De l'usage de la langue française

Librairie utilise « Anglicisme » ! — Bibliothèque esquive !

L'auteur de ce sujet a trouvé une solution à son problème.
Auteur du sujet

L'heure est grave mes amis.

Chaque jour, plus de personnes sont victimes d'anglicismes et de faux-amis en ce bas monde de la programmation.
Nous nous devons de réagir, au nom de la bonne tenue de la langue française !

Employer l'anglais, c'est normal. Important même en ce monde de l'informatique. Sur ce point, il n'y a pas de soucis.

Cependant, que vous souhaitiez employer la traduction française de la chose dont vous parlez, soit. Mais utilisez la bonne traduction, bon sang !

Vous vous comprenez, c'est une chose. N'est-il pas cohérent d'employer les bons mots sur les bonnes choses, vous qui programmez des machines de logique ?


Cela concerne tout particulièrement l'abus du mot « librairie ».

Tous les dictionnaires seront formels avec vous : une libraire est un lieu où l'on vend des livres.
En outre, les dictionnaires bilingues vous répondront tous en coeur : la traduction du mot anglais « library » est « bibliothèque ».

Oui, une lib est une bibliothèque. Et c'est parfaitement sensé.
Une bibliothèque est un endroit où l'on regroupe symboliquement les écrits et les connaissances.

C'est exactement ça, une lib. Un paquet de trucs écrits qu'on regroupe en un tout.

Alors sortez, et répandez la bonne parole, mes fidèles camarades !


D'une manière plus abstraite, voici une liste non-exhaustive de quelques traductions françaises et autres petites remarques concernant le bon emploi de chaque chose en la langue de Molière.

Anglais Français
Library Bibliothèque
Peer-to-peer Poste-à-poste/Pair-à-Pair/Port-à-Port
Download Téléchargement
Upload Téleversement1
Donation Don
Fix Résoudre
Issue Problème, Ticket
Thread Fil d'exécution
Bug Anomalie/Défaut/Bug
Token Jeton
  • On ne parle pas de logiciel propriétaire, mais de logiciel privateur. L'un est en vérité une déformation de l'autre, et le terme « privateur » permet d'insister sur le caractère fermé des logiciels non libres.
  • Le caractère # n'est pas un dièse, mais un croisillon. Bien que l'aspect des deux symboles se rapprochent, le dièse est utilisé en musique, tandis que le croisillon correspond à la numération des choses aux États-Unis.
  • Vous le savez sûrement déjà, mais il est bon de le rappeler : le codage correspond à la manière de représenter des informations, et non au fait de programmer.2

Si vous avez d'autres suggestions ou remarques pouvant contribuer à la survie de la langue française, je vous invite à nous la partager ici, et faire preuve de bienveillance envers cette tristement violée langue française.

Ce n'est en aucun cas une incitation à employer seulement et uniquement le français. C'est juste une petite piqûre de rappel sur les équivalents français des choses


  1. Vous moquez pas. 

  2. Merci l'IRC ! 

Édité par anonyme

+9 -2

Mon dieu ^^ Que devait dire les anglais à l'époque avec tout les mots en *tion qui sont des copies conformes des mots français correspondants ?

Tout ça pour dire que à mon sens, peu importe. Si tu choisis de dire library, tu le dis, mais tu dit pas dans ta phrase librairie, c'est une question de cohérence et une faute. De là à cracher sur e-mail, download ou upload (et tu oublie "SMS", "tennis", "smiley", "like" ou encore tout ceux là), y'a très clairement une stigmatisation un peu ridicule à mon sens. J'empêche personne de dire "courriel", mais je tiens pas à ce qu'on m'oblige à le dire, je dis e-mail, et c'est dans le langage courant. En plus, le problème n'apparait pas qu'avec l'anglais (wikipedia spotted, trouve donc une traduction à "spaghetti", pour voir ;) )

Certains voient ça comme un appauvrissement de la langue … Je suis pas d'accord. Déjà parce qu'on conjugue ces machins là à la française (bon, l'ajout du "s" revient au même en anglais, mais je reprend l'exemple de "smileys", qui devrait s'écrire "smilies", si on voulait être correct), ça fait juste des mots en plus. Les langues évoluent, des mots disparaisent, d'autres apparaissent, c'est la vie et ce qui fait une langue, c'est ceux qui l'emploit et pas des vieux écrivains qui croient bon de dicter ce qui est juste ou pas. Ok, il faut une grammaire et une syntaxe minimale, mais un mot en vaut bien un autre, et après tout, le but d'un message, c'est d'être compris, ce qui est le cas :)

(cette argumentation est invalidée par mon orthographe déplorable, de toute façon)

Édité par pierre_24

Doctorant et assistant en chimie à l'Université de NamurEx-dev' pour ZdS (a aidé à réaliser la ZEP-12 !) • Carniste cis (y parait que c'est une injure)

+8 -5

Bonjour,

Ce n'est pas avec une telle attitude qu'on fera quoi que ce soit, j'entends cependant les craintes.

Les Américains spécialement, sont à l'origine de beaucoup de technologies et de langages informatiques, leur références sont en anglais, les meilleures références d'ailleurs. C'est ainsi qu'ils ont su s'imposer et c'est très respectable. A nous, communautés francophones d'être en concurrence avec eux et de produire des technos et des concepts utiles avec les références en français qui vont avec pour nous imposer.

Ce qui est sûr c'est que ce n'est pas en nous forçant à dire bibliothèque au lieu de librairie qu'on y arrivera. C'est mon avis en tout cas.

Édité par uknow

Un autre rescapé du bon vieux SDZ

+6 -8
Auteur du sujet

De là à cracher sur e-mail, download ou upload (et tu oublie "SMS", "tennis", "smiley", "like" ou encore tout ceux là), y'a très clairement une stigmatisation un peu ridicule à mon sens.

pierre_24

Je m'en fiche que des mots anglais soient utilisés ;)
C'est juste à titre informatif pour les personnes qui utilise la traduction française des choses.

Qu'on dise « library », d'accord, aucun soucis. Mais sortir « librarie », il va y avoir des balles perdues.

Je voulais justement éviter d'être mal compris sur mon message.
Parler des choses en anglais n'est pas un problème, c'est même important, vu que le travail est fortement influencé par cette langue. Il faut juste faire attention lorsqu'on repasse en français :)

Édité par anonyme

+4 -1

Ce qui me dérange, c'est que certains défendent bec et ongle une langue qui n'existe que dans les livres, et qui n'est parlé que par eux. J'en veux pour preuve le site de l'académie française :

Pourquoi l’italien résiste-t-il si bien ? Peut-être parce que les Italiens connaissent et parlent l’anglais bien mieux que les Français. Ils n’ont donc pas ce complexe d’infériorité qui pousse les Français à compenser leur incompétence linguistique par une vassalité langagière. L’anglais, les Italiens le laissent là où il faut qu’il soit : dans la langue anglaise, et non dans des anglicismes, subterfuge bâtard propre à des ignorants.

Dominique Fernandez

Et ça va très très (!) loin (pour pas grand chose, selon moi). Enfin de toute façon, je suis belge, je ne parle pas français, j'imagine que moi aussi, je suis un "ignorant". En lisant ça, j'ai l'impression de passer pour un moins que rien parce que ce matin, j'ai envoyé un mail et non un courriel. Pour eux, employer des mots anglais est une "faiblesse d'esprit" propre aux "ignorants" (sic). Désolé, mais non, et je pense parler "français" (ou "belge", peu importe) dans la vie de tout les jours et non "franglais". Rien que lire ou entendre ce genre de chose ne me donne même pas envie de faire un effort. Poussé à l'extrème, ça voudrait dire que le français est réservé à une "classe de gens supérieur", qui ont eux, le "bon gout du Bon Usage". Pas moi, quoi ;)

(c'était la minute rageux)

Les Américains spécialement, sont à l'origine de beaucoup de technologies et de langages informatiques, leur références sont en anglais, les meilleures références d'ailleurs. C'est ainsi qu'ils ont su s'imposer et c'est très respectable. A nous, communautés francophones d'être en concurrence avec eux et de produire des technos et des concepts utiles avec les références en français qui vont avec pour nous imposer.

Marchera pas, selon moi. Le monde est dominé par l'anglais, et l'anglais est de toute façon plus parlé que le français. Je sais pas ce qu'il en est dans le monde de l'informatique, mais dans le monde scientifique, rien à faire en français, tout ce fait en anglais. Et quand bien même, les termes français sont récupérés par les anglais (à qui ça ne pose aucun problème d'ailleurs).

Parler des choses en anglais n'est pas un problème, c'est même important, vu que le travail est fortement influencé par cette langue. Il faut juste faire attention lorsqu'on repasse en français :)

Là, je suis entièrement d'accord :)

Édité par pierre_24

Doctorant et assistant en chimie à l'Université de NamurEx-dev' pour ZdS (a aidé à réaliser la ZEP-12 !) • Carniste cis (y parait que c'est une injure)

+4 -3
Auteur du sujet

Et puis d'abord on dit email et pas mail parce que ça veut dire courrier au sens papier.</chipoteur>

Non mais les académiciens sont des extrémistes.
Ils ne veulent même pas nous laisser paisiblement parler avec de l'anglais dans nos phrases.

Je ne les comprends pas. L'anglais, c'est chouette pourtant !

Édité par anonyme

+4 -1
Staff

En fait, le problème n'est pas tant d'utiliser l'anglais, mais surtout de ne pas utiliser le français quand un mot équivalent existe déjà. Exemple typique, non lié à la programmation : en français de France, on dit weekend pour la fin de la semaine, et la fin de la semaine est devenu la fin de la semaine travaillée. Le mot français a changé de sémantique, merci beaucoup…

+4 -1

Marchera pas, selon moi. Le monde est dominé par l'anglais, et l'anglais est de toute façon plus parlé que le français.

pierre_24

Ce qui est vrai aujourd'hui ne l'était pas il y a quelques dizaines d'années. Le français était la langue de "l'élite mondiale" et les négociations diplomatiques ne se faisaient qu'en français.

Aujourd'hui l'anglais a clairement pris le pas, tout au moins dans l'informatiques et les sciences. Soit, je code en anglais, je commente en anglais, ça permet entre autre de s'affranchir des problèmes liés à l'encodage).

Par contre, je parle en français, et je ne peux que regretter l'emploi massif sur internet de termes anglais (parfois mal utilisés) là ou le français regorge de synonyme (Combien de fois peut-on entendre des "WTF", "Fck ff", "STFU" et autres mots à base de "F word", avec un très fort accent français, dans des vidéos sur internet? C'est pour être "swag"? Pourtant quand les Wachowski en ont eu besoin, eux ont opté pour le français dans Matrix ).

Aimez le français :) Pratiquez l'anglais! Et essayons de ne pas trop les mélanger…

Xia, peluche olympienne |Python en s'amusant | Random xkcd

+2 -2

Je ne peux qu’être d’accord. Il ne s’agit pas de fuir éperdument la vilaine langue anglaise parasite insidieuse à tentacules, mais de se rappeler que ce qu’on dit doit avoir un sens. Je ne suis pas systématiquement opposé à l’emploi de mots anglais techniques1, ça peut se justifier et ça devient vite inévitable en informatique, mais alors du vrai anglais, pas une tentative fumeuse de traduction (barbarismes) qui amène contre-sens et non-sens absolus, encore moins lorsqu’il existe déjà un équivalent en français. Lire des choses comme « librairie » (banalisé mais non moins contre-sens) « pousser en production », « mon point est… », « j’assume » (en lieu et place de « je supppose ») me révulse. J’assume pleinement d’être traité de snob par ceux qui ne partagent pas ce point de vue, bien qu’il me paraisse plus pragmatique et sensé qu’extrémiste (édit : et non, je ne vis pas dans une famille bourgeoise patati patata).

PS : Pour le peer-to-peer, j’ai toujours vu ça traduit par pair-à-pair ?…


  1. Je dis bien techniques. Utiliser les mots anglais d’usage général est juste stupide pour moi. Pourquoi écrire « eg. » alors qu’on dit « par exemple (p.ex.) » ? Je parle français, merde. N’étant pas bilingue, il n’est même pas garanti que je comprenne (je n’ai pas toujours su la signification de « eg. », alors si je dois en plus deviner que c’est de l’anglais…). 

Édité par Maëlan

écrire français sous Windows : fr-oss (azerty++) ou bépo (étudié pour le français) | <insérer un truc spirituel ici>

+2 -1

e.g. vient du latin… (grillé!) Même chose entre i.e. et c-à-d. Certains métiers vont l'employer plus que d'autres.

PS: en info, on trouve aussi des mots (anglais) qui viennent du français : cache, template (templet en vieux françois), libre (pour ceux qui me viennent). Et je ne parle pas des bouquins techniques en anglais qui utilisent des locutions françaises comme à la.

+3 -0

Ah mais bien sûr, ce sont des expressions consacrées si je ne m’abuse, tout comme on dit week-end, parking, self, al dente… De même pour e.g., c’est une locution latine passée dans l’usage de la langue anglaise, ce qui n’est pas le cas en français (i.e. je n’ai jamais su si ça se disait en français, par contre ; d’après cette page, ce serait la même situation que e.g.).

écrire français sous Windows : fr-oss (azerty++) ou bépo (étudié pour le français) | <insérer un truc spirituel ici>

+0 -1

Bon, alors autant enfoncer des portes ouvertes … Quand est ce qu'on place la limite ? À partir de quand une expression n'est plus un "truc incorrect" et devient "français" ? Et qui détermine cela ?

(sinon, à l'écrit, en sciences, i.e. revient assez souvent en français)

Doctorant et assistant en chimie à l'Université de NamurEx-dev' pour ZdS (a aidé à réaliser la ZEP-12 !) • Carniste cis (y parait que c'est une injure)

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte