Licence CC 0

[Chroniques de l'Est] Voyage en Moldavie

Partons ensemble vers ce pays lointain.

Publié :
Auteur :
Catégorie :
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Je vous écris aujourd’hui depuis la Moldavie, ce petit pays d’Europe de l’Est coincé entre la Roumanie et l’Ukraine. Je suis ici avec la volonté de mieux connaître ce pays, sa culture et son histoire, car de là vient une partie de ma famille. Je vous propose donc une série de billets qui vont le présenter, à travers mes yeux et mon appareil photo.

Un long voyage

Tout commence un samedi à Porte de la Villette, dans le XIXème arrondissement de Paris. Ici, nous montons dans le bus qui va nous emmener, deux jours durant, de la France à la Moldavie en passant par l’Allemagne, la Tchéquie, la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. Rien de bien inhabituel, c’est un grand car, avec la TV certes, mais pas de Wifi, contrairement à ce qui est indiqué sur la vitre. Pas grave, je peux utiliser la 4G en illimité jusqu’en Roumanie inclue, grâce à l’Union Européenne et à la fin des frais de roamming au sein de celle-ci. :)

Nous partons d’abord vers Villeneuve-Saint-George, où vivent également de nombreux moldaves, avant de mettre définitivement cap vers l’Est, en empruntant l’A4.

Aire de repos Allemagne
Nous n’avons passé la frontière que depuis quelques kilomètres, mais déjà, on voit que la vitesse n’est plus limitée sur autoroute et que certaines voitures sont plus avantagées que d’autres niveau vitesse.

Le soir tombe, la fatigue s’installe et je quitte l’Allemagne vers Stuttgart, ne retrouvant l’état éveillé qu’en plein milieu de la République Tchèque. J’aurais eu, néamoins, le temps d’apprécier les charmantes villes allemandes, bien que très rapidement.

Ville allemande
Ville allemande de Kaiserslautern, un peu plus de 100.000 habitants.

Ensuite, la campagne tchèque puis slovaque défilent rapidement, surtout la deuxième, parce que la distance entre la frontière tchéco-slovaque et slovaco-hongroise n’est pas très grande. Nous passerons près de Bratislava, mais rien d’intéressant à photographier.

Ikea en Tchéquie
Dédicasse à l’ami @entwanne, à propos de la Suède.

La Hongrie, hormi sa langue extrèmement différente de toutes les autres autours, ne présente pas de particularité marquante et nous arrivons finalement à la frontière roumano-hongroise. Ici, les choses se compliquent un peu.

Frontière Hongrie - Roumanie
Les embouteillages commencent. Notez qu’on voit sur la photo des plaques tchèques et polonaises, mais l’on croise de tout.

En effet, nous sommes sur l’un des itinéraires favoris pour les moldaves souhaitant passer les vacances au pays. Il y a donc énormément de monde et donc de l’attente : nous ne passerons pas avant 3h d’attente. En plus des voitures des pays adjacents comme les hongroises ou roumaines, j’ai noté énormément de voitures françaises et italiennes, ces deux pays étant des destinations de vie et de travail populaires chez les moldaves.

S’il y a des contrôles, c’est parce que la Roumanie, bien que membre de l’Union Européenne, ne fait pas partie de l’Espace Schengen, et il y a donc des contrôles à toutes ses frontières, même avec la Hongrie ou la Bulgarie.

Passer là-bas vous rappelle également que la corruption est une réalité quotidienne pour l’Europe de l’Est, encore aujourd’hui. Nous avons du laisser 50€ à un douanier hongrois qui refusait de nous laisser passer car, selon lui, le passeport moldave n’était pas en règle.

Ce facheux incident terminé, nous entrons en territore roumain puis nous arrêtons, après environ une heure, dans un restaurant des plus charmants. Là-bas, on goûte à une délicieuse soupe ainsi qu’à de la purée maison et une viande juteuse dont le nom m’échappe. Après plus d’une journée et demi à manger des sandwishs et autres trucs du genre, un repas léger mais succulent est des plus bienvenus.

Restaurant Roumanie
Un cadre très agréable, dans les montagnes, avec la fraicheur du soir nous réconfortant après les trois heures sous un soleil de plomb à la frontière.
Soupe
Cette soupe, dont le nom roumain m’échappe, était constituée de morceau de carotte, de pâtes faîtes maison, d’herbes, de morceau de porc et d’un bouillon très bon.

La nuit tombe, alors je me replonge dans les épisodes de Ranma ½, profitant de la 4G comme à la maison. Cependant, la traversée est bien plus longue en Roumanie qu’ailleurs, car le pays n’a quasiment aucune autoroute et nous empruntons des routes de montagnes, où nous ne roulons qu’à 50km/h en moyenne. Ce n’est qu’au bout de 9h que nous arrivons finalement à la frontière moldave, à Stânca côté roumain, Costești côté moldave.

Montagnes roumaines
Le genre de paysage que nous avons traversé en Roumanie.

La frontière se traverse bien plus vite qu’avec la Hongrie, personne ne nous cherche de problème et nous passons tous sans encombre. Enfin nous y somme, la République Socialiste Soviétique de Moldavie ! Voici la dernière photo de ce récit, les champs de Moldavie au lever du soleil, avec, pour nous, la joie de savoir qu’il ne reste plus qu’une heure de route de ce long trajet, de déjà plus de 35h.

Champs Moldavie
Le soleil symbolise notre espoit grandissant d’être bientôt arrivés et de pouvoir dormir sur un vrai lit.

En conclusion

Faire 2200km en bus, c’est quelque chose à faire une fois dans sa vie au moins. Ceci dit, j’avais déjà fait France - Ukraine et France - Portugal en voiture donc je savais à quoi m’attendre, c’est à dire des jolis photos mais une envie grandissante d’arriver, avec toujours la même question « Pourquoi j’ai fait ça ? »

Rendez-vous très vite pour d’autres aventures moldaves !



11 commentaires

J’ai fait Turin-Paris en bus, et ça m’a amplement suffi. Alors Paris-Moldavie, ce doit être un peu infernal. :D

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+4 -0

J’ai fait Turin-Paris en bus, et ça m’a amplement suffi. Alors Paris-Moldavie, ce doit être un peu infernal. :D

Gabbro

Surtout qu’il y a le train :p

écolo-utopiste altermondialiste radicalisé sur Internet | La tero estas nur unu lando | Géographe de service | Cliquez 👍 pour dire merci

+0 -0

Je n’ai pas de clavier cyrillique sous la main, mais je t’aurais dit en russe quelques idiotismes du genre "Bravo, c’est merveilleux, camarade !"

Hâte de voir la suite, comme le dit ache :3

Très occupé ces temps-ci. Laissez un MP si besoin

+0 -0

La nuit tombe, alors je me replonge dans les épisodes de Ranma ½, profitant de la 4G comme à la maison.

Ils ont supprimés les frais de roaming entre l’UE et la Moldavie ? Si non, faudra faire gaffe si tu en regardes là-bas. :p

Édité par Taurre

+1 -0

Non, en Moldavue les frais de roaming d’Orange sont faramineux : 13€ par Mo !

J’ai acheté pour 15€ une carte SIM avec 5Go. J’ai consommé 4,5Go à force de regarder Ranma. En roaming, ça me serait revenu à 26.000€. :p

Heureusement que nos téléphones ont une option explicite pour autoriser le roaming ou non. Pas de risque de ce côté.

Faire 2200km en bus, c’est quelque chose à faire une fois dans sa vie au moins.

Bof. ^^ Perso je me déplace quasiment uniquement en bus low cost en Europe de l’Ouest (rien que Paris-Rome c’est quasiment 24h), ça laisse pas vraiment des souvenirs indélébiles.

Non, en Moldavue les frais de roaming d’Orange sont faramineux : 13€ par Mo !

informaticienzero

C’était 13€ aussi avec SFR en Russie. J’ai eu le malheur d’activer les données mobiles quelques secondes par réflexe au début, en espérant que je me suis pas endetté sur 20 ans. Et sinon j’ai entendu dire qu’à Barbade c’était 70€ le Mo. :p

Tu y reste combien de temps ?

Au pire pour les épisodes de ranma 1/2, je t’envoie une clé USB avec une ou deux saisons :)

ache.one                 🦹         👾                                🦊

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte