Licence CC BY-NC-SA

Alors enfants de la patrie !

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 1 minute

Chaque 14 juillet, il est débattu, encore et toujours, sur les paroles de la Marseillaise. Trop sanglante, trop barbare… Bon, on va pas revenir là dessus, les paroles étaient écrit dans un contexte particulier. Sans oublier que cette chanson était en soi un énorme plagiat.

Par contre, savez-vous qu’il existe d’autres versions de la marseillaise ?

Commençons par une version que j’aime bien : la Marseillaise de la Commune. Écrit lors de la Commune de Paris (en gros, en 1871, le peuple a viré les notables pour autogérer la ville), Madame Jules Faure a écrit une version encensant la liberté.

Je vous met un couplet particulièrement contemporain :

« N’exaltez plus vos lois nouvelles, Le peuple est sourd à vos accents, Assez de phrases solennelles, Assez de mots vides de sens. (bis) Français, la plus belle victoire, C’est la conquête de tes droits, Ce sont là tes plus beaux exploits Que puisse enregistrer l’histoire. »

Une autre version de la Marseillaise que j’ai à vous proposer, c’est la Marseillaise des requins, de Gaston Couté, un chansonnier de la fin du XIX.

« Allez ! petits soldats de France / Le jour des poir’s est arrivé. / Pour servir la Haute Finance / Allez vous en là-bas crever ! (bis) / Tandis qu’au cœur de la fournaise / Vous tomb’rez, une balle au front, / De nos combin’s nous causerons / En fredonnant la Marseillaise ! »

Enfin, dernière version, la « Marseillaise de la paix ». Écrit par Paul Robin, il voulait faire chanter une chanson pacifique aux enfants des écoles.

« De l’universelle patrie Puisse venir le jour rêvé ! De la paix, de la paix chérie Le rameau sauveur est levé ! (bis) On entendra vers les frontières Les peuples se tendant les bras Crier : il n’est plus de soldats ! Soyons unis, nous sommes frères ! »

La marseillaise a connue donc de nombreuses versions. Et vous, quelle est votre version préférée ?



13 commentaires

Merci pour ce billet !

Et vous, quelle est votre version préférée ?

Sans hésiter, la version manouche de Django Reinhardt et Stéphane Grappelli :

Pas besoin de paroles pour se rendre compte qu’on est plus proche d’une célébration festive que des harangues belliqueuses de l’originale.

Cela dit vu le contexte (l’enregistrement date de 1946), c’est bien compréhensible.

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+3 -0

Écrit lors de la Commune de Paris (en gros, en 1971, le peuple a viré les notables pour autogérer la ville) […]

Je crois qu’il y a une petite erreur sur la date de la Commune de Paris. ;)

Sinon, je ne connaissais pas l’existence de ces différentes versions, pas plus que toute l’histoire qui a abouti à la création de l’hymne actuel, un billet menu mais instructif.

+0 -0

Personnellement, j’aime bien le deuxième couplet des enfants de la Marseillaise, qui a malheureusement été supprimé de la version officiel. Les versions de la Marseillaise sont assez chaotiques et variantes d’une date à l’autre, mais il s’agit, dans toutes les versions qui l’ont, du tout dernier couplet :

Enfants, que l’Honneur, la Patrie
Fassent l’objet de tous nos vœux !
Ayons toujours l’âme nourrie
Des feux qu’ils inspirent tous deux. (bis)
Soyons unis ! Tout est possible ;
Nos vils ennemis tomberont,
Alors les Français cesseront
De chanter ce refrain terrible.

REFRAIN

Il me semble qu’il est largement l’heure de cesser de le chanter.

Même si en vrai j’aime bien la Marseillaise ; on y trouve plus qu’un simple appel aux armes. Le deuxième couplet ou le quatrième (Tremblez, tyrans et vous perfides ; L’opprobre de tous les partis ; Tremblez ! vos projets parricides ; Vont enfin recevoir leurs prix !) sont certes guerrier, mais sont associé à de grands principes (liberté, lutte contre l’esclavage) dans lesquels je me retrouve.

Et c’est ce qui manque aux autres versions présentées ici : ce sont des satires mono-thème, qui joue sur le fait qu’ils détournent la Marseillaise, mais alors que celle-ci est bien plus qu’un simple chant guerrier. Les parodies se résument souvent à justement… une parodie.

PS : on peut trouver une version complète, avec les couplets supprimés, jamais chanté, qui ne sont plus officiel, et ajoutés (ceux des enfants, donc), ici. Il faut juste être conscient que, de fait, la Marseillaise n’a jamais été chanté comme ça, puisque des couplets étaient déjà supprimés lorsque d’autres ont été ajoutés.

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+2 -1

Et c’est ce qui manque aux autres versions présentées ici : ce sont des satires mono-thème, qui joue sur le fait qu’ils détournent la Marseillaise, mais alors que celle-ci est bien plus qu’un simple chant guerrier. Les parodies se résument souvent à justement… une parodie.

C’est réducteur de parler de parodie, je trouve : pour moi une parodie consiste à clowner quelque chose pour amuser la gallerie. Toutes les versions dérivées de la Marseillaise citées sont des prises de position, soit politiques, soit artistiques. Sans forcément prétendre remplacer l’originale, je trouve qu’elles sont toutes légitimes.

I was a llama before it was cool

+3 -0

Qu’elles soient des prises de positions, j’agrée. Mais je trouve, justement, qu’elles clownent (surtout la deuxième, malgré ses prises de positions fortes contre la colonisation). Elles moquent la Marseillaise en jouant sur une inversion de celle-ci, mais ratent, à mon sens, une partie importante de son propos. Quant à la légitimité, je ne me suis pas prononcé dessus. ;)

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+0 -0

Elles moquent la Marseillaise en jouant sur une inversion de celle-ci, mais ratent, à mon sens, une partie importante de son propos.

Je le vois différemment : prendre la Marseillaise comme base pour l’associer à des paroles différentes, c’est en utiliser le symbole, et donc tenir compte de tout ce qu’elle représente. "Nous, la France, qui nous gargarisons d’être le pays des Lumières, de la Liberté et des Droits de l’Homme, voici ce que nous sommes aussi (ou devrions être, suivant les versions)".

Le but, à mes yeux, n’est pas de nier la Marseillaise, mais plutôt d’en utiliser le symbole (l’hymne auquel la France est identifiée) pour bien montrer que c’est avec "l’idée de la France dans l’inconscient collectif" que l’on établit un contraste, dans un sens ou dans l’autre.

Tout comme une reprise a traditionnellement pour but de d’apporter un supplément à l’originale, lorsque c’est la Marseillaise que l’on reprend, on invite les Français à constater (ou vouloir) une réalité différente qui va plus loin que l’image complaisante qu’ils ont d’eux-mêmes : le but de cette démarche (comme toute démarche artistique engagée) est avant tout de susciter un questionnement, quitte à provoquer ou "gifler moralement" le public pour ce faire (curieusement on n’a pas encore cité la version de Gainsbourg…). L’art engagé n’a pas la prétention de changer ou remplacer les choses, juste d’envoyer un message.

Sans cela, il me semblerait inutile de vouloir réellement remplacer la Marseillaise par une copie modifiée d’elle-même : quoi que l’on pense de ses paroles, c’est l’hymne de la France aux yeux du monde entier. Ce serait vain de chercher à le déraciner, et d’autant plus si c’était pour le replanter dix mètres à côté.

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+3 -0

Cela dit, toutes ces chansons sont du XIX, et c’était coutume chez les chansonniers de reprendre l’air en changeant les paroles :-)

Et puis, comme dirait je ne sais plus qui (sûrement un anglais), la marseillaise est l’hymne le plus simple à chanter : il suffit de brailler. D’où sa popularité ?

Édité par qwerty

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

Et puis, comme dirait je ne sais plus qui (sûrement un anglais), la marseillaise est l’hymne le plus simple à chanter : il suffit de brailler.

Le refrain avant un match, peut-être, mais à chanter entièrement et juste (je pense à la deuxième partie du couplet "entendez-vous dans nos campagnes…"), c’est une autre histoire. Il me semble aussi qu’en termes d’ambitus (l’écart entre la note la plus grave et la plus aiguë), parmi les hymnes célèbres (connus du plus grand nombre), l’hymne américain est l’un des seuls à être pires que le nôtre.

Édité par nohar

I was a llama before it was cool

+0 -0

Le refrain avant un match, peut-être, mais à chanter entièrement et juste (je pense à la deuxième partie du couplet "entendez-vous dans nos campagnes…"), c’est une autre histoire

Je ne trouve pas que cela soit si compliqué en fait. Surtout quand tu compares cela avec les autres en fait.

C’est même tellement entrainant que la Belgique en oublie parfois le sien. :D

Amateur de Logiciel Libre et de la distribution GNU/Linux Fedora. #JeSuisArius

+0 -0

Ce n’est pas spécialement complexe (c’est un chant militaire hein faut pas trop leur en demander :D), mais mine de rien la deuxième partie du couplet change de tonalité et contient des intervalles mélodiques pas si évidents à chanter juste a cappella. Par contre c’est facile de se rattrapper en beuglant "Aux armes" sur le refrain.

I was a llama before it was cool

+0 -0

Il y a aussi une version royaliste de la résistance/rebellion (je ne sais pas comment l’appeller) Vendéenne : https://www.youtube.com/watch?v=UmpK3Hpmg8Y

Pour ce qui est de son aspect 'violent’, il faut aussi penser à ces vers :

"Francais en guerriers magnanimes,

Portez ou retenez vos coups.

Epargnez ces tristes victimes

A regret s’armant contre vous…"

Édité par ez613

+1 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte