Rémunérations du marché

a marqué ce sujet comme résolu.

Bonjour,

Dans le secteur informatique, comment vous renseignez-vous sur les salaires du marché, et quelles méthodes utilisez-vous pour comparer des entreprises en prenant en compte tous les avantages (treizième mois, congés, primes, actions, etc.) ?

J’ai téléchargé le dossier de Talent.io sur l’état du marché en Europe mais les salaires médians me semblent bas par rapport à ce que j’observe. Par exemple, salaire médian à Paris toutes expériences confondues : 47k€, soit seulement un peu plus de 2 smics ?

Merci !

Salut,

Dans le secteur informatique, comment vous renseignez-vous sur les salaires du marché [?]

C’est plutôt simple. Quand je suis en recherche, j’entame des processes dans des boîtes différentes et je regarde ce qu’elles proposent par rapport aux prétentions que je calcule en ajoutant un bon 10% à mon salaire actuel. Tant que ça ne couine pas, c’est que je suis dans les prix du marché. Parfois je hausse même mes prétentions jusqu’à une augmentation de 20% ou 30% pour voir comment ça réagit en face.

et quelles méthodes utilisez-vous pour comparer des entreprises en prenant en compte tous les avantages (treizième mois, congés, primes, actions, etc.) ?

Ce n’est absolument pas mon critère de comparaison principal, en fait.

Si c’était le cas, j’aurais signé depuis bien longtemps pour une random boîte hollandaise dans la fintech, qui, dès le premier contact, annoncent un salaire de base jusqu’à 50% supérieur au mien actuel… Mais je suppose que c’est parce que j’en suis à un point dans ma carrière où je n’éprouve pas le besoin de gagner plus pour vivre mieux avec ma famille.

Néanmoins, je persiste à penser qu’à moins d’une vraiment grosse disparité, le salaire n’est pas un point de comparaison pertinent entre deux employeurs potentiels. En tout cas bien moindre que la qualité de vie au travail, le secteur d’activité, la culture de l’équipe… dont l’impact se ressent infiniment plus au quotidien et dans la durée, qu’une différence de 5% ou 10% sur la rémunération.

Par exemple, salaire médian à Paris toutes expériences confondues : 47k€, soit seulement un peu plus de 2 smics ?

Je sais pas si ce qui me choque le plus, c’est :

  • Que "toutes expériences confondues" rende le chiffre particulièrement non-significatif ?
  • Le fait que je trouve ça également plutôt bas ? Mon neveu tout juste diplômé, qui vient de signer sa première boîte, touche déjà presque ça… à Nantes.
  • Ou le fait que le SMIC soit encore deux fois inférieur à ça, ce qui me rappelle que les disparités salariales sont vraiment abusées dans notre pays.
+4 -0

Merci pour ta réponse @nohar.

Quand je suis en recherche, j’entame des processes dans des boîtes différentes et je regarde ce qu’elles proposent par rapport aux prétentions que je calcule en ajoutant un bon 10% à mon salaire actuel. Tant que ça ne couine pas, c’est que je suis dans les prix du marché. Parfois je hausse même mes prétentions jusqu’à une augmentation de 20% ou 30% pour voir comment ça réagit en face.

J’en déduis que tu changes assez fréquemment d’employeur ? Entames-tu des processes dans des boîtes qui ne t’intéressent pas pour faire cette évaluation ? Ne crains-tu pas que te baser sur ton salaire actuel entraîne un biais, si celui-ci est en décalage avec le marché à instant t ?

Je peux hélas difficilement appliquer cette méthode étant donné que je suis toujours dans ma première boîte, depuis cinq ans. Je soupçonne ma rémunération d’être en décalage important avec le marché.

Néanmoins, je persiste à penser qu’à moins d’une vraiment grosse disparité, le salaire n’est pas un point de comparaison pertinent entre deux employeurs potentiels. En tout cas bien moindre que la qualité de vie au travail, le secteur d’activité, la culture de l’équipe… dont l’impact se ressent infiniment plus au quotidien et dans la durée, qu’une différence de 5% ou 10% sur la rémunération.

Je suis d’accord, je ne parle ici que des critères matériels.

Je sais pas si ce qui me choque le plus, c’est :

  • Que "toutes expériences confondues" rende le chiffre particulièrement non-significatif ?

L’étude est plus détaillée, j’ai synthétisé, mais ça donne quand même un ordre de grandeur. Pour moi le critère de l’expérience est à peu près aussi pertinent que d’évaluer la qualité d’un vin par son seul âge. Mais effectivement c’est visiblement un critère important dans la rémunération.

  • Le fait que je trouve ça également plutôt bas ? Mon neveu tout juste diplômé, qui vient de signer sa première boîte, touche déjà presque ça… à Nantes.

C’est pour cela que je cherche des méthodes pour se situer objectivement et avec précision, ainsi que pouvoir identifier les zones géographiques et les secteurs d’activité les plus rémunérateurs. Les quelques études que j’ai lues et les quelques expériences particulières que je connais semblent dissoner.

Une méthode un peu « facile » c’est de lever le tabou sur le sujet et d’en parler avec des collègues et ex-collègues qui sont partis dans d’autres entreprises, avec des camarades de classe dans le même domaine, etc.

J’en déduis que tu changes assez fréquemment d’employeur ?

Pas si souvent que ça. Mais j’ai jamais fait plus de 5 ans au même endroit jusqu’à présent. Plutôt 3 ans en moyenne.

Quant à mon poste actuel, honnêtement, j’espère le garder plus longtemps que ça. Il en a en tout cas le potentiel.

Après, personnellement, je n’entame pas de processes dans des boîtes qui ne m’intéressent pas pour la simple raison que je ne suis pas assez bon acteur : c’est tout de suite grillé. J’entretiens certainement un biais du coup, mais ce qui m’importe c’est plus d’être payé conformément à mes besoins et attentes personnelles plutôt que conformément au marché… Il ne faut pas hésiter à demander, et surtout à en parler tôt dans les processes, quitte à ce que l’employeur fasse une contre-proposition. Un employeur n’a pas franchement d’intérêt à maintenir le tabou sur la question, à moins justement de ne pas se sentir très net.

Ce qui me fait penser que je suis plutôt dans les prix du marché sur mon profil, c’est aussi que j’en parle avec des amis et qu’on est à peu près logés à la même enseigne.

J’ai aussi passé un process une fois où ça n’avait pas choqué l’employeur que j’envoie 30% d’augmentation sur mes prétentions salariales… Mais parce que c’était pour un poste de CTO, que j’ai finalement décliné parce que je ne pense pas qu’il m’aurait convenu. Et je vois souvent passer des mails de recruteurs étrangers qui proposent vraiment des salaires mirobolants dans les 90k€/an pour des postes de dev "senior" (j’ai appris à détester cette appellation, qui veut dire tout et n’importe quoi selon les gens, et le plus souvent n’importe quoi dans la bouche des recruteurs), en tout cas dans mon domaine (devops, en Go, dans le cloud) : je n’ai pas cité mon exemple au hasard en parlant des Pays Bas. Je crois qu’à l’heure actuelle, ce sont eux qui payent le plus grassement leurs ingénieurs en Europe, quitte à les sourcer à l’étranger.

+1 -0

Le fait que je trouve ça également plutôt bas ? Mon neveu tout juste diplômé, qui vient de signer sa première boîte, touche déjà presque ça… à Nantes.

@nohar c’est sérieux ça ? En province, en sortant d’école, on peut toucher du 47k ?! Puis-je te demander :

  • son domaine d’étude et son domaine de profession

  • son niveau d’étude

stp ? :o

Il ne faut pas hésiter à demander, et surtout à en parler tôt dans les processes, quitte à ce que l’employeur fasse une contre-proposition. Un employeur n’a pas franchement d’intérêt à maintenir le tabou sur la question, à moins justement de ne pas se sentir très net.

Concrètement "process" = entretien d’embauche ? Tu choisis de les mettre en concurrence ou pas d’ailleurs (c’est ce que je crois comprendre par "contre-proposition", du coup).

@nohar c’est sérieux ça ? En province, en sortant d’école, on peut toucher du 47k ?! Puis-je te demander :

  • son domaine d’étude et son domaine de profession

  • son niveau d’étude

Il a fini cette année son alternance, à Bac+5, et décroché ce poste d’ingé backend (ou "cloud devops" pour parler moderne) en Go (un peu à contre-pied de ce qu’auraient indiqué ses études en C# et les ESN qui lui disaient de faire du Java), dans une antenne Nantaise d’une boîte parisienne, pour 42k€ bruts annuels. Cela dit, c’est aussi parce qu’il s’est plutôt bien débrouillé parce qu’il me semble que le salaire moyen à la première embauche dans sa promo est plus proche des 35k.

Il ne faut pas hésiter à demander, et surtout à en parler tôt dans les processes, quitte à ce que l’employeur fasse une contre-proposition. Un employeur n’a pas franchement d’intérêt à maintenir le tabou sur la question, à moins justement de ne pas se sentir très net.

Concrètement "process" = entretien d’embauche ? Tu choisis de les mettre en concurrence ou pas d’ailleurs (c’est ce que je crois comprendre par "contre-proposition", du coup).

Herbe

Oui, "process" = "process de recrutement" = un ou plusieurs entretiens. Je ne mets pas vraiment les boîtes en concurrence, par contre-proposition j’entends surtout que si l’employeur estime qu’il te veulent mais que tu es trop cher, ils te proposeront le salaire qu’ils pensent que tu vaux chez eux.

+1 -0

Après c’est peut-être aussi dû à la techno, le Go ?

C’est probable, la stack Go + Kubernetes se monnaye extrêmement bien ces dernières années. Elle semble être un indicateur de boîtes qui sont en train de moderniser leur architecture et leur façon de travailler, et donc qui sont prêtes à y mettre les moyens. Du moins c’est comme ça que je décrypte le marché. :)

+0 -0

Après c’est peut-être aussi dû à la techno, le Go ?

C’est probable, la stack Go + Kubernetes se monnaye extrêmement bien ces dernières années. Elle semble être un indicateur de boîtes qui sont en train de moderniser leur architecture et leur façon de travailler, et donc qui sont prêtes à y mettre les moyens. Du moins c’est comme ça que je décrypte le marché. :)

nohar

Très intéressant ce que tu dis-là.

Je suppose que ces boîtes ne sont pas des sartups ? Qu’elles ont donc les reins solides ? Et qu’elles ont une organisation des projets rodée tout comme leur gestion ?

Oulà, ça dépend. Il y a de tout. Dans ma boîte actuelle on est une quinzaine (en fait, seulement 8 devs en tout dont 2 sur la partie devops, puisque j’ai doublé mes effectifs le mois dernier ! :D), mais avec une organisation bien rôdée et un management de projet que je trouve exemplaire (c’est le plus bel exemple d’équipe Agile que j’aie vu de ma carrière, paradoxalement parce qu’on n’applique explicitement aucune méthodo estampillée Agile… On l’est, c’est tout). Mais je vois passer énormément de scaleups de 150 personnes ou plus. Quant à leur organisation interne ou la solidité de leurs reins, c’est difficile à dire, surtout dans les scaleups dont je n’ai pas personnellement une très bonne image, mais je suppose que mon expérience n’est pas représentative et qu’il y a certainement de très bonnes boîtes dans le lot oui.

+0 -0

Salut,

42k sortie d’école après apprentissage, c’est plus que le salaire de début de beaucoup d’ingénieurs toutes industries confondues. À noter quand même que même si on commence plus bas, il y a moyen d’être augmenté à ce niveau ou au delà en deux ans plus ou moins un an, y compris dans des domaines qui paient moins que l’informatique. Je le sais, parce que c’est ce qui m’est arrivé sur des postes d’ingé dans l’industrie.

Bref, tout ça pour dire que le salaire juste sorti d’école n’est pas forcément un indicateur extrêmement fiable (surtout avec l’apprentissage dans des domaines très pratiques comme l’info, qui peuvent changer la donne totalement). Il y a des entreprises qui sont un peu frileuses avec les jeunes diplômés, mais qui n’hésiteront pas à embaucher des profils dégrossis à des salaires significativement plus élevés.

Une méthode un peu « facile » c’est de lever le tabou sur le sujet et d’en parler avec des collègues et ex-collègues qui sont partis dans d’autres entreprises, avec des camarades de classe dans le même domaine, etc.

entwanne

Tout à fait. Selon toi, d’où vient ce tabou ?

Concrètement "process" = entretien d’embauche ? Tu choisis de les mettre en concurrence ou pas d’ailleurs (c’est ce que je crois comprendre par "contre-proposition", du coup).

Herbe

Selon moi, il faut aborder le sujet avant même l’entretien. Les recruteurs sont en position de demande, un entretien ça demande du temps à préparer et à faire, pour les deux parties, et ça implique parfois un déplacement, donc inutile de perdre son temps ou de faire perdre le sien au recruteur.

Mettre explicitement plusieurs offres en concurrence peut être mal vu, mais oui je pense qu’il ne faut pas hésiter à faire comprendre au recruteur que tu es en position de choix.

Bref, tout ça pour dire que le salaire juste sorti d’école n’est pas forcément un indicateur extrêmement fiable (surtout avec l’apprentissage dans des domaines très pratiques comme l’info, qui peuvent changer la donne totalement). Il y a des entreprises qui sont un peu frileuses avec les jeunes diplômés, mais qui n’hésiteront pas à embaucher des profils dégrossis à des salaires significativement plus élevés.

Aabu

Crois-tu que l’on puisse se fier aux salaires moyens à N+3 ans, N+5 ans, des études menées par les écoles, par exemple ?

De mon côté (sortie d’école généraliste) j’avais utilisé l’enquête IESF qui rentre dans le détail des salaires par expérience, localisation et domaine. Quand je discute avec mes anciens camarades de promo c’est plutôt vérifié.

D’ailleurs, j’ai l’impression que les grosses boîtes françaises ont tendance à poste équivalent à moins payer que les grosses boites américaines ou les startups (même si la variance est très élevée pour ces dernières).

Je suis dans une grosse boite allemande. Et c’est du même acabit qu’un grosse boite française …

+1 -0

De mon côté (sortie d’école généraliste) j’avais utilisé l’enquête IESF qui rentre dans le détail des salaires par expérience, localisation et domaine. Quand je discute avec mes anciens camarades de promo c’est plutôt vérifié.

D’ailleurs, j’ai l’impression que les grosses boîtes françaises ont tendance à poste équivalent à moins payer que les grosses boites américaines ou les startups (même si la variance est très élevée pour ces dernières).

Fantasio

perso, 2 startups faites (dont l’une avec 11 années d’XP) => la première nous payait au raz des pâquerettes, tous métiers confondus la deuxième jsp pour les autres mais moi pendant 2 ans j’étais payé 27500€ alors que j’avais 2/3 ans d’XP en gros et au bout de 4 ans j’ai enfin pu prétendre à du 37200€ sauf qu’initialement on m’avait proposé un augmentation de 5% ;)

Je suis dans une grosse boite allemande. Et c’est du même acabit qu’un grosse boite française …

ache

étonnant, d’après ce qu’on entend dans la presse o qu’on voit à la télé, on pourrait penser qu’ils paient plus cher !

Oulà, ça dépend. Il y a de tout. Dans ma boîte actuelle on est une quinzaine (en fait, seulement 8 devs en tout dont 2 sur la partie devops, puisque j’ai doublé mes effectifs le mois dernier ! :D), mais avec une organisation bien rôdée et un management de projet que je trouve exemplaire (c’est le plus bel exemple d’équipe Agile que j’aie vu de ma carrière, paradoxalement parce qu’on n’applique explicitement aucune méthodo estampillée Agile… On l’est, c’est tout). Mais je vois passer énormément de scaleups de 150 personnes ou plus. Quant à leur organisation interne ou la solidité de leurs reins, c’est difficile à dire, surtout dans les scaleups dont je n’ai pas personnellement une très bonne image, mais je suppose que mon expérience n’est pas représentative et qu’il y a certainement de très bonnes boîtes dans le lot oui.

nohar

ça m’intéresse beaucoup de voir un peu comment vous gérez vos projets et tout ! je ne sais pas si c’est très poli de ma part, mais penses-tu pouvoir rentrer dans le détail ? si t’as pas le temps ou que ça te semble déplacé pas de souci :D merci d’avance ! (ce qui m’intéresse en particulier : es-tu mis en contact direct avec le client et as-tu des chefs de projets ? comment te sont communiquées les infos relatives à une partie d’un projet déjà existante que tu dois reprendre pour la refaire et/ou la compléter dans un autre système, si cette partie a été écrite par un collègue ? comment se passe la communication concernant les projets dans l’équipe ? comment travaillez-vous sur vos projets : imaginons que tu doives faire un transfert massif de données d’un site A en prod vers un site B en préprod => vas-tu faire ce transfert en requêtant massivement A, ou bien un container docker (ou autre) qui soit la copie de A ? comment vous vous y prenez pour faire une mise en production ? :o )

On est un peu HS, là…

ce qui m’intéresse en particulier : es-tu mis en contact direct avec le client et as-tu des chefs de projets ? comment te sont communiquées les infos relatives à une partie d’un projet déjà existante que tu dois reprendre pour la refaire et/ou la compléter dans un autre système, si cette partie a été écrite par un collègue ? comment se passe la communication concernant les projets dans l’équipe ? comment travaillez-vous sur vos projets : imaginons que tu doives faire un transfert massif de données d’un site A en prod vers un site B en préprod => vas-tu faire ce transfert en requêtant massivement A, ou bien un container docker (ou autre) qui soit la copie de A ? comment vous vous y prenez pour faire une mise en production ?

Étant donné que je travaille sur un jeu vidéo et pas sur du SaaS, ça va être compliqué de répondre de façon pertinente à la plupart de ces questions.

Je n’ai pas de "clients" à proprement parler, je suis en relation directe avec les game designers et les joueurs/playtesters dans la communauté mais mes utilisateurs à moi sont plutôt internes à la boîte. Je n’ai pas de parties à reprendre d’un collègue… Jusqu’à present je suis celui qui a tout fait tout seul from scratch, je discute immediatement des features nécessaires avec le CTO, qui repose sur moi pour les architecturer. Quand on a besoin de communiquer avec le reste de l’équipe on le fait directement. Je n’ai jamais eu besoin de migrer des données jusqu’à présent, et ça m’étonnerait que ça arrive, mais si c’était le cas ça dépendrait de la base de données à migrer, je suppose. Une mise en production, chez moi, se fait avec une bête commande TAG=0.2.3 make deploy, qui compile mes binaires, génère et déploie les images dans un registry Docker puis envoie des charts helms pour déployer les divers services/contrôleurs/workloads… dans un cluster Kubernetes. À terme j’imagine que ce ça finira automatisé par ma CI, mais tant que l’échelle du projet reste petite (i.e. le jeu pas sorti) je préfère garder la main dessus.

+2 -0
Connectez-vous pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore membre ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte