Utiliser proprement l'écriture mathématique en $\mathrm{\LaTeX}

a marqué ce sujet comme résolu.
Auteur du sujet

Bonjour à tous,

J'ai commencé (il y a 3 mois, 3 semaines) la rédaction d'un tutoriel dont l'intitulé est Utiliser proprement l'écriture mathématique en $\mathrm{\LaTeX}$.

J'aimerai obtenir un maximum de retour sur celui-ci, sur le fond ainsi que sur la forme, afin de proposer en validation un texte de qualité.

Si vous êtes intéressé, cliquez ci-dessous

Merci d'avance pour votre aide

Édité par Karnaj

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0

Je rajouterais un petit paragraphe sur les symboles gras. On fait souvent l'erreur d'utiliser \mathbf alors qu'on veut en fait utiliser \boldsymbol. En effet \mathbf nous fait "quitter" le mode mathématique alors que le second non.

Plus explicitement : $\mathbf{x}$ avec \mathbf et $\boldsymbol{x}$ avec \boldsymbol. :-)

Je le dis, parce que le gras c'est pratique pour beaucoup de choses et entre autre une notation de vecteurs plus légère que la lourde flèche.

Édité par Holosmos

+0 -0
Auteur du sujet

Merci pour votre lecture. J'avais déjà prévu de parler des différentes polices dans le bloc "Ecrivons" de la première sous-partie. C'est vrai qu'il y a des pour et des contre pour l'utilisation de chacune alors je ne ferais que parler rapidement de chacune d'entre elles et dire pourquoi il peut être bien de les utiliser.

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0
Auteur du sujet

Ouais :) . De toute manière l'important c'est de choisir une commande et de s'y tenir pour avoir la plus grande harmonisation possible.

Édité par Karnaj

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0

C'est sur ^^

Par contre, peut-être que t'as prévu le coup, mais ce tutoriel manque d'une petite intro qui explique ton but. En fait, au titre, je m'attendais à retrouver un tutoriel expliquant comment écrire des maths, et non effectivement une liste de recommandations. Donc voilà :)

#JeSuisToujoursArius • Doctorant et assistant en chimiedev' à temps partiel (co-réalisateur ZEP-12, recherche et template LaTeX)

+2 -0
Auteur du sujet

Ah oui, c'est que j'ai toujours pas fini l'introduction, et toujours pas commencé la conclusion… Je préfère me concentrer sur le contenu pour l'instant, surtout sur la partie Respecter ses règles. Elle contient une sous-partie Savoir briser ses règles que j'aime bien.

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+1 -0

Peut-être que c'est un peu hors sujet, mais pourquoi ne pas faire une partie "Bien rédiger les maths" sans LaTeX à priori. Parce que ça reste des questions d'écriture et puis personnellement ça me paraît au moins aussi important.

Par exemple, une erreur classique est de mélanger une phrase en français et en "langue mathématique". Par exemple, écrire "$\forall x\in \mathbf{R}$ on a $x^2$ positif" est un abus puisque $\forall$ ne signifie pas exactement "pour tout", c'est une traduction et en général on évite de parler like that avec des strangers.

Édité par Holosmos

+2 -0
Auteur du sujet

Ca peut-être une bonne idée. Mais je ne sais pas si je suis bien placé pour le faire. Il y a des gens bien plus calés que moi en math dont toi. Mais maintenant que tu le dis une petite annexe à ce sujet serait bien ou même une dernière partie. Je vais écrire une partie dessus et voir les retours.

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+1 -0

Je ne sais pas si ça peut aider, mais j'étais tombé sur ça un jour :

http://www.math.ens.fr/~millien/tdlatex/conseils_latex.pdf

Ce qui manque à ce document c'est une explication sur pourquoi il faut préparer telle ou telle méthode pour certains items.

+0 -0

Salut,

J'ai quelques remarques à te faire part sur ton mini tuto.

  • Au lieu d'utiliser $\LaTeX$ dans tous le tuto, il serait préférable d'utiliser $\mathrm\LaTeX$ qui à l'avantage de mettre les lettres en romain. (Je chipote.) :-p
  • Dans la 1re partie, tu dis que l'on peut utiliser soit \[ ... \] soit $$ ... $$. Or, cette dernière est dépréciée et devrait être obsolète dans $\mathrm\LaTeX$ (voir ce document à la page 6, section 1.6)
  • Dernièrement, dans la partie pratique, tu utilises l'environnement aligned. Un simple align aurait suffit dans ce cas là (pas besoin de mettre des \[ ... \] autour).

Un document qui pourrait t’être utile est Raffinements mathématiques de Phillipe Goutet, il donne plein de techniques qui me paraissent intéressantes à rajouter dans ton tuto.

Concernant la rédaction propre, je rejoint Holosmos. Je rajoute un petit détail : les formules mathématiques présentes dans un texte font parties intégrante des phrases donc il faut impérativement les finir par des points quand c'est nécessaire — ou des virgules selon le cas.

Bon courage pour la suite !

PS : Merci pour le lien vers mon site ! :-D

+1 -0

J'ai vite fait parcouru le tuto qui a l'air d'être bien, c'est une bonne initiative. Je propose par contre de revoir le titre parce que bien écrire des math, c'est bien, mais le français parler bien, c'est pas mal non plus. :-° je propose quelque chose comme utiliser proprement l'écriture mathématique en Latex.

Le hasard n’est que le nom donné à notre ignorance et n’existerait pas pour un être ominscient., Émile Borel

+1 -0
Auteur du sujet

Merci pour ton retour. C'est vrai que LaTeX est mieux avec mathrm et désolé pour les fautes de ponctuation. C'est la faute d'un ami… Dans ton document, je vois au que comme je l'ai dit il vaut mieux utiliser [ ]. Merci pour vos 2 documents Teguad et Saroupille. Ils font partie des premiers documents que j'ai lu. Puisque tout le monde semble pour, va pour la partie sur comment écrire des maths.

EDIT: Finalement, je vais faire comme j'ai l'habitude avec la variante étoilée du align.

Édité par Karnaj

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0
Auteur du sujet

Bonjour, !

La beta du tutoriel a été mise à jour.

Merci pour vos relectures

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0
Auteur du sujet

Bonjour, !

La beta du tutoriel a été mise à jour.

Merci pour vos relectures

EDIT: en fait, je me sens pas trop satisfait par les prémices sur la partie sur l' écriture des maths. C'est peut-être trop scolaire…

Édité par Karnaj

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0

Je vais être honnête et brutal : c'est moyen.

Tu sembles laisser croire qu'écrire des mathématiques est une histoire de conventions et de traductions littérales.

  • Les quantificateurs tu ne les traduits pas tel qu'ils sont introduits dans le langage mathématique, $\forall$ signifie "pour tout" et $\exists$ signifie "il existe" ;
  • il n'est pas d'usage d'utiliser le mot "soit" : on l'utilise pour déclarer une variable indépendamment du reste. C'est-à-dire qu'il s'agit d'utiliser cette variable, disons $x$, sans avoir à mettre $\forall x$ à chaque ligne de calcul.

Mais ce dernier point, remis dans son contexte, me laisse perplexe. Toutes les propositions n'ont pas d'hypothèses en "pour tout $x$". Donc je vois pas le rapport direct entre vouloir montrer une proposition et déclarer une variable avec "soit".

De même pour "poser", ça a moyennement ce sens là. On pose un objet quand on veut un objet en particulier, ça n'a a priori rien à voir avec la proposition qui contient une existence. Si je dis "posons $x=\pi$", j'en ai rien à faire de la proposition que je veux peut-être démontrer, je pose $x$ parce que j'en ai envie.

Édité par Holosmos

+0 -0
Auteur du sujet

Non tu n'est pas brutal. C'est aussi mon ressenti. En fait, je veux donner quelque chose de rigoureux pour que le lecteur s'éloigne ensuite des contraintes de lui-même. Ensuite pour les histoires de posons tout ça, c'était pour donner un exemple. Mais ton commentaire me permet de comprendre ce qui me gênait.

Je vais essayer de faire quelque chose de mieux construit ne présentant que des règles de bases quitte à laisser le lecteur se renseigner pour en savoir plus. Et ensuite je donnerais des exemples et des contres-exemples.

PS : désolé pour les éventuelles fautes, je suis sur mon téléphone.

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0
Auteur du sujet

Bonjour à tous !

La beta du tutoriel a été mise à jour.

Merci pour vos relectures

Assez des salamis, je passe au jambon — Je fais un carnage si ce car nage car je nage, moi, Karnaj ! — Le comble pour un professeur de mathématique ? Mourir dans l’exercice de ses fonctions.

+0 -0

Bonjour ! Excellente initiative ! Je suppose que tu connais le document de l'ENS avec les bonnes pratiques LaTeX ?

Sinon, dans la partie "donner un sens…", tu peux également préciser rapidement la différence entre le A donc B (A^(A=>B)) et l'implication, si tu veux vraiment donner un sens à ce qu'est un raisonnement !

+0 -0
Ce sujet est verrouillé.