’ai l’impression que ça se généralise.

Je remarque régulièrement aux bulletins météo télévisés, sans qu’il y ait d’accent particulier, que « alerte jaune », « Aude » ou « Haute-Saône » sont tous prononcés avec des /ɔ/.

Je remarque régulièrement aux bulletins météo télévisés, sans qu’il y ait d’accent particulier, que « alerte jaune », « Aude » ou « Haute-Saône » sont tous prononcés avec des /ɔ/.

Après, il y a bien eu une radio sur laquelle une bonne part des présentateurs météos avaient des accents du sud de la France pendant une période ! Et que pas mal des gens de la télé sont coachés pour neutraliser leur accent dans une certaine mesure (tous les journalistes parlent avec la même intonation bizarre).

Édité par Aabu

+0 -0

Merci pour cet article ! Et heureusement que je suis seul chez moi, sinon je suis sûr de passer pour un débile devant mon PC… :lol:

“I don’t love studying. I hate studying. I like learning. Learning is beautiful.” – Natalie Portman

+1 -0

Après, il y a bien eu une radio sur laquelle une bonne part des présentateurs météos avaient des accents du sud de la France pendant une période ! Et que pas mal des gens de la télé sont coachés pour neutraliser leur accent dans une certaine mesure (tous les journalistes parlent avec la même intonation bizarre).

Par ailleurs le fait d’écouter régulièrement un média parisien, ou des films et contenus doublés, souvent avec l’accent francilien. Le tout doublé d’un dénigrement des accents non franciliens aboutit à ce que la population perd ou atténue son accent inconsciemment avec le temps.

Quelqu’un qui est élevé dans une famille avec un accent prononcé pourrait ne pas l’acquérir à cause de ce phénomène.

Sur ce genre de trucs, la seule chose que je connais est un logiciel qui te montre de manière animée comment doivent bouger tes lèvres et ta gorge (pour l’allemand). On peut en voir une démo en vidéo.

Une autre solution est d’écouter des natifs parler. D’autant plus maintenant qu’il y a la synthèse vocale ou des banques de mots enregistrés par des natifs. Grace à Internet c’est donc assez facile de pouvoir entendre et réentendre un son pour l’assimiler. Cela ne m’empêche aps pour autant de galérer avec certains sons anglais ou néerlandais.

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+0 -0

Grace à Internet c’est donc assez facile de pouvoir entendre et réentendre un son pour l’assimiler. Cela ne m’empêche aps pour autant de galérer avec certains sons anglais ou néerlandais.

Renault
D'ailleurs, à propos de la prononciation du /ɪ/…
D'ailleurs, à propos de la prononciation du /ɪ/…

à l’API… Je l’utilise pour expliquer par écrit la prononciation de mon nom de famille (même si a tendance à plus embrouiller l’interlocuteur).

La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

Je remarque régulièrement aux bulletins météo télévisés, sans qu’il y ait d’accent particulier, que « alerte jaune », « Aude » ou « Haute-Saône » sont tous prononcés avec des /ɔ/.

Après, il y a bien eu une radio sur laquelle une bonne part des présentateurs météos avaient des accents du sud de la France pendant une période ! Et que pas mal des gens de la télé sont coachés pour neutraliser leur accent dans une certaine mesure (tous les journalistes parlent avec la même intonation bizarre).

Aabu

Il y a un podcast d’Arte très intéressant à ce sujet : Et là c’est le drame - Pourquoi les journalistes ont tous cet accent ridicule.

« Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents. »

+4 -0

Et sinon ça laisse la véritable question en suspens : comment est-ce qu’on prononce « Ph’nglui mglw’nafh Cthulhu R’lyeh wgah’nagl fhtagn » ? ^(;,;)^

SpaceFox

À première vue, l’orthographe me fait beaucoup penser aux langues gaéliques (qui mettent des h partout, c’est assez monstrueux xD), et l’on pourrait interpréter les apostrophes et w comme étant des voyelles (vous avez pu le voir dans l’article, le w est une voyelle normale, ou quasiment, en gallois).

Il faudrait un langage qui décrit tout ce qu’il y a là de manière synthétique. Ça existe ? :D

Aabu

Stricto sensu, non, mais on définit une consonne par 3 critères :

  • Son lieu d’articulation (en gros, où est-ce que tu places la langue pour le produire)
  • Le mode d’article (la manière de produire le son)
  • Le voisement (si tes cordes vocales vibrent ou non)

À l’issue de cette description, tu sais exactement de quel son il s’agit. De la même manière, il existe 3 critères pour déterminer les voyelles (les mêmes, à l’exception du voisement qui est remplacé par l’arrondissement des lèvres).
Coder les sons, à partir de là, n’est pas tellement difficile. Par exemple 000 pourrait désigner une consonne bilabiale (0 : produite sur les deux lèvres), occlusive (deuxième 0), sourde (0 : non-voisée), soit notre p ;) .

Sur ce genre de trucs, la seule chose que je connais est un logiciel qui te montre de manière animée comment doivent bouger tes lèvres et ta gorge (pour l’allemand). On peut en voir une démo en vidéo.

Aabu

Glossika Phonics a fait ça pour un nombre pléthorique de phonèmes API :) . Personnellement, ça m’a jamais vraiment aidé mais, effectivement, certains peuvent être réceptifs à d’autres supports pédagogiques :)

Ce genre d’explication ne m’a jamais permis de faire le son souhaité. Exemple typique, le "the" anglais.

Gabbro

Comme je l’ai dit, il y a effectivement des disparités inter-individuelles quant à l’utilité de ces instructions :p . Je voulais vraiment sortir du support multimédia (ou en tous cas le mettre au second plan) pour bien mettre l’accent sur l’unicité du son.

Après, en soi, le ll gallois n’est pas très compliqué à faire intuitivement pour un français : certains, en mimant des handicaps de prononciation (ici, le sigmatisme intervental), produisent sans s’en rendre compte des sons de ce type.

Merci pour cet article ! Et heureusement que je suis seul chez moi, sinon je suis sûr de passer pour un débile devant mon PC… :lol:

PG06

C’est tout le risque :D ! Personnellement, j’exerce mon API surtout quand je suis seul – autrement la confusion avec le culte de Cthulhu est vite arrivée ^^

Tu m’a redonné l’envie d’écrire sur les langues.

informaticienzero

Wow <3 ! Je n’en espérais pas tant :o


En tous cas, merci à tous pour cet accueil ! Ca fait chaud au coeur :3

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+0 -0

Coucou !

Ce cours introductif est vraiment très sympa ! J’avais noté son apparition lorsque … il est apparu ! (sic) Et j’y suis revenu et j’ai appris pas mal de choses et ça me donne envie de m’y intéresser davantage !

Une information : il a fallu que je cherche sur internet la prononciation de [ʊ] alors que j’ai eu aucun mal avec /ɪ/ et que je suis incapable de prononcer le /ɬ/ (mais j’y arriverai ! :pirate: )

Deux questions :

  • Connais tu une bonne référence pour apprendre l’API ? (notamment avec les subtilités des prononciations via les mécanismes physiologiques ?)
  • Tu aurais une liste vers tous les symboles qui existent en API avec une explication succinte de ce qu’ils sont ? o/ (je crois que je demande la Lune mais sait-on jamais)

En tout cas, merci beaucoup !

edit : L’API arrive à rendre compte des langues à clics ou pas ?

Édité par lhp22

+1 -0

N’y aurait-il pas une erreur pour [d] ? Je viens de me rendre compte que cela représentait une alvéolaire, et non une dentale (comme en français) qui se note [d̪ ], non ? Ou alors c’est voulu pour simplifier ?

+0 -0

Deux questions :

  • Connais tu une bonne référence pour apprendre l’API ? (notamment avec les subtilités des prononciations via les mécanismes physiologiques ?)
  • Tu aurais une liste vers tous les symboles qui existent en API avec une explication succinte de ce qu’ils sont ? o/ (je crois que je demande la Lune mais sait-on jamais) edit : L’API arrive à rendre compte des langues à clics ou pas ?
lhp22

Première question : J’avoue que je passe beaucoup par Wikipédia qui, pour ce niveau d’approche, reste suffisamment fiable.
Deuxième question : Glossika Phonics pourrait, peut-être, répondre à ce que tu recherches. Les vidéos sont courtes et pas toujours hyper expliquées, mais c’est une aide à la prononciation, qui peut être utiles pour certains ;)
Troisième question : Oui ! Les clics sont également compris dans la table des consonnes, quoique je ne me sois pas beaucoup penché dessus.

Le [d] est effectivement une alvéolaire et, quoiqu’en dise Wikipédia, j’ai l’impression qu’il l’est aussi en français ! Du moins je le prononce comme ça au quotidien et je crois que tout mon entourage fait ainsi (il faudrait que je vérifie ça). Je ne sais pas ce qu’il en est pour toi :D

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+0 -0

Personnellement, je le prononce de manière dentale. Et mes collocs le prononcent soit dentales soit pas, ça dépend, c’est bizarre Oo

lhp22

C’est ce que l’on appelle un allophone, c’est-à-dire plusieurs manières de réaliser un son qui, en fait, est censé être le même.

Par exemple, le r roulé, en français, peut être vu comme un allophone (que j’emploierai sans doute si je suis un émigré russe :D )

Édité par Dwayn

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte