Recrutement SSII et contrat

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

Bonjour à tous.

Je cherche quelques conseils sur les trucs auxquels il faut faire attention quand on est recruté par une SSII.

J'explique ma situation : je vais peut-être être recruté par une SSI pour une formation de deux mois (sur COBOL, un langage procédural comme je les aimes : mort à la POO ! ), suivie d'un CDI dans une SSII lilloise. Pour le moment, je n'ai pas encore été pris en entretien, ni n'ai pris connaissance du contrat que j'aurais à signer.

A votre avis, est-ce qu'il y a des choses auxquelles je dois faire attention sur le contrat ? J'ai déjà entendu parler des clauses de mobilité (utilisées par les SSII pour se débarrasser des employés, d'après ce que j'ai lu), sans compter que je pense que la clause de dédit de formation pourrait s'appliquer à mon cas. Est-ce qu'il y a d'autres choses auxquelles je devrais faire attention ?

De plus, à votre avis, quelles devraient être mes revendications salariales (j'ai un BAC +4 en informatique, sans expérience autre qu'un stage de trois mois) ? Je n'ai pas vraiment de référence sur le sujet et j’aimerais savoir à peut-prêt à quel salaire je devrais prétendre.

Merci d'avance pour vos réponses.

PS : Le premier qui me dit que je devrais chercher du travail dans l'embarqué ou d'informatique industrielle, je le tue (Y a pas d'emploi du genre sur Lille pour un BAC +4).

Édité par anonyme

+3 -2

Bonjour, Il y a un point dans ton message qui me choque (le mot est peut-être exagéré) Tu t'inquiètes des clauses de mobilité, parce que ce serait l'astuce utilisée par les SSII pour virer les employés dont ils ne veulent plus.

Tu débutes ta carrière.

  • Soit tu sais que tu es un clown, et alors, ok, commence déjà à anticiper le jour où tu seras en conflit avec ton employeur.
  • Soit tu penses être compétent, et dans ce cas, ton principal objectif, ça devrait être d'accumuler des expériences valorisantes. Et en début de carrière, je vois 2 bonnes expériences, et pas une de plus : une SSII, ou bien un job à l'étranger.

Inquiète toi des questions de salaire, ok. Et là dessus, tes profs ou tes camarades de promotion devraient être de bon conseil. Mais la question de la fin du CDI , ça me paraît complètement décalé.

+0 -1
Staff

+1 elegance. En tant que débutant, ça sert à rien de viser le CDI, surtout qu'il est plus facile à casser qu'un CDD.

Après j'ai entendu parler de SSII qui aimaient bien payer un salaire de base au rabais en proposant des primes ou des compensations (frais de transport, etc.) pour compléter. Le problème de ce genre de choses, c'est que comme c'est pas fixé par le contrat, c'est très facile à faire sauter. Donc si ton salaire de base est pas ou mal négocié, le jour où ils suppriment ces avantages t'as plus que tes yeux pour pleurer.

Enfin bon, après j'ai jamais aimé les SSII, donc je suis peut-être pas meilleur juge… ;)

Staff

Passe de l'autre coté de la frontière. On est pas méchant. Promis. :)

Arius

Bon… comme les devs ont pas deviné de charger les iframes en HTTPS… https://www.youtube.com/watch?v=piVnArp9ZE0

[EDIT] Je suis le seul à avoir un vieux bug d'encodage sur la source de citation ?

Édité par viki53

Staff

+1 elegance. En tant que débutant, ça sert à rien de viser le CDI, surtout qu'il est plus facile à casser qu'un CDD.

Mouais. Je suis moyennement d'accord. L'info est un des rares secteurs où viser un CDI n'a rien de bien compliqué.

Là où je suis d'accord par contre est que la chose la plus importante en début de carrière est de viser l'expérience, pour justement sortir de la case débutant. Après tout le reste est une question de compromis.

Pour le coup ce qui m'a le plus marqué est :

PS : Le premier qui me dit que je devrais chercher du travail dans l'embarqué ou d'informatique industrielle, je le tue (Y a pas d'emploi du genre sur Lille pour un BAC +4).

Je vais lacher la question : Pourquoi chercher uniquement à Lille ? Oui je veux bien croire que c'est une belle ville mais je trouve dommage de limiter sa recherche de poste en fonction de ça. Je vais poser la question qui fache : tu a cherché sur Paris ? Perso je suis venu sur Paris pour les études et y suis resté pour mon premier job. Je ne compte pas y faire ma vie. Cependant aujourd'hui je fais le job que je voulais dans de très bonne conditions. Poste que je n'aurais jamais eu en sortant d'étude en province. Si mes plans ne changent pas, dans quelques années, quand j'en aurais marre de Paris et assez d'expérience je reparitirai en Province ou il sera plus facile de postuler aux quelques postes qui peuvent m'intéresser.

Bref j'ai toujours eu du mal avec les contraintes géographique forte en début de carrière. Donc si j'avais un conseil à te donner c'est, plus que de t’inquiéter d'un contrat, inquiète toi surtout de ce que tu veux faire comme carrière et n'hesite pas a regarder ailleurs pour viser ce que tu as réellement envie de faire plutot que ce qu'on te propose autour de chez soi. C'est jamais facile de sortir de sa zone de confort mais que ce soit a Paris ou ailleurs, on y vit bien si on a un boulot qui nous plais. On est en 2014, de toute façon tu changera 10 fois de boulot dans ta vie, autant bouger maintenant.

+0 -0

Ça c'est une question d'idéologie, ou de priorités, appelle ça comme tu veux. Pour ma part, j'ai une expérience un peu différente à te donner. J'ai refusé de sacrifier ma vie de famille et le goût pour mon pays sur l'autel du travail.

Après deux ans de prépa chez mes parents, j'ai fait une courte excursion parisienne contraint et forcé (il n'existe qu'une seule École dans mon domaine et, hélas, elle est à Paris), avant de revenir aussi sec retrouver ma femme dans le Sud-Est. J'ai obtenu un CDD d'un an dans le coin, je suis au chômage depuis un an… et je m'en fous royalement : j'habite un petit village dans le plus beau pays du monde et ma femme a eu plus de succès que moi pour trouver du boulot ici, alors on est loin d'être dans la misère. Je préfère être plus pauvre mais vivre ma vie comme je l'entends : je n'ai pas les moyens d'acheter une voiture neuve mais, moi, les sentiers de rando sont à 5 minutes de ma maison. ^^ Vous savez, le genre de maisons que les Parisiens payent 800€ la semaine pour prendre des vacances au vert. :P

Bref… C'est une autre façon de voir le monde. Elle n'est pas meilleure que celle de Kje, mais il ne faut pas avoir honte de l'adopter sous prétexte que tout le monde nous rabâche que « on est au XXIe siècle, ma pauvre Lucette, c'est la crise, faut être moderne, faut être mobiiiiile ! ».

Et des fois que la question émerge : nous avons Bac+5 tous les deux.

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+0 -2
Staff

Non mais je comprend. D'autant plus si tu es marié. Pour autant je ne dit pas qu'il faut faire sa vie a Paris, ou ailleurs, uniquement penser à la possibilité de bouger. Ton coin est peut être le paradis mais il y en a bien d'autres ailleurs. je portait juste l'idée qu'il peut être parfois pertinent de passer 2-3 ans ailleurs, pour gagner de l'expérience, et ainsi pouvoir revenir dans de meilleurs conditions.

Je cite Paris car en pratique, en France, c'est à Paris qu'il y a le plus de chances de trouver un travail dans ces domaines. Mais ça peut etre ailleurs, ce n'est pas le fond de mon propos. J'aurai put citer Sofia-Antipolis ou n'importe quel pays étranger. Je trouve juste ça dommage de se contraindre à un rayon de 20km dès le début de carrière par confort alors que bien souvent ça permet de revenir dans de meilleurs conditions. J'ai en tête au moins 3 couples d'amis qui on passer 2-3 ans à Paris et ont ainsi put après repartir dans les conditions qu'ils voulaient avec le boulot qu'ils voulaient dans leur région d'origine. Et moi je ferait probablement de même dans quelques courtes années.

Ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dis. Je n'ai pas dis qu'il faut venir a Paris, j'ai dis que la mobilité en début de carrière doit être prise en considération car ça peut influencer le reste de la carrière. On passe pas mal de temps au boulot dans sa vie, ça vaut le coup de se poser la question. Et puisque personne n'avait cité cette possibilité, je l'ai fait.

NB: Ce que je n'aime pas de façon général c'est cette manie de penser que tous les parisiens adore Paris et en parle parce qu'ils pensent que c'est la meilleurs ville du monde et que tous les provinciaux vont detester. La réalité est bien plus nuancé. Par expérience on y vit très bien en tant que jeune sans enfant sur Paris, beaucoup mieux que beaucoup le suppose. Apres si forcément tu y vient sans faire l'effort d'y voir les bon cotés, tu ne va pas apprécié. Mais c'est comme tout.

C'est tout de même dingue que moi, le type qui vient du plus profond trous du cul de la campagne de France, je me retrouve prit comme défenseur de Paris.

Oui certaines conditions font que peut etre il ne partira pas de Lille, mais dans le cadre d'un conseil je me devais de le citer.

PS:

Et des fois que la question émerge : nous avons Bac+5 tous les deux.

Sincèrement, je m'en moque totalement de ton niveau. C'est complètement hors scope et mon avis est applicable quelque soit le niveau d'étude. D'autant plus qu'un niveau d'étude n'a jamais apporté un gage de quoique ce soit. Je ne vois pas en quoi ça apporte crédit que tu sois Bac+5, ou en quoi ça aurait apporté discrédit que tu ne le soit pas.

PPS: Si tu veux vraiment le savoir, non moi je ne suis pas Bac+5

+1 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

PS: j'ai écrit mon message sans recharger la page, je n'avais pas les messages de Kje et Dominus. Pour clore le débat, sachez que le plus beau pays du monde, c'est l'Alsace, même si le sud-est se défend pas mal. Et, oui, pour le moment, je suis à Paris. Je garde un oeil sur Lausanne, qui a des postes intéressants et un environnement plus sympa que Paris. Je ne crois pas qu'on soit contraints de choisir entre le travail et la qualité de l'environnement.

Salut,

Mon premier conseil serait de ne pas être trop casanier: le monde ne se limite pas à Lille.

Maintenant, si tu ne cherches que sur Lille, tu dois avoir tes raisons, faisons avec. Je suis en désaccord avec elegance sur le fait que la bonne expérience en début de carrière est soit l'étranger soit la SSII. Je suis d'accord pour l'intérêt de l'étranger, mais la SSII n'offre pas d'expérience plus valorisante qu'une autre entreprise, bien au contraire, puisqu'un prestataire est susceptible de disparaitre du jour au lendemain, et, au moins dans ma boite, on ne confie pas les points les plus critiques (et les plus intéressants intellectuellement) à des prestataires.

Cela dit, je ne réponds pas à tes questions. Donc examinons ton cas. Tu es BAC +4. C'est plus qu'une licence mais c'est pas un master, tu es donc un cas exceptionnel qui ne rentre pas directement dans les grilles de salaire des entreprises, les emplois BAC+3 vont possiblement te sembler trop restreints, ceux à BAC+5 vont souvent ignorer ta candidature parce que tu n'as pas BAC +5 (au niveau des RH, il faut trier les CV rapidement, tant pis si on perd quelques bons profils, tant que le tri permet de trouver facilement un profil qui convient au poste). Ceux qui gardé ton CV le savent, et peuvent en profiter pour proposer un salaire plus bas qu'à un diplômé BAC+5 (en te demandant le même travail par la suite). On peut trouver ça injuste, mais ça ne fera pas avancer les choses. En revanche, il faut garder à l'esprit que le marché du travail est un marché, qu'aujourd'hui on te fera peut être une offre faible, mais que tu pourras avoir mieux après. Pour ne pas rester bloqué avec cet employeur (au cas où il s'avèrerait qu'il te paye en dessous du prix du marché), regarde bien comment se passe le remboursement de la formation en cas de rupture de contrat. idéalement, tu devrais ne plus rien leur devoir au bout d'un an. Il est probable qu'ils demandent plutôt 2 ans. Dans ce cas, vois en fonction du salaire. J'ai pas de chiffre pour un BAC+4 sur Lille, mais 30k€ annuel brut me semble bien, 28k acceptable, en dessous de 27k, refuse de t'engager sur 2 ans. Dans tous les cas, refuses de leur être redevable pour la formation plus de 2 ans.

Enfin, en entretien, le but est de mettre l'autre en confiance. A mon sens, il faut être honnête, mais sans oublier de bien présenter. Par exemple, si tu dis que tu refuses de t'engager sur plus de 2 ans pour pouvoir te barrer, ça ne va pas mettre en confiance. Si tu dis que tu comprends leur besoin d'assurer un retour sur l'investissement que représente la formation, mais que, pour toi, une relation de travail durable ne peut être gagnante que si les deux parties y trouvent leur compte, et que ça exige de pouvoir discuter salaire sans trainer indéfiniment la dette de la formation, tu dis finalement la même chose, que tu veux pouvoir te barrer si ils ne suivent pas niveau salaire, mais ça montre une position réfléchie qu'ils pourront gérer en fonction de leur politique RH (qui, dans le cas d'une SSII, consiste généralement à laisser les gens partir plutôt que de consentir à une forte augmentation de salaire).

+0 -0
Auteur du sujet

Pour la mobilité hors de Lille, cela me pose un problème : j'y ai déjà pensé, mais mes contraintes économiques font que ce n'est pas vraiment possible. Pour tout vous dire, je n'ai même pas les moyens de prendre un appartement dans les environs de Lille (en périphérie, là où c'est pas cher), et je suis obligé de vivre chez ma mère ou chez ma grand-mère. Sans compter que j'ai quand même envie de rester à proximité de mon père et de ma fratrie.

Cela fait que je suis limité à la région Nord-Pas de calais, pour le moment. Je peux envisager de me déplacer à 1 et 1/4 de train de Lille (ce qui me fait tout de même de 4 heures de transport aller-retour au total) : cela me limite aux alentours de Valencienne, Lens, éventuellement Cambrai, mais pas plus.

C'est d'ailleurs pour cela que la clause de mobilité nationale des SSII me pose légèrement problème : je ne sais pas trop où ils m'enverront. Je me doute que la première mission que j'aurais sera sur Lille (si j'en crois l'annonce), mais je ne sais pas si cela durera au moins un an (le temps d'amasser suffisamment d'argent pour assumer un loyer), et je ne sais pas où je serais envoyé pour les missions suivantes. Si c'est à Montpellier ou Paris, je n'aurais pas vraiment d'autre choix que de démissionner. D’où ma question sur la clause de dédit de formation, au cas où la première mission qui me sera donnée dure moins d'un an.

+0 -0
Staff

Je dis peut etre une betise mais si ils t'envoient ailleurs d'un certain rayon, c'est a eux d'assumer les frais d'hebergement. Cette clause est utilisé pour "virer" les gens parce que la majorité des gens font leur vie en attendant et donc t'envoyer à Marseille quand tu as femme et enfant à Lille, ça pousse à la porte. Mais techniquement si tu accepte, c'est a eux de te payer l'hebergement, voir les transports aller/retour le week end

+0 -0

C'est tout de même dingue que moi, le type qui vient du plus profond trous du cul de la campagne de France, je me retrouve prit comme défenseur de Paris.

Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit. :P La question n'est pas Paris (que je connais et qui a d'indéniables bons côtés), la question est celle de la mobilité qui, comme tu le fais remarquer, est généralement synonyme de Paris quand on est jeune et Français. Il peut arriver, en effet, qu'il y ait un réel intérêt à aller voir ailleurs. Mais de mon point de vue, c'est aussi un concept très surfait : la mobilité des salariés bénéficie très majoritairement aux employeurs et l'idée que « les conditions économiques actuelles » rendent indispensable cette mobilité massive est un gros python qu'on essaye de nous faire avaler.

J'entends trop souvent dire dans les médias ou autour de moi « si t'as pas de boulot, va voir à plusieurs centaines de kilomètres de chez toi », et pas assez « y'a plus ou moins 10 % de chômage partout en France et si tu t'éloignes trop de chez toi tu perdras le bénéfice de ton réseau, alors pas la peine d'aller péter à plus de 45 minutes de là où tu comptes habiter ».

#JeSuisGrimur #OnVautMieuxQueÇa

+0 -0
Staff

Je comprend mais tu remarque que tu le dis toi même que tu n'a pas trouver par chez toi alors que tu aurais peut etre plus en trouver ailleurs.

Les 10% de chômage partout en france, je suis assez peu convaincu que ce soit homogène. Sincèrement c'est triste et j'en suis le premier navré mais tout est concentré sur Paris dans nos domaines, avec une petite part dans quelques autres lieux (Toulouse pour l’aéronautique, Sofia pour les domaines proches recherche, etc.). Bref je pense qu'on est d'accord. Je peux comprendre qu'on ne veuille pas bouger d'une region pour une raison X ou Y, mais je ne comprend pas qu'on se le refuse "par principe". Du coup j'ai posé la question de la mobilité…

Édité par Kje

+3 -0

Cette réponse a aidé l'auteur du sujet

Les points à vérifier sont les mêmes que dans tout contrat de travail. Il faut bien lire les clauses.

Pour la mobilité, c'est à toi de la négocier. Tu peux demander à rester dans ta ville, région, pays, etc. Dans tous les cas, il faut préciser le rayon et éviter de se retrouver avec une mobilité comme Nord ou Grand Ouest qui sont trop vagues. Plus tu es précis mieux c'est. Pense à vérifier les défraiements en cas de grand déplacement. Certaines SSII (bien connues) ont tendances à t'arnaquer là-dessus. Par exemple, en refusant de te payer l'hôtel le week-end sans pour autant te payer le billet de train pour rentrer.

Il y a une rumeur comme quoi tu es considéré comme démissionnaire si tu refuses une mission parce qu'elle est trop loin (le fameux article 8 du syntec) Les prud'hommes ne sont pas de cet avis.

Mais ce n'est pas fréquent qu'on te propose des missions longues trop loin et c'est souvent rentable pour toi. Donc à moins que ton commercial ne te trouve rien pendant un moment, tu n'as pas à te soucier de la clause de mobilité. Au pire, tu peux aussi accepter de passer les entretiens client et faire exprès de te planter pour ne pas être pris…

Il faut penser à lire toutes les clauses et vérifier qu'elles ne sont pas un peu abusives (par exemple, une clause de non concurrence sans durée limite et rayon d'action ou sans dédommagement).

Il faut vérifier le salaire aussi. Il arrive qu'on te présente en entretien un salaire packagé sans vraiment te le dire. Un salaire fixe bas avec une grosse part variable non imposable peut être tentant pour ne pas payer d'impôts. Mais c'est une mauvaise idée sur tous les plans.

Pense aussi à regarder les notes de frais par jour et les conditions pour les toucher. Souvent, on n'oublie de te dire que tu ne les toucheras que pour les jours travaillés. Et souvent, tu ne les touches pas non plus si ta mission n'est pas dans les locaux du client. Si les frais sont de l'ordre de quelques euros par jour, ça va. Mais si tu as 15 ou 20 euros par jour, ça fait très mal…

Dans tous les cas, c'est surtout ton commercial qui fera toute la différence. Tu peux tomber sur un sympa qui va tout faire pour te trouver une mission en face de chez toi et te payer tes frais de mission même en interco. Ou tu peux tomber sur un type qui va chercher à t'entuber à la moindre occasion.

Shave the whales! | Thistle

+0 -0
Staff

Conseil de mon prof de droit : face à un contrat plein de clauses abusives, si vous êtes un prêts à y passer un peu de temps, vous signez… et vous vous en servez pour négocier un max au moment de partir.

Mais ça implique de bien connaître ses droits et de ne pas avoir peur de les faire jouer.

Édité par SpaceFox

Par exemple, en refusant de te payer l'hôtel le week-end sans pour autant te payer le billet de train pour rentrer.

C'est legal ca ? J'avais reussi a faire un peu plier ma SSII pour un deplacement de 60km Aller Retour pour avoir un dedommagement car :

Le salarié dont la lettre d'engagement mentionne qu'il doit travailler tout ou partie de l'année en déplacement continu aura droit, outre son salaire, à une indemnité de remboursement de frais pendant la durée de ce déplacement.

Syntex article 53

ZdS, le best du Zeste ! Tuto Arduino, blog, etc

+1 -0

Je dirais aussi osef des clauses abusives. Je crois que la plus grosse erreur pour un salarié est de ne pas être prêt à mettre en pratique la concurrence entre les employeurs. Pour être clair, de ne pas prendre le risque d'aller voir ailleurs. L'informatique est un domaine qui recrute pas mal, c'est pas très difficile de trouver du boulot, autant en profiter. (fais attention à la durée de validité de la clause de dédit de formation)

La question de limiter ta zone de recherche n'est pas simplement une question de mobilité. Avec une zone de recherche plus large, tu as plus d'offres potentielles et donc plus de moyens de négociation. A mon sens, même si tu veux rester sur Lille, fais des recherches sur toutes la France (voire plus ? La Belgique n'est pas loin).

Pour le salaire, autour de 30k brut me parait pas mal.

(HS : formation sur COBOL ??? Tu mises sur l'avenir toi…)

+0 -0

Pour le salaire, autour de 30k brut me parait pas mal.

(HS : formation sur COBOL ??? Tu mises sur l'avenir toi…)

gbdivers

Pour le 30k, c'est pas forcément facile à avoir à Lille en bac+4 en premier emploi. C'est pour ça que j'ai proposé une revendication 10% plus basse, mais en se méfiant du dédit de formation.

Et malheureusement le COBOL n'est pas près de disparaitre des systèmes informatiques des banques et assurances…

+0 -0

Je sais bien qu'il existe encore des besoins en COBOL. Mais je trouve que c'est une démarche dangereuse pour un débutant. Qu'est ce qu'il va faire dans 10 ans ou 20 ans quand on lui dira qu'il n'aura plus de poste en COBOL et qu'il doit recommencer une nouvelle techno, comme s'il était dev junior (avec le salaire qui va avec ?)

Bref, autant je conseillerais à un débutant de ne pas hésiter à expérimenter des choses nouvelles, autant le COBOL me semble être une mauvaise idée.

Et je suis d'accord avec Stranger, l'expérience SSII n'est pas forcement le mieux. On va t'embauché en général sur un premier projet a placer (donc tu pourras choisir de commencer sur un projet intéressant), mais après, tu prendras les projets que l'on te donne.

(et quand au salaire en SSII, le but est de tirer vers la bas - manque d'expérience, pas les meilleurs diplômes, etc. Mais par contre, quand il s'agit de vendre la personne au client, c'est le meilleur dev du monde - et cela se facture d'avoir le meilleur dev du monde. J'ai eu récemment un entretien d'embauche dans une SSII - par erreur - le recruteur a abordé le salaire - et surtout pourquoi il pouvait pas me payer au salaire que je prétendais - avant même d'aborder les compétences techniques. A côté de cela, j'ai d'autres boîtes - pas en France - qui s'intéressent en premier aux compétences et proposent des salaires de base - sans même négocier - plus élevé que mes prétentions salariales - et je n'avais pas hésiter à monter mes prétentions en fonction du coût de la vie dans ces pays)

Bref, les SSII si tu ne trouves rien d'autres. Mais c'est mieux si tu trouves ailleurs

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte