Ma dépendance à Google

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonsoir ! :)

Je vais écrire ce message un peu comme il me viens. Je n’ai pas d’idée précise d’une quelconque structure, ni d’idée précise du problème. Mais peut être pourriez m’aider à l’identifier, et peut être que ce n’est pas un problème réel ?

Comme l’indique le titre du sujet, j’ai l’impression d’être vraiment dépendant de Google.

Aujourd’hui, j’ai tout dans cette entreprise. Mon assistant vocal qui me permet de contrôler ma maison, ma boîte mail, mon espace de stockage, mon téléphone, mon Chromebook, mes favoris, mes contacts, Stadia, ma télé… bref, je suis 100% Google.

Cela ne me dérange pas en soit d’utiliser leurs services. Il est vrai que l’on peut se poser la question de la vie privée etc, mais mon problème n’est pas vraiment ici.

En fait, je réfléchi depuis quelque temps à me prendre un nouveau PC. Je n’ai pas encore fait mon choix, ce n’est pas urgent, mais je ne sais pas encore si je m’oriente vers les nouveaux Mac M1, un autre Chromebook ou un PC Linux. En fait, cette information n’est pas importante pour ce sujet, mais si j’en parle, c’est parce que cette envie m’a fait prendre conscience de ma dépendance à Google.

Si je venais à prendre un Macbook, il me faudra un compte Apple pour pouvoir en profiter au mieux (je le vois avec mon Mac actuel sans compte Apple, c’est vite limité), voir même un second appareil Apple comme un iPhone pour une utilisation à 100% des fonctionnalités du Mac.

Mais voilà, ça m’obligerais à tout migrer sur Apple, ou une grande partie. Et je vois bien que ça pose problème, car la migration sera longue et difficile. J’ai tellement d’appareils et de données chez Google, que ce sera très compliqué. Et même si je pouvais intégrer Google dans un appareil Apple, ce n’est pas le plus évident après à l’utilisation, et le problème n’est pas réglé (sans parler du fait que le problème initial restera, mais pas avec la même entreprise)

Je suis conscient que c’est justement le but de ces géants : De nous bloquer chez eux avec un écosystème "gratuit" et vraiment bien fichu et agréable. Et je suis un peu tombé dedans, sans m’en rendre compte.

Aujourd’hui, j’aimerais ne plus être dépendant d’un seul et unique écosystème. J’aimerais pouvoir utiliser ce dont j’ai envie, et pouvoir changer facilement si j’en ressent le besoin. Ce qui est très difficile aujourd’hui.

Je ne dit pas que je ne veux plus utiliser aucun services des GAFAM. Si je dois utiliser Stadia pour jouer, aucun souci. Si je dois utiliser Skype ou encore Facebook, pas de problème. Je ne veut juste pas en être totalement dépendant, et où le changement serait trop compliqué.

Ainsi, je ne sais pas trop ce que je dois faire. J’aimerais en faire me créer "mon" écosystème. Pour le moment, être chez Google m’apporte un réel confort, mais cette sensation de dépendance est quand même désagréable maintenant que je m’en rend compte.

Je voulais donc avoir votre avis, pensez-vous qu’il est aujourd’hui possible d’utiliser des services Open Source la plus part du temps, même pour des choses avancées tel que les assistant vocaux, la domotique, les téléphone, la télé, etc, etc, tout en gardant certains services Google/Apple/Microsoft/autre sans ressentir une quelconque limite ?

L’idée de passer à du Open Source me plaît de plus en plus pour cette raison de dépendance justement. Je me dit (peut être en me trompant) qu’en utilisant ces services, je pourrais les "greffer" à n’importe quel autre appareils à ma guise.

Découvrez mon dernier jeux Android : Calypso 2 - Ma dernière création lors du Ludum Dare 46 -> The Last Flame

+0 -0

Bonsoir,

Tu n’es pas le premier à t’être posé cette question ! C’est le cas de la grande communauté de Framasoft qui a tenté durant ces dernières années de réunir un maximum d’applications alternatives permettant entre autre de remplacer Google - le fameux mouvement "Dégooglisons internet" que tu peux retrouver sur leur page officiel. Ils ont lancé ensuite le mouvement Les chatons pour agrandir la communauté.

Tout comme toi, je suis lié à Google. Ils ont tout sur moi, mes relations, emails, photos, fichiers, échanges persos / pros, factures etc. A côté de ça, Microsoft connaît quelques une de mes relations, mes échanges à l’époque où j’étais étudiant, mes projets Git, mes préférences de jeux etc. Il manquerait plus qu’Apple pour que chaque horcruxe de ma vie soient véritablement dispatch. :3 mais bon … c’est déjà dans la Big Data.

Dans un sens, si j’ai rejoins Zeste de Savoir c’est que je crois que les communautés du libre sont les meilleurs engrais pour propulser des petits projets qui offre des solutions alternatives aux géants du Web. Est-ce que pour l’instant suffisant ? Je ne pense pas mais ça me semble bien de flâner un peu partout. Partir d’un Linux, garder un Windows sous la main, conserver mes données au chaud sur le Cloud avec Google et installer pleins d’applications open source mise à jour en permanence par des communautés. Puis sinon coder ce qu’il me manque. ;)

Édité par Yarflam

Tant de choses, tant de vies, tant de possibilités.

+1 -0

Bonjour,

Effectivement c’est difficile de se passer complètement des services Google. Pas parce qu’il n’existe pas d’équivalent, mais parce qu’il faut reconnaître que leurs services sont très pratique, facile d’utilisation et intuitif. Cependant les seuls choses que j’utilise d’eux sont Gmail, youtube et la synchronisation de contact pour ne pas tout perdre si un problème arrive sur mon téléphone.

Même si je n’ai pas remplacé Gmail, j’ai testé des alternatives soucieuses de tes données (ProtonMail, Tutanota..). C’est moins agréable à utiliser mais tout à fait correct pour une utilisation standard et gratuite.

Le point ou il est plus difficile d’être indépendant c’est le téléphone. Si tu n’as pas peur de "briquer" ton smartphone, tu peux tester Eelo que j’ai eu l’occasion de tester et qui est très prometteur mais avec encore quelques manques pour une utilisation quotidienne!

Le stockage des données, j’ai un serveur NextCloud sur un Raspberry, ça marche du tonnerre, mais il faut se farcir l’installation et la configuration pour que ça soit sécurisé. Mais une fois installé, l’application sur téléphone est très agréable et complète.

Pour l’OS de l’ordinateur, je suis sous Linux depuis 10 ans (d’abord Ubuntu, Xubuntu, puis ArchLinux) et plus aucun Windows depuis 6 ans (excepté en entreprise où je n’ai pas le choix).

Si tu n’as pas peur d’avoir à configurer et paramétrer des outils, prends le temps d’essayer des outils pour te faire ta propre idée et te "dé-Googliser" même partiellement en t’orientant vers des outils qui gèrent l’interopérabilité entre les plateformes.

Finalement je pense que tant que tu sais comment te passer d’un de leur service s’il devenait trop contraignant ou intrusif, je ne vois pas de problème à utiliser les outils des Google et compagnie

Édité par thibsc

+0 -0

Bonsoir,

Perso, j’utilise très peu Google, mais je n’ai pas le même usage que toi. Comme tu le dis, le problème est qu’il semble que tu aies atteint un point où changer est compliqué. Et ça, c’est gênant de mon point de vue. Le contrat qui te lie à Google lui permet de te dégager du jour au lendemain. Si tu perds ton mail Google demain, quelles conséquences cela aura-t-il ? Si tu perds Stadia, même question.

Je pense que ça répond à tes deux questions de base :

  • Identifier le problème ;
  • Vérifier s’il y en a réellement un.

Ma façon de faire, c’est d’éviter les GAFAM quand je peux. Et quand je ne peux pas, assurer mes arrières s’il venait à me dégager arbitrairement. Et parfois, on se rend compte que le plan B répond suffisamment bien au besoin.

Exemple type : j’ai une boite mail associé à un nom de domaine. Si demain mon fournisseur me vire (note : je le paye, et je n’ai que ça chez lui, donc c’est très improbable), j’en prends un autre, et pour les gens qui m’écrivent, ce sera transparent.

Exemple type 2 : j’ai un compte Facebook pour leur service de messagerie. C’est là-bas que sont mes amis, on s’en sert pour organiser des trucs, et les mails s’avéraient trop peu pratiques à l’usage. Donc GAFAM, mais solution de repli s’il me vire.

Et parfois la seule solution est de se priver de certaines choses (car pas d’alternative, et trop gênant en cas de perte). Je pense à la domotique. Si ton frigo connecté se bloque, que ton ampoule ne s’allume plus, ou que ta porte ne s’ouvre plus, ce n’est pas acceptable.

Comme souvent, c’est une balance entre la difficulté de mise ou d’utilisation, et l’importance que tu y accordes (et donc les dégâts en cas de perte). Si les dégâts sont importants, il faut être prêt à payer pour avoir un support.

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+3 -0

Perso j’utilise très peu les services google. Essentiellement, youtube en tant que spectateur et drive pour les cours parce que les autres étudiants sont chiants.

À part ça, j’ai mon nextcloud, et mon hébergeur mail. Ce qui est sur Nextcloud est synchronisé sur mon PC et sauvegardé tous les jours sur mon 2e DD. Nextcloud permet de faire automatiquement une sauvegarde des contacts, donc même si mon nextcloud tombe j’ai toujours mes contacts.

Ça demande un peu de configuration sur le téléphone, c’est sûr, mais ça marche pas trop mal. Tu peux toujours prendre un hébergement payant ou utiliser yunohost pour faire l’installation facilement.

+0 -0

Exemple type : j’ai une boite mail associé à un nom de domaine. Si demain mon fournisseur me vire (note : je le paye, et je n’ai que ça chez lui, donc c’est très improbable), j’en prends un autre, et pour les gens qui m’écrivent, ce sera transparent.

Gabbro

Petite question par rapport à ça (car personnellement ma dépendance si situe au niveau des emails) : comment ça se passe si c’est le nom de domaine que tu perds ?
Il te faut alors mettre à jour l’email dans tous les services où tu l’utilises comme identifiant, et il me semble que dans certains cas ça passe par un email de confirmation à l’ancienne adresse. Est-ce qu’il te semble vraiment possible de s’en sortir en cas de coupure « du jour au lendemain » ?

Salut,

Je suis conscient que c’est justement le but de ces géants : De nous bloquer chez eux avec un écosystème "gratuit" et vraiment bien fichu et agréable.

"Bof". Ce modèle de raisonnement existe et est appliqué comme une doctrine explicite dans certaines entreprises (c’est la notion de vendor lock-in), mais il n’est pas appliqué systématiquement ni partout. Et surtout, beaucoup de mécaniques d’utilisation ne dépendent pas franchement du choix du fournisseur.

Si tu prends la technologie répandue où la transition vers un autre service est la plus difficile à faire dans tout ce que tu as cité, c’est l’e-mail, qui est plus ou moins le nom répandu pour désigner la mise en œuvre du protocole SMTP. SMTP est un protocole développé dans les années 1970 par des universitaires et normalisé en 1982 (en étant soumis à l’IETF, une organisation qui est aujourd’hui d’abord une association d’ingénieurs mais qui est issue à l’époque de la recherche américaine, puisqu’Internet dans l’ensemble vient d’ici).

SMTP est devenu un standard de fait parce qu’il est ancien, qu’il repose sur des notions simples (qui se sont progressivement complexifiées, et pas qu’un peu), et pourtant c’est par ses choix de conception qu’il s’agit d’un protocole est centralisé (joindre un contact passe par la résolution d’un point de contact unique par le système DNS, et l’attribution d’un identifiant dans le système DNS est elle-même gérée par une organisation très hiérarchique qui assure la détention durable d’une ressource par un acteur, etc.).

Si le nombre de fournisseurs d’e-mail s’est réduit avec le temps, ce n’est pas forcément étonnant : l’informatique en général est devenue un domaine industriel, elle a été amenée au grand public par des entreprises disposant de moyens de production et d’ingénierie, les économies sur lesquelles l’informatique s’est diffusée sont des économies de marché, et pour diverses raisons les entreprises sur un marché ont tendance à se concentrer avec le temps.

Il est relativement facile d’exporter tous tes e-mails dans un format standard (soit par un client classique, soit par un service en ligne dédié https://takeout.google.com/settings/takeout). Tu peux accuser les GAFAM de beaucoup de choses, mais les principaux freins à changer facilement de fournisseur d’e-mail (qui sont a. La nécessité de maintenir une redirection durable sur l’infrastructure de quelqu’un d’autre b. La difficulté de configuration et surtout l’éventualité de se heurter au morcellement des heuristiques des systèmes d’anti-spam dans le cas d’une mise en place complètement indépendante) relèvent d’abord de choix faits par des réseaux informels de chercheurs il y a une cinquantaine d’années.

Ainsi, je ne sais pas trop ce que je dois faire. J’aimerais en faire me créer "mon" écosystème.

Ton soucis est peut-être d’avoir des données centralisées à un point unique. L’informatique est en effet peu fiable de nature ; les plus gros acteurs font généralement le nécessaire pour redonder au maximum leur infrastructure, mais la perte de données est possible, d’où l’utilité de faire des sauvegardes de temps à autre.

Tu peux mettre en place une infrastructure toi-même, tu échanges juste du temps, des moyens et éventuellement de l’argent contre des résultats.

Il est compliqué de mettre en place une infrastructure informatique de manière complètement "indépendante". Tu auras d’abord une ou plusieurs dépendances énergétiques envers les acteurs et les infrastructures qui te fournissent une source d’alimentation électrique, une dépendance envers les acteurs externes qui te fournissent en moyens matériels ou logiciels (impliquant à minima une relation de confiance, le logiciel est presque toujours écrit par quelqu’un d’autre et le matériel contient de la logique aussi par exemple), un ou plusieurs niveaux de dépendance financière, et plusieurs niveaux de dépendance envers l’entité qui te permet de localiser physiquement quelque part ton infrastructure (la société qui te fournit une place dans son datacenter, et/ou l’entité à qui tu payes ton loyer si tu es l’héberges chez toi, et dans tous les cas celles-ci sont régies par les règles d’un État qui applique des contraintes réglementaires dont un droit d’occuper son sol).

Je voulais donc avoir votre avis, pensez-vous qu’il est aujourd’hui possible d’utiliser des services Open Source la plus part du temps, même pour des choses avancées tel que les assistant vocaux, la domotique, les téléphone, la télé

Tu utilises des services qui sont en partie open source la majorité du temps. Si tu utilises le navigateur de Google et le système d’exploitation mobile de Google, alors ils sont tous les deux en large partie open source, et les parties qui ne le sont pas ont été assez largement documentées par des chercheurs indépendants (pour Android, il y a par exemple une réimplémentation des parties propriétaires assez aboutie : https://microg.org/).

À contrario, le firmware de ta carte mère ou de ton téléphone DECT n’ont presque aucune chance d’être open source, et c’est difficile que ce soit le cas.

Note aussi que le fait qu’un système soit open source ne veut pas dire qu’il ne soit pas développé en majorité par des personnes issues d’entreprises privées (il y a une énorme part de contributeurs issus de grandes entreprises informatiques américaines dans le noyau Linux, par exemple).

Note aussi que le fait qu’un système soit open source ne veut pas dire qu’il soit simple à analyser ou comprendre (il y a souvent une courbe d’apprentissage assez élevée, surtout pour le systèmes les plus complexes comme un système d’exploitation ou un navigateur web justement).

Note aussi que le fait qu’un système ne soit pas open source ne veut pas forcément dire qu’il soit très dur à analyser non plus (les décompilateurs n’ont jamais été aussi performants qu’aujourd’hui et la sécurité informatique étant en train de devenir un secteur de plus en plus important, tu as des secteurs entiers composés de gens potentiellement formés à analyser des sources de navigateur ou de système d’exploitation obtenues avec des moyens de rétro-ingénierie qui sont en train de se former).

Note aussi que le fait qu’un système soit open-source ne veut pas dire que tu sais ce qu’il fait en détail et ce qui est exécuté dessus, particulièrement s’il n’est pas chez toi et particulièrement si tu y exécutes beaucoup de composants logiciels produits par beaucoup de personnes.

Tu n’es pas le premier à t’être posé cette question ! C’est le cas de la grande communauté de Framasoft qui a tenté durant ces dernières années de réunir un maximum d’applications alternatives permettant entre autre de remplacer Google - le fameux mouvement "Dégooglisons internet" que tu peux retrouver sur leur page officiel.

Si tu migres tes données sur l’infrastructure de Framasoft ou quelqu’un d’autre, tu fais confiance aux gens qui composent Framasoft au lieu des gens qui composent Google. Il n’y a pas particulièrement d’autres chose à comprendre, les deux organisations ont des structures formelles, des valeurs morales partagées par la plupart des agents et ne veulent pas particulièrement ton mal non plus.

Bonne journée,

Édité par r0anne

+0 -0

@entwanne, les risques de perdre son nom de domaine sont faibles. Google a le droit de virer quelqu’un du jour au lendemain, et il le fait (pas pour du GMail à ma connaissance, mais pour des commentaires Youtube, ou parfois avec Adsens, ça arrive, et c’est tout le compte qui saute). Gandhi, j’ai un contrat avec eux, et ils s’engagent à me fournir (contre paiement) un service pendant X années. Ils n’ont pas le droit de me dégager avant. Je sais que certaines choses illégales sont parfois faites, mais ce cas là n’est jamais arrivé à ma connaissance. Et s’ils décident de refuser de me renouveler, j’irai chez la concurrence. Personne à part Google ne peut te garder ton adresse GMail.

Si je perds mon nom de domaine, c’est comme si tu perds ta boite ou ton compte Google. Sauf que les termes du contrat qui me lie à Gandhi sont beaucoup plus en ma faveur que ceux qui te lie à Google.

Pour le côté « du jour au lendemain », c’est si Gandhi ferme ou annonce qu’il ne vendra plus de nom de domaine. Je vais chez OVH, je fais le lien entre mon nom de domaine et leur boite mail, et zou, c’est transparent. Ce n’est pas le cas d’une perte de nom de domaine, mais de fournisseur.

En toute franchise, deux autres risques existent pour le nom de domaine et sont absent de GMail (le risque de piratage existe partout) :

  • Oublier de renouveler mon nom de domaine. En vrai, c’est probable que ça m’arrive un jour. Mais ce sera ma faute, et avec un peu de chance, personne ne l’aura pris entre-temps.
  • La France quitte l’Union Européenne. Comme c’est .eu, j’aurai quelques années pour tout changer (les britanniques auront eu 4 ans de grâce).

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+1 -0

Si tu migres tes données sur l’infrastructure de Framasoft ou quelqu’un d’autre, tu fais confiance aux gens qui composent Framasoft au lieu des gens qui composent Google. Il n’y a pas particulièrement d’autres chose à comprendre, les deux organisations ont des structures formelles, des valeurs morales partagées par la plupart des agents et ne veulent pas particulièrement ton mal non plus.

r0anne

Pas faux. La différence c’est d’avoir derrière une communauté participative plutôt qu’une entreprise et de pouvoir héberger les programmes chez soi si on le souhaite. Pour autant, je ne fais pas partie des gens qui râle sur Google ; ça me semble intéressant de vivre avec les deux écosystèmes selon ses préférences / besoins.

  • La France quitte l’Union Européenne. Comme c’est .eu, j’aurai quelques années pour tout changer (les britanniques auront eu 4 ans de grâce).
Gabbro

Je ne vois pas le rapport … tu peux acheter le TLD que tu veux et le garder ; prendre par exemple un TLD asiatique est tout à fait possible. C’est plutôt une question de préférence personnelle.

Tant de choses, tant de vies, tant de possibilités.

+0 -0

@Yarflam : non, il y a des exigences sur les TLD géographiques ^^ Certains poussent plus ou moins la vérification, c’est tout. M’étonnerait pas que les .eu soient un peu chiants.

Pour un .fr, par exemple, tu dois habiter en France ou exercer une activité en France, un truc comme ça.

+2 -0

@Yarflam : non, il y a des exigences sur les TLD géographiques ^^ Certains poussent plus ou moins la vérification, c’est tout. M’étonnerait pas que les .eu soient un peu chiants.

Pour un .fr, par exemple, tu dois habiter en France ou exercer une activité en France, un truc comme ça.

Phigger

Ah oui ok, je vois que c’est une exigence de l’AFNIC de posséder une résidence en France ou dans certains pays de l’UE. Après pour un .eu si la France quittait l’UE ce sera peut-être pas le cas … Surtout qu’OVH pèse un peu dans la balance.

Tant de choses, tant de vies, tant de possibilités.

+0 -0

Les britanniques perdent le droit aux .eu en mars, car ils ont quitté l’UE. Pour eux, ce n’est pas peut-être, c’est effectif. Mais on part un peu en HS, là. ^^

Il y a bien des façons de passer à l’acte. Se taire en est une. Attribué à Jean-Bertrand Pontalis

+0 -0
  • Oublier de renouveler mon nom de domaine. En vrai, c’est probable que ça m’arrive un jour. Mais ce sera ma faute, et avec un peu de chance, personne ne l’aura pris entre-temps.
Gabbro

Oui c’est principalement à ce problème que je pensais et c’est ce qui me bloque actuellement : j’ai l’impression que j’ai plus de chances d’oublier de renouveler mon NDD et de le perdre que de me faire fermer mon compte mail chez Google par exemple.
Et pourtant j’aimerais bien séparer l’adresse email de Google (quitte à ce que ce soit juste une redirection derrière) pour ne pas m’enfermer chez ce fournisseur.

Concernant ce problème d’oubli de paiement du nom de domaine. On reçoit effectivement plein de rappel, et certains registars, tel qu’Infomaniak propose un service (payant) pour s’assurer de ne pas perdre son domaine.

https://www.infomaniak.com/fr/domaines/renewal-warranty

Ils assurent de garder son nom de domaine (si vous oubliez de payer, il paie pour vous, et s’assure ensuite de pouvoir vous contactez pour vous en informer).

Donc non, je ne considère pas le risque de perdre son nom de domaine comme important face aux autres problèmes. Le risque de vous faire bannir de gmail/google du jour au lendemain sans possibilité de contester ce choix, et un risque bien plus important.

+0 -0
Auteur du sujet

Je fait juste un coucou pour vous dire que je lis bien tout vos messages. Je n’ai pas forcément le temps de répondre de suite mais je prépare deux ou trois trucs, et je répondrai à tout le monde ce soir. ;)

Découvrez mon dernier jeux Android : Calypso 2 - Ma dernière création lors du Ludum Dare 46 -> The Last Flame

+0 -0

Pour ma part je ne peux pas me passer de google, que ce soit au niveau professionnel ou personnel. Mais je n’ai pas l’impression d’être dépendant, comme tous les addicts ! :ninja:

nicolas1985

Tout à fait. L’emploi du terme n’est pas neutre, s’il est utilisé c’est sûrement qu’il a été lu quelque part, et si on veut pousser le raisonnement on peut souligner le fait qu’un grand nombre d’idéologies utilisent une dichotomie liberté/non-liberté (qui est peut également être exprimée aussi bien, selon les cas et le contexte, sous l’idée de dépendance/indépendance, servitude/émancipation…).

Ici, il y a un rapport direct dans les formulations aux notions de dépendance au sens biologique du terme, un sens fortement connoté.

Et il est surtout abstrait, il souligne un rapport entre deux agents où l’un est supposé avoir un avantage sur l’autre, mais vu que l’auteur pose une question concrète, il aurait aussi pu être rattaché à une notion plus concrète : la question de la possibilité de migration de données, les mouvements possibles de l’acteur hébergeant les données sur le plan opérationnel ou réglementaire, etc.

Édité par r0anne

+0 -0
Auteur du sujet

Alors, je vais essayer de répondre de manière globale.

Pour Framasoft, j’avais en effet vu ça il y à quelques temps (suite à un autre sujet un peu dans le même esprit, mais pas du tout pour les mêmes raisons). J’ai été voir de nouveau, et c’est vraiment intéressant toutes ces alternatives. J’apprécie de plus en plus les solutions auto-hébergée, car avec un Raspberry Pi, ça deviens assez simple généralement de le faire.

Concernant les ROM custom android, je me souviens en avoir installé une il y à plusieurs années (elle était très connue à cette époque mais je crois qu’elle n’existe plus maintenant).

Seulement, mon téléphone coûtant assez cher, j’ai peur de briquer le téléphone, mais surtout, avoir Android avec du Google dessus ne me dérange pas tant que ça. Comme je l’ai dit, utiliser leurs services ne me dérange absolument pas. Ce qui me dérange, c’est de ne pas pouvoir utiliser d’autres solutions car je suis bloqué chez eux.

Concernant NextCloud, c’est vraiment intéressant. Mais je vais y revenir.

Pour l’email, changer est extrêmement compliqué et difficile quand, depuis plusieurs années, ont s’inscrit avec la même adresse sur tout les sites, surtout ceux où on à fait des achats/on paye un abonnement. Ca veut dire se connecter sur tout les sites que l’on utilise encore pour changer l’email.

Après, je me dit que ça peut se faire sur la durée : Les comptes actuels, je les laisse avec GMail, et je fait juste une redirection de mails sur la nouvelle adresse. Pour les nouveaux sites, je met ma nouvelle adresse (que j’ai déjà créé, j’avais déjà plusieurs noms de domaines).

Par contre, ça fait quand même un peu peur de changer. Là, je me dit que je suis quand même responsable de mon adresse email : Je dois penser à renouveler le domaine etc…

Avec Google, je m’occupe de rien. Et, même si je n’ai rien qui prouve ça, j’ai pas tellement confiance en mes capacités à maintenir quelque chose sur le long terme. En fait, ce qui me fait peur, c’est surtout le "C’est moi qui le fait, donc c’est forcément moins bien fait et forcément moins durable que si c’est un géant qui s’en occupe". Alors qu’en fait, renouveler un nom de domaine, c’est juste entrer sa nouvelle carte sur l’hébergeur lorsqu’elle périme. :D (si on active le renouvellement automatique bien sûr).

Je reviens donc sur NextCloud.

Je m’était commandé, après avoir regardé NextCloud plus en détail, un Raspberry Pi 4 4Go (mon dieux que c’est compliqué, il y à des rupture de stock partout !). J’aurais du le recevoir ce matin, mais en regardant dans mon historique de commande Amazon, j’ai pu voir inscrit "Livraison annulée, retour à l’expéditeur, vous serez rembourser dans 5 à 8 jours".

Bon, du coup, je me suis dit "Pas grave, je vais prendre un hébergement NextCloud sur Gandi". Sauf que quelque heures après, je reçois un email Amazon m’indiquant que mon colis à simplement subis un retard et sera livré dans 2 jours.

Du coup, je sais pas si je vais vraiment le recevoir ou pas, mais dans l’hypothèse où effectivement, je le reçois, j’aurais quelques questions.

J’aurais le choix entre héberger un NextCloud moi même sur mon Raspberry Pi ou l’héberger sur Gandi.

De mon côté, j’aurais une préférence pour le Raspberry Pi car :

  • Comme ce sera du local, je serais plus sereins. Le risque zéro n’existe pas, mais je pense qu’il y à plus de chance que je me fasse pirater si mon NextCloud est accessible via une simple URL que sur mon réseau local (ce serait pas de chance que l’on veuille pirater mon réseau).
  • Pas de frais d’abonnement. Juste le Raspberry Pi à acheter, mais plus de paiement après. L’avantage, c’est que je peux upgrader le Raspberry Pi si besoin quand un nouveau sortira, et que je peux y mettre l’espace de stockage comme je veut.
  • Je n’ai pas besoin que tout sois synchroniser à la seconde. Je sort jamais de chez moi, mais dans le cas où je prendrais une belle photo à l’extérieur, la synchronisation peut très bien attendre que je rentre chez moi.

Avez vous une idée de ce qui est le mieux entre du local et du "online" comme Gandi ?

Sinon, question sécurité : Mon instance NextCloud actuellement hébergée chez Gandi est donc sur un sous-domaine (avec https). Le compte administrateur (et le seul compte en fait) à un mot de passe fort et unique, avec une double authentification. Dans ce cas là, peut-on considérer mon cloud comme sécurisé ?

Quand quelque chose est en ligne, je m’imagine toujours que n’importe qui peut y accéder.

Sinon, j’ai fait une liste des services que j’utilise, et comment je peux utiliser une alternative.

  • Chromebook : Un PC sous Linux fait très bien l’affaire et, très honnêtement, fonctionnera beaucoup mieux. :D
  • Google Chromecast TV : Bon, pas d’alternative, mais c’est pas très grave si je perd ce service (juste un peu casse pied)
  • Youtube : Pas d’alternative non plus, mais même si je perd l’accès à mon compte Google, je peux toujours regarder des vidéos. Je perdrais simplement mes recommandations, c’est tout.
  • Google Home (& Google Home Mini) : Alors là, idem, pas d’alternative (j’exclu Alexa). Cependant, en faisant mes recherches, il semblerais que Mozilla soit en train de concevoir un assistant vocal Open Source (si j’ai bien compris). A voir si ça voit le jour, mais j’ai juste à attendre pour avoir une alternative.
  • Stadia : Les alternatives sont du local (XBOX, PS5, Switch) ou du Streaming (Geforce Now, Shadow). Geforce Now pourrait être la meilleure options, mais dommage que j’on ne puisse pas jouer sur la télé avec. Pour le moment, je garde Stadia. Si je perd l’accès à mon compte Google, je perd pas grand chose : Mes jeux (je peux toujours les racheter ailleurs, perte d’argent mais il y à plus grave) et mes sauvegardes (mais comme je ne joue qu’à un jeu à la fois et que je ne les termine jamais, perdre une sauvegarde n’est pas très grave).
  • Stockage, Photo, Calendriers, Contacts, … : Bon, la solution est déjà trouvé : NextCloud. J’ai donc acheté l’application Davx5 et la synchronisation est parfaite !
  • Google Docs/Sheet : OnlyOffice est très bien. Il est possible de le faire fonctionner dans le cloud avec NextCloud, mais j’ai jamais réussi. Pas grave, une version locale du logiciel existe, c’est bien aussi.

Globalement, voilà.

Je commence donc doucement à me retirer des services que je qualifierais de "critique" si je venais à perdre l’accès à mon compte. Mais en vrai, je fait ça 1) par précaution 2) pour me sentir plus serais mais je ne vois pas pour quelle raison mon compte serait bannis. Ca doit être (très) rare et pas dans leurs intérêts.

Sinon, si vous pouviez répondre à mes deux questions précédentes (que je vous remet ici), ça m’aiderais beaucoup ! :)

De mon côté, j’aurais une préférence pour le Raspberry Pi car :

  • Comme ce sera du local, je serais plus sereins. Le risque zéro n’existe pas, mais je pense qu’il y à plus de chance que je me fasse pirater si mon NextCloud est accessible via une simple URL que sur mon réseau local (ce serait pas de chance que l’on veuille pirater mon réseau).
  • Pas de frais d’abonnement. Juste le Raspberry Pi à acheter, mais plus de paiement après. L’avantage, c’est que je peux upgrader le Raspberry Pi si besoin quand un nouveau sortira, et que je peux y mettre l’espace de stockage comme je veut.
  • Je n’ai pas besoin que tout sois synchroniser à la seconde. Je sort jamais de chez moi, mais dans le cas où je prendrais une belle photo à l’extérieur, la synchronisation peut très bien attendre que je rentre chez moi.

Avez vous une idée de ce qui est le mieux entre du local et du "online" comme Gandi ?

Sinon, question sécurité : Mon instance NextCloud actuellement hébergée chez Gandi est donc sur un sous-domaine (avec https). Le compte administrateur (et le seul compte en fait) à un mot de passe fort et unique, avec une double authentification. Dans ce cas là, peut-on considérer mon cloud comme sécurisé ?

Découvrez mon dernier jeux Android : Calypso 2 - Ma dernière création lors du Ludum Dare 46 -> The Last Flame

+0 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte