Licence CC BY

Comment réussir votre entretien d'embauche ?

S'assurer de passer avec succès l'étape finale du processus d'embauche

Dernière mise à jour :
Auteur :
Catégorie :

Votre CV a réussi à séduire un recruteur ? Vous êtes ensuite contacté pour un entretien et vous ne savez pas quoi faire ? Vous devez absolument lire ce tutoriel, il va vous donner des bases pour "réussir" votre entretien.

Réussir son entretien ne signifie pas forcément obtenir le poste, mais il s'agit de faire ce qu'il faut pour faire partie de la sélection finale. Et si vous êtes le seul candidat parmi vos concurrents à réussir l'entretien, le poste est à vous.

Ce tutoriel est fait pour tous ceux qui sont à la recherche d'un travail (stage, CDD, CDI, etc.), expérimenté ou non. Les règles sont toujours les mêmes. Que vous soyez de nature timide ou pas complètement qualifié, sachez que vous pourrez réussir n'importe quel entretien si vous savez ce qu'il faut faire. Si le recruteur a sélectionné votre CV, cela signifie que vos compétences et votre expérience l'intéressent. Tout ce qui vous reste à faire est de le rassurer.

Nous verrons donc dans le tutoriel, comment rassurer notre interlocuteur lors de l'entretien.

Une bonne dose de préparation

Un entretien d'embauche c'est comme du sport, vous ne pouvez pas y aller si vous n'êtes pas préparé. Un entretien mal préparé n'a que peu de chance d'aboutir. Vous devez vous entrainer, afin d’acquérir de la pratique.

Réserver du temps

Vous devez vous réserver du temps pour préparer votre entretien, quelle que soit sa forme. À partir du moment où vous avez une date de rendez-vous, commencez votre préparation trois jours avant afin de garder les idées claires.

Certains recruteurs vous appelleront et vous proposeront un entretien dans la foulée. La seule chose à faire dans ce cas est de refuser l'entretien à cet instant. Étant donné que l'entreprise qui vous appelle, vous ne la connaissez pas toujours de manière précise, vous n'aurez pas toujours tous vos arguments pour vous vendre sous la main. Il faut toujours garder à l'esprit que vous aurez plus de chances d'obtenir le poste si vous avez étudié l'entreprise avant.

Si vous avez le choix de la date et de l'heure du rendez-vous, prenez en compte certains paramètres suivants :

  • Les travailleurs mangent entre 12h et 14h, ce n'est pas une bonne idée de passer l'entretien devant un recruteur en pleine digestion.
  • Aux environs de 15h 30, c'est souvent le gros de coup de fatigue, si vous avez un entretien à cette heure, vous devrez être plus dynamique.
  • Le vendredi après-midi, vous aurez peu de chance que votre interlocuteur soit très attentif.

Faites donc le maximum pour choisir des créneaux en votre faveur.

Lire et décrypter la fiche de poste

Que ce soit pour un stage, un CDD ou un CDI, vous avez très souvent une fiche de poste qui explique, quelles seront vos missions, quelles sont les compétences requises pour le poste, où sera votre lieu de travail, etc. Il est important de prendre en compte tous ces éléments bien avant d'aller à votre entretien.

Lorsque vous lisez la fiche, ne vous laissez pas intimider par des mots tels que "Expert". Il s'agit tout simplement d'un jargon qui ne reflète pas toujours la réalité.

L'idée derrière tout ceci est de faire le lien entre votre fiche de poste, votre CV et votre discours. Si vous maîtrisez votre fiche de poste sur le bout des doigts, il sera assez facile de vous vendre au recruteur, car vous ne lui parlerez que de ce qu'il a envie d'entendre. Un recruteur se sentira rassuré s'il a l'impression que le candidat en face de lui est la solution à tous ses problèmes.

Connaître l'entreprise

Vous devez faire un minimum de recherche sur l'entreprise dans laquelle vous passez votre entretien. Ce qu'elle fait, ses enjeux, ses objectifs. N'hésitez pas à utiliser votre réseau personnel pour avoir des informations sur l'entreprise. Servez-vous aussi des réseaux sociaux professionnels (Viadeo, Linkedin, etc.). Pensez à regarder l'actualité récente autour de l'entreprise, ça peut vous servir le jour J pour "faire la conversation".

Par ailleurs, n'hésitez pas à jeter un coup d’œil aux sites institutionnels de l'entreprise pour dénicher des rapports d'activités, bilan sociaux, etc. Vous pourrez ainsi vous immerger plus facilement dans le contexte de l'entreprise et tirer des informations quant aux grilles de salaires pratiquées par celle-ci.

Connaître son CV sur le bout des doigts

Votre CV est votre pièce d'identité, vous devez le connaitre sur le bout des doigts. Il est inconcevable de se retrouver à lire son CV le jour de l'entretien, pour cela, vous devez le connaitre par cœur. Gardez bien en tête vos expériences en rapport avec le poste.

De plus en plus, lors des entretiens, les recruteurs veulent savoir si vous parlez anglais. On vous demandera donc de raconter une de vos expériences en anglais. Même si vous êtes bilingue, ça ne s'improvise pas, il faut préparer la manière dont vous allez la raconter, ainsi vérifier la fluidité de votre discours en anglais.

Le jour J : l'entretien

L'arrivée sur les lieux

Le jour de votre entretien, pas la peine d'arriver longtemps en avance. Arriver un quart d'heure avant l'heure du rendez-vous est un bon timing. En général, c'est durant ce quart d'heure qu'on a une montée d’adrénaline. Certains pensent, à tort, qu'il s'agit de stress mais ce n'est qu'une légère poussée d'adrénaline comme on peut en avoir dans n'importe quelle activité sportive. Si vous avez cette montée à ce moment, c'est plutôt bon signe, ça signifie que vous ne l'aurez plus par la suite. La chose à faire est donc de garder son calme et de rester droit dans ses bottes le temps que l’adrénaline redescende.

Évitez vraiment d'arriver trop juste à l'heure, voire en retard

Votre entretien commence dès que vous avez franchi les portes de l'entreprise.

Faire bonne impression

C'est la première fois que l'on vous voit et c'est là que vous donnez la première image de vous. Vous devez faire bonne impression. C'est ce qu'on appelle l'effet Halo de Asch, un pionnier de la psychologie sociale. D'après ses nombreuses expériences, il explique que si votre futur employeur juge une de vos caractéristiques positivement en premier lieu, il aura tendance à rendre plus positives vos autres caractéristiques. C’est ce qu’on appelle couramment « la première impression ».

Solomon Asch : 1907 - 1996

Ici, vous devez utiliser tous les éléments de communication non verbale, qui correspondent aux langages du corps : le silence, la posture, l'expression, la gestuelle, l'attitude, les mimiques, l'observation, l'écoute, le ressenti, l'appréciation, les réactions, les tics, etc.

Votre gestuelle ne doit pas donner mauvaise impression au recruteur. Si vous avez l'air fatigué, angoissé, stressé ou encore égaré, le recruteur le ressentira sans doute. Il en est de même si vous n'êtes pas à l'aise dans vos vêtements. Prenez la peine de choisir des vêtements qui vous vont bien, et essayez-les avant le jour J.

Votre tenue vestimentaire doit rester aussi sobre que possible pour ne pas déranger le recruteur. N'hésitez pas à sortir votre plus beau costume (sans la cravate si l'environnement de travail est décontracté) pour les hommes et un tailleur pour les dames. On ne vous reprochera jamais d'être trop bien habillé.

Surtout, vous devez penser positif, ça vous aidera à garder une communication corporelle saine.

La règle des 4x20

  • Les 20 premières secondes : donnez une bonne première impression avec une tenue adaptée et un beau sourire. Prenez garde à votre démarche, vous devez avoir l’air confiant, mais pas trop. Adaptez votre attitude à celle du recruteur.
  • Les 20 premiers gestes : ne tendez pas votre main en premier vers votre interlocuteur, attendez qu’il le fasse. La première poignée de main est souvent une épreuve décisive. Elle doit être ferme, sans excès mais surtout ne donnez pas une poignée molle ou fuyante.
  • Les 20 premiers centimètres : essayez de garder au maximum le contact visuel avec votre interlocuteur. Si vous avez des difficultés à soutenir son regard, concentrez-vous entre ses sourcils. Écoutez bien ce qu’il vous dit et acquiescez de temps en temps pour manifester votre attention.
  • Les 20 premiers mots : respectez les règles élémentaires de politesse. Parlez de manière intelligible, claire et posée, ni trop lente ni trop rapide.

L'entretien en lui-même

Une règle très importante à savoir est que l'entretien est un moment de partage et de communication. Vous avez un interlocuteur, vous devez non seulement l'écouter et le comprendre, mais vous devez lui parler de manière à ce qu'il vous comprenne lui aussi.

Un comportement qui rassure

La prise de note

Pour que votre recruteur se sente écouté, vous devez avoir sur vous un carnet de notes (attention : pas de feuilles volantes), dans lequel vous prenez des notes sur ce que vous dit le recruteur. C'est une marque de sérieux. Un candidat qui se présente en entretien sans prendre des notes, est très mal vu. Même si vous avez une bonne mémoire, il faut s'y soumettre.

Prendre des notes, un gage de sérieux

L'adaptation à son interlocuteur

Il s'agit d'un exercice pas des plus évident, car il demande d'avoir un bon sens de l'écoute. Vous pourrez néanmoins vous en sortir si vous avez préparé votre entretien (encore une fois). Quand vous êtes contacté, on vous dit généralement avec qui vous allez passer votre entretien. Il peut s'agir d'un employé des ressources humaines, d'un opérationnel, d'un technicien, etc. Quoi qu'il en soit, vous devrez adapter votre discours. Certains voudront vous entendre parler de chose un peu plus techniques (techniciens), d'autres voudront tout simplement cerner votre personnalité (RH). Vous devez donc adapter votre discours en fonction de celui qui vous accueille.

Il ne faut donc pas tomber dans le piège de celui qui est tellement préparé qu'il sort des phrases toutes faites à son interlocuteur. N'hésitez pas à répondre avec les termes employés par celui qui est en face de vous. Votre interlocuteur n'en sera que plus rassuré, s'il se rend compte que non seulement vous avez préparé votre entretien, mais que vous l'avez fait uniquement pour lui.

La poker face

Lors d'un entretien, il peut arriver que vous soyez en face de questions difficiles auxquelles vous ne savez pas répondre. Ce n'est pas un drame, vous n'êtes pas parfait, rien ne sert de paniquer, vous avez le droit de ne pas savoir. Par contre, vous n'avez pas le droit de paniquer (pas en entretien). Dans ces cas-là, gardez un visage confiant et n'hésitez pas à dire la vérité.

La sincérité doit primer dans votre discours, n'ayez pas honte de dire que vous ne savez pas, mais ne vous arrêtez pas là. Dites-lui aussi, ce que vous envisagez de mettre en œuvre pour acquérir les compétences manquantes.

Gardez toujours à l'esprit que le recruteur a besoin d'être rassuré.

Les techniques d'entretien

Quel que soit le type d’entretien, l’objectif des questions du recruteur est de pouvoir répondre à ces interrogations :

  • A t-il les compétences qu'il faut pour le poste ?
  • Est-ce qu'avec sa personnalité il pourra s'intégrer dans l'entreprise ?
  • Est-ce que j'ai envie de travailler avec ce candidat ?

Pour obtenir une réponse à ces questions, le recruteur peut utiliser l'une des techniques d'entretien suivantes.

L’Entretien ouvert ou non directif

Bonjour, parlez-moi de vous, présentez-vous !

La question est volontairement vague. Elle peut paraître simple, mais c'est un exercice difficile. C'est là que vous serez heureux de vous être préparé en amont. La réponse à cette question est un véritable monologue, c'est vous qui menez la danse, vous dites ce que vous voulez dire (ou plutôt ce que vous avez préparé :) ).

L'objectif ici est simple, vous devez développer votre parcours, et donner vos éléments de motivation pour le poste. Votre discours ne doit être ni trop long, ni trop court. Il est conseillé lorsque vous n'avez pas beaucoup d'expérience (0 à 2 ans) de rester sur un format de 7-8 minutes. Si vous avez plus d'expérience, il ne faut surtout pas aller au-delà des 15 minutes, car le recruteur doit écouter ce que vous avez à lui dire.

Votre fil d'Ariane doit être votre CV, vous devez raconter une histoire, votre histoire, de manière logique, structurée et claire. Vous devez convaincre votre recruteur que vous êtes celui qu'il recherche. Donc les affirmations ne suffisent pas, donnez des exemples de cas concrets.

C'est assez difficile, voire stressant de se retrouver à parler face à quelqu'un qui ne dit rien. Vous devez donc garder votre discours intéressant, n'hésitez pas à jouer avec la tonalité de votre voix (si vous faites du théâtre, vous devez comprendre ce que c'est). Racontez votre parcours en y insérant des anecdotes, et si vous le sentez, une (juste une) blague permet de détendre encore mieux l'atmosphère.

L’Entretien fermé ou directif

Il s'agit tout simplement d'un jeu de questions/réponses. C'est le recruteur qui mène le jeu, et vous oriente là où il veut, car il vous demande de répondre à un ensemble de questions.

L'attitude à adopter ici, est de répondre de manière structurée. Si le recruteur vous pose plus d'une question, répondez par ordre d'arrivée de la question. Question 1/Réponse 1, Question 2/Réponse 2, etc. Évitez les réponses trop courtes et trop longues.

Mauvais exemple :

  • Recruteur : Avez-vous déjà travaillé en équipe ?
  • Vous : Oui.

Bon exemple :

  • Recruteur : Avez-vous déjà travaillé en équipe ?
  • Vous : pendant mon stage de l'été dernier, j'ai travaillé dans une équipe de 4 personnes sur un projet de migrations de systèmes de Windows XP vers Windows 7

Dans ce type d'entretien, le recruteur à une idée précise de ce qu'il veut entendre de votre part. Non pas que vos réponses ne l’intéresseront pas, mais il sera à la recherche de mots-clés. Vous devez donc vous servir de ce que vous avez vu dans la fiche de poste pour glisser les mots-clés qui feront écho auprès du recruteur. Quoi qu'il en soit, si vous avez préparé votre entretien, ça ne sera qu'une formalité.

L’Entretien de mise en situation

Il s'agit d'une technique d'entretien pendant laquelle vous êtes placé dans une situation similaire à celle que vous vivrez dans l'exercice de votre poste.

Par exemple, si vous postulez à un poste de Community Manager, on pourra vous présenter un début de discussion sur un réseau social ou forum qui pourrait partir en vrille, et on vous demandera de régler le problème.

Dans ce type d'entretien, faites appel à votre bon sens, et restez pragmatique. Le recruteur ne vous jugera pas sur le résultat, mais plutôt sur votre réaction, et l'adéquation entre votre objectif et les méthodes employées.

L'environnement

En fonction de l'environnement de votre entretien, il y a des choses que vous devez ou ne devez pas faire.

Avec un interlocuteur actif

Il peut arriver que votre entretien se déroule avec une seule personne. Vous devez adopter une posture détendue et sûr de soi. Pendant votre entretien, veillez à vous asseoir en face de votre interlocuteur. Asseyez-vous droit sur votre chaise, le dos bien appuyé sur le dossier. Prenez garde à ne croiser ni les bras, ni les jambes car cette attitude montre un repli ou un malaise. Ne faites pas trembler votre jambe mais gardez vos deux pieds bien posés sur le sol.

Regardez le recruteur en face, éviter d’être trop sérieux, ne pas s'avachir sans pour autant se raidir, votre sac à portée de main si vous avez des documents à fournir ou à glisser ; sa place est sur le côté de votre siège plutôt que sur vos genoux.

Avec plusieurs interlocuteurs actifs

Un entretien avec plusieurs interlocuteurs

Parmi les différents types d’entretiens, il peut également arriver que vous ayez à affronter un entretien face à plusieurs interlocuteurs. Certaines entreprises choisissent ce type d’entretien pour gagner du temps et avoir l’avis de chacun des membres de l’entreprise.

Contrairement aux entretiens face à un interlocuteur, vous êtes confronté directement à tous les différents représentants de l’entreprise en même temps, tels que la RH, le chef de projet, le supérieur hiérarchique, etc.

Au cours de cet entretien, vous serez sous pression car vous devrez faire face à un ensemble de personnes qui doivent juger de votre parcours professionnel, votre attitude, votre manière de répondre aux questions, et également votre façon de gérer le stress.

Pour réussir ce type d’entretien, il faut :

  • Garder son sang-froid et rester concentré,
  • Essayer de retenir le plus d’informations données par les interlocuteurs,
  • Ne pas donner l’impression de subir la situation,
  • Répondre à toutes les questions en s’adressant à l’ensemble des participants,
  • Tenter de garder une attitude positive, et essayer d’orienter l’entretien vers une ambiance conviviale.
Avec un interlocuteur actif et plusieurs passifs

Ce sont généralement des entretiens qui se déroulent dans un Open Space. N'oubliez pas de saluer à votre arrivée et à votre départ ces personnes qui ne participent pas à l'entretien, apparemment accaparées par leur tâche.

Tout en vous adressant à votre interlocuteur, faites-leur sentir que vous leur parlez également même si elles ne lèvent pas le nez de leurs ordinateurs ou de leurs écritures.

Ayez en mémoire, qu'après votre départ la personne qui vous aura reçu prendra l'avis de ces "spectateurs". Contrairement à ce que vous pourriez penser, leur avis va compter dans votre recrutement.

Les questions qui reviennent le plus souvent

Au cours d’un entretien, votre recruteur va essentiellement se concentrer à travers ses questions sur ce que vous avez accompli. Il cherchera à cerner votre capacité à tenir le poste proposé, mais aussi votre personnalité. Mais attention vous pouvez facilement tomber dans le subjectif. Vous devez donc être le plus factuel possible dans vos réponses.

Les qualités et défauts

Quelle est votre plus grande qualité et votre plus grand défaut ?

C'est certainement la question la plus posée dans les entretiens, et nombreux sont ceux qui ratent leur entretien à cause d'elle. Tout le monde sait parler de ses qualités, mais lorsqu'il s'agit de parler de ses défauts, tout devient un peu moins rose. Je vais donc vous donner une astuce simple mais très efficace pour vous débarrasser de ce fardeau si l'on vous posait la question.

  • Recruteur : quel est votre plus grande qualité et votre plus grand défaut ?
  • Vous : ma qualité principale est ma capacité à programmer dans plusieurs paradigmes différents, mais là où je dois m'améliorer c'est au niveau des commentaires dans mon code

Vous l'aurez compris, pour échapper à cette question :

  • Évitez de parler de tout ce qui touche à votre personnalité. " Je suis perfectionniste", "Je suis ouvert", etc. Les recruteurs connaissent la musique. Ramenez la conversation sur le poste à pourvoir et ça passera forcément mieux.
  • Évitez d'utiliser le terme "défaut" quand vous répondez, comme vous avez pu le voir, je l'ai transformé en "je dois m'améliorer", ça passe tout de suite mieux.

Bref, soyez toujours factuel et positif !

Des questions en vrac

  • Pouvez-vous me décrire ce que vous avez aimé et ce que vous avez le moins aimé dans la façon dont vous étiez dirigé dans vos précédents postes ?

  • Racontez-moi comment, dans vos expériences passées, vous avez agi en faveur du travail d’équipe ?

  • Souvenez-vous d’un moment où vous avez pris la mauvaise décision ou commis une erreur : comment avez-vous géré cette situation ?

  • Dans vos expériences passées, avec quels types de collègues aviez-vous le plus de mal à travailler ? Quel comportement adoptiez-vous ?

  • Quels ont été vos résultats par rapport aux objectifs fixés ?

  • Pouvez-vous me parler d’une circonstance où vous avez dû critiquer le travail d’un collègue ? Comment avez-vous géré cette situation ? Quels résultats avez-vous obtenus ?

  • Racontez-moi la plus belle réussite de votre carrière ? Un exemple d’échec ? Quels enseignements en avez-vous tirés ?

  • Parlez-moi d’une situation d’urgence ou de crise à laquelle vous avez été confronté dans vos emplois précédents ? Quel a été votre rôle ? Qu’avez-vous fait ?

  • Tout le monde est stressé. Décrivez-moi les situations qui, au bureau, vous suscitent le plus de stress. Comment les gérez-vous habituellement ?

  • Lors de votre dernière expérience, qu’avez-vous appris ? Comment allez-vous mettre en pratique ces nouvelles connaissances ?

  • Citez-moi un challenge auquel vous avez été confronté dans vos précédentes fonctions ? Comment l’avez-vous relevé ?

  • Tout manager doit savoir déléguer. Décrivez-moi une situation où vous avez délégué avec succès ? Une où la délégation a été un échec ? Comment avez-vous géré cette situation ?

  • Au cours de vos précédentes expériences, quelle façon de communiquer a le mieux fonctionné avec votre supérieur ? Avec vos collègues ? Avec vos subordonnés ?

  • Citez-moi l’exemple d’une situation où vous avez fait preuve d’initiative sans que cela ne vous soit formellement demandé ?

  • Dans vos expériences précédentes laquelle avez-vous préférée ? Pourquoi ?

  • Pourquoi avez-vous quitté votre dernier emploi ?

  • Décrivez-moi une situation où vous êtes allé au-delà de votre fonction pour aider ?

  • Pourquoi êtes-vous intéressé par le poste ?

Vous devez préparer ce genre de question avant de vous rendre à votre entretien.

Conclure l'entretien

C’est souvent au moment du départ que l'on commet des erreurs. Il est important de bien conclure son entretien pour que celui-ci reste sur une bonne impression.

Montrez votre intérêt

À la fin, vous devez vous aussi poser vos questions. En posant des questions, vous prouverez aussi que le poste vous intéresse.

Quelques mauvais exemples de questions à poser

De combien de jours de congés, et/ou de RTT disposerai-je ?

À quelle heure est-ce que le boulot se termine ?

À partir de combien de temps pourrai-je accéder au comité d'entreprise ?

Quelle est la moyenne d'âge de l'équipe ?

Quelques bons exemples de questions à poser

Qui occupait le poste à pourvoir avant, et pourquoi est-il disponible aujourd'hui ?

Est-ce que l'entreprise propose des formations en interne ?

Quelle est votre méthodologie de gestion de projet ?

Quelles sont les deadlines des projets sur lesquels je vais devoir travailler ?

Continuez à vous montrer enthousiaste jusqu’au terme de l'entretien, surtout si le recruteur dit qu'il a apprécié cette rencontre. Vous pouvez vous informer sur la suite. Vous saurez ainsi quand vous pouvez attendre une réponse. Remerciez le recruteur pour l'entretien et pour le temps qu'il vous a accordé. Le respect dont vous ferez preuve laissera une bonne impression à la personne.

Si le recruteur vous fait clairement comprendre que l'entretien est terminé, n'hésitez pas trop longtemps et suivez-le hors de la pièce. L'entretien ne s'est pas très bien passé ? Essayez de cacher votre déception et restez positif jusqu'au bout. Souriez encore au recruteur pendant votre dernière poignée de main, vous laisserez ainsi une impression positive.

L’entretien se termine dès le moment où vous sortez de l’entreprise !

L'après-entretien

Le débriefing

Après votre entretien, il est très important de passer en revue ce que vous avez bien fait ce que vous avez mal fait, afin de faire mieux la prochaine fois. Posez-vous les bonnes questions :

  • L'entretien s'est déroulé comme vous l'avez souhaité ?
  • Certaines questions vous ont surpris ? Mis mal à l'aise ? Pourquoi ?
  • À quelles questions avez-vous le mieux répondu ?
  • Êtes-vous satisfait des réponses du recruteur à vos questions ?

Cest questions vous aideront à faire un vrai travail autocritique, et ainsi faire le point sur vos points forts et points d'amélioration.

Gardez le contact

Après un entretien, n'hésitez pas à renvoyer un mail à votre recruteur (le soir, ou le lendemain) pour le remercier de l'entretien. C'est aussi l'occasion de poser des questions que vous n'avez pas pu poser pendant l'entretien, et/ou de compléter certaines choses.

Si votre recruteur hésitait, il y a de fortes chances que votre mail soit la clé qui le conforte dans son choix.


Maintenant vous avez toutes les cartes en main pour réussir votre entretien.

Une bonne préparation augmente fortement vos chances de réussite. Il ne vous reste plus qu'à rester détendu, être vous-même. Rappelez-vous, l'entretien reste un moment de partage et de communication. Argumentez vos dires, montrez de l’intérêt pour l'entreprise, soyez clair, structuré, et surtout réaliste. Tels sont les points clés qui vous permettront de réussir votre entretien.

J'espère que ce tutoriel vous a plu et que grâce à lui vous décrocherez le boulot de vos rêves.

Un merci à tous les membres qui m'ont fait des retours sur ce tutoriel et plus particulièrement à Arius pour son travail de relecture et de validation.

41 commentaires

Sympas et utile je pense :) par contre, tu a oublié que le mail du lendemain doit bien sur être bourré de fautes xDD

Aze

Si c'était une tentative pour dire que tu avais vu des fautes dans ce tutoriel, ce serait plus constructif de les signaler clairement que comme tu l'as fait, à mon avis…

Édité

Evitez qu'on vous dise de les lire : FAQ PHP et Symfony 2Tutoriel WAMP • Cliquez 👍 pour dire merci • Marquez vos sujets résolus

+4 -4

En effet, ça peut être intéressant. (Bon ça ne me concerne plus trop, j'ai ma place :p) Et ensuite comme je suis Suisse, certain détail de culture ne sont pas pareil. Mais ça reste tout de même très intéressant.

+3 -0

Bien sympa cette article, mais je reste réservé lorsque l'on vient de sortir d'école. Si l'on a fait seulement un stage et que des projets pédagogiques, je vois pas comment on peut arriver à se vendre, ou même avoir assez de recule pour répondre à bon nombre de questions. Non ?

+0 -0

si tu sors de l'ecole, tu peux t'appuyer sur tes projets scolaires realises en equipe au cours de ta formation ou encore sur les differents stages que tu as eu a realiser.
Personnellement je suis diplome en mars (ouai je suis en semestre decale) mais je pense que je pourrais vendre mon experience grace a certains projets scolaires (les projets personnels sont peut-etre meme plus valorisant car tu montres que tu aimes ce que tu fais) et aussi grace a mes 2 stages de 6 mois realise en entreprise a l'etranger.

En tous cas tres bon tuto. Je me rends compte qu'il y a bien plus de choses a preparer que ce que je pensais pour un entretient. En general je me renseignais vite fait sur l'entreprise, je relisais mon CV quelques fois et ensuite je faisais confiance a ma tchatche mais en fait pas du tout haha. En tous cas ca tombe a point nomme vu que je vais devoir envoyer des CV, lettres de motivations pour apres mes etudes en mars du coup je passerai surement des entretiens.
Une bonne suite a ce tuto serait un autre sur comment rediger une bonne lettre de motivation et comment structurer son CV.

Encore felicitation a l'auteur de ce tuto

Staff

@Tick : Si le mec a lu ton CV et te fait passer un entretient, il le sait que tu n'a pas des tonnes d'expériences. Il ne va pas te demander de justifier 10 ans d'expériences. Mais ça n’empêche pas de te vendre. Un junior a certains avantages pour le recruteur :

  • Un junior est moins exigeant au niveau avantages demandés, entre autre salariale, ça leur coutera moins cher voir, avec les aides de l'état, peut leur faire gagner de l'argent;
  • Un junior est encore "brut", tu peux plus facilement l’amener a travailler selon ton organisation qu'un mec qui a travailler 20 ans. Par exemple, dans le monde du dev, un junior s'adaptera plus facilement a un style de développement agile qu'un senior qui a pratiqué du cycle en V pendant 20 ans.

Donc si tu passes ton entretien, c'est que tu as tes chances. Mais il faut se vendre. Ne serait parce que tu peux te retrouver en concurrence avec d'autres Junior, il te faut te vendre. Pour ça tu va t'appuyer sur : tes projets à l'école ("on travaillait en équipe, sur tel plateforme, …"), tes projets persos ("J'ai voulu approfondir tel techno donc j'ai réalisé ce projet et se projet pour me former") et tes stages (qui représentent des expériences pro !

Bref le fait de se vendre est indispensable, il faut seulement adapté ton discours. Le recruteur ne te croira pas si tu lui dit que tu as 15 ans d'expérience en node.js. Il le sait que tu es junior, a toi de lui montrer que tu es le meilleur junior.

+2 -0
Staff

Ravi de voir que le tutoriel plait et sera utile.

Si l'on a fait seulement un stage et que des projets pédagogiques, je vois pas comment on peut arriver à se vendre

Tick

Comme l'ont dit, mes voisins ci-dessus, quelque soit ta situation, tu as toujours de quoi te vendre. On ne parle pas ici de se sur-vendre, mais bien de se vendre. Comme je l'ai dit dans l'introduction, si le recruteur à sélectionné ton CV, ça veut dire qu'il y'a quelque chose en toi qui l’intéresse. Si tu fais bien ce qui est préconisé dans l'étape de préparation, tu devrais pouvoir réunir des arguments intéressants (projets d'équipes universitaires, projets personnel, actif dans une association, participation à divers concours, etc.) en rapport avec le poste visé.

ou même avoir assez de recule pour répondre à bon nombre de questions. Non ?

Tick

Le tutoriel est justement là pour pas que les non habitués aux entretiens ratent le leur. C'est marqué noir sur blanc ce qu'il faut prendre en compte. Car en général on fini par le savoir avec beaucoup d'expériences et en ayant passé beaucoup d'entretien. L'objectif du tuto étant donc que le débutant en matière d'entretien ait plus ou moins les bon réflexes dès le départ.

Staff

En effet, ça peut être intéressant. (Bon ça ne me concerne plus trop, j'ai ma place :p) […]

WinXaito

Statistiquement il est tres peu probable que tu reste a ton poste toute ta vie. D'autant plus de nos jours où on est une génération qui est amené a changer régulièrement d'entreprise. Et c'est particulièrement vrai dans le monde IT. Dans ma boite, dans la partie R&D, a part un qui est là depuis 4 ans, tous les autres ont moins d'un an et demi dans la boite. Et rare sont ceux avec plus de 4 ans d'expérience consécutive dans la meme entreprise sur leur CV.

+0 -0

Se renseigner sur l'entreprise est élément important et très souvent oublié ! et ce dès la lettre de motivation cv qui ne sont pas toujours adaptés.

Un bon tuto avec de bon rappels, j'ai beaucoup apprécié les questions fréquentes lorsque j'ai été embauché, le DRH voulait savoir quelle était la qualité principale qu'un conducteur de travaux doit avoir? j'ai pu parler de rigueur, d'autonomie, etc ce n'est pas ce qu'il voulait entendre ce qu'il voulait entendre, c'était "gagner de l'argent" ! l'esprit du BTP est particulier, avant qu'il me dise sa réponse, je n'ai pas eu peur de lui demander où il voulait en venir, c'était osé mais bon :p

Après sa réponse, je lui ai fait remarqué poliment que gagner de l'argent était une conséquence des qualités que je lui avait fait part auparavant :) en effet comment gagner de l'argent en étant un véritable chiffonnier dans son travail? (à moins d'être très chanceux mdr)

+1 -0

Merci pour vos réponses.

En effet, ça peut être intéressant. (Bon ça ne me concerne plus trop, j'ai ma place :p) […]

WinXaito

Statistiquement il est tres peu probable que tu reste a ton poste toute ta vie. D'autant plus de nos jours où on est une génération qui est amené a changer régulièrement d'entreprise. Et c'est particulièrement vrai dans le monde IT. Dans ma boite, dans la partie R&D, a part un qui est là depuis 4 ans, tous les autres ont moins d'un an et demi dans la boite. Et rare sont ceux avec plus de 4 ans d'expérience consécutive dans la meme entreprise sur leur CV.

Kje

Qu'est ce qui fait qu'il y ai autant de changements ? Avantage financier, ou simplement pour éviter de s'ennuyer à faire la même chose ?

Édité

+0 -0
Staff

Qu'est ce qui fait qu'il y ai autant de changements ? Avantage financier, ou simplement pour éviter de s'ennuyer à faire la même chose ?

Un peu de tout. Globalement je pense que dans le secteur de l'IT tu ne peux pas rester des années dans la meme boite sans que ça commence à t'ennuyer. Notre génération, dans ces domaines, on a aussi généralement fait un minimum d'étude et je pense qu'on a une soif de "connaissance" qui n'ai pas la même que par exemple des métier de manutention. Pour caricaturer, quand tu es sur une chaine, assembler des voitures ou autre chose ne change pas fondamentalement le boulot. Dans ce genre de travail ce sont souvent les conditions et ambiance de travail que tu recherche alors que dans un travail plus intelectuel, l'interet de la tache a plus d'importance. Enfin le marché du travail est aussi fortement responsable de ça. Il y a un certain manque de candidat dans le domaine. Du coup changer de poste n'est pas si compliqué ni très risqué (si ça marche pas tu as de fortes probabilités d'en retrouver un autre derrière). Dans ces conditions tu es plus volatile et changer de boite est le meilleur moyen d'évoluer (aussi bien dans les avantages que dans la hiérarchie).

Après au bout de ~10 ans d'expérience, ça se calme un peu, souvent lié aux conditions de vie (tu veux te poser dans une ville, tu as un pret, une famille, etc.). Pour autant notre génération est beaucoup plus volatile que celle de nos parents mais je n'en connais pas la raison.

Édité

+0 -0

Personnellement, je suis en apprentissage (Une fillière qui en suisse, se trouve avec bien des avantages par rapport aux étude, pour la Suisse en tout cas.)

Après dans mon entreprise, 3 personnes parte cette année avec 30 et 31 ans passé dans l'entreprise. Et plusieurs personne on fait leur apprentissage dans cette boite et sont actuellement employé depuis 3 à 10 ans.

Donc certe dans certaine entreprise ça peut changer régulièrement, mais d'autre non. Car si vraiment tu veux, tu vas avoir la possibilité de changer de département ou de monter en grade.

+0 -0

Très intéressant comme tutoriel pour moi qui suis en recherche de stage ! :) Je ne pensais pas qu'il fallait préparer un entretien aussi intensivement.

Je me permets simplement de signaler quelques fautes :

  • « quelque soit sa forme » -> « quelle que soit sa forme » (partie 1, première ligne de la sous-partie « Réserver du temps »),
  • « Il s'agit tout simplement un jargon » -> « Il s'agit tout simplement d'un jargon » (partie 1, bloc information dans la sous partie « Lire et décrypter la fiche de poste »),
  • « que de ce dont il a envie d'entendre » -> « que de ce qu'il a envie d'entendre », le verbe « entendre » est transitif direct (juste en dessous du bloc de la faute précédente),
  • « Viadeo, Linkedin, etc » -> « Viadeo, Linkedin, etc. », l’abréviation « etc. » est suivie d'un point (premier paragraphe de la sous-partie « Connaître l'entreprise », partie 1),
  • « Il s'agit d'un exercice pas dès plus évident, » ->« Il s'agit d'un exercice pas des plus évident, » que l'on pourrait reformuler comme ceci « Il ne s'agit pas d'un exercice des plus évidents » (première ligne de la sous-partie « L'adaptation à son interlocuteur », partie 2),
  • « Votre discours de ne dois être » -> « Votre discours de ne doit être », il manque un mot après « de », non ? (deuxième paragraphe dans la sous-partie « l'Entretien ouvert ou non directif », partie 2),
  • « donner des exemples de cas concret. » -> « donnez des exemples de cas concrets. » (paragraphe en dessous de celui de l'erreur précédente),
  • « il y'a des choses » ->« il y a des choses » (sous-partie « L'environnement », partie 2),
  • « que vous devez ou ne pas faire » -> « que vous devez ou ne devez pas faire » (même ligne qu'au-dessus),
  • « Souvenez-vous d’un moment » -> « Vous souvenez-vous d’un moment » (troisième questions des « questions en vrac », partie 3),
  • « de RTT disposerais-je ? » -> « de RTT disposerai-je ? » (premier bloc attention dans la sous-partie « Montrez votre intérêt », partie 4),
  • « Certaines questions vous ont surprises » -> « Certaines questions vous ont surpris » il s'agit d'un verbe pronominal à sens passif, il s'accorde avec le sujet (deuxième question de la sous-partie « Le debriefing », partie 4),
  • « C'est questions vous aiderons » -> « Ces questions vous aideront » (dernière ligne de la même sous-partie qu'au-dessus).

Divers :

  • à certains moments l'orthographe traditionnelle est employée alors qu'à d'autres on peut voir l'orthographe rectifiée, ce ne sont pas des fautes en soi, mais on conseille généralement de rester cohérent en choisissant l'une des deux (cela cible notamment les verbes à accent circonflexe comme « connaître » ou « maîtriser »),
  • certaines propositions sont coupées en plein milieu de leur logique par les virgules (comme par exemple « L'attitude à adopter ici, est de répondre de manière structurée. » dans la sous-partie sur « l'Entretien fermé ou directif », partie 2).

“Programming today is a race between software engineers striving to build bigger and better idiot-proof programs, and the Universe trying to produce bigger and better idiots. So far, the Universe is winning.” – Rich Cook

+1 -0
Staff

Très intéressant comme tutoriel pour moi qui suis en recherche de stage ! :) Je ne pensais pas qu'il fallait préparer un entretien aussi intensivement.

Ekron

C'est la grosse période des recherches de stages en ce moment profite du tutoriel. Et fais en profiter aussi autour de toi :)

Merci à toi pour avoir retrouvé les coquilles qui ont passé les mailles du filet, c'est corrigé maintenant.

Sympa :) Toutes les astuces sont là, je l'utiliserai en temps voulu.

Il y a une faute dans "L'après entretien", juste avant "Gardez le contact" :

Cest questions

Dans "L'environnement", plus précisément "avec un interlocuteur" :

Regardez le recruteur en face, éviter d’être trop sérieux

Je pense que c'est plutôt évitez.

Dans "L'environnement", plus précisément "avec plusieurs interlocuteurs" :

Certaines entreprises choisissent ce type d’entretien pour de gagner du temps et avoir l’avis de chacun des membres de l’entreprise.

J'imagine que le "de" est en trop.

Édité

+1 -0

Salut, je viens de passer environ 1h sur un email pour le CV d'un jeune en recherche de stage, et je suis tombée sur cet article en cherchant s'il n'y avait pas des conseils pour la rédaction de CV sur zestedesavoir (pas trouvé, hésitez pas à me pingez si vous songez à en écrire un).

Et pour appuyer l'article :

  • Être vrai, c'est important. Rien de plus insupportable qu'un candidat qui cherche à vous tchatcher pour cacher son ignorance (et qui l'étale au lieu de dire "Je ne sais pas", ou de chercher un début de réponse à partir de ce qu'il sait). Ça ne donne pas envie de travailler avec.
  • Être préparé, c'est la meilleure façon de montrer que le poste nous intéresse vraiment.
  • Ne pas trop parler d'une traite (15mn de présentation, ça me semble un maximum). En tant que recruteuse, si le candidat part dans une tirade, j'ai tendance à décrocher, et à commencer à observer [ou penser à] un tas de trucs ("tiens, je l'ai lancé, … bon il aime son sujet, cool… manque de concision… et donc… il veut en venir où ?").
+6 -0

Je suis pas recruteuse de métier, j'ai recruté des gens, c'est pas pareil :-). Et encore, dans un contexte assez particulier (petite boîte, je ne voyais pas environ 2 CV par jour, je pouvais les lire tous 2 fois). Ceci dit si je trouve le temps, je veux bien écrire quelque chose. Je note ça dans un coin…

Édité

+0 -0
Vous devez être connecté pour pouvoir poster un message.
Connexion

Pas encore inscrit ?

Créez un compte en une minute pour profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de Zeste de Savoir. Ici, tout est gratuit et sans publicité.
Créer un compte