Co-auteur pour un article scientifique

Question

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour,

J’ai une question d’ordre personnelle pour vous. L’an passé, j’ai eu l’occasion de faire un stage dans un laboratoire de recherche pendant plusieurs mois (je ne suis pas encore aux études supérieures). Pendant plusieurs semaines, j’ai travaillé sur le protocole et j’ai contribué à l’acquisition et l’analyse des données. Je crois avoir joué un rôle plutôt important. À la fin de mon stage, mon directeur m’a proposé de rajouter mon nom comme co-auteur pour un article scientifique à ce sujet, à condition que je vienne plusieurs jours terminer bénévolement l’analyse pendant mon année scolaire, sans être payé. Mon directeur ne m’a informé de ça qu’à la toute fin de mon stage alors que je venais de passer plusieurs mois à travailler sur le projet.

J’ai décidé de ne pas continuer à travailler bénévolement dans ce labo car je n’aimais pas l’ambiance. Je ne serai donc vraisemblablement par co-auteur pour l’article qui porte sur le projet que j’ai contribué à monter et mettre en pratique.

Je me demandais donc quelle doit être la contribution d’un étudiant pour se mériter le titre de co-auteur. Je connais des gens qui ont été co-auteurs pour des contributions beaucoup moins importantes. Malheureusement, je n’ai pas envie d’initier des procédures pour signaler la situation parce que je n’ai pas envie de devoir rentrer de nouveau en contact avec mon directeur et j’ai peur de représailles puisque mon milieu universitaire est petit et tout le monde se connaît. C’est pourquoi j’ai décidé de rien faire et juste accepter qu’on publie mes résultats sans que je sois co-auteur, parce que j’ai l’impression que des procédures seraient excessivement compliquées et risquées.

Malheureusement cette pratique de ne pas accorder de crédit aux étudiants non gradués me semble prendre courante dans mon milieu. C’est le 4e stage que je fais dans un laboratoire scientifique et les 4 fois, bien que ma charge de travail variait selon les stage, on ne m’a jamais informé de la possibilité pour moi de contribuer à la rédaction d’un article scientifique malgré mes contributions. Et si on m’a mentionné comme collaborateur, je n’en ai pas été informé.

Bref je me demandais quelle serait la meilleure solution dans cette situation et à quel moment on peut considérer qu’une personne mérite sa place à titre de co-auteur. Merci!

Édité par Le Gigot

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Bonjour,

Malheureusement je ne crois pas qu’il y ai de réponses universelles à tes questions, les décisions de qui inclure ou non sont très variable selon les laboratoires, et je ne crois pas qu’il y ai de recours si ce n’est interne au laboratoire.

Pour la rédaction d’un article, je ne suis pas étonné qu’on ne t’invite pas à le faire pendant un stage, la durée est généralement trop courte pour que tu puisses espérer voir l’article publié. Je ne suis pas convaincu que ce soit le plus intéressant à faire pendant un stage. Par contre on peut inclure ton nom sur les futures publications (fais une recherche sur ton nom sur google, tu trouveras peut-être des papiers de tes stages précédents).

+3 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Ça dépend complètement du directeur de recherche, de la taille de l’équipe de recherche, de la politique ambiante, du sexisme ambiant, de qui apporte l’argent, etc.

C’est comme ça qu’à la fin de mon stage j’ai appris que (comme les deux autres stagiaires) j’ai été co-auteur d’un article dans Risques, Technologies de l’Information pour les Pratiques Médicales – article dont je n’ai jamais lu la moindre ligne, d’ailleurs.

Inversement, y’a des cas où les gens qui ont fait tout le boulot pendant des années sont vaguement co-auteurs, voire carrément pas auteurs du tout…

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

Comme l’ont dit mes prédécesseur, il n’y a pas de règles. Ceci étant dit, la moindre des choses est de te citer dans les remerciements. À l’inverse, le fait que tu sois marqué comme auteur suppose que tu as au moins lu le papier et que tu es d’accord avec ce qu’il contient (rapport au droit de rétraction, tout ça). Dans un monde idéal, à la soumission, tu reçoit un mail ou tu doit confirmer que tu es effectivement auteur et d’accord. Continuons dans un monde idéal, certains journaux demandent maintenant de lister la contribution de chacun des auteurs au travail (expériences, modélisation, écriture, (re)lecture). Bien entendu, ça, c’est le monde des bisounours.

Pour moi, en dehors du débat "premier auteur/dernier auteur" (parce qu’il y a plein de bonnes et évidement de mauvaises raisons de favoriser quelqu’un par rapport à quelqu’un d’autres), tout qui a contribué devrait être au moins cité dans les remerciements, et tout qui a participé aux expériences ou à l’écriture devrait être co-auteur. Mais encore une fois, bisounours, tout ça.

Si ça te dérange vraiment, comme il s’agit en partie de ton travail et de tes résultats (bien qu’il appartienne à un certain pourcentage à ton encadrant et à un certain pourcentage à l’université), tu peux éventuellement remonter un peu la chaîne de commandement et t’adresser à l’université. Bien entendu, la personne pourra répondre "si il ne l’écrit pas/aide pas à l’écrire, je ne le publierai jamais", mais voilà.

EDIT: ceci dit, je suis d’accord avec @Freedom, écrire un article demande un certain temps, bien plus que le temps d’un stage, et tout les stagiaires qui passent dans le labo ou je poursuis ma thèse écrivent effectivement l’article/présentent les résultats à posteriori.

Édité par pierre_24

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+2 -0

Je suis d’accord avec tous les posteurs précédents, mais juste pour

certains journaux demandent maintenant de lister la contribution de chacun des auteurs au travail

Supervision, conseils, mise à disposition d’équipement, de superordinateurs, etc. Les raisons invérifiables pour rajouter n’importe qui ne manquent pas, et je ne suis pas sûr que cette initiative aide avec quoi que ce soit.

Supervision, conseils, mise à disposition d’équipement, de superordinateurs, etc. Les raisons invérifiables pour rajouter n’importe qui ne manquent pas, et je ne suis pas sûr que cette initiative aide avec quoi que ce soit.

Rockaround

En effet. J’avoue que je n’ai pas encore eu le plaisir de publier dans un tel journal :)

Je pense que ça induit quand même le questionnement de "qui a fait quoi". Après, j’ai pas dis que c’était simple ou que tout le monde était honnête :)

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+1 -0

Cette liste a quand même l’avantage d’éviter les articles où tous les membres d’un groupe (voir d’un labo) se retrouvent en auteurs même si ce n’est pas leur projet. L’autre intérêt, c’est que ca permet de valoriser un peu plus les articles même sans être premier auteur (ou dernier).

+2 -0
Auteur du sujet

Merci pour votre réponse!

Du coup je crois que j’ai bien fait de ne pas initier de procédures. Mais ça n’empêche pas que c’est frustrant de savoir que d’autres personnes vont retirer le crédit pour un projet que j’ai presque réalisé de A à Z.

Ça m’amène à me demander si les lauréats des prix Nobel sont vraiment ceux qui ont fait la découverte, où si ça serait plutôt leurs étudiants qui ont fait la découverte dans certains cas. :P

Dans tous les cas merci pour votre avis. :)

+0 -0

Salut,

Ce que je vais dire va peut être paraître un peu sec, mais le but de mon message est surtout de te faire relativiser cette affirmation de ta part :

Mais ça n’empêche pas que c’est frustrant de savoir que d’autres personnes vont retirer le crédit pour un projet que j’ai presque réalisé de A à Z.

Puis ce doute :

Ça m’amène à me demander si les lauréats des prix Nobel sont vraiment ceux qui ont fait la découverte, où si ça serait plutôt leurs étudiants qui ont fait la découverte dans certains cas. :p

Ce qui m’interpelle, c’est surtout cette phrase :

L’an passé, j’ai eu l’occasion de faire un stage dans un laboratoire de recherche pendant plusieurs mois (je ne suis pas encore aux études supérieures). Pendant plusieurs semaines, j’ai travaillé sur le protocole et j’ai contribué à l’acquisition et l’analyse des données. Je crois avoir joué un rôle plutôt important.

Il n’est pas rare (et c’est même normal quand on est encore étudiant) de fortement sous-estimer le travail que l’on n’a pas fourni soi-même. J’imagine que tu as été branché sur un projet déjà existant, c’est n’est donc pas toi qui a fourni la problématique sur laquelle tu travaillais. Ce n’est pas toi non plus qui va rédiger l’article, ni même terminer l’analyse des résultats. Autrement dit, ce n’est pas toi qui a su voir qu’il y avait une question scientifique quelque part, comment potentiellement pouvoir y répondre, et ensuite interpréter et mettre en contexte les résultats obtenus. C’est une part extrêmement importante de ce qui constitue une étude scientifique. De ce que je comprends, ton apport à l’étude a été essentiellement technique. Même si tu as l’impression d’avoir "quasiment tout fait", c’est que tu ne vois pas, par construction, ce que tu n’as pas fait. Une autre question à se poser avant de penser qu’on était vraiment important pour un projet, c’est de savoir à quel point ton apport était essentiel à l’équipe : si on t’enlève du projet, est-ce que ça aurait empêché l’étude de se faire ? Si on enlève le vieux croulant qui n’a "rien fait" à part lancer une idée dans la machine, est-ce que l’étude aurait été conduite quand même ? Partant de là, la réponse à la question "à qui appartient le projet ?" n’est pas si triviale. Bien sûr que la part technique du travail est indispensable, et est par elle-même difficile et digne de reconnaissance. Mais il ne faut pas croire que trouver une piste est la partie facile du travail non plus, c’est celle qui demande une bonne vision d’où en est le champs de recherche.

Tout ça pour dire qu’il faut apprendre à relativiser sur l’importance de son propre travail et sur l’importance effective pour une étude donnée. Je ne suis évidemment pas en train de dire que ton travail ne mérite pas une place en co-auteur, j’étais pas dans le labo pour m’en rendre compte. Je suis plutôt en train de dire qu’au fond tout le monde a ce biais de croire qu’ils en font plus que les autres ou qu’ils sont indispensables alors que parfois cette opinion ne vient que d’un manque de recul sur ce qu’ont effectivement fait les autres.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+2 -0
Auteur du sujet

Salut,

Ne t’inquiète pas, je ne l’ai pas pris mal du tout, au contraire, je suis d’accord sur le fait que beaucoup de gens ont tendance à sur-estimer leur contribution à un projet. Cependant, je trouve que tu es un peu vite sur la gâchette considérant que tu n’as à peu près aucune idée du projet auquel j’ai participé et des détails de ma contribution. C’est vrai que je l’ai un peu survolé, car je ne veux pas rentrer dans les détails pour des raisons évidentes, mais je veux quand même expliquer un peu plus la situation.

Premièrement, bien qu’évidemment, le projet auquel j’ai participé était en continuité avec les expériences précédentes (il est difficile de faire autrement…), c’est quand même moi qui a contribué à l’élaboration du projet dans sa majeure partie, y compris la question initiale de recherche.

Autrement dit, ce n’est pas toi qui a su voir qu’il y avait une question scientifique quelque part, comment potentiellement pouvoir y répondre, et ensuite interpréter et mettre en contexte les résultats obtenus.

A priori, c’est moi qui ai défini la question, construit le protocole, pratiquement terminé l’analyse des résultats (il ne restait plus que quelques trucs à faire, que j’étais supposé finaliser pendant ma session scolaire, la paye en moins), et qui les ai ensuite interprété pour les présenter en faisant une synthèse. J’avais déjà un solide background de recherche avant le début de mon stage (j’ai travaillé dans plusieurs instituts de recherche) alors la méthode scientifique m’est bien familière. Vers la fin de mon stage c’est moi qui ai formé le nouveau postdoctorant, ce que je trouve plutôt anormal étant donné que c’est moi qui étais supposé l’aider… mais je finissais par lui expliquer à la place (quand je dis former je parler d’expliquer de A à Z ce qu’il devait faire). Par ailleurs, c’est moi faisait le travail du doctorant qui devait me superviser, qui a décidé de prendre un mois de vacances en plein milieu du stage et qui a eu l’audace de s’absenter la journée où on devait présenter les résultats finaux ensemble (de toute façon c’est moi qui avait préparé 95% des slides et qui avais acquis au moins le 3/4 les données à sa place vu que la période d’acquisition concordait avec ses vacances). J’espère que mes résultats paraîtront bien dans sa thèse. :)

Je suis conscient que ce sont des pratiques plutôt inacceptables, mais un étudiant pré-gradué est mal placé pour dire non au directeur.

Je tiens aussi à mentionner que j’ai mentionné à mon directeur une découverte que je considère majeure pour le domaine dans lequel je suis, mais il a tôt fait de parler de cette idée comme la sienne.

Une autre question à se poser avant de penser qu’on était vraiment important pour un projet, c’est de savoir à quel point ton apport était essentiel à l’équipe : si on t’enlève du projet, est-ce que ça aurait empêché l’étude de se faire ?

Alors ça, tout à fait. Sans vouloir sonner prétentieux, si je n’avais pas été là, je ne pense pas que le projet aurait été mené à terme (à moins qu’ils aient trouvé un autre stagiaire bien sûr…). Je travaillais non seulement sur mon projet principal, mais à la fin de mon stage mes collègues me demandaient un coup de main pour leur propre projet, ce qui durait souvent plusieurs heures chaque jour… Mais ce qui m’intéresse ici c’est surtout d’avoir le crédit pour mon propre projet.

Je suis conscient que le milieu de la recherche est très compétitif et que la réputation des chercheurs est très importante pour acquérir une certaine reconnaissance. Par contre je trouve ça dommage que certains chercheurs le font parfois sur le dos de stagiaires plus jeunes, et dans certains cas, plus naïfs (ou du moins qui manquent d’une forme d’encadrement qui leur permettrait de répondre à des injustices).

Bref, je suis d’accord sur le fait qu’il faut relativiser sur l’importance de son propre travail, et je te remercie de l’avoir souligné. Par contre, je crois sincèrement que ma contribution a été majeure dans ce projet et c’est pour cette raison que j’ai une certaine frustration due au fait qu’on ne m’accorde pas le crédit que je crois mériter.

Édité par Le Gigot

+0 -0

Cette réponse a aidé l’auteur du sujet

De toute façon, un travail aboutissant à un article, c’est beaucoup de boulot. Donc, si quelques jours en plus suffisent pour que ton nom soit ajouté, c’est que ton nom devrait apparaître. Je trouve vraiment gênant que ce genre de pratique existe : il faut créditer celui qui a participé au boulot. Point. Même dans un document où ce n’est pas prévu d’avoir plusieurs auteurs (comme les thèses), on se débrouille pour le faire (pour qui sait la lire, la rubrique « Remerciement » donne toutes les informations).

Ajouter des noms sans raison (copinage) est déjà une pratique discutable, mais ne pas en mettre, c’est hallucinant. De mon point de vue, tous ceux qui ont effectivement participé au travail permettant l’écriture de l’article (ce qui inclut les techniciens s’il y a participation directe) devraient être cité, soit comme auteur, soit dans les remerciements.

Hier, dans le parc, j’ai vu une petite vieille entourée de dinosaures aviens. Je donne pas cher de sa peau.

+2 -0
Auteur du sujet

Fun fact, j’ai découvert que l’ingénieur qui créait les montages « mécaniques » expérimentaux pour pratiquement tous les labos de l’institut était dans les remerciements d’à peu près tous les articles sortant de cet institut. Mais dès qu’il y avait un problème technique, c’est lui qui finissait par venir, trouver la solution et être considéré comme un sauveur. :P Moi je l’aurais mis co-auteur de ces articles depuis longtemps.

Mais apparemment la recherche ça ne marche pas comme ça.

+0 -0

Cependant, je trouve que tu es un peu vite sur la gâchette considérant que tu n’as à peu près aucune idée du projet auquel j’ai participé et des détails de ma contribution.

Tu as précisé toi-même être un stagiaire étudiant. C’est vraiment pas le genre de profil qu’on prend pour monter un projet depuis vraiment rien (je sais parce que j’en ai encadré moi-même), simplement parce que ce serait productif pour personne. On les branche sur un truc existant, en leur laissant plus ou moins de mou selon leur indépendance. Visiblement, tu as su tirer bon profit de ce projet, et c’est très bien, mais c’est clairement pas le cas le plus courant.

Concernant les ingénieurs, le truc c’est que son boulot est littéralement de faire marcher les machines/montages/ordinateurs. Si on les met en auteurs alors qu’ils n’ont pas participé à la réflexion sur le problème scientifique lui-même, la liste va vite s’allonger et on se retrouve comme sur les papiers du LHC avec quelque centaines d’auteurs pour chaque papier, ce qui ne veut plus rien dire. Évidemment si l’ingénieur fourni un travail significatif sur l’étude elle-même, le mettre en auteur prend alors du sens.

I don’t mind that you think slowly, but I do mind that you are publishing faster. — W. Pauli

+1 -0
Auteur du sujet

Tu as précisé toi-même être un stagiaire étudiant. C’est vraiment pas le genre de profil qu’on prend pour monter un projet depuis vraiment rien (je sais parce que j’en ai encadré moi-même), simplement parce que ce serait productif pour personne. On les branche sur un truc existant, en leur laissant plus ou moins de mou selon leur indépendance. Visiblement, tu as su tirer bon profit de ce projet, et c’est très bien, mais c’est clairement pas le cas le plus courant.

Oui tu as raison. Je dois avouer que le terme « stagiaire étudiant » était trompeur car ce n’est pas mon premier programme du premier cycle alors je suis un peu dans une catégorie à part et j’ai eu l’occasion d’être auxiliaire d’enseignement pour certains cours. Mais même si j’ai déjà vu des étudiants du premier cycle très travaillants, c’est vrai que j’en ai vu certains qui avaient l’air de n’avoir aucune idée de ce qu’ils faisaient. Mais bon j’imagine aussi que le fonctionnement des stages doit varier un peu d’un pays à l’autre. Aussi j’ai remarqué que certains directeurs ont déjà choisi un projet d’avance pour leurs stagiaires alors que d’autres, bien que ce soit plus rare, proposent à l’étudiant de développer un projet qui est en continuité avec la thématique du labo.

Tu marques un point pour l’ingénieur. Ça montre quand même la complexité de ce que ça prend pour être co-auteur d’un article. Parce que quand on y pense, sans la machine qui sert à faire les mesures, le chercheur n’aurait pas pu faire ses découvertes. Mais d’un autre côté, c’est vrai que l’ingénieur a eu un rôle plus technique et n’a donc pas toujours participé à la réflexion initiale sur le problème.

C’est parfois très subtil de déterminer qui mérite de recevoir le crédit et qui ne le mérite pas.

Édité par Le Gigot

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte